Résultats Site naturel à AL AIN

L'avis du Petit Futé sur OASIS D'AL AÏN

Plaque millesim 2020

Voici la plus grande des oasis d'Al Aïn. C'est un bonheur que de déambuler dans ce poumon de 147 000 dattiers. Les 1 200 hectares de cette oasis, qui à l'instar des 5 autres de la ville, est inscrite au Patrimoine mondial de l'Humanité, comportent 550 vergers qui appartiennent à autant de propriétaires, dont le président des Emirats arabes unis, Sheikh Khalifa Bin Zayed. Les oasis ne ressemblent pas à celles de Tintin au pays de l'or noir. Ici pas d'étendue d'eau entourée de palmiers et des tentes bédouines autour. Les oasis d'Al Aïn, plusieurs fois centenaires, sont des parcelles parfaitement entretenues.

Un peu d'histoire. A l'époque, chaque oasis était un village. On en comptait 9. Chacune avait une mosquée, souvent un fort et des bâtiments fortifiés avec à sa tête un cheikh. Cet ensemble défensif protégeait non seulement les habitants, mais aussi les cultures et surtout l'eau… L'été les Bédouins du désert s'y installaient, pouvant y trouver de l'eau et un peu d'ombre en échange d'un loyer. Des travailleurs qui ne faisaient pas partie des tribus appelés bidar s'occupaient de leur entretien. Des neuf oasis, sept subsistent : Al Jahili, la plus petite, Al Muatared, Al Jimi, Al Muaiji, Al Qattara, Al Hili et Al Aïn Oasis, la plus grande d'entre elles. Cette dernière a été nommée « système agricole traditionnel d'importance mondiale » par l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Et les vrais rois de ces oasis sont les palmiers : tout est valorisé dans le palmier, car les branches s'utilisent dans la vannerie, les troncs des plus vieux finissent comme poutres, gouttières ou piliers. Bien sûr, la priorité de la phœniciculture est le fruit. Dans la palmeraie les mâles sont en minorité : un pour cinquante à cent femelles, alors pas question de laisser à la nature seule le soin de décider le fruit de la récolte. Chaque printemps, l'homme, avec grande agilité, monte aux arbres et aide à la pollinisation. Il détache précieusement les épillets mâles pour les ligoter dans l’inflorescence femelle après éclatement des spathes. Il est roi, mais pas seul, car on cultive aussi les arbres fruitiers (mangues, citrons, oranges, bananes), des légumes, du blé et des arbres aux vertus médicinales comme le ghaf (Prosopis cineraria). Et rien de tout cela n'aurait été possible sans le développement unique des falaj qui a permis le développement des oasis depuis plus de trois mille ans.

Le falaj (au pluriel aflaj), qui en arabe signifie « division » ou « canaux », est un ancien système d'irrigation très ingénieux qui a permis la sédentarisation de la population et son développement dans une région privée de rivières.

Il est aussi devenu un élément culturel et un patrimoine qui donne lieu à une promenade dans une palmeraie un charme incomparable. Captant les reflets de la lumière, il enchante les lieux du son de l’eau qui court… et s’y rafraîchir les mains ou les pieds lorsqu’il fait très chaud est un vrai délice ! Mais d'où vient cette eau ? La chaîne de montagnes Al Hajar qui domine la ville d'Al Aïn apparaît au premier regard si aride qu’il est impossible de deviner qu’elle abrite plusieurs réservoirs souterrains naturels d'eau de pluie (aquifère) qui stockent cette dernière depuis des millions d'années. C’est de cette source que le falaj, tunnel souterrain qui peut être long de plusieurs kilomètres, achemine l'eau par simple gravité. Il rejoint la surface aux abords des plantations où il se divise alors en plusieurs canaux qui parcourent les cultures ou les palmeraies. Selon les besoins, les canaux sont ouverts ou fermés, ainsi vous pourrez voir certaines branches où l’eau circule, tandis que d’autres canaux dans les parcelles voisines seront à sec. L’eau ainsi acheminée est cependant d’abord utilisée pour la consommation humaine, animale puis pour les ablutions, enfin pour la toilette et les tâches ménagères et en dernier lieu seulement pour l'arrosage des plantations. Ce savoir-faire est plusieurs fois millénaire ! Les hommes qui ont creusé ces galeries ont su depuis des temps immémoriaux mettre en œuvre un certain nombre de compétences techniques pour assurer le bon fonctionnement du système. Il leur a notamment fallu calculer le degré de la pente afin de favoriser le débit optimal : si l’eau s’écoule trop doucement, elle stagne et dépose des sédiments, si elle arrive trop rapidement, la pression risque de provoquer l’écroulement des murs. Outre les dizaines d’années de labeur nécessaires pour creuser les galeries, il a aussi fallu creuser depuis la surface des puits verticaux à intervalles réguliers pour ventiler et nettoyer la galerie, mais aussi y accéder pour d’éventuelles réparations. Dans la ville d'Al Aïn, des dizaines d'aflaj ont été creusés. Les aquifères sont presque tous à sec et aujourd’hui si la plupart des vingt et un aflaj portent encore un nom connu, ils sont malheureusement asséchés. Cinq d'entre eux fonctionnent toujours et trois ont été découverts suite à des fouilles archéologiques notamment. Datant de l'âge de bronze et vieux de 3 000 ans, ils ont été classés en 2001 comme site culturel au Patrimoine mondial de l'Humanité et sont reconnus comme les plus anciens exemples de falaj découverts jusqu'à présent.

L’eau a toujours été un enjeu capital ! En 1946, lorsque Sheikh Zayed bin Sultan Al Nayhan devient gouverneur d'Al Aïn à l'âge de 28 ans, il entame immédiatement une réforme de l'eau, la rendant gratuite pour tous les habitants et abolissant de ce fait tout commerce autour d'elle.

Préparez votre voyage !

transports
  • Location voiture
  • Réserver un ferry
hebergement
  • Trouvez un hôtel
  • Location de vacances
  • Location Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Expériences & Boxs
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs
Partager sur

Informations et horaires sur OASIS D'AL AÏN

Ouvert depuis 9h jusqu'au coucher du soleil. Entrée libre.

Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end de prestige pour 2 personnes au Château de la Dauphine !

Une escapade romantique en Gironde, au Château de la Dauphine .

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !