BOB MARLEY CENTRE & MAUSOLEUM

+1 876 843 0498
Afficher le numéro
Plaque millesim 2018

Avant Marley, les Malcolm. Avec le temps et le succès du fiston, l'endroit n'a sans doute plus rien à voir avec la modeste bicoque de campagne de l'époque. Quand on y réfléchit, la cour a été bétonnée, les murs rénovés, les toits repeints, les souvenirs made in China, la compétition des guides qui insistent lourdement sur la question des pourboires alors que le tour est déjà trop cher pour ce que c'est...

Ce qu'on va visiter aujourd'hui relève totalement de l'attraction touristique plus que du coin de campagne paumé où vivait la famille Malcolm au milieu du siècle dernier. Soyez prévenus, car la déception est grande si on vient chercher l'authentique village de Bob Marley. En revanche, la route pour y aller dans la montagne est magnifique et les villages traversés sont eux bien pittoresques. Ici, la vie était simple et paisible, même si l'afflux de touristes profite à quelques locaux qui vendent des cigarettes de marijuana à l'entrée de sa maison ou à travers les quelques espaces qui laissent entrevoir l'intérieur.

Histoire. La mère Malcolm était connue pour sa voix touchante, que l'on entendait parfois pendant d'épuisantes journées de labeur aux champs, quand elle louait le Seigneur pour se donner du courage. Le père rassemblait quelques voisins le soir et, devant la maison, ils jouaient du Quadrille, un style ancien proche du mento, dont on retrouve une variante aux Antilles françaises.

Voilà le véritable héritage que Bob Marley reçut de ses grands-parents. Une cour donc, avec la maison familiale où vivaient les Malcolm et leurs huit enfants, dont la jeune adolescente Cedella Malcom qui allait bientôt devenir Cedella Marley, et qu'on surnomme aujourd'hui Mama Booka ou Mother B. La mère du prophète rasta. Dans ce village, elle rencontra Norval Marley, un colon anglais qui, malgré sa cinquantaine d'années, profita des faveurs de la jeune Cedella. L'identité de Norval, le père biologique de la star, demeure sans doute l'une des plus obscures parties de la vie de Bob. La star eut souvent des mots durs contre lui lors d'interviews, se déclarant tout simplement orphelin, ou le traitant de " sale type qui s'était payé sa mère ".

Pourtant, dans la biographie de Bob Marley signée Steven Davis, Cedella le décrit à l'inverse comme un homme bon, ayant bravé les préjugés de son époque en l'épousant dès qu'il apprit qu'elle était enceinte, quitte à se faire déshériter par sa famille bourgeoise. Pendant la grossesse, il vint de Kingston à cheval pour passer du temps avec elle et subvenir aux besoins de la famille Malcolm, nombreuse. Il tenta plusieurs fois de prendre l'enfant à sa charge, essayant de le faire accepter par sa famille, en vain. Quand Norval Marley réalisa qu'il ne changerait pas les préjugés ségrégationnistes de la société conservatrice anglaise, il abandonna son fils. Bob dit toujours n'avoir aucun souvenir de lui.

Yoto, un grand rasta à la bouille sympathique, se présente comme un des guides officiels de Nine Miles. Il semble fier d'annoncer que la visite comporte onze étapes. Il nous assène cependant un discours assez touchant de vérité : " Bob vécut à travers sa musique, c'était un esprit fort. Sa philosophie de vie est toujours présente, puisqu'elle influence beaucoup de gens à travers le monde. La meilleure preuve, c'est que vous êtes venus jusqu'iciBob a grandi là. C'était un jeune de la campagne, fondamentalement. Il aimait prendre le temps de faire son thé le matin, monter sur son âne pour aller se promener, dire bonjour aux gens qu'il rencontrait sur son chemin, discuter et partager des vibes avec eux. Il était plus heureux ici qu'à Trenchtown, croyez-moi. Il était même peut-être plus heureux ici que partout ailleurs. "

Quand il regardait par la fenêtre, Bob voyait surtout des collines vertes et le chemin en terre (qui a été goudronné depuis) sur lequel il emmenait pieds nus les quelques chèvres de son grand-père. Au milieu de la seconde cour, voici la pierre (inévitablement peinte en vert jaune rouge) où il aimait s'asseoir pour jouer de la guitare. Il y aurait composé des titres comme Simmer Down, ce qui est probable, même si la majorité de son bagage musical vient plutôt de son passage dans le ghetto de Kingston, quand il chantait dans son yard avec Bunny, Peter et tous les musiciens de la seconde et de la troisième rue de Trenchtown...

La visite. Accolé à la demeure de Mama Booka, un bâtiment de deux étages, avec un bar et une grande terrasse. Quelques disques de platines brillent sur les murs, dont celui du coffret Legend. " More than 10 millions copies around the world " indique la plaque dorée.

Une allée de gazon monte vers la seconde cour, avec, sur la gauche, les tombes des grands-parents de Bob Marley et de son oncle. Quelques mètres plus haut, se trouve la petite chambre de Bob et son fameux single bed dont il parle dans la chanson Is this Love ? (Yoto aime d'ailleurs finir chacune de ses explications par une chanson de Bob pendant que son groupe inspecte les lieux). C'est une chambre simple, perchée sur une butte de terre derrière la maison principale. On y trouve une literie mal en point, une chaise, deux coussins et une petite fenêtre.

Juste à côté, le guide présente un brasier en plein air ayant inspiré le titre Catch-a-fire, puis un érable sycomore tropical, le fameux sycomore tree de la chanson Time will tell. Un bel arbre à l'écorce gris clair et au tronc gigantesque à la base, dommage que quelques touristes irrespectueux y aient gravé leur nom au couteau ! Enfin, le mausolée : une autre bâtisse, aussi modeste que la chambre, dont les vitraux ressemblent à ceux des églises chrétiennes. On se déchausse et on range son appareil photo, avant de franchir la porte. L'espace est occupé par une haute sépulture en marbre couverte de larges étoffes de tissus africains. " Son frère, ayant été tué accidentellement par les flics à Miami, est enterré avec lui ", explique le guide.

Alors que Yoto entame le premier couplet de Redemption Song, on fait le tour de la pièce en observant les murs : de vieilles photos de Bob, un dessin représentant Marcus Garvey, une grande photo de Hailé Selassié, le disque d'or australien d'Exodus, une bible et un ballon de foot. En sortant, on s'arrête devant un petit autel sur lequel les visiteurs ont déposé des offrandes : une photo de Malcolm X, un poème sur l'amour, des dollars, un billet grec, et d'autres objets en tous genres... A la sortie du mausolée, le guide se roule un spliff en nous raccompagnant. Une visite très touristique, que l'on conseille uniquement aux fans de Bob, et qui souhaiteraient fumer librement... à l'intérieur.

Je gagne 100 foxies
Partagez cette adresse

Adresse et contacts :
BOB MARLEY CENTRE & MAUSOLEUM

Nine Mile
JamaïqueVoir sur la carte
  • Afficher le numéro

Informations et horaires sur BOB MARLEY CENTRE & MAUSOLEUM

Tous les jours de 9h à 17h. Entrée avec visite guidée : 25 US$ par personne.

Avis des membres sur BOB MARLEY CENTRE & MAUSOLEUM

Note générale : 3.7/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
3 avis d'internautes
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en février 2018
Mausolée Bob Marley - Nine Miles
endroit authentique sauf la boutique Made in china qui gâche un peu la visite sinon maison familiale de Robert Nesta Marley où il est né et repose en paix avec sa maman Cedella...Visite qui n'a pas de prix pour un inconditionnel de Bob
Avis déposé le 28/02/2019
3/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2016
Exceptée la route qui y mène qui est très sympa pour les paysages, c'est TRES touristique et non authentique ! un peu déçu!
Avis déposé le 08/11/2016
3/5
Oui pas mal si on est un inconditionnel de BOB et que l'on veut vraiment dire "j' y étais", sinon très touristique, évidemment on commence par entrer par la boutique souvenir 'made in china" ensuite pas de marchandage, le jamaicain n'est pas là pour discuter. Visite de la maison et de la chapelle, comptez 3/4 heure pour 15 euros environ. Le point vraiment positif: la route que l'on fait pour y arriver, on traverse une partie très belle et encore sauvage (malgré les mines à ciel ouvert de minerai qui ronge le paysage petit à petit) du pays.
Avis déposé le 11/07/2012
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Jamaïque

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !