Résultats Musée à LA HAYE

L'avis du Petit Futé sur MAURITSHUIS

Plaque millesim 2020

Le Mauritshuis est à lui seul une excellente raison de visiter La Haye. Situé au bord du Hofvijver, ce lac au pied duquel fut édifié le Binnenhof, il présente l’une des plus belles collections de peintures hollandaises du XVIIe siècle et cela dans un cadre intimiste qui change des grands musées impersonnels. Achevé en 1644, ce très beau bâtiment de style classique fut construit selon des plans de Jacob van Campen pour le compte de Johan-Maurits de Nassau-Siegen. Arrière-neveu de Guillaume le Taciturne, Johan-Maurits fut gouverneur du Brésil, ce qui valut au Mauritshuis ses petites touches exotiques encore perceptibles ici et là.

Dans le hall d'entrée et près des escaliers une véritable galerie des portraits de famille du Mauritshuis, ses tableaux rendent hommage aux fondateurs du musée ainsi qu’à ses donateurs (Johan-Maurits de Nassau-Siegen, princes de la famille d’Orange, stadhouders dont Guillaume V…).

Rez-de-chaussée : maîtres flamands et étrangers. On y verra quelques très belles toiles de primitifs flamands (XVe et début XVIe), dont une Descente de Croix (1463), du Bruxellois Rogier Van der Weyden, un des maîtres incontestés du Moyen Âge flamand et l’un des premiers à introduire le paysage et à représenter le donateur dans des scènes religieuses s’éloignant de l’académisme par une dramatisation de composition. Également dans la salle Van der Weyden, on remarquera un Portrait d’homme, de Hans Memling. Influencé par Van der Weyden, Memling, peintre brugeois de la seconde moitié du XVe siècle fut l’un des premiers à se spécialiser dans le portrait de la bourgeoisie de sa ville. Ici, dans la lignée de son maître, le fond est constitué par un paysage dont le caractère paisible contraste avec l’expression concentrée du visage.

Dans la salle suivante (salle Boschaert), si les peintres flamands sont encore à l’honneur avec de belles natures mortes, il s’agit de maîtres plus tardifs pour la plupart (seconde moitié du XVIe), qui se sont réfugiés en Hollande après la chute d’Anvers. Vient ensuite le salon Doré, décoré en 1718 par le Vénitien Pellegrini dans un style néo-Renaissance.

La première salle des Flamands abrite des œuvres de Petrus-Paulus Rubens, le maître d’Anvers qui parvint à synthétiser les divers courants majeurs de son temps pour produire dans tous les genres (portraits, tableaux mythologiques, natures mortes, paysages, scènes religieuses…) une peinture véritablement universelle. Dans cette salle, appelée aussi salle Rubens, on pourra voir notamment une esquisse à l’huile préparant le célèbre retable de la cathédrale d’Anvers : Assomption de la Vierge de Jacob Jordaens. Ce dernier fut l’un de ceux qui introduisirent aux Pays-Bas les techniques du Caravage, qui révolutionnèrent le travail du clair-obscur, si fondamental pour l’émergence de la peinture proprement hollandaise.

Dans la seconde salle des Flamands, le tableau intitulé Adam et Ève au Paradis est peint par Rubens et Jan Bruegel, dit de Velours (les personnages sont de Rubens, le paysage et les animaux de Bruegel). Y sont également exposées des œuvres d’Antoine Van Dyck, autre grand maître flamand de la première moitié du XVIIe, particulièrement brillant dans le rendu des matières et des drapés.

Cette pièce nous réserve également une petite merveille de Willem Van Hecht : L’Atelier d’Apelle. Ce tableau opère une mise en abîme de la représentation, redoublée par la présence en arrière-fond, sur les cimaises, d’une multiplicité de toiles parmi lesquelles on reconnaît des œuvres de Rubens, de Van Dyck, de Quentin Metsys ou encore de Titien.

Premier étage : maîtres du siècle d’or hollandais. On y trouve certaines des plus belles toiles des maîtres hollandais, à commencer par La Chasse aux poux et La Jeune Fille écrivant (salle Vermeer), de Gerard ter Borch, grand peintre de genre du milieu du XVIIe, aujourd’hui un peu éclipsé par son grand contemporain Johannes Vermeer. Une salle consacrée à ce dernier présente, outre une œuvre de jeunesse à sujet mythologique, deux de ses plus grands chefs-d’œuvre : La Jeune Fille à la perle et Vue de Delft. Le premier est sans conteste l’un des plus beaux portraits jamais peints. Tous ses éléments (combinaison des bleus, jaunes et ocre ; traits fins et pleins d’un visage à la fois féminin et adolescent ; regard doux et posé que rien ne semble pouvoir assombrir…) concourent à l’harmonieuse expression d’une tendresse sans bornes. Quant à la Vue de Delft, cette toile incomparable à la luminosité incomparable et troublante, elle inspira de nombreux commentaires (dont quelques-unes des plus belles pages de Proust, dans A la recherche du temps perdu), elle représente plus un moment de la ville qu’une vue à proprement parler : sa lumière matinale et froide tombe sur une cité qui semble encore ensommeillée, dégageant une harmonie muette de tons pâles que ne relèvent que quelques touches de couleurs vives, dont le fameux tout petit pan de mur jaune. Dans cette pièce vous trouverez également un intérieur d’église d’Emmanuel de Witte, maître incontesté de la peinture architecturale. La peinture de genre, déjà très bien représentée, est encore à l’honneur dans la salle suivante avec neuf toiles de Jan Steen (1626-1679), remarquable pour ses descriptions de scènes populaires pittoresques ; Vie de l’homme, Comme les vieux chantent, piaillent les jeunes, La Joyeuse Compagnie, La Mangeuse d’huîtres…, autant de toiles où la crudité du réalisme est rachetée par un humour et une tendresse pour ces existences simples. Les fans de Donna Tartt ne manqueront pas d'admirer le sublime Chardonneret de Carel Fabritius dans cette même salle.

Quant à l’art du portrait, il est représenté par quatre superbes Frans Hals, dont la Tête d’un jeune garçon, particulièrement caractéristique de l’art vif du maître (salle Jan Steen et salle de l’escalier), un très beau Pieter Codde et quelques Rembrandt dont le superbe Portait d'un vieil homme. Les quatre salles suivantes (le cabinet du début du XVIIe, la salle Potter, le cabinet de la fin du XVIIe et la salle de l’escalier par laquelle se termine la visite) offrent, à travers la présentation d’œuvres de peintres souvent secondaires, un intéressant panorama de la richesse et de la diversité thématique de la peinture hollandaise, que ce soit dans les paysages (en particulier de Simon Van Ruysdael et Jan Van Goyen, deux des maîtres du genre), dans les natures mortes ou dans les scènes religieuses. Le célèbre taureau de Paulus Potter, datant de 1647, est impressionnant tant par sa taille que par l'attention portée aux détails, comme la minuscule grenouille au premier plan.

Viennent ensuite deux salles consacrées à Rembrandt. La première expose ses œuvres de jeunesse, dont la fameuse Leçon d’anatomie du professeur Tulp, où le jeune Rembrandt démontre avec brio que le portrait collectif n’a pas nécessairement à être figé pour être fidèle. La seconde salle, qui présente des toiles de la maturité, montre à quel point Rembrandt s’est progressivement détaché du souci du détail pour chercher expressions et tensions dramatiques à travers une matière plus épaisse, presque empâtée, et une touche large, comme, en particulier, dans le sublime Saül et David, ou dans les Deux Nègres, probablement le premier portrait de Noirs de l’histoire de l’art occidental, ou encore dans Autoportrait au turban, une œuvre de l’année de sa mort et dont la facture contraste particulièrement avec celui de la salle précédente.

À noter que Mauritshuis est devenu le premier musée au monde entièrement pixélisé. Sur le site Web, vous pourrez ainsi faire une visite incroyable qui ne remplacera pas toutefois une visite « en vrai ».

Le musée organise régulièrement des expositions temporaires qui font l'événement. Prochainement une exposition se consacrera au travail de restauration. En effet le musée comprend un atelier de restauration dans ses greniers. Une plongée dans un monde méconnu qui permet de garder un musée de niveau exceptionnel avec des œuvres constamment préservées. Il y a quelques années, le musée avait fait l'événement avec son étude, en direct et en public de son tableau star La Jeune Fille à la perle. Depuis d'autres musées lui ont emboîté le pas, conscients de ce spectacle unique pour le public.

5/5 (5 avis)
Partager sur

Informations sur MAURITSHUIS

Ouvert le lundi de 13h à 18h, du mardi au dimanche de 10h à 18h. Billet d'entrée à 17,50 €, tarifs réduits disponibles en ligne.

Message du propriétaire MAURITSHUIS

La Mauritshuis abrite le meilleur de la peinture hollandaise du XVIIe siècle.


Cette collection compacte et de renommée mondiale est située au cœur de La Haye, juste à côté du centre gouvernemental. Des chefs-d'œuvre tels que La fille à la boucle d'oreille de Vermeer, La leçon d'anatomie du Dr Nicolaes Tulp de Rembrandt, Le chardonneret de Fabritius et Le taureau de Potter sont exposés en permanence dans les salles de ce monument du XVIIe siècle. 


Plus de deux cents chefs-d'œuvre de maîtres néerlandais et flamands sont exposés dans l'intérieur intime, avec son revêtement mural en soie, ses lustres étincelants et ses plafonds peints monumentaux. Des peintures de genre de Jan Steen, des paysages de Jacob van Ruisdael, des natures mortes d'Adriaen Coorte et des portraits de Rubens offrent une représentation riche et variée du meilleur de la peinture néerlandaise et flamande du XVIIe siècle.



Vidéo MAURITSHUIS

Avis des membres sur MAURITSHUIS

5 avis
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Sabine1829
5/5
Visité en juillet 2021
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visite inmanquable
Visite incroyable, un des plus beaux musées des Pays-Bas, voir d'Europe pour sûr. A ne pas louper !!
pdebel
5/5
Visité en novembre 2016
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Super musée à ne pas manquer notamment pour les peintures de Vermeer ou Fabritius.
regeral
5/5
Visité en août 2016
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
En vacances en Belgique il m'a semblé incontournable de visiter ce musée et ses chefs d'oeuvres flamands. Avec les tickets, sont distribués des plans avec les représentations des oeuvres maîtresses et leur repère, impossible de les manquer, excellente initiative même si le prix d'entrée ainsi que la place de parking font un peu tousser.
saintsulpice
5/5
Visité en décembre 2015
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
A mon humble avis, un des plus beaux musées du monde et je pèse mes mots.
Non pas pour la beauté de l'édifice , somme toute modeste, ni pour la richesse des oeuvres présentées mais tout simplement parce que le Mauritzhuis renferme 3 Vermeer et une bonne dizaine de Rembrandt.
Parmi lesquels, la Jeune fille à la Perle et la Vue de Delft du premier, la Leçon d'anatomie du second. Trois chefs d'oeuvre absolus et définitifs qui à eux seuls méritent le voyage à La Haye.
Drvincent
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Exceptionnel
Présentation superbe d œuvres impressionnantes

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'exception pour 2 personnes en Corse !

Un séjour de 4 nuits et 5 jours pour 2 personnes en Corse avec l'Agence du Tourisme de la Corse.

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Êtes vous sur de vouloir dépublier votre avis ?

    Oui, je suis sur

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !