Le jour de Noël 1497, le Portugais Vasco de Gama aperçut la côte et la baptisa " Natal " (Noël). En 1823, des commerçants du Cap qui souhaitaient acheter de l'ivoire aux Zoulous s'établirent à Port Natal, rebaptisé en 1835 Durban, en l'honneur de Sir Benjamin d'Urban, gouverneur de la colonie du Cap.

Extraordinaire diversité des paysages, étonnante complexité de la mosaïque humaine... il y a bien plusieurs " Natal " qui se côtoient, s'aiment ou se détestent, réunis en fin de compte dans l'adversité. Cette petite province de 92 100 km² (trois fois la Belgique), peuplée de dix millions d'habitants, tourne le dos au reste du pays pour mieux regarder vers la mer des Indes et se flatter d'être tout à la fois, ou plutôt consécutivement, zouloue, indienne et anglaise. Donc différente. Laissons parler la géographie et concluons : c'est la terre qui fait l'identité. A l'ouest, côté continental, le massif du Drakensberg et les monts du Swaziland barrent l'horizon ; au sud, on bute contre les hauts plateaux du pays xhosa ; au nord, il faut compter avec les bourbiers et les marécages du Maputaland. Il reste alors l'océan, comme seule fenêtre sur le monde, d'où vinrent les Anglais qui, à leur tour, firent venir les Indiens. Beaucoup de sang fut versé pour que chacun trouve sa place. Voortrekkers contre Zoulous, Zoulous contre Anglais, Anglais contre Boers : finalement, ces derniers choisirent le repli vers l'hinterland, laissant aux commerçants leurs comptoirs... et le soin de régler le problème de la cohabitation avec les " fils du ciel ", ces Zoulous si pugnaces. Ainsi, à l'heure où les Voortrekkers bâtissaient leurs fermes dans les plaines vides du Haut Veld, les administrateurs britanniques de la colonie du Natal inventaient l'apartheid avant tout le monde en créant les premières réserves indigènes pour Zoulous. On sait malheureusement que le principe devait faire école.

La création de l'Union puis de la République sud-africaine, le départ puis le retour au sein du Commonwealth, l'avènement de la démocratie n'ont que très peu changé ce Natal provocateur. Plus de 80 % de la population utilise le zoulou comme première langue, l'anglais n'étant employé que par 15 % des Nataliens et l'afrikaans par seulement 2 % d'entre eux.

La montagne et la mer. Le vert Natal se fait appeler la " Garden Province "... et ce n'est pas pour rien : vertes les dunes du Maputaland, vertes les collines autour de Tugela Ferry, vertes les cannes de la côte des Dauphins, verte l'herbe grasse des Midlands, verte la piste de Himeville. On se lancera donc sur les chemins à la découverte d'une Afrique au goût de samoussas, de maïs bouilli, de sucre brûlé, de gelée mentholée, en allant caresser du regard les mille mamelons de Botha's Hill avant de s'offrir une expérience de " haute montagne " au Sani Pass, en traversant les prairies pelées des Battlefields de l'intérieur, pour mieux apprécier ensuite la luxuriance de la côte à San Lameer ou la nature majestueuse de l'estuaire de Santa Lucia.

La province du KwaZulu-Natal assure 80 % de la production sucrière sud-africaine avec plus de 300 000 hectares de canne à sucre, exploités essentiellement par des petits planteurs - 50 000 exploitations de moins de 5 hectares de canne - et 2 000 grandes fermes commerciales de plus de 10 hectares.

En partant de Jo'burg, on peut entrer au KwaZulu-Natal par plusieurs portes, chacune ouvrant sur une région différente.

La voie nord, par la R33 de Piet Retief, traverse la rivière Pongola et atteint Vryheid, une bonne base de départ pour visiter les réserves d'Itala et d'Hluhluwe-Umfolozi et les Battlefields.

En venant du parc Kruger, on peut passer par le Swaziland, la route la plus directe, et entrer par Pongola là encore.

Une autre route au nord, par Volksrust et Dundee, permet de découvrir également les Battlefields, en empruntant notamment la R68, ou en passant par le Zululand profond de Tugela Ferry avec la R33.

La route sud, la plus rapide pour Durban, entre au KZN par le col Van Reenen et dévale les prairies fluorescentes des Midlands par Estcourt, Howick et Pietermaritzburg. C'est l'autoroute à péage N3.

Pour sortir un peu des sentiers battus, on quittera la N3 à la hauteur de Nottingham Road pour emprunter une des plus belles pistes d'Afrique du Sud, celle qui file vers le sud-ouest en direction d'Underberg.

Routes panoramiques autour du Drakenseberg du Swaziland.

À voir / À faire à DURBAN

Photos de DURBAN

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

AFRIQUE DU SUD (+LESOTHO)

Guide AFRIQUE DU SUD (+LESOTHO)

AFRIQUE DU SUD (+LESOTHO) 2019/2020

14.95 €
2018-09-19
552 pages
Ailleurs sur le web
Avis