CATACOMBES DE KÔM EL-SHOUGAFA

Plaque millesim 2018

Le site de Kôm el-Shougafa, dont on veut que le nom dialectal signifie " monticule de tessons ", dissimule un réseau de catacombes articulé autour d'un puits central. Il a été découvert, dit-on, lors de l'effondrement d'une voûte sous le poids d'un âne. Les recherches archéologiques y ont débuté en 1892. Le site date des Ie et IIe siècles de notre ère, et allie influences hellénistiques, romaines et égyptiennes. Il est situé dans le quartier antique de Rhakotis. C'est le site creusé le mieux conservé d'Alexandrie.

On accède aux catacombes par un puits vertical autour duquel un escalier circulaire a été aménagé. Il donne accès à une grande salle carrée où un triclinium a été sculpté à même la roche ; les familles s'y réunissaient afin d'y célébrer leurs morts. On passe ensuite une rotonde. La partie la plus décorée de l'hypogée est une chapelle funéraire composée de trois niches. Le décor des bas-reliefs est typique de l'art gréco-romain tardif d'Alexandrie : si l'on reconnait bien Osiris et le rite de la momification, la plastique des personnages n'est plus égyptienne, le bandelage de la momie est en losanges comme le sont les momies du Fayoum. Le grand serpent au corps entrelacé est appelé Agathos Daimon, ce qui signifie, en grec, le " génie bienveillant " ; il est le protecteur d'Alexandrie et un emblème particulier de la ville. Lors du choix de l'emplacement de sa future ville, Alexandre aurait croisé des serpents dont il aurait apprécié le bon augure, et qu'il aurait ainsi honorés. De part et d'autre de cete chapelle, se déclinent des galeries bordées de loculi qui pouvaient enfermer plusieurs corps posés sur une couche de sable, et accompagnés de vases. Le hall de Caracalla, auquel on accède par la rotonde, porte le nom de l'empereur romain dont des chrétiens, victimes de ses persécussions, ont été retrouvées dans ce lieu.

Sur l'esplanade, différents vestiges de tombes sont exposées à l'air libre. Deux éléments architecturaux se distinguent. La tombe de Tigrane, déplacée de la rue Port-Saïd à ce quartier, est une petite chapelle constituée de deux chambres parées de peintures murales hellénistiques ; on notera à nouveau la technique de bandelage de la momie posée sur un lit aux pieds stylisés. La tombe Wardian, trouvée aussi dans le même quartier que la tombe de Tigrane, est réhaussée d'éléments sculptés.

CATACOMBES DE KÔM EL-SHOUGAFA
Je gagne 100 foxies
Partagez cette adresse

Adresse et contacts :
CATACOMBES DE KÔM EL-SHOUGAFA

Sharia el-Nassareya
Alexandrie
Égypte
Voir sur la carte

En savoir plus sur Égypte

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !