PARC ARCHÉOLOGIQUE DE PAPHOS

Site archéologique |

L'avis du Petit Futé sur PARC ARCHÉOLOGIQUE DE PAPHOS

Plaque millesim 2018

Voici l’un des plus beaux sites historiques de Méditerranée, classé au patrimoine mondial par l’Unesco depuis 1980. Il s’agit du centre de l’antique ville de Nea Paphos fondée à la fin du IVe s. av. J.-C. par le roi Nicoclès. Le lieu est surtout réputé pour ses mosaïques qui comptent parmi les plus belles de l’Antiquité. Elles sont pour l’essentiel datées de la période romaine (IIe-IVe s. de notre ère). Le parc abrite aussi d’importants monuments de la période hellénistique (IVe-IIe s. av. J.-C.) ainsi que des vestiges hérités des Byzantins et des Lusignan. Le site est bien aménagé avec de nombreux panneaux en anglais et en grec pour les principaux monuments. A l’entrée, une carte détaille un itinéraire en 14 points, de la billetterie (1) aux chambres mortuaires de Toumpallos (14).

Entrée

Point n° 1 sur la carte du site. C'est ici que les guides conférenciers donnent rendez-vous si l'on a réservé auprès de l'office de tourisme 24h à l'avance.

Centre des visiteurs

Point n° 2 sur la carte du site, 50 m à l’ouest de l’entrée (escaliers). En haut des marches, à gauche, ce bâtiment moderne abrite un point d’information, une boutique de souvenirs et une petite exposition intéressante sur la biodiversité du site. Cette dernière met en relation les espèces d’oiseaux vivant encore ici et celles représentées dès le XIVe s. av. J.-C. sur les vases, poteries et mosaïques découverts lors des fouilles. Un film sur le travail des archéologues est également projeté.

Villa d’Aiôn

Point n° 3 sur la carte du site, environ 150 m à l’ouest du Centre des visiteurs. Cette villa romaine construite et modifiée entre le IIIe et le Ve s. abrite certaines des plus belles mosaïques de l’Antiquité découvertes en 1983 par l’équipe d’archéologues polonais (universités de Varsovie, Cracovie et Wrocław) qui travaille ici depuis 1965. La plus grande salle (67 m2), où se tenaient les banquets et dont le sol est décoré de mosaïques, est protégée par une structure moderne en pierre. La villa doit son nom à une représentation d’Aiôn (ou Aïon), dieu du Temps dans les mythologies grecque, phénicienne et romaine. Elle est également appelée « villa du Siècle ».

Mosaïque d’Aiôn. Il s’agit d’une mosaïque en 5 tableaux contenant des éléments géométriques et des figures humaines. Aussi appelée « mosaïque de Dionysos », elle est dans l’ensemble bien préservée, même si certaines parties sont manquantes. Les noms des personnages sont dévoilés par les inscriptions grecques. Dans la partie centrale, le dieu Aiôn apparaît comme le juge départageant un concours de beauté entre les Néréides Thétis, Doris et Galatée (nymphes de la mer) et Cassiopée, reine d’Ethiopie. Elle est découpée en deux scènes, l’une sur mer et l’autre sur terre. Cette dernière fait apparaître Cassiopée en grande gagnante, à moitié nue à la manière de l’Aphrodite Anadyomène sortant des eaux. En haut à gauche, figure Léda (mère d'Hélène de Troie, de Castor et de Pollux) séduite par Zeus ayant pris l’apparence d’un cygne. En haut à droite, le tableau représente la naissance de Dionysos, qui est confié au Silène Trophée (petit et vieux satyre, au centre). La partie en bas à droite figure le triomphe d’Apollon lors du concours de musique avec le satyre Marsyas (avec le bonnet phrygien) qui avait osé le défier. Enfin, en bas à gauche, le tableau représente le cortège solennel du jeune Dionysos allant à travers le monde. Cet ensemble est chargé de symboles mêlant paganisme et christianisme. Il est daté du début du IVe s., période durant laquelle le christianisme s'étendit à Chypre. Cela explique notamment que Dionysos, habillé et auréolé, soit représenté comme l’incarnation de la sagesse et non plus comme le dieu du vin et de la joie.

Villa de Thésée

Point n° 4 sur la carte du site, quelques mètres au sud de la villa d’Aiôn. Édifiée à la fin du IIIe s., c’est la plus grande habitation du site (9 600 m2). Détruite par les tremblements de terre du IVe s., elle fut reconstruite et habitée jusqu’au début du VIIe s. Elle a été le siège du proconsul, gouverneur romain de Chypre. Comme la villa d’Aiôn, elle est sous la responsabilité de la mission archéologique polonaise. Cet ensemble architectural, dont subsiste les fondations et des colonnes restaurées, est organisé en quatre ailes autour d’un atrium avec environ 100 salles, dépendances, ateliers et bains (angle sud-est). Les salles administratives et de réception, décorées de mosaïques, se trouvent dans l’aile sud.

Mosaïques. Environ 1 400 m2 de mosaïques ont été mises à jour, avec 3 œuvres principales décrivant des scènes de la mythologie grecque. La villa doit ainsi son nom à la représentation sous forme de cercle de Thésée tuant le Minotaure. Située à gauche au début de la passerelle (salle n° 36), elle est datée du IIIe s. et fut restaurée au Ve s. C’est la plus ancienne des mosaïques de la villa. Autour de Thésée, trois personnages : derrière lui, un vieillard figurant le labyrinthe du roi Minos, en Crète ; à sa droite, une femme symbolisant la Crète, à sa gauche, Ariane, fille de Minos, qui aida Thésée à sortir du labyrinthe. La scène est entourée d’un vaste motif géométrique figurant de manière schématique le labyrinthe. Plus loin, vers le nord, le sol de la salle n° 40, où le proconsul donnait ses audiences, est décoré de la mosaïque de la naissance d’Achille (ou « bain d’Achille ») qui date du IVe s. C’est le seul tableau subsistant d’un plus vaste ensemble. La mère d’Achille, Thétis, est allongée au centre, tandis que son père, Pélée, est assis à gauche. Une nourrice tient Achille dans ses bras et se prépare à lui donner son premier bain. Derrière Pélée apparaissent les trois Moires (divinités du Destin) : Clotho, Atropos et Lachésis. Cette œuvre est largement influencée par le christianisme. Sa composition rappelle la manière dont sont représentés la naissance et le premier bain du Christ dans les églises paléochrétiennes. Une troisième mosaïque figurant Poséidon et son épouse Amphitrite (salle n° 76) est généralement recouverte de sable pour en assurer la préservation.

Villa d’Orphée

Point n° 5 sur la carte du site, quelques mètres à l’ouest après avoir traversé la villa de Thésée. De taille modeste – mais toute de même dotée de bains, cette villa romaine de la fin du IIe s. a subit d’importantes dégradations dues à des pillages. Fouillée par le département des Antiquités de Chypre, elle abrite toutefois trois mosaïques bien préservées : Hercule combattant le lion de Némée (premier des douze travaux d’Hercule), une Amazone à cheval et Orphée apprivoisant au son de sa lyre des bêtes sauvages.

Villa de Dionysos

Point n° 6 sur la carte du site, environ 150 m au nord de la villa de Thésée. C’est la plus spectaculaire villa du site. Cette luxueuse résidence romaine s’étend sur environ 2 000 m2, dont 556 m2 couverts de mosaïques de très grande qualité. Elle été construite à la fin du IIe s. Détruite au cours du premier quart du IVe s. par un tremblement de terre, elle a été reconstruite peu après. Découverte par hasard, elle a été fouillée de 1962 à 1985 par le département des Antiquités de Chypre. Aujourd’hui recouverte d’une structure en bois, la villa est composée de 40 pièces réparties autour d’un patio, avec 16 d’entre-elles (salles de réception) décorées de mosaïques de la fin du IIe s., dont plusieurs représentent des scènes mythologiques en rapport avec le dieu Dionysos.

Mosaïque de Scylla – pièce n° 1. C’est la seule mosaïque qui ne se situe pas à son emplacement original. Elle appartenait à un bâtiment plus ancien sur lequel a été édifiée la villa romaine. Elle date de la période hellénistique (fin IVe-début IIIe s. av. J.-C.). On y voit Scylla, monstre marin mythique au buste de femme et dont le reste du corps est composé d’une queue de poisson et de têtes de chien, brandissant un mât de bateau et un trident, et entouré de dauphins et de figures géométriques.

Mosaïque de Narcisse – pièce n° 2. Représentation de Narcisse admirant son reflet dans l'eau du lac.

Mosaïque des Quatre Saisonspièce n° 3. Elle comporte 5 panneaux représentant des figures humaines : l'été couronné d'épis tenant à la main une faucille (en h. à g.), le printemps couronné de fleurs tenant à la main une houlette (en h. à d.), l’automne couronné de feuilles (en bas à d.), l’hiver (en bas à g.) et un personnage indéterminé (au centre), sans doute le dieu du Temps, Aiôn.

Mosaïque du Triomphe de Dionysospièce n° 4. Elle est composée de 4 panneaux. Tout d’abord, la scène mythologique du retour triomphal de Dionysos après sa campagne militaire en Inde. Le dieu est assis sur un chariot tiré par deux panthères, dont Silène – son père adoptif – tient les rênes. Ils sont suivis d'un cortège formé de Pan (dieu de la Foule), d'un esclave indien ligoté et de deux Bacchantes (prêtresses du culte de Dionysos). De part et d’autre, deux petits panneaux des Dioscures (enfants de Zeus) Castor et Pollux (dieux tutélaires de l'Hospitalité et de la Navigation). Tous deux sont en tenue militaire, portent une lance et tiennent les rênes de leurs chevaux. Enfin, une scène de vendange est représentée dans le panneau central.

Mosaïques géométriques – pièces nos 5, 7, 9 et 14. La plus riche est celle de la pièce n° 9 avec des formes d'étoiles et de carrés, décorées de figures en croix, de losanges, de peaux, de nœud de Salomon, de roses, de palmettes.

Mosaïques de chassepièces nos 10, 11 et 12. Des chasseurs sont représentés avec des proies aussi diverses que le lion, le tigre, le léopard, le taureau, le mouflon, mais aussi le cochon et l’âne.

Mosaïque de Phèdre et Hippolyte – pièce n° 6. Hippolyte revient de la chasse accompagné d'un chien. Il semble embarrassé à la lecture de la déclaration d'amour de sa belle-mère, Phèdre. Celle-ci, à droite, est assise sur un trône, inquiète dans l'attente de la réaction du jeune homme. La passion de Phèdre est symbolisée par la flèche que Cupidon dirige vers son cœur. L’histoire finira mal : devant le refus d’Hippolyte, Phèdre l'accusera de viol et se suicidera.

Mosaïque du rapt de Ganymèdepièce n° 8. Réputé le plus beau des mortels, le prince troyen Ganymède est enlevé par Zeus, qui a pris l'apparence d'un aigle, pour en faire son amant.

Mosaïque du Paon – pièce n° 15. Magnifique paon à queue bleue faisant la roue.

Mosaïque à quatre panneaux – pièce n° 16. Chaque panneau suivant (de g. à d.) représente une scène mythologique sans lien avec les autres.

1er panneau : le suicide de Pyrame et Thisbé, les deux amants légendaires de Babylone. Pyrame, ayant découvert le voile de Thisbé déchiré et taché de sang par le tigre (au centre), l’imagine dévorée par le fauve et se donne la mort. En découvrant le corps sans vie de son amant, Thisbé se suicide à son tour.

2e panneau : Dionysos révèle les propriétés enivrantes de la vigne au cultivateur athénien Icarios. Le dieu recommande de ne pas divulguer le secret, mais Icarios explique à deux bergers comment produire le vin. S’ensuit une malédiction qui cause la mort d’Icarios, de sa fille et des deux bergers. Dionysos et la nymphe Acmé à demi-nue sont représentés sur la partie gauche. Au centre, Icarios tient les rênes d'un char chargé d'outres de vin. A droite, les deux bergers en état d'ébriété avec l’inscription « ΟΙ ΠΡΩΤΟΙ ΟΙΝΟΝ ΠΙΟΝΤΕC » (« Les premiers buveurs de vin »).

3e panneau : Poséidon et Amymone. Le dieu de la Mer révèle à la fille du roi Danaos, dont le royaume est en proie à la sécheresse, l’emplacement d’une source, ici symbolisée par une amphore. Lors de cette rencontre, Poséidon et Amymone ont également une brève aventure, sous les auspices du dieu de l'Amour et de la puissance créatrice, Eros (au centre, au-dessus de l’amphore).

4e panneau : Apollon et la nymphe Daphné transformée en laurier. Pour se venger d'Apollon, qui s'est moqué de lui, Eros (à d.), décoche une flèche sur le dieu (assis, à g.) qui le rend fou amoureux de Daphné, l'autre sur la nymphe, qui inspire à cette dernière le dégoût de l'amour. Alors qu'Apollon la poursuit, épuisée, elle demande à son père, le dieu fleuve Pénée, de lui venir en aide. Ce dernier n’a d’autre choix que de métamorphoser sa fille en laurier.

Acropole

Points n° 8, 9, 10 et 12 sur la carte du site, 150 m au nord de la villa de Dionysos.
L’acropole (« ville haute »), le centre de la cité de Nea Paphos, était constitué d’un ensemble de bâtiments aujourd’hui facilement repérables grâce au petit phare blanc qui domine le site archéologique.

Asclépiéion – point n° 8 sur la carte du site. Il s’agit des vestiges d’un temple du IIe s. dédié à Asclépios, dieu de la Médecine. Il s’étend au sud de l’odéon et au sud-ouest de l’agora. Ce vaste complexe établi autour d’une cour carrée a aussi été utilisé comme centre de guérison. En attestent les « bouillottes thérapeutiques » en forme d’organes humains découvertes sur place en 1968 par le département des Antiquités de Chypre.

Odéon – point n° 9 sur la carte du site, à côté de l’Asclépiéion. L’odéon (IIe s.) était destiné aux représentations musicales et aux concours de poésie et de musique. A l’état de ruines lors des fouilles menées par le département des Antiquités chypriotes dans les années 1970, l’odéon a été complètement reconstruit en 1993.

Agora – point n° 10 sur la carte du site, en face de l’odéon. L’agora (place du marché) fut le cœur de la cité à partir du IIe s. av. J-.C. Formant un carré de 95 m de côté, elle n’offre aujourd’hui que peu à voir à part quelques colonnes.

Pharepoint n° 12 sur la carte du site, 50 m à l’ouest de l’odéon, pas de visite. Construit en 1888 par les Britanniques, c’est un des principaux points de repère pour les navigateurs sur la côte ouest de Paphos. Situé sur une petite colline à 16 m d’altitude et d’une hauteur de 20 m, il émet un faisceau lumineux toutes les 15 secondes à la nuit tombée. Selon les archéologues, c’est à cet emplacement que se trouvait le centre de l’acropole.

Porte nord-ouest

Point n° 11 sur la carte du site, 150 m au nord du phare. Dès sa fondation au IVe s., la ville s’est dotée d’une enceinte de protection. La porte nord-ouest, construite au IIe s. de notre ère, est un des rares éléments du système défensif encore visibles.

Toumpallos

Point n° 14 sur la carte du site, à l’extrême nord-est du site, 300 m au nord-est de l’agora. Cet ensemble de cavités creusées sous le sol offre un peu d’ombre. On a longtemps pensé qu’il s’agissait d’une garnison de Ptolémée, héritier d’Alexandre le Grand en Egypte. Mais grâce aux recherches réalisées par une mission archéologique italienne, on sait depuis 2014 qu’il s’agissait d’un lieu de culte païen en hypogée, c’est-à-dire souterrain. Il s’agit même du plus grand de ce genre dans le bassin méditerranéen. Avec son vaste réseau de tunnels et de salles creusées dans la roche, dont certaines décorées de mosaïques, ce sanctuaire a été utilisé à partir du IVe s. av. J.-C., puis transformé en lieu de culte chrétien avec la construction d’une chapelle 8 siècles plus tard.

Château de Saranta Kolones

Point n° 13 sur la carte du site, 150 m au nord de l'entrée. Le château médiéval des « Quarante colonnes » (Σαράντα Κολώνες/Saranta Kolones) doit son nom au grand nombre de colonnes en granite découvertes ici. Le lieu a été fortifié à la fin du VIIe s. par les Byzantins pour défendre le port face aux raids arabes. Pour ce faire, de nombreux matériaux ont été prélevés sur le site de l’agora, les colonnes notamment. Les Lusignan ont modifié l’endroit, le transformant en château fort. Autour d’une cour intérieure carrée de 35 m de côté ont été creusées des douves et érigés des murs de 3 m d’épaisseur. L’ensemble était renforcé par 4 puissantes tours d’angle, quatre tours intermédiaires sur chaque mur et une porte côté est. Détruit par un tremblement de terre en 1222, le château a alors été abandonné. Il en reste d’imposantes ruines au milieu desquelles se détachent les frêles voûtes d’une ancienne basilique.
Je gagne 100 foxies
Partagez ce bon plan

Informations et horaires sur PARC ARCHÉOLOGIQUE DE PAPHOS

De mi-avril à mi-septembre : 8h30-19h30 (sinon 17h) ; 4,50 €. Audioguide gratuit en français sur visitcyprus.com.

Avis des membres sur PARC ARCHÉOLOGIQUE DE PAPHOS

Note générale : 4.4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
9 avis d'internautes
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2019
Très beau site
C'est un très beau site à visiter, de belles mosaïques, un très beau théâtre, une visite incontournable.
Avis déposé le 07/07/2019 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en avril 2019
Agréable site
Ce site est l'occasion de faire une belle promenade en bord de mer. De belles mosaïques à regarder qui retracent la vie de cette époque. On n'est pas obligé de sortir par l'entrée mais par des portes situées plus loin ce qui permet de visiter le prochain site.
Avis déposé le 01/06/2019 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2019
Parc Archéologique
Ce site est à faire.
Facile d'accès, le principal intérêt c'est les mosaïques au sol en très bon état.
Une partie du parc est gratuit à l'Est de la route principale. Il peut éventuellement suffire pour les petits budgets.
Avis déposé le 26/05/2019 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en novembre 2018
Amazing mosaics in the House of aion of teseus and dyonisos. Especially the last one is full of interesting stories of mithology represented on mosaics. You Could want a guide book for bette explanation but the signs are good.
Avis déposé le 03/11/2018 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mars 2018
Le parc archéologique de Paphos est assez impressionnant, il offre de nombreux monuments tel qu'un théâtre, un ancient château, des mosaïque, des ruines etc. La balade qui s'accompagne avec est également agréable.
Avis déposé le 05/04/2018 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2017
Il faut le faire absolument car tout est magnifique des mosaique des maisons d'AION, de THESEE ou de DYONYSOS, l'agora est à voir. On apprend beaucoup sur cette civilisation. Ne loupez pas le chateau SARANTA qui se trouve un peu à l'ecart. Attention il faut de bonnes chaussures car le site est grand, et un chapeau car il n'y a que peu d'arbres
Avis déposé le 12/06/2017 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2016
à faire absolument!
Attention prévoir eau et chapeau (même en octobre nous avons fait la visite à la mi journée et on a eu chaud!)
De magnifiques ruines et mosaïques dans les maisons, avec vue sur la mer!

Pensez à télécharger l'audio guide ou le pdf (en Français! ) avec les explications du site visit cyprus car le site est très mal mis en avant (peu d'explication).
Le plan imprimé sur le dépliant n'est pas à jour! (nous avons perdu pas mal de temps à chercher dans le site des n° de ruines auxquels le public n'a pas accès) regarder plutôt celui à l'entrée du bâtiment (à l'extérieur) qui lui est bien.
Avis déposé le 28/10/2016 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Il faut se préparer à une visite plutôt longue (environ 3 h) et prévoir des chaussures confortables car il y a de la distance entre les différents points d'intérêt mais le spectacle en vaut la peine : ces mosaïques sont peut être inégalables ; les artisans de l'époque étaient des génies !
Avis déposé le 30/10/2015 
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Site à découvrir absolument. Il fait chaud en été mais cela vaut le coup. Comptez 2 heures, et prenez de l'eau, même si au milieu du parc il y a une petite maison avec des machines à boisson peu chères. Les mosaïques sont de toute beauté et la finesse du travail nous réjouit les yeux. la balade dans le parc est facile mais le soleil cogne. Je pense que les plus jeunes enfants n'y trouveront pas grand intérêt, car il faut marcher de maison en maison. Mais pour le reste un vrai moment de culture et d'émerveillement face au travail accompli, il y a si longtemps. Entrée:4.50€
Avis déposé le 02/09/2015 
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Paphos

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !
    Jeu concours

    Les jeux concours du moment

    Remportez 2 séjours exceptionnels en Normandie (2 gagnants) !

    Un séjour inoubliable en Normandie avec Latitude Manche. Une occasion unique de découvrir des paysages insoupçonnés et de profiter des belles plages de sable fin...

    2 séjours à remporter 2 gagnants tirés au sort