CHAMP DES STELES

Site archéologique
  Axoum
Éthiopie

Voir sur la carte

L'avis du Petit Futé sur CHAMP DES STELES

Plaque millesim 2020

Cet espace dégagé au nord de la ville permet d’admirer les plus beaux spécimens de ces monuments symboliques. Une petite partie du champ a été mise à jour par les archéologues, mais la majeure partie est encore ensevelie dans la terre ! Vous verrez tout un champ de stèles encore intactes qui n'a pas révélé ses mystères. Ces découvertes ne parlent pas beaucoup du passé non plus, les informations sur cette civilisation très ancienne étant rares. Il est admis que ces monuments funéraires symbolisent des maisons à étages, avec leurs décors de fenêtres, leurs portes à serrures encadrées de ces motifs de « têtes de singe » typiques de l’architecture axoumite et que l’on retrouve dans de très nombreux édifices civils et religieux postérieurs à cette époque. Le sommet en croissant (symbole païen arabique ?) des édifices arborait certainement des décorations métalliques, comme le prouvent les traces visibles d’oxydation.

Le musée archéologique. Ouvert de 8h à 12h et de 14h à 18h tous les jours. La visite du musée est une bonne introduction à celle des sites de la ville. On y expose des pierres portant des inscriptions sabéennes et grecques, des pièces de monnaies axoumites, une belle collection de poteries et de bijoux mis à jour lors des fouilles. Des maquettes (dont celle de Ta'akha Palace) et des dessins décrivent l'ingéniosité et la richesse des habitants de ce royaume mystérieux. Un petit film sur Axoum et la région du Tigré est diffusé et permet de terminer la visite. Ne manquez pas la réplique d'une maison typique d'Axoum, située juste à côté du musée. Petite boutique d'artisanat local.

Les guides, chaleureux et disponibles, semblent avoir parfois leur propre interprétation de l’histoire de la cité, à ne pas prendre au pied de la lettre. Leur aide rend quand même la visite plus vivante.

La première stèle, de 33 m, est couchée et brisée en plusieurs morceaux. Sculpté sur ses quatre côtés, l’édifice aurait pu s’effondrer lors de son érection faute d’une fosse suffisamment profonde pour soutenir ses 400 tonnes. La tradition populaire y voit quant à elle la marque des pillages de la reine Gudit, désireuse de récupérer les décorations d’or qui ornent le sommet des monuments. Pour d’autres, cet effondrement, considéré comme un signe divin, aurait précipité la conversion de la ville au christianisme.

Une deuxième stèle, de 28 m de hauteur, était située dans une fosse voisine, dont il ne reste que l'emplacement puisqu'elle a été dérobée lors de l’occupation italienne en 1937. A l’époque, le transport du monolithe de 200 tonnes avait donné lieu à une entreprise épique obligeant les Italiens à découper le bloc en cinq morceaux, dont l’un a été d’ailleurs oublié sur place, avant que la stèle ne soit reconstituée pour être érigée sur une place romaine. La restitution de ce symbole à son pays d’origine a fait l’objet d’un véritable feuilleton. La stèle est aujourd'hui de retour et été redressée à son emplacement initial.

Une troisième stèle de ce qui aurait pu être un alignement dont la signification n’est pas établie culmine à 24 m. Connu sous le nom de « stèle d’Ezena », le monument compte neuf étages et un soubassement à degrés avec sculptures de feuilles de vigne et de petites excavations qui rappellent étrangement le jeu de gabeta, encore très populaire en Afrique.

Le mausolée, dont l’entrée est marquée par un colossal portique de granit, est ouvert à la visite, après plusieurs années de travaux de fouilles et de réhabilitation.

Tombe des arches de briques. Datant du IVe siècle et nommée ainsi en référence au matériau qui compose sa voûte en berceau et les arches qui séparent les quatre chambres funéraires creusées dans la roche, elle semble avoir échappé aux pillages et a livré de véritables trésors archéologiques : poteries, fragments de vaisselle, ivoires sculptés, panneaux de bronze...

Tombe du roi Bazen. La structure de cette tombe creusée dans la roche et non bâtie la fait dater d’une période bien antérieure aux autres, sans doute de l’époque même de la naissance du Christ.

Dans les parois de l’escalier menant aux trois niches principales, qui auraient recueilli les dépouilles du roi, de sa femme et de ses enfants, d’autres excavations plus petites font l’objet de supputations. Selon la légende, elles auraient abrité les corps de plusieurs guerriers, enterrés en même temps que leur souverain... Un peu en surplomb de cette sépulture, une fosse dégagée révèle la présence de plusieurs autres niches funéraires dont certaines semblent n’avoir été que partiellement creusées.

Tombe du roi Remhai. A l’extrémité nord-ouest du champ. Elle était connue sous le nom de « tombe de la fausse porte », en référence au motif que l’on retrouve également sur les stèles. Ces salles funéraires du IVe ou du Ve siècle, accessibles par un escalier, ont été dégagées en 1974 du tumulus qui les dissimulait. Malgré les pillages successifs qui laissent penser qu’elles hébergeaient de véritables trésors, on y a découvert des échantillons végétaux certifiant de la culture du tef et du faux bananier, qui constituent aujourd’hui encore les bases de l’alimentation locale. Les curiosités de la chambre funéraire principale résident dans le sarcophage de pierre d’un seul bloc qu’elle abrite et dont la résonance laisse supposer qu’il est creux, ainsi que dans la dalle unique qui compose le plafond de l’édifice.

Je gagne 100 foxies
Partagez ce bon plan

Avis des membres sur CHAMP DES STELES

Note générale : 3.8/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
4 avis
3/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2019
Sans plus.
Cher pour ce qu'il y a a visiter, le prix de ce site réduit est a peu près le même que pour l'impressionnant Chichén Itzá au Mexique.
A moins d’être passionné par l'empire Aksoumite, le détour n'est pas obligatoire.
Avis déposé le 03/11/2019 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mars 2019
Etonnant et très intéressant à voir!
La visite des obélisques est à ne pas rater à mon avis. Les explications sur les stèles et la visite du sous-sol avec la tombe des rois sont très intéressantes.
Avis déposé le 01/04/2019 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mars 2019
Site historique à ciel ouvert
Dans cet espace ouvert faisant face à la cathédrale on trouve des stèles dont certaines ont été découpées, transportées en Italie, puis ramenée ici. A voir à Axoum!
Avis déposé le 01/04/2019 
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2016
Ces stèles sont impressionnantes par leur dimensions et témoignent du riche passé archéologique de l’Éthiopie. Impressionnant aussi l'assiduité des jeunes et moins jeunes qui visitent le musée avec sérieux et fierté.
Avis déposé le 05/05/2017 
Je gagne 100 foxies

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !