Les trois provinces maritimes du Canada se trouvent à l'est du Québec. L'Île-du-Prince-Édouard, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick affichent un littoral fortement marqué par la puissance de l'océan Atlantique. Dans ces fascinantes contrées rurales, on rejoint des parcs et leurs plages où il n'est pas rare d'apercevoir des baleines au loin. On prend aussi un grand bol d'air dans les vastes forêts, où il est agréable d'effectuer des randonnées à pied ou à vélo et d'emprunter des routes pittoresques. On s'accorde aussi entre deux escapades dans la nature, des pauses gourmandes autour de fruits de mer, comme à Lunenburg ou dans les cités francophones de l'Acadie. Comptoir des Voyages proposent des séjours en immersion, afin de découvrir de la manière la plus authentique possible ces petits paradis que sont les provinces maritimes.

île du Cap-Breton© Andreas_Stock.adobe.com

L'Île-du-Prince-Édouard

Prendre la direction de ce havre de paix, au creux du golfe du Saint-Laurent, c'est s'offrir l'occasion de s'asseoir sur des plages paisibles, et de contempler des falaises rouges et des collines verdoyantes. En arrivant sur l'île, il faut commencer par une étape dans sa capitale, Charlottetown. C'est ici que la confédération canadienne est née, en 1864, tout un symbole. Pour en apprendre plus sur le sujet, il faut se rendre à la Province House. Puis on flâne dans le quartier historique de la ville pour y contempler de jolies maisons en bois colorées et on s'installe à la table d'un restaurant pour profiter de la gastronomie locale. Une balade digestive à Peake's Wharf est une jolie façon de s'imprégner de l'ambiance insulaire. En prenant la direction du nord, on découvre le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard, l'un des plus beaux du pays. Il abrite de sublimes dunes et plages de sable rouge-orangé à n'en plus finir et des falaises de grès. Plusieurs sentiers permettent d'effecteur des balades spectaculaires, comme celui de Homestead. Une visite ne peut être complète sans aller voir la partie acadienne de l'île, dans la région Évangeline. Plusieurs lieux symboliques offrent la possibilité d'en savoir plus sur nos cousins francophones tels que le centre communautaire d'Abram-Village, l'église de Mont-Carmel et le musée de Miscouche. Un détour à West Point est enfin une autre occasion de dîner au coucher du soleil et de laisser flotter ses yeux vers le large. 

L'Île-du-Prince-Édouard© DbviragoStock_adobe.com

L'île du Cap-Breton

Cette île incroyable, qui se trouve au nord de la Nouvelle-Écosse, est un gigantesque plateau boisé qui surplombe une jolie côte sauvage. Le lac Le Bras d'Or coupe presque l'île en deux. La partie sud est relativement peu élevée, quand la partie nord affiche des reliefs qui rappellent les Highlands d'Écosse. C'est d'ailleurs dans cette partie que l'on trouve le parc national des Hautes-Terres-du-Cap-Breton, qu'il est conseillé de rejoindre lorsque l'on emprunte la Cabot Trail, l'une des plus belles routes au monde. Lorsque l'on atteint le parc, on est forcément fasciné par les spectacles de nature offerts. Les forêts anciennes, les tapis de feuilles et les cascades finissent par laisser place à l'immensité de l'océan. Plus tard, on rejoint la région de Chéticamp, où vivent quelques milliers d'Acadiens dans de charmants petits villages isolés. Belle-Marche, Petit-Étang, accueillent les visiteurs pour partager avec eux la beauté des lieux. Sur l'île, les amoureux d'histoire apprécient une escale à la forteresse de Louisbourg, pour mieux comprendre l'histoire de ce haut lieu touristique construit au XVIIIe siècle et où vécurent des Français. L'Île du Cap-Breton est aussi une terre d'accueil pour les gourmands qui, en empruntant la charmante route nommée Fleur de Lys, se retrouvent dans des splendides villages de pêcheurs où les restaurants servent de succulents mets de tradition française. Rendez-vous enfin dans le village d'Ingonish pour digérer au milieu d'une nature de toute beauté.

L'Île du Cap-Breton© Petrov Vadimstock_adobe.com

L'île de Grand-Manan 

Au Nouveau-Brunswick, la petite île de Grand-Manan a des allures de parfaite destination de vacances. Elle est en effet une terre d'accueil pour les voyageurs de tous horizons. En premier lieu les amoureux de nature, qui ont l'occasion d'emprunter des sentiers de randonnée qui leur font découvrir des falaises escarpées, des plages désertes où les couchers de soleil sont une invitation au calme et à la détente. La route du bord de mer, longue de 33 km, conduit les visiteurs au coeur des splendides paysages maritimes, et également d'un phare à un autre, de celui de Southwest Head, à flanc de falaise, à celui de Swallowtail, qui est aussi le point de rencontre des phoques et des baleines. L'observation de la faune est d'ailleurs une activité incontournable, notamment pour les ornithologues, car le territoire accueille plus de 240 espèces d'oiseaux. Il est notamment fascinant de pouvoir les observer depuis l'île de White Head, que l'on peut rejoindre en 20 minutes de bateau. Ce lieu paisible où vivent 180 résidents est aussi agréable pour les balades à vélo ou le kayak, au gré des beaux paysages insulaires. Dans les villages de pêcheurs que l'on trouve ici et là, les pauses gourmandes permettent de goûter à tout ce qui fait la fierté locale, avec le hareng en tête de file. Puis, dans les petites boutiques commerçantes, il ne faut pas manquer de repartir avec un autre délice par excellence du lieu : l'algue. 

L'île du Grand-Manan© MLB Photography_Stock.adobe.com

L'île de Campobello 

Campobello, c'est l'île bien-aimée de Frankiln D. Rossevelt. Une escapade dans le parc international de Roosevelt Campobello séduit les amoureux d'histoire, qui ont l'occasion de voir à l'accueil un court-métrage retraçant les nombreux voyages de l'ancien président américain sur l'île, mais aussi de découvrir sa maison, dont les meubles ont appartenu en grande partie à l'homme et où l'on peut se détendre autour d'une bonne tasse de thé. Tout près se trouve le parc provincial Herring Cove, un très beau site naturel avec des sentiers pédestres, un golf, et de multiples chemins qui mènent vers les tourbières, les plages et les falaises majestueuses d'où l'on peut observer une faune abondante, dont des castors, des pygargues et des oiseaux de proie. Sur les plages, ce sont les phoques et les baleines qui signent l'appel du large. Les phares sont des lieux incontournables dans les provinces maritimes, et sur l'île de Campobello, Head Harbour fait partie des plus anciens du pays. On le comprend aisément, mais différents lieux sur l'île permettent de profiter de superbes panoramas : Head Harbour, Liberty Point ou bien encore Friars Head et la région du phare d'East Quoddy sont des lieux à ajouter à sa liste d'exploration des plus belles curiosités naturelles de l'une des plus belles îles d'Amérique du Nord.

L'île de Campobello© MLB Photography_Stock.adobe.com

L'île Miscou

Il faut emprunter deux ponts pour rejoindre l'île Miscou, qui apparaît être un lieu du bout du monde. Située à l'extrémité de la péninsule acadienne, on y trouve d'abord des terres sableuses d'une part, et de l'autre des tourbières, paysages si emblématiques des provinces maritimes. De nombreux chemins permettent d'explorer l'île, de parcourir les marais et de rejoindre les plages sauvages. Comme toute île qui se respecte, Miscou a aussi son phare. Ce monument historique occupe une place importante, il a tout d'abord été construit en 1856 pour guider les marins en direction de la Baie des Chaleurs et du Golfe du Saint-Laurent. Chaque printemps, locaux et touristes y guettent la programmation de la série de concerts Voir Miscou et mourir pour ensuite en juillet s'habiller en costume d'époque, manger autour du phare, profiter du cadre majestueux, de la plage et surtout, de la musique. Un lieu magique, plein de couleurs invitant à un éloignement apaisant.

L'île Miscou© Tourism New Brunswick