La Route 66 ! Voilà déjà plus de 60 ans que ce trajet mythique et majestueux fait rêver tous les aventuriers et amoureux des États-Unis. Les arrêts incontournables sont très nombreux et il est facile de passer à côté d’une des merveilles de la Main Street of USA. Pour les plus pressés, le Petit Futé vous a sélectionné les 10  incontournables de la Route 66, les 10 choses que vous devrez forcément avoir vues si vous voulez transformer ce voyage américain en rêve de toujours. Embarquez avec nous sur cette route emblématique.

©

Il faut bien un début et si vous commencez votre parcours par l’Est, ne mettez pas de côté cette somptueuse ville de Chicago. Surnommée « Windy City » par ses habitants principalement en raison du vent froid qui balaie souvent la ville, Chicago est une cité au dynamisme fou. La troisième métropole du pays regorge de musées passionnants, de bars animés et de plusieurs équipes sportives au plus haut de la hiérarchie américaine. Pourtant en 1871, un grand incendie a tout dévasté ou presque. Il a fallu tout reconstruire et les briques ont été préférées aux matériaux facilement inflammables. Un nouveau mouvement architectural apporte aujourd’hui de nouvelles matières, de nouvelles formes et surtout un nouveau visage ultra moderne. Le lac Michigan qui borde la ville, la rivière qui la traverse, ses buildings toujours plus hauts et ses structures d’art célèbres parsemées dans toute la ville sauront vous séduire, à coup sûr ! 

©

La route ne serait pas ce qu’elle est sans ses motels et ses diners. Ils ont fait et font encore la légende de la route 66. A chaque arrêt, au moment de faire le plein, les voyageurs qui rejoignaient l’est ou l’ouest du pays ne savaient plus où donner de la tête tellement ces établissements étaient nombreux. À la carte : hamburgers, poulet frit, milkshakes, coleslaw, soda, etc. Pour les plus fatigués, les motels étaient tout aussi présents. Il ne suffisait alors que de se garer près de sa chambre pour déposer aisément ses bagages, se reposer confortablement et repartir aux premières heures du matin. Aujourd’hui, ces établissements sont beaucoup moins nombreux et fringants qu’aux plus belles heures de la route 66 mais le regain de popularité de ce parcours redonne un deuxième souffle à cette économie de bord de route. La Mother Road est loin d’avoir dit son dernier mot…

©

Tout au long de la route, votre regard sera sûrement arrêté par de nombreuses peintures décorées à même le mur. Représentations historiques, fiertés locales ou icônes de la route et d’une époque dorée de l’Amérique, ces fresques sont un des symboles de la route. C’est à Cuba ou Tucumcari que vous verrez les plus belles d’entre elles. De vraies attractions locales qui déplacent les foules. À Pontiac, certaines d’entre elles présentent et honorent le travail de Bob Wildmire. L’artiste local, au mode de vie un peu bohème, a été rendu célèbre par ses célèbres dessins illustrant les attractions de la route 66. Aujourd’hui, les cartes postales présentant le travail de Bob Wildmire se vendent par milliers. Un bien modeste hommage que vous rendrez certainement à votre tour.

©

La route ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans les personnes qui l’ont façonnée ou qui la rendent unique, encore aujourd’hui. Dans l’Illinois, vous entendrez forcément parler du 16e président des Etats-Unis, Abraham Lincoln. Un personnage encore chéri des Américains, souvent nommé dans la liste des plus grands présidents de l’histoire. Pour la préservation de la route, on évoquera Angel Delgadillo, propriétaire d’un commerce et d’un salon de barbier. Vous pourrez rencontrer ce monument de la route dans l’Arizona. Mais les personnalités locales sont nombreuses et souvent intéressantes. Bob and Ramona Lehman du Munger Moss Motel (Lebanon, Mo), Nick Adam à la tête du Ariston Café (Litchfield, Il) ou encore Harley Russel, gérant du Sandhills Curiosity Shop (Erick, Ok) … Ce sont eux qu’il vous faudra rencontrer aujourd’hui pour revivre l’esprit de la Mother Road. 

©

Tout au long de la route, vous traverserez huit Etats mais surtout différentes cultures. La culture africaine très présente dans le nord du pays, principalement autour de Chicago. Sans comprendre ce mélange culturel, vous ne comprendrez pas tout à fait le fonctionnement de la ville. Plus bas, c’est l’influence française que vous ressentirez en parcourant Saint-Louis, fondée en 1764 par des commerçants et colons français. En poursuivant votre route vers l’ouest, c’est toute la culture indienne qui prendra le dessus. Walapai, Hopis, Anasasi, Navajos, Pecos, etc. Toutes ces différentes tribus indiennes vivent les unes à côté des autres, respectant leurs propres coutumes locales. Enfin, en direction de l’ouest, de Santa Fé à Los Angeles, c’est bien la culture mexicaine qui occupe une place importante, tant culturellement que culinairement parlant. Parcourir la route 66, c’est donc aussi traverser une terre de mixité culturelle, au cœur des USA. 

©

Tout au long des 4 000 kilomètres de la route, vous rencontrerez de nombreux modèles mythiques, à deux ou quatre roues. Chevrolet, Cadillac, Christler, Ford, Harley-Davidson, etc. Vous croiserez des passionnés prêts à tout pour conserver ces petits bijoux dans leur état d’origine. Vous visiterez aussi forcément, au cœur du Texas, ces champs où des Cadillac (et ou Volkswagen Beatles) sont plantées le nez dans le sol. Folklore ou vraie passion pour la mécanique ancienne, toutes les raisons seront bonnes pour voir ces modèles lustrés en bord de route. Dans tous les cas, en montant à bord ou sur l’une de ces beautés, vous pourrez vous imaginer, vous aussi, arpentant cette route mythique, 50 ans en arrière. Magique !

©

Dans l’est du tracé, les ponts métalliques surplombant la route se multiplient. Les Old Chain of Rocks Bridge ou Rainbow Bridge (pour ne citer qu’eux) font aussi partie de l’histoire de la Mother Road. Construits pour permettre aux camions de l’armée américaine de pouvoir circuler plus facilement, en particulier à l’approche de la Seconde Guerre mondiale, ces ponts ont été délaissés progressivement comme l’ensemble de la route 66. Aujourd’hui, vrais emblèmes d’un mouvement architectural porteur dans les années 1940, on se presse par centaines de touristes pour les photographier. À ne pas manquer donc !

©

Comment envisager d’emprunter la route 66 sans prendre une photo près de la Baleine Bleue ou du Round Barn de Catoosa, dans l’Oklahoma ? Comment parcourir la Mother Road sans faire un arrêt à l’arche de Saint-Louis ou au Bagdad Café du film éponyme, en Californie ? Pour profiter et ressentir au mieux la route, vous serez obligé de vous garer dans des lieux parfois lugubres, délaissés, vous poser quelques minutes devant pour enfin vous poser la question : « Comment c’était avant ? ». Les établissements de la route rivalisaient d’ingéniosité pour attirer les clients. Les Muffler Men, ces géants présents un peu partout au bord de la route, les enseignes lumineuses toujours plus imposantes, la plus grande chaise à bascule au monde ou la plus grande bouteille de ketchup. Bref, vous reviendrez avec une carte mémoire ou des pellicules pleines de photos insolites mais illustrant à merveille ce qu’était la route 66 à ses plus belles heures.

©

Plus vous approcherez la côte Ouest des États-Unis, plus vous parcourrez des étendues désertiques, sans âmes qui vivent. En journée, la chaleur et la faune rendent les lieux hostiles… Gare alors à la panne d’essence car nombreux sont les automobilistes à se laisser piéger. Mais, une fois le soir venu, vous serez nombreux à tomber amoureux de la palette de couleurs qui se dessinera dans le ciel. Rose, orange, bleu, violet… Tout s’accordera par magie pour vous laisser un souvenir impérissable de votre passage dans le désert américain.

©

Ultime arrêt et pas des moindres, la cité des Anges est la ville de tous les possibles, là où tous les rêves se réalisent (... ou non). Vous trouverez une atmosphère bien particulière basée sur l’apparence plus que sur la vraie vie. Gigantesque métropole, Los Angeles rassemble néanmoins de nombreux points d’intérêt, notamment aux niveaux culturel, sportif et universitaire : le Walt Disney Concert Hall et son orchestre, la célèbre équipe des Lakers ou encore l’université de UCLA par exemple. Un arrêt indispensable donc pour comprendre ce que recherchaient les Américains en allant vers l’ouest du pays. Pour finir votre parcours, vous vous tournerez logiquement vers l’océan. À Santa Monica, vous pourrez admirer la magnifique jetée, parcourir la longue promenade côtière et, adossé au panneau « End - Route 66 », vous pourrez dire fièrement : «  Je l’ai fait ! J’ai parcouru cette route mythique ! »

©