Guide de Nouvelle-Calédonie : Argent

Monnaie

La monnaie calédonienne est le franc pacifique (CFP). Elle se compose de grosses coupures de 500, 1 000, 5 000 et 10 000 CFP. Les pièces se divisent comme suit  : 1, 2, 5, 10, 20, 50 et 100 CFP.

Avant la Seconde Guerre mondiale, l'unité monétaire sur l'archipel était la même qu'en métropole. Les billets de banque différaient d'une colonie à l'autre mais la valeur du franc était identique. Au cours du deuxième conflit mondial, les Nouvelles-Hébrides, la Polynésie et la Nouvelle-Calédonie, suite à leur isolement, se sont tournées vers les États-Unis ou l'Australie pour leur approvisionnement. En 1942, lors de la présence de l'armée américaine, la Nouvelle-Calédonie a même connu une période de circulation du dollar sur son territoire. Le 25 décembre 1945, un décret créait le franc CFP fixant sa parité en fonction du franc français et du dollar. A partir de 1949, la parité du CFP n'était plus déterminée qu'en fonction du seul franc et arrondie à 5,50 FF. Depuis, la valeur du CFP est restée fixe par rapport au franc, passant en 1960 à 0,055 FF. Le CFP n'a pas été dévalué et reste à un taux voisin de 120 CFP pour 1 €, selon le ministère de l'Économie.

Bon à savoir  : pour la petite histoire, le sigle CFP signifiait initialement "  Colonies Françaises du Pacifique  " en 1945. Désormais, cette signification est tombée en désuétude. On lui donne comme signification "  Change du Franc Pacifique  ".

Du nouveau depuis 2014 !

Depuis janvier 2014, de nouveaux billets sont en circulation en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à Wallis et Futuna. Nouvelle taille, nouveaux logos, et renforcement de la sécurité, tels sont les changements. Les anciens billets étaient utilisables jusqu'en septembre 2014. Les anciens billets sont échangeables auprès de l'Institut d'Émission d'Outre-Mer (IEOM).

Taux de change

Le change du franc Pacifique est défini par rapport à l'euro selon une parité fixe  : 100 CFP = 0,84  € ou 1 € = 119,33 CFP.

Se procurer des  CFP en métropole est difficile, voire impossible dans votre banque qui vous renverra vers la Banque de France. Vérifiez avant de partir vos possibilités et capacités de retrait auprès de votre banquier pour éviter les mauvaises surprises une fois sur place. Vous pouvez également attendre d'être à l'aéroport de Nouméa pour prendre vos premiers billets (qui sont, soit dit en passant, plutôt encombrants). Attention également lors de la fin de votre séjour, les banques sur place disposent d'assez peu d'euros, achetés assez cher et apparemment réservés à la clientèle. Ne vous laissez donc pas surprendre à une heure du départ avec votre liasse de CFP.

Coût de la vie

Attention, le coût de la vie en Nouvelle-Calédonie est cher (les prix sont 1,5 fois supérieurs à ceux de la métropole). Pour profiter des activités, il vous faudra peut-être faire des économies sur le logement et la restauration. À Nouméa, vous pourrez manger sur le pouce pour moins de 1 000 CFP (barquettes à emporter ou sandwichs, accompagnés d'une boisson). Hors de la capitale, il faudra manger local (faire les marchés) afin de manger pour pas cher.

Voici quelques indications de prix :

Comptez 1 700 CFP à 3 000  CFP (de 14 € à 25 €) pour un plat du jour dans un restaurant.

L'auberge de jeunesse (du centre) propose des nuitées à partir de 1 700 CFP (en dortoir).

La moyenne des tarifs hôteliers oscille entre 6 000 et 10 000 CFP (50 et 85 €) pour une nuit en chambre double (en gîte ou dans un hôtel de catégorie moyenne).

Le ticket de bus à Nouméa coûte 190 CFP s'il est acheté dans un distributeur ou à un guichet et 210 CFP à bord du bus.

Budget

Prenez garde à votre budget vacances. Il vous sera difficile de vous loger pour moins de 90 € à Nouméa, fief des grands complexes hôteliers. Nouméa ne compte aujourd'hui que deux auberges de jeunesse (une dans le centre et l'autre à la Baie des Citrons) et n'a aucun camping. Les quelques motels et hôtels de catégorie moyenne affichent des prix oscillant autour de 60 €. Pensez à réserver lors des périodes d'affluence, comme pendant les grandes vacances ! Les établissements équipés de cuisines aménagées constituent un choix judicieux. En dehors de Nouméa, les terrains de camping sont en nombre suffisant, de même que les gîtes (50 € par nuitée pour deux personnes). Vous pourrez également dormir en tribu.

Côté restauration, tout dépend de vos attentes. Si vous appréciez les sandwichs et barquettes, vous pourrez grignoter pour moins de 10 €. En revanche, comptez au moins 15 € pour un plat du jour classique et de 25 à 30 € pour un menu. Les agences de location de voiture affichent des tarifs raisonnables (prix d'appel à partir de 15 € la journée, kilomètres non inclus).

Banques et change

Les banques reçoivent la clientèle du lundi au vendredi, de 7h45 à 15h45. La plupart des banques de Nouméa sont situées autour de la place des Cocotiers et sur l'avenue de la Victoire. Elles possèdent des succursales dans les agglomérations de la Grande Terre.

Se procurer des  CFP en métropole est difficile, voire impossible dans votre banque qui vous renverra vers la Banque de France. Si vous pensez à changer des euros sur place, sachez cependant que les frais de change peuvent être multipliés par cinq d'un bureau de change à un autre (ces frais sont souvent déjà inclus dans le taux de change affiché). On constate la même pratique en France. Préférez donc la carte bancaire. Pour les retraits mais aussi les paiements par carte, le taux de change utilisé pour les opérations s'avère généralement plus intéressant que les taux pratiqués dans les bureaux de change (à ce taux s'ajoutent des frais bancaires, indiqués ci-dessous).

Vous pouvez donc attendre d'être à l'aéroport de Nouméa pour prendre vos premiers billets (qui sont, soit dit en passant, plutôt encombrants). Attention également lors de la fin de votre séjour, les banques sur place disposent d'assez peu d'euros, achetés assez cher et apparemment réservés à la clientèle. Ne vous laissez donc pas surprendre à une heure du départ avec votre liasse de CFP.

Carte bancaire

Si vous disposez d'une carte bancaire (Visa, MasterCard, etc.), inutile d'emporter des sommes importantes en espèces. Dans les cas où la carte n'est pas acceptée par le commerçant, rendez-vous simplement à un distributeur automatique de billets.

En cas de perte ou de vol de votre carte à l'étranger, votre banque vous proposera des solutions adéquates pour que vous poursuiviez votre séjour en toute quiétude. Pour cela, pensez à noter avant de partir le numéro d'assistance indiqué au dos de votre carte bancaire ou disponible sur internet. Ce service est accessible 7j/7 et 24h/24. En cas d'opposition, celle-ci est immédiate et confirmée dès lors que vous pouvez fournir votre numéro de carte bancaire. Sinon, l'opposition est enregistrée mais vous devez confirmer l'annulation à votre banque par fax ou lettre recommandée.

Conseils avant départ. Pensez à prévenir votre conseiller bancaire de votre voyage. Il pourra vérifier avec vous la limitation de votre plafond de paiement et de retrait. Si besoin, demandez une autorisation exceptionnelle de relèvement de ce plafond.

Retrait

Les cartes bancaires le plus souvent acceptées sont les cartes Visa et American Express.

Trouver un distributeur. Les distributeurs de billets sont essentiellement situés à Nouméa et dans les grandes villes de la Côte Ouest et Est. Les îles ont toutes une banque qui dispose d'un distributeur extérieur dans la ville principale. Mais il est plus prudent de se munir de cash avant de se rendre sur ces dernières ou d'effectuer une activité en tribu. Pour connaître le distributeur plus proche, des outils de géolocalisation de distributeurs sont à votre disposition. Rendez-vous sur visa.fr/services-en-ligne/trouver-un-distributeur ou sur mastercard.com/fr/particuliers/trouver-distributeur-banque.html.

Utilisation d'un distributeur anglophone. De manière générale, le mode d'utilisation des distributeurs automatiques de billets est identique à la France. Au Vanuatu, si la langue française n'est pas disponible (cas rare), sélectionnez l'anglais. " Retrait " se dit alors " withdrawal ". Si l'on vous demande de choisir entre retirer d'un " checking account " (compte courant), d'un " credit account " (compte crédit) ou d'un " saving account " (compte épargne), optez pour " checking account ". Entre une opération de débit ou de crédit, sélectionnez " débit ". (Si toutefois vous vous trompez dans ces différentes options, pas d'inquiétude, le seul risque est que la transaction soit refusée). Indiquez le montant (" amount ") souhaité et validez (" enter "). A la question " Would you like a receipt ? ", répondez " Yes " et conservez soigneusement votre reçu.

Frais de retrait. L'euro n'étant pas la monnaie du pays, une commission est retenue à chaque retrait. Les frais de retrait varient selon les banques et se composent en général d'un frais fixe d'en moyenne 3 euros et d'une commission entre 2 et 3 % du montant retiré. Certaines banques ont des partenariats avec des banques étrangères ou vous font bénéficier de leur réseau et vous proposent des frais avantageux ou même la gratuité des retraits. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire. Notez également que certains distributeurs peuvent appliquer une commission, dans quel cas celle-ci sera mentionnée lors du retrait.

Cash advance. Si vous avez atteint votre plafond de retrait ou que votre carte connaît un disfonctionnement, vous pouvez bénéficier d'un cash advance. Proposé dans la plupart des grandes banques, ce service permet de retirer du liquide sur simple présentation de votre carte au guichet d'un établissement bancaire, que ce soit le vôtre ou non. On vous demandera souvent une pièce d'identité. En général, le plafond du cash advance est identique à celui des retraits, et les deux se cumulent (si votre plafond est fixé à 500 €, vous pouvez retirer 1 000 € : 500 € au distributeur, 500 € en cash advance). Quant au coût de l'opération, c'est celui d'un retrait à l'étranger.

Paiement par carte

De façon générale, évitez d'avoir trop d'espèces sur vous. Celles-ci pourraient être perdues ou volées sans recours possible. Préférez payer avec votre carte bancaire quand cela est possible. Les frais sont moindres que pour un retrait à un distributeur et la limite des dépenses permises est souvent plus élevée.

Notez que lors d'un paiement par carte bancaire, il est possible que vous n'ayez pas à indiquer votre code pin. Une signature et éventuellement votre pièce d'identité vous seront néanmoins demandées.

Acceptation de la carte bancaire. Une partie des établissements de Nouméa acceptent le paiement par carte bancaire (Visa, MasterCard, etc.). Mais la plupart n'acceptent que le cash (surtout hors de la capitale). Retirez donc des espèces à un distributeur lorsque nécessaire.

Frais de paiement par carte. Hors zone Euro, les paiements par carte bancaire sont soumis à des frais bancaires. En fonction des banques, s'appliquent par transaction : frais fixes entre 0 et 1,2 € par paiement, auquel s'ajoutent de 2 à 3 % du montant payé par carte bancaire. Le coût de l'opération est donc globalement moins élevé que les retraits à l'étranger. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire.

Transfert d'argent

Avec ce système, on peut envoyer et recevoir de l'argent de n'importe où dans le monde en quelques minutes. Le principe est simple : un de vos proches se rend dans un point MoneyGram® ou Western Union® (poste, banque, station-service, épicerie...), il donne votre nom et verse une somme à son interlocuteur. De votre côté de la planète, vous vous rendez dans un point de la même filiale. Sur simple présentation d'une pièce d'identité avec photo et la référence du transfert, on vous remettra aussitôt l'argent.

Pourboires, marchandage et taxes

Pourboire et marchandage : ces pratiques ne sont pas répandues sur le territoire.

Taxes : la quasi-totalité des services est soumise à la taxe de solidarité sur les services (TSS) qui s'élève à 5  %. La plupart du temps, les prix affichés sont TTC.

Duty Free

Vous pouvez bénéficier des offres Duty Free. Contrôlez bien les prix qui ne sont pas toujours plus avantageux au retour. En revanche, lorsque vous arrivez sur l'île, de nombreux produits sont bien moins onéreux qu'en supermarché à Nouméa.

Adresses Futées de Nouvelle-Calédonie

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis