Climat à Oman

shutterstock_1314339572.jpg

Il y a deux saisons à Oman : l’été, d’avril à octobre, chaud et humide, avec des températures oscillant entre 30 et 40 °C et l’hiver, de novembre à février, assez doux et ensoleillé, avec une moyenne de 25 °C. La période la plus agréable pour venir visiter le pays court de mi-octobre à mi-avril, et c’est en ces début et fin de saison touristique que les plongeurs trouveront les plus belles eaux. Début décembre, quelques très rares cyclones font parfois un passage remarqué. Quelle que soit la saison, les nuits sont assez fraîches en altitude, ainsi que dans le désert. La température de la mer reste toujours agréable, avec une moyenne de 25 °C en été et de 21 °C en hiver. En vérité, quatre paysages climatiques déterminent les activités et la garde-robe : méditerranéen aride pour les côtes nord et est, radicalement désertique dans les dunes, sud-alpin avec gelées hivernales pour les montagnes, tropical coco-banane dans le Dhofar.

Mascate et la côte

Entre le souffle du désert et la brise du golfe d’Oman, Mascate jouit d’un bien beau climat avec ses moyennes de 23 °C en janvier un peu pluvieux et de 34 °C en mai cuisant. De juin à septembre, c’est un réveil à 30 °C et des pointes à 40 °C sous des ultras plus violents que violets. Un four qui rend l’accès aux extérieurs assez périlleux, pousse à des siestes dans la clim et des visites interminables de galeries marchandes. Idéalement, on visera mi-octobre à mi-décembre et mars-avril pour la baignade à 25 °C/27 °C et l’air à 26 °C/30 °C, ou janvier-février plus tempéré pour ceux qui préfèrent.

Désert

Aux Sharqiya Sands, le climat est désertique avec des nuits qui descendent à 12° en février et culminent à 28° en août, quand les maximas vont de 27° en février à 44° en juillet. Effet lointain de la mousson, des bancs de nuages s’installent parfois en été, sinon c’est grand bleu tout le reste de l’année. Notre idéal serait en novembre et décembre, avec du 20°/35°. Particularité locale : contrairement au Sahara ou au Kalahari, le désert omanais refroidit peu, évitant les petits matins glacés du Hoggar et présentant une amplitude thermique modérée.

Monts Hajar

Si vous prévoyez de randonner autour du Djebel Shams, l’été (20°/30°) vient avec quelques pluies. On privilégiera donc la période qui va de septembre (17°/28°) à mai (14°/24°) en prenant note d’un réveil à 6° en janvier et février, pour un relevé à 2 000 m d’altitude. L’hiver a néanmoins ses charmes, avec une grosse polaire pour admirer les sommets occasionnellement enneigés.

Dhofar

Le petit paradis tropical omanais, ses cocoteraies, ses plages, ses coquillages et crustacés vous offrira une météo en paréo une bonne partie de l’année. Mais pas TOUTE l’année, et vous êtes invités à bien lire ces lignes. Nous ne sommes plus ici sur le très clément golfe d’Oman, mais devant la vaste mer, celle qui roule jusqu’à Zanzibar et Bombay. C’est du profond, de l’océanique. Puisqu’on fait généralement le voyage jusqu’à Salalah dans l’idée d’une trempette édénique, noix de coco à la main, mieux vaut caler son calendrier sur Dame nature, sans forcément écouter le voyagiste qui aurait tendance à vendre la Rép-Dom orientale 365 j/365. Ainsi, entre juillet et mi-septembre, quand on cuit sous le soleil à Mascate, la mousson s’installe au Sud, avec une pluviométrie équivalente à la moitié de celle du mois le moins mouillé de Paris, mais lentement brumisée durant des semaines sous un ciel plombé. Pas idéal pour la bronzette. Cette saison du Khareef est un must régional, et de tout le Golfe on vient en famille, dans des hôtels réservés plusieurs mois à l’avance, s’offrir la bruine providentielle, le brouillard enveloppant, ce coin d’Irlande tiède si exotique aux yeux des Omanais et des Émiratis, bien moins à ceux des Européens. Pour profiter idéalement de la plage, visez donc octobre à avril-mai, avec des maximas à 30°, peu ou pas de pluie et une eau de mer qui fête Noël à 28° pour glisser ensuite vers les 26°.