Guide d'Afrique du Sud : Comment partir ? 2

Partir en voyage organisé
Voyagistes
Spécialistes
Généralistes

Vous trouverez ici les tour-opérateurs dits " généralistes ". Ils produisent des offres et revendent le plus souvent des produits packagés par d'autres sur un large panel de destinations. S'ils délivrent des conseils moins pointus que les spécialistes, ils proposent des tarifs généralement plus attractifs.

Réceptifs
Sites comparateurs et enchères

Plusieurs sites permettent de comparer les offres de voyages (packages, vols secs, etc.) et d'avoir ainsi un panel des possibilités et donc des prix. Ils renvoient ensuite l'internaute directement sur le site où est proposée l'offre sélectionnée. Attention cependant aux frais de réservations ou de mise en relation qui peuvent être pratiqués, et aux conditions d'achat des billets.

Agences de voyage
Partir seul
En avion
Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
En bateau
Location de voitures
Séjourner
Se loger

Hôtels, guesthouses, self-catering : les formules d'hébergement sont aussi variées que les standards de qualité. Sachez qu'un hôtel peut être de très grand luxe et ne pas avoir d'étoiles (jusqu'à 5). La cotation (grading) par le Comité national du tourisme n'est pas obligatoire mais de plus en plus d'établissements se laissent tenter ; dans les établissements les plus réputés, il faudra encore se renseigner pour savoir si les enfants sont acceptés. Certains hôtels de luxe rechignent à les héberger en dessous de 12 ou 16 ans.

Pour les adeptes de la simplicité, la formule self-catering (bungalows) comprend la possibilité de faire soi-même sa cuisine. En revanche, draps et serviettes sont fournis.

Les prix des hôtels référencés. Dans ce guide, nous indiquons le prix des chambres doubles, cependant, puisque c'est monnaie courante en Afrique du Sud, il arrive que nous mentionnions (surtout pour les lodges) l'hébergement par personne, en chambre double (sharing). Dans ce cas, il est expressément précisé dans le texte qu'il s'agit du prix par personne. Puisque le monde du tourisme est en perpétuelle évolution, il convient de se renseigner en surfant sur le site des établissements, ce qui vous permettra d'obtenir le bon tarif selon la date choisie (les prix sont changeants selon qu'il s'agisse de la basse, de la moyenne ou de la haute saison). Sachez donc que le tarif d'une chambre dans un lodge peut varier du simple au triple au fil de l'année. On observe en moyenne une réduction de 30 % sur les prix hors saison et une augmentation de 10 % pendant la saison " pic ".

Trucs et astuces : le luxe à prix cassés. Pour pouvoir fréquenter les lodges de grand luxe, et vivre ainsi une expérience inoubliable, réservez en basse saison. Vous constaterez que les lodges consentent d'importantes réductions (40 %) durant l'hiver local, c'est-à-dire pendant peu de temps ! En fait, la morte saison à prix cassés commence en juin et se termine fin août. Cela dépend des établissements. A cette période, il n'y a pas un chat dans les parcs (tout le monde est à Saint-Tropez), il fait 5 °C le matin, 20 °C à midi dans la brousse, le personnel est disponible, les animaux sont plus faciles à voir... Bref, c'est la meilleure période pour le safari-photo et aussi la moins chère. N'hésitez pas. Partez à contre-courant pour profiter des meilleurs tarifs.

On solde sur le Net. Pour ceux qui peuvent partir à la dernière minute ou réserver une fois arrivé dans le pays, M.T. Beds est un bon plan. Son slogan est " Luxury for Less ! " C'est gentil, merci. On nous promet des réductions de 60 % sur les lodges de brousse, les hôtels, les auberges de charme... Les jours de surf, on tombe plutôt sur des 20 % de discount ! N'empêche que la consultation sur www.mtbeds.co.za vaut tout de même la peine.

CityLodge, la chaîne hôtelière qui pratique le demi-tarif le week-end, met également ses chambres... aux enchères sur www.bid2stay.co.za

Se déplacer
Avion

Réservez tôt sur Internet en haute saison sinon vous ne trouverez aucun vol à prix abordable. Remarquez qu'il est quelquefois moins cher de voyager en avion plutôt qu'en bus, surtout si vous voyagez hors saison. En dehors de South African Airways et British Airways, les compagnies low-costs Mango Airways (www.flymango.com) et Kulula Airline assurent des vols entre les principales villes du pays. Il est facile de mofidier son billet et les prix pour une même distance sont assez stables. Toutes les compagnies assurent des vols entre Le Cap et Johannesburg, aéroport O.R. Tambo (JHB), à noter que Kulula propose des vols pour les deux aéroports, l'autre étant Lanseria (HLA).

Depuis Johannesburg : toutes les villes son desservies. Depuis Le Cap : Bloemfontein, Durban, Port Elizabeth, East London, Nelspruit-parc Kruger et Upington.

En Afrique australe. South African Airlines assure des liaisons entre Jo'Burg et Windhoek, Maputo, Harare, Victoria Falls, Lusaka, Dar es Salam, Lilongwe, Mancini (Swaziland).

Bateau
Bus

Les bus de luxe grandes lignes, s'ils s'arrêtent assez souvent, vous font voyager dans des conditions tout confort. Plusieurs compagnies assurent des liaisons entre toutes les villes du pays. Attention, prenez bien les bus de luxe sinon vous allez vous retrouver dans une rangée de cinq personnes compactées sur des sièges horriblement étriqués sur lesquels il est quasi impossible de dormir ou même de caler ses épaules ! Vérifiez bien sinon vous allez souffrir !

La plupart des tickets s'achètent sur www.computicket.com

Combi ou taxi collectif

Nous recommandons ce mode de transport comme alternative aux bus et surtout aux taxis dans les petites villes, si vous n'êtes pas craintif et si vous savez flairer le danger. Dans les grandes villes, les stations sont quelquefois mal fréquentées, les combis sont toutefois à proscrire depuis Jo'Burg par exemple. Mais sans paranoïa, ce mode de transport, de manière générale, est assez tranquille (même pour les femmes). Aucun risque dans les patelins, et c'est bien pratique pour aller d'un village à l'autre, cela évite de rester à un endroit sans visiter les alentours.
Ceux qui ont l'habitude de voyager en Afrique à petit budget ou qui aiment l'aventure adoreront ce mode de transport ! D'abord parce que ce n'est pas cher et très efficace pour aller d'une ville à l'autre. Ensuite parce que c'est plus rapide que le bus, et plus sympa pour parler à son voisin, mise à part la musique, souvent à fond (oreilles sensibles prévoyez des boules Quies). Mais c'est ça la " vraie " Afrique ! Ça change du tourisme à l'occidentale qui règne dans le pays !
La qualité des combis ou vans pour 15 à 20 personnes s'est nettement améliorée ces dernières années, même si des poubelles roulantes subsistent encore (si vous n'avez pas confiance, prenez le suivant). Le principe :

pour les grandes distances, allez dans la station de combis qui dessert votre destination, renseignez-vous bien car il existe souvent plusieurs stations par ville. Montez dans le bon combi, il partira quand il sera plein !

pour les petites distances, idem que pour les grandes, vous allez à la station de combis du village, ou alors si vous êtes dans la campagne attendez au bord de la route et faites un signe au chauffeur (l'index en l'air signifie route principale), il passe des combis très très souvent. Dans les campagnes, il n'est pas rare de faire des sauts de puce de patelin à patelin et de changer de combi.

En ville : fortement déconseillé si vous n'avez pas l'habitude de voyager ainsi en Afrique (ce système est commun au continent) et si vous avez des objets de valeur sur vous. Il faut changer de combi plusieurs fois pour arriver à destination (et payer quelques rands à chaque fois aussi), c'est très compliqué pour un touriste et le risque de se faire plumer est élevé.

Train

Il n'est malheureusement plus conseillé d'emprunter les trains de voyageurs pour des raisons de sécurité. Seules les compagnies de luxe totalement conçues pour les visiteurs fortunés existent, pour une traversée du bush sud-africain façon Orient-Express. Un départ de Johannesbourg, les autres de Pretoria.

Voiture

Les routes. Le réseau routier est très bon dans l'ensemble, exception faite dans des endroits reculés du KwaZulu-Natal et de l'Eastern Cape (particulièrement le Transkei), mais toutes les routes sont praticables avec une voiture normale, à part quelques villages du Maputaland et le Kalahari où le 4x4 s'impose. L'autoroute N1 relie Le Cap à Johannesburg et continue jusqu'à Pretoria, Polokwane et enfin la frontière du Zimbabwe. L'autoroute N2 est la grande voie côtière qui relie Le Cap à Durban (en passant par Port Elizabeth et East London) et continue jusqu'à la frontière du Swaziland. Ensuite, elle contourne cette enclave pour filer sur Johannesburg. La N3 est la route la plus directe qui relie Johannesburg à Durban et passant par le Drakensberg. La N4 relie Jo'Burg à la frontière mozambicaine en passant par Nelspruit. Autres routes importantes : la N6 relie Bloemfontein à East London, la N7 relie Le Cap à la frontière namibienne en passant par Springbok, enfin la N14 est la route la plus au nord du pays avant le désert du Kalahari et relie Jo'Burg à Springbok, en passant par Upington.

La conduite. En Afrique du Sud, vous roulez donc à gauche, la priorité à droite ou à gauche n'existe pas et la priorité au carrefour revient au premier arrivé, le stop étant obligatoire pour tout le monde. La conduite est quelque peu machiste, l'alcool au volant une banalité la nuit et le week-end, les poubelles ambulantes monnaie courante. Prudence donc, 60 km/h en ville et 120 km/h sur autoroute. Certaines nationales sont limitées à 80 ou à 100 km/h. Le port de la ceinture est obligatoire. Un permis international est théoriquement impératif (s'adresser à la préfecture ou à l'Automobile Club de votre région), mais le permis européen est largement accepté. Sur les 60 000 km de routes goudronnées, on fera attention aux accotements non stabilisés. Lancé sur une interminable ligne droite au coeur du Karoo, vous pouvez, à cause d'une seconde d'inattention, vous retrouver dans les graviers ou le sable qui bordent le macadam. L'Afrique se rappelle à vous sans prévenir, avec un enfant qui traverse sans regarder, sorti de nulle part. Ici, le désert est plus habité qu'on ne le croit. Dans les zones rurales, et surtout dans les ex-territoires autonomes noirs, l'ennemi c'est la vache ou la chèvre, qui se promène en liberté et vient sauter sur votre pare-brise. La conduite de nuit est absolument déconseillée dans les campagnes car les bovins ne sont pas fluorescents et aussi pour des raisons de sécurité, les carjackings sont fréquents. D'ailleurs vous le verrez par vous-même, personne ne roule la nuit à part les camions. Dans les villes, choisir son quartier, préférer les autoroutes et surveiller qui vient lors des arrêts aux feux, céder le passage et passer même au feu rouge à Johannesburg. En ville, les gardiens de voitures (des jeunes qui essayent de gagner un peu d'argent) portent un maillot jaune fluo. Le mieux est d'accepter d'abord par sécurité, ensuite par solidarité. Pour éviter de vous faire avoir comme un bleu, ne donnez l'argent qu'en partant. En fonction du temps de stationnement, comptez entre 3 et 5 ZAR.

Les prix. La voiture est le moyen le plus économique de se déplacer. La moins chère est la Beetle (50 ZAR/jour), mais si l'esprit est de louer une véritable poubelle très fun pour presque rien, et à part au Cap où la circulation n'est pas dangereuse, cette option est à proscrire (attention aux freins !). Les sociétés qui louent ces voitures, bien souvent à des étudiants fauchés, n'assurent pas le meilleur dépannage non plus. La première véritable option est la Golf Chico (à partir de 150 ZAR/jour), puis une petite Kia ou Hyndai Atos (180 ZAR/jour), des " pots de yaourt " plus modernes et maniables pour la ville que la Chico, puis l'Opel Astra (200 ZAR/jour), le premier prix pour voyager dans la région avec un véhicule qui tient un minimum la route. Si vous avez beaucoup de bagages, préférez la VW Golf ou Polo ou la Toyota Yaris (260 ZAR/jour). Pour les tribus familiales ou les surfeurs, il existe la possibilité de louer des vans VW de 8 places (600 ZAR/jour). Possibilité de se faire livrer la voiture gratuitement à l'hôtel par tous les loueurs. Si vous avez un GPS en France, embarquez-le, la location de ce matériel est très chère (au minimum 50 ZAR/jour). Si vous devez aller sur des pistes caillouteuses, prenez une assurance optionnelle à 10 ou 20 ZAR par jour pour le bris de glace et la crevaison, ça peut servir.

Les cartes routières. On citera celles de Map Studio (www.mapstudio.co.za), que l'on trouve dans les librairies de voyage en Europe, les plans de Stickler Cartography et surtout les cartes de l'Automobile Association (www.aasa.co.za) rassemblées dans l'incontournable et essentiel South African Book of the Road. Les sociétés de location de voiture fournissent également des cartes à leurs clients. Toute la signalétique routière du pays est en cours de renouvellement afin d'intégrer dans le paysage (et dans les cartes !) les agglomérations " noires ", précédemment ignorées par les cartographes officiels. Attendez-vous à quelques surprises : plusieurs noms pour un même endroit, différents chiffres pour une même route... Tout sera réglé dans vingt ans !

Stations-service. Difficile de ne pas les voir : grandes comme des porte-avions, éclairées comme des sapins de Noël. Sachez tout d'abord qu'il faudra perdre la vilaine habitude de se servir soi-même. Le pompiste en mangerait sa carte professionnelle. Le service comprend généralement le nettoyage du pare-brise et son séchage. On vous dira sûrement : " oil and water ? ", pas pour vous en vendre mais pour savoir si vous souhaitez faire vérifier les niveaux. Si l'on est très pressé, mieux vaut le préciser tout de suite. Le pourboire de 3 à 4 R est donné directement à celui qui s'est occupé de vous. S'il vous a fait la pression des pneus, donnez environ 5 rands. Tous les parcs nationaux (pas les réserves privées) disposent de stations-service.

Les frontières. Avant de vous lancer dans un périple routier transfrontalier, assurez-vous que les postes de contrôle seront bien ouverts lors de votre passage. Certains postes secondaires au bout des pistes lointaines ferment très tôt ! (C'est l'expérience qui parle.) Renseignements au Department of Home Affairs (www.home-affairs.gov.za). Si vous louez une voiture, il vous faudra payer un supplément pour assurer la voiture dans un autre pays. Les prix sont très variables d'une compagnie à l'autre, du simple au triple. Quelques prix raisonnables : Swaziland (200 R), Lesotho (400 R), Namibie (1 000 R), Mozambique (1 000 R). Vous devez dans tous les cas signaler que vous allez passer la frontière avant votre départ car la compagnie vous donnera alors un papier pour l'assurance. Si vous changez d'avis en cours de route, rendez-vous dans l'agence la plus proche de là où vous vous trouvez pour récupérer ce fameux papier et faire modifier votre contrat.

Location de voitures
Taxi

Deux sortes de taxis : les voitures particulières et les minibus collectifs. Pour les premières, aucune différence avec les taxis européens. Tous les véhicules sont affiliés à une compagnie et équipés d'un compteur. Dans les aéroports, spécialement à Johannesburg, les taxis fonctionnent souvent au forfait. Par rapport aux autres services, les taxis sont chers, donc peu employés, donc peu nombreux. Notez cependant qu'ici les taxis circulent très peu à la recherche du client. Il faut appeler leur service de réservation. Pensez aussi aux applications modernes comme Uber qui fonctionnent parfaitement dans les grandes villes et sont plus rassurantes.

Auto-stop

Pour faire du stop, mieux vaut s'éloigner des grandes villes par mesure de sécurité. On a tout intérêt à afficher rapidement son statut d'étranger. Dans les campagnes, les fermiers vous embarquent assez facilement dans leurs énormes bakkies, des camionnettes avec un plateau arrière. On vous proposera parfois aussi l'hospitalité pour la nuit.

Adresses Futées d'Afrique du Sud

Où ?
Quoi ?
Avis