Faire une pause dans sa vie de tous les jours pour effectuer un tour du monde, c'est le rêve de bon nombre d'entre nous. Découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles cultures, d'autres façons de vivre et faire de nouvelles rencontres : plusieurs personnes tentent chaque année ce qui reste certainement la plus belle des aventures. Et pourquoi pas vous ? Faire un tour du monde, cela signifie cependant bénéficier d'un budget pour payer les moyens de transport, l'hébergement, la nourriture, l'entrée dans des lieux culturels et la participation à certaines activités. À tous ceux qui ne bénéficient pas des fonds suffisant pour financer leur tour du monde à vélo, en stop ou de quelque autre manière que ce soit, voici quelques idées afin de faire d'un rêve une réalité. Et pour cela, il ne faut pas hésiter à être créatif ! 

Avoir recours au crédit à la consommation

Pour financer un tour du monde, une première solution est d'avoir recours à un crédit à la consommation auprès d'une banque ou d'un organisme spécialisé. Via un crédit non affecté, il est tout à fait possible de disposer d'une somme pour réaliser un long voyage, puisqu'aucun justificatif n'est demandé. Avant de signer un contrat pour un crédit à la consommation, il est essentiel de s'assurer que l'on peut rembourser les échéances mensuelles, sur une période déterminée. Il est en outre préférable de réaliser un prêt dans le cadre d'un congé sans solde au bout duquel on reprend son travail. Cela signifie que l'on dispose d'un revenu régulier pour rembourser les mensualités.

Se voir octroyer une bourse

Les bourses de voyage sont une autre solution pour financer un long périple à travers le monde. Des organismes et des associations accordent en effet chaque année plusieurs bourses, mais attention, il faut pour cela avoir un projet de voyage bien ficelé. Celui-ci peut être d'ordre culturel, sportif ou bien encore solidaire. Ce qui inclut en conséquence de rendre des comptes, en rédigeant un rapport ou en tenant un carnet de route par exemple. En fonction de la bourse, le bénéficiaire peut financer tout ou partie de son aventure. À savoir que si le montant de certaines bourses peut atteindre 5 000 euros, elles sont en général accordées à un public jeune, pour un âge maximum de 30 ans.

Solliciter des sponsors 

Pour valoriser l'image de leur marque, certaines entreprises sont prêtes à sponsoriser le futur voyageur, surtout si le projet est d'ordre solidaire ou écologique. Elles peuvent pour cela apporter un soutien d'ordre financier, ou bien faire don de matériel. Citons par exemple une marque de chaussures qui serait prête à soutenir l'initiateur d'un tour du monde à pied. L'important est de solliciter un maximum d'entreprises susceptibles d'être intéressées par la démarche et de présenter un projet bien ficelé, c'est-à-dire qui démontre l'intérêt d'un éventuel partenariat. Pour trouver des sponsors, il est essentiel d'assurer une bonne visibilité de la marque concernée et du voyage sur les réseaux sociaux et sur un blog.

Passer par le crowdfunding

Lorsqu'on monte un projet de tour du monde original, l'une des options pour financer le long voyage est de recourir au crowdfunding. Cette démarche permet de bénéficier de dons privés en passant par Internet. Il existe aujourd'hui différentes plateformes permettant de présenter des projets et de récolter des dons. L'essentiel, c'est de communiquer très clairement sur le sens donné au voyage et sur les objectifs. Là aussi, les réseaux sociaux jouent un rôle important puisqu'ils vont permettre de sensibiliser et de toucher un maximum de public.

Vendre une partie de ses biens

Quand on y pense, on a tous chez nous des dizaines de choses dont on ne se sert plus. Des livres, des meubles et autres objets et équipements qui trainent dans le garage ou dans la cave depuis des mois, voire des années. C'est alors le moment de participer à des vide-greniers ou d'organiser un vide-garage pour non seulement faire plaisir à des personnes qui pourraient avoir l'utilité de certains des biens, mais aussi pour se constituer un budget à allouer au projet de tour du monde. C'est peut-être aussi le moment de vendre un bien de valeur. Pour les urbains par exemple qui peuvent utiliser les transports en commun, n'est-ce pas le moment venu de se séparer de la voiture et de résilier l'assurance ?