Les domaines du tourisme et des loisirs sont eux aussi concernés par les émissions de gaz à effet de serre et leurs conséquences néfastes pour l'environnement. C'est même une préoccupation importante pour de nombreux acteurs du monde du voyage, qui cherchent désormais à s'inscrire dans une démarche durable. En effet, même si la crise du COVID-19 a considérablement limité nos déplacements en 2020, les personnes restent en temps normal toujours plus nombreuses à voyager chaque année, et seront certainement un grand nombre à partir à nouveau explorer le monde dès que la situation le permettra. Oui, mais comment voyager à l'ère de l'empreinte carbone et pratiquer un tourisme vert ? Alors qu'aux États-Unis et en Europe se répand la notion de " flygskam ", traduit par " la honte de prendre l'avion ", il existe en réalité divers moyens de réduire son empreinte carbone au niveau des transports, une nécessité afin de continuer à voyager le plus longtemps possible. 

Assurer le taux de remplissage des véhicules 

On a souvent vu des familles ou groupes d'amis partir avec plusieurs voitures afin de garder de l'autonomie pendant les vacances. Mais plutôt que d'utiliser un grand nombre de véhicules, il est conseillé d'optimiser leur taux de remplissage et d'effectuer un maximum le covoiturage. Avant de partir à plusieurs, il faut penser à compter le nombre de vacanciers et ne pas hésiter à faire l'impasse sur un ou plusieurs véhicules dès que cela est possible ! De même, les personnes qui se rendent à un endroit bien précis pour passer les vacances et qui n'envisagent pas d'utiliser la voiture sur place ont fort intérêt à s'inscrire sur les plateformes de covoiturage. Cela permet de limiter le nombre d'automobiles en action, en plus de faire de précieuses économies !

Un autre moyen intéressant de voyager à l'ère de l'empreinte carbone est le camping-car. Pourquoi ? Parce qu'en fonction de sa taille, il permet de voyager à plusieurs et de ne pas avoir à utiliser plusieurs véhicules. Chez Camperdays, il existe des camping-cars de différentes tailles, pouvant accueillir de cinq à sept personnes. Une option qui peut donc autant satisfaire les familles que les groupes d'amis, et dont il a été prouvé que les émissions de CO2 sont moindres que pour les voyageurs qui utilisent la voiture et qui séjournent à l'hôtel. Sans oublier que le camping-car offre une expérience unique : celle de se déplacer où bon nous semble sans avoir à se soucier de l'hébergement. Voyager en camping-car est souvent une belle occasion de se rapprocher de la nature, en plus de nous amener à n'utiliser que le strict nécessaire, et donc à limiter considérablement le gaspillage. 

Utiliser les moyens de transport les plus écologiques 

Prendre l'avion reste la principale cause de gaz à effet de serre d'un voyageur, surtout pour les trajets avec escale puisque l'émission de CO2 est la plus importante lors du décollage et l'atterrissage. Bien entendu, il reste un moyen incontournable pour rejoindre certaines destinations lointaines. Mais en changeant de comportement, comme voyager moins souvent, mais plus longtemps vers des destinations nécessitant de prendre l'avion, alors on contribue inévitablement à réduire son empreinte carbone.

Sans oublier qu'il existe d'autres moyens de transport réputés pour être beaucoup plus écologiques, et qui garantissent des séjours tout aussi dépaysants. Le train et les bus par exemple nous permettent de voyager dans un plus grand respect de l'environnement, et en Europe, ce sont des moyens de transport très développés. De France, on peut très facilement, et avec du temps, rejoindre la péninsule ibérique, l'Italie du Sud, l'Europe de l'Est et l'Europe du Nord !

On ne le sait pas toujours non plus, mais le bateau est aussi un bon moyen de voyager à l'ère de l'empreinte carbone tout en réduisant l'impact sur l'environnement. Comme par exemple les voyages effectués à bord d'un cargo. Certes, le voyage est plus long et plus onéreux que lorsque l'on prend l'avion, mais c'est une manière écologique de rejoindre des destinations très lointaines telles que les Antilles, l'Amérique du Sud et même l'Australie ! Avis à ceux qui ont du temps devant eux et qui veulent vivre une expérience inoubliable ! Toujours concernant les bateaux, il faut aussi songer à la croisière fluviale pour s'inscrire dans une démarche écologique et durable. En France, au Portugal, aux Pays-Bas ou bien encore en Allemagne, des bateaux sans permis sont de véritables maisons sur l'eau et permettent de ralentir le temps en parcourant les fleuves et en profitant de la nature, du patrimoine et de la gastronomie de nombreuses régions d'intérêt. Certaines compagnies proposent de plus de louer des bateaux habitables à propulsion 100 % électrique.

Voyager à l'ère de l'empreinte carbone est donc possible ! Cela demande de revoir ses priorités, d'adapter son comportement aux exigences contemporaines, et celles qui concernent l'environnement sont plus que jamais d'actualité. Quoi qu'il en soit, que ce soit en train, en bateau, en camping-car ou même à vélo, les façons de se déplacer tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre restent nombreuses et permettent de continuer à découvrir la beauté du monde, tout en douceur.