La France est un pays hautement réputé à travers le monde pour sa gastronomie. Chaque région regorge de recettes ancestrales et délicieuses qui se transmettent et se revisitent à l'infini. De l'entrée au dessert, l'Hexagone vous promet un voyage au pays des saveurs. Tartes, brioches, pâtisseries ou biscuits individuels, les régions de France proposent chacune une recette incontournable à savourer en fin de repas ou lors de la pause goûter. Si vous faites attention à votre ligne, passez votre chemin, de la Bretagne au Pays basque, on ne lésine pas sur le beurre et le sucre, pour un maximum de gourmandise.

©

Les cannelés de Bordeaux

Le cannelé est un petit gâteau qui surprend par sa texture, un cœur extrêmement moelleux, recouvert d'une coque caramélisée. Bien que ses origines soient en réalité assez mystérieuses, la naissance des cannelés remonterait à 1519. Les religieuses du couvent des Annonciades à Bordeaux, utilisaient les restes de jaunes d’œufs pour confectionner des biscuits qu’elles offraient aux plus pauvres. Aujourd’hui c’est une spécialité régionale incontournable qui mérite une température, un temps et une cuisson bien spécifiques. En s'arrêtant bien pour distinguer les saveurs, on note agréablement la présence de vanille et d'une once de rhum. Il peut également s’écrire « canelé » et porte son nom de la forme de son moule.

©

La tarte aux pralines roses de Lyon

La tarte aux pralines roses est le dessert emblématique à savourer dans la plupart des bouchons lyonnais. La praline rose se décline également en brioche. Les pralines sont réalisées à partir de fruits secs (traditionnellement des amandes...), du sucre et de l'eau. Après cuisson, les fruits sont entièrement recouverts de caramel auquel on a ajouté le colorant rouge. Pour confectionner la tarte, il suffit de déposer les pralines avec de la crème fraîche sur une pâte brisée cuite à blanc, avant d'enfourner une vingtaine de minutes. En plus d'être une dessert savoureux, la tarte est aussi très agréable à regarder, de par sa couleur joviale. 

©

Les madeleines de Commercy

On trouve les madeleines un peu partout aujourd'hui tant elles sont populaires dans les foyers. Les madeleines sont des petits gâteaux individuels cuits dans des moules spéciaux qui leur donne cette forme atypique. Elles sont reconnaissables à leurs striures en dessous et leur bosse au-dessus. En 1755, une servante prépare au roi cette pâtisserie, courante à Commercy, sa ville d’origine. Le roi de Lorraine, Stanislas, enchanté par ce dessert, lui donne alors le nom de la jeune femme : Madeleine. Recette gardée secrète longtemps, elle doit être garantie pur beurre pour respecter sa recette d’origine. Ce gâteau qui fait le bonheur des enfants au goûter peut aussi accompagner certains desserts comme une bonne crème au citron.

©

La flognarde du Limousin

La flognarde ou flaugnarde est un dessert originaire du Limousin, que l’on consomme surtout en Corrèze. Sa composition est pratiquement semblable au clafoutis, à la différence que celui-ci est composé de cerises. La flognarde est traditionnellement confectionnée avec des pommes, ce qui permet de la préparer toute l’année, ou des prunes. Ce dessert est également consommé en Auvergne et son nom provient de l’occitan fleugne qui signifie « mou ». Ce gâteau est apprécié pour sa légèreté qui termine le repas en beauté ! Et il ne faut pas manquer de le saupoudrer d'un peu de sucre glace avant de le servir, ne serait-ce que pour le plaisir des yeux. 

©

Les financiers de Lorraine

Les financiers sont des petits biscuits individuels confectionnés à base de poudre d'amandes. A l’origine, ils étaient confectionnés par les sœurs de l’ordre de la Visitation, à Nancy et étaient de forme ovale. Ils portaient le nom de « visitandines ». Cette pâtisserie était souvent préparée lorsqu’il restait des blancs d’œufs inutilisés. Un pâtissier de nom de Lasne, décide en 1890 de lui donner une nouvelle forme, rectangulaire. Avec sa couleur dorée, il ressemble à un lingot, d’où son nom actuel de financier. Certains ont une forme assez plate quand d'autres font penser à de véritables petits cakes. Pour varier les plaisirs, on peut y incorporer de la noix de coco ou bien encore des myrtilles.

©

Le Gâteau basque

Le Gâteau basque, ou etxeko biskotxa dans sa langue d'origine, est un véritable emblème du Pays Basque. Cette pâtisserie ronde et dorée peut être fourrée à la confiture de cerise ou à la crème pâtissière. Ce sont deux sœurs, Elisabeth et Anne Dibar, originaires de Cambo-les-Bains, qui seraient à l'origine de ce gâteau. Elles auraient transmis leur tour de main et leur dextérité aux générations suivantes pour faire perdurer la tradition de ce dessert indispensable lors des repas de famille. Un concours du meilleur gâteau basque est organisé chaque année dans la ville de sa création et à Sare, un musée lui est dédié.

©

La teurgoule de Normandie

La teurgoule est un dessert normand composé de riz, de lait entier et de sucre. Il est cuit durant plusieurs heures dans un four à feu doux, ce qui le différencie du riz au lait que l'on prépare dans une casserole. On attribue l'invention de ce dessert à François Orceau de Fontette au XVIIIe siècle alors que le riz, venu du Nouveau Monde était encore peu connu en France. Le terme « goule » désigne «tête» en normand, la teurgoule est donc littéralement une recette qui « tord la tête » des gourmands ! Pour le sublimer, il ne faut pas oublier d'ajouter à la recette une touche de cannelle. 

©

Le kouglof d'Alsace

Le kouglof également appelé Kugelhopf, qui signifie « turban » en alsacien, est une brioche en forme de couronne confectionné dans un moule bien particulier. Il peut être nature ou contenir des raisins secs, du rhum, du kirsch... On lui accorde plusieurs histoires, il aurait été confectionné à Bethléem dans le turban d'un roi mage d’où sa forme cannelée, ou il aurait été amené par Marie-Antoinette à la cour de Versailles. Aujourd'hui, c'est une pâtisserie incontournable d'Alsace, qui se déguste aussi bien pour le petit déjeuner que pour le goûter. Pour comprendre son importance en Alsace, il faut savoir qu'il a longtemps été le gâteau des grandes occasions comme Noël, les mariages, les naissances et les fêtes de village.  

©

Le kouign amann de Bretagne

Le kouign amann est confectionné à partir d'une pâte à pain, à laquelle on incorpore du beurre et du sucre avant de la plier comme une pâte feuilletée. Pour beaucoup, cette pâtisserie aurait vu le jour à Douarnenez après une erreur de dosage, une pâte à pain ratée. Le cuisinier Yves-René Scordia aurait alors ajouté du beurre et du sucre pour créer l’inimitable kouign amann. Son petit goût de caramel généreusement beurré, séduit outre-Atlantique de New York à San Francisco, devenant un des desserts français les plus célèbres à travers le monde. En 2018, le magazine Food & Wine classe même le gâteau dans les 40 meilleures recettes de tous les temps !

©

Les ganses de Nice

Direction le soleil du Sud de la France pour terminer ce top 10. La ville de Nice, en dehors de situation exceptionnelle sur la Méditerranée, possède aussi sa propre gastronomie. La cuisine niçoise est très variée, de l’entrée au dessert, et les ganses du Carnaval de Nice en sont des pâtisseries incontournables. Les ganses sont des beignets en forme de losange (à l’origine en forme de nœuds de cravates), dont la recette assez simple se teinte de saveurs méditerranéennes grâce au citron et à la fleur d’oranger... Selon les régions, la ganse se fait appeler merveille, oreillette, bugne, en fonction de sa taille, sa forme et ses spécificités. C'est une pâtisserie gourmande, très consommée le jour de Mardi gras. 

©