L'Asie centrale. Quelle autre région peut-elle être plus associée à la route de la soie ? Aux caravaniers qui, sous des températures extrêmes, glaciales ou brûlantes, traversaient les plus hautes chaînes montagneuses et les déserts les plus arides, sous la menace des nomades et des bandes de pillards pour avancer, d'oasis en caravansérail, jusqu'aux portes de l'Occident, pour y déverser soies, étoffes, épices, thés, pierres précieuses...

Point de rencontre entre Orient et Occident, berceau de civilisations autrefois florissantes et aujourd'hui disparues, à l'instar des Parthes ou des Sogdiens, champs de bataille pour les tribus nomades et oasis prospère pour les sédentaires, l'Asie centrale a été tout cela et bien plus encore. Après la longue période soviétique qui a quasiment fermé au monde occidental la plupart des pays de la zone, l'Asie centrale est une destination touristique encore neuve, tirée par la locomotive ouzbèke. Placés au centre de l'actualité par leur proximité avec l'Afghanistan, les cinq pays tentent de se démarquer de leur encombrant voisin pour offrir aux voyageurs un bel aperçu de leur patrimoine naturel et historique. Outre les trésors d'architecture et de sites archéologiques, un voyage en Asie centrale est une véritable découverte des hommes et de leur environnement.

Au coeur de la destination, l'Ouzbékistan offre les plus beaux vestiges architecturaux de la route légendaire avec ses villes étapes comme Samarkand, Boukhara ou Khiva. Mais c'est plus au sud, au Turkménistan, que les vestiges archéologiques des civilisations passées de l'Asie centrale sont plus présents, même si le visiteur aura plutôt l'impression d'errer dans les frontières étroites d'une dictature narcissique digne du plus célèbre roman d'Orwell, 1984. Le Kazakhstan et surtout le Kirghizistan ouvrent les portes des cultures nomades qui ont façonné la région au cours des siècles et sont encore vivaces dans les vastes steppes de l'un et les hautes montagnes de l'autre. Le Tadjikistan ravira tout autant les amateurs d'altitude qui pourront se mesurer au Pamir.

En résumé, l'Asie centrale est prête à satisfaire toutes les envies. Surtout, ces pays n'étant pas encore accoutumés aux masses de touristes, chaque rencontre reste exceptionnelle. Il faut avoir passé l'après-midi dans les tchaïkhanas avec les vieux Ouzbeks concentrés sur leur partie d'échecs, bu du lait de jument fermenté sous la yourte de nomades kirghizes, éclusé quelques vodkas avec les Russes toujours présents, partagé les chaos des routes ou les soubresauts des trains avec les locaux, discuté sans fin, avec les mains, les yeux et les sourires avec des compagnons de fortune pour saisir la caractéristique première des habitants d'Asie centrale : leur hospitalité. Tous vous le diront au gré du chemin : " Bienvenue en Asie centrale ! ".

L'équipe de rédaction

Mise en garde

L'univers du tourisme est en perpétuel mouvement. Malgré tous nos efforts, des établissements, des coordonnées ou des tarifs indiqués dans ce guide peuvent avoir été modifiés sans que cela relève de notre responsabilité. Nous faisons appel à la compréhension des lecteurs et nous nous excusons auprès d'eux pour les erreurs qu'ils pourraient être amenés à constater dans les rubriques pratiques de ce guide.

Les lieux incontournables de Asie centrale

Comment partir en Asie centrale ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage en Asie centrale

Photos de Asie centrale

Découvrir Asie centrale

Les plus de l'Asie centrale

Des sites archéologiques impressionnants

Bien peu subsiste des anciennes civilisations qui ont peuplé l'Asie centrale : les hordes mongoles puis les armées timourides ont détruit la plupart des villes et oasis qui étaient l'héritage de ces cultures aujourd'hui disparues. Mais les fouilles archéologiques, commencées par les soviétiques et poursuivies depuis, ont permis de mettre au jour les vestiges de ces civilisations dont les noms mêmes font rêver. Grâce aux sites archéologiques aujourd'hui ouverts au public, on peut redécouvrir la culture parthe à Nissa, les magnifiques peintures sogdiennes à Penjikent, les étonnants mausolées de l'antique Margiane, les remparts défensifs d'Alexandre le Grand ou les constructions plus élaborées des Sassanides et des rois de Khorezm. Le Turkménistan est probablement le pays le plus riche en termes archéologiques, et offrant la plus grande diversité d'anciennes cultures. Ouzbékistan, Kazakhstan et Tadjikistan sont les trois autres pays incontournables pour les amateurs d'histoire ancienne.

Une architecture très spécifique

C'est en général le moteur premier d'un voyage en Asie centrale : les coupoles bleues des mosquées et des madrasas, les minarets finement sculptés qui s'élancent vers le ciel, les caravansérails débordant d'activité ont fait rêver des générations de voyageurs. Les constructions timourides font de Khiva, Boukhara et Samarkand des trésors de l'architecture mondiale, Khiva étant d'ailleurs classée au patrimoine mondial de l'Unesco. La ville de Turkestan, au Kazakhstan, abrite également un impressionnant complexe architectural daté des débuts de l'ère timouride qui vaut le détour à lui tout seul. Mais au-delà de ces sites marquants, au-delà des grandes villes qui sont désormais les étapes incontournables des circuits touristiques, il faut aller découvrir les perles architecturales dissimulées dans les petits villages de la région. Ce seront les mosquées de tel village tadjik, les églises orthodoxes tout en bois perdues au fin fond du Kirghizistan ou en pleine lumière dans un parc d'Almaty, les vestiges de temples bouddhiques à côté de Termez en Ouzbékistan ou les étonnantes mosquées dounganes en forme de temple chinois dans la partie orientale du Kirghizistan. Les découvertes architecturales réservent bien des surprises en Asie centrale, et sont souvent nichées dans les endroits où on les attend le moins.

Une culture d'une incroyable richesse

Les modes de vie, les croyances et les traditions populaires d'Asie centrale sont le produit d'innombrables mélanges et brassages de cultures du monde entier à travers les siècles. On trouve en Asie centrale des représentants de toutes les religions : bouddhisme, orthodoxie, islam, toujours teintées de zoroastrisme, de chamanisme ou de mazdéisme, religions anciennes qui ont résisté à l'extinction. L'Asie centrale est l'endroit idéal pour découvrir un peu toutes ces cultures et ces religions, d'autant plus que l'islam, modéré par le pouvoir politique, est dans la majeure partie de la zone très ouvert et tolérant.

Une hospitalité de tous les instants

Il suffit de s'éloigner un peu des circuits touristiques pour rencontrer une population accueillante, pleine d'une curiosité bienveillante. Le sens de l'accueil, évident chez les populations nomades, est également très développé dans les oasis ou les villages de montagne de la région. Pas un voyage ne se conclura sans un bol de koumiss sous une yourte kirghize, sans un plov partagé dans une maison ouzbek dont les portes se seront soudain ouvertes pour accueillir l'étranger de passage. L'hospitalité se manifestera encore plus souvent par des litres de thé offerts dans une tchaïkhana ou une maison, partagés au bord d'une route ou dans un train.

Malgré les difficultés de compréhension que rencontreront ceux qui ne parlent pas russe, ces moments de partage en toute simplicité donnent toute leur saveur à un voyage en Asie centrale.

Des décors d'une richesse exceptionnelle

Mer, montagne, désert, steppe... L'Asie centrale est un vrai bonheur pour les amateurs de nature. Les montagnards exploreront le Pamir tadjik, l'Altaï kazakh ou les Tianshan kirghiz. Les skieurs tenteront les pistes des environs d'Almaty au Kazakhstan ou de Karakol au Kirghizistan. Des marcheurs du dimanche aux randonneurs ou alpinistes les plus aguerris, tout le monde trouvera son compte dans les montagnes d'Asie centrale.

Qui n'a rêvé de partir au grand galop dans une steppe s'étendant à perte de vue ? Du rêve à la réalité, il n'y a qu'un geste à faire au Kirghizistan et au Kazakhstan : celui de se mettre en selle ! Le Turkménistan permet également de parcourir des pans du splendide désert du Karakum sur les étonnants chevaux Ahal-Tekke. Les déserts d'Asie centrale offrent tous des paysages fascinants : dunes de sable du Karakum, platitude caillouteuse de Kyzylkum, plaines de sel sur ce qui était autrefois le fond de la mer d'Aral...

Enfin, pour se remettre des randonnées en montagne ou des explorations du désert, l'Asie centrale propose de nombreux lacs, certains dignes de mers intérieures : Caspienne, bien sûr, mais aussi lac Issyk-Kul au Kirghizistan, Balkash au Kazakhstan, sans oublier la mer d'Aral au destin tragique.

Reportages & actualités de Asie centrale

Ailleurs sur le web
Avis