L'arrivée dans la vallée est époustouflante. Une route en lacet serpente le long de la rivière Panjshir, entourée de gorges étroites et dominée par des montagnes aux versants abrupts. On entre doucement dans la vallée. Véritable torrent, la rivière Panjshir est sans doute la plus belle d'Afghanistan. Au printemps, l'eau déferle et la vallée est d'un vert éblouissant. Quelques pêcheurs essaient d'attraper des truites. Après ces routes tortueuses, on aperçoit de vastes plaines fertiles et, sur les côtés, des villages tadjiks accrochés aux montagnes, surplombant des champs de blé, de maïs ou de sésame. Des ponts suspendus relient les villages à la route. Les terrains sont irrigués par la rivière au moyen d'un système en terrasses. La végétation est luxuriante. Il y a toujours un peu d'air frais et de vent dans le Panjshir, ce qui en fait l'un des endroits les plus agréables d'Afghanistan. Les fruits de cette région sont fameux, notamment le raisin, les mûres et les noix. On vous proposera sûrement des mûres séchées, que l'on mange surtout en hiver pour leur apport en sucres.

Déclarée province en 2003, la vallée a toujours gardé son indépendance, que ce soit sous les talibans ou sous les Soviétiques. La capitale administrative de la province est Rokha, dotée d'un poste de police. De nombreux leaders politiques tadjiks sont originaires de ce village. Sa proximité avec Kaboul a fait de la vallée du Panjshir une destination touristique fort appréciée. Son intérêt principal est sa splendeur. Mis à part le mausolée de Massoud, il n'y a pas de sites particuliers à visiter, mais l'endroit est très propice à la promenade et, dès lors qu'on arrive de Kaboul, il est très reposant.

Histoire de la vallée : Par sa situation, la vallée du Panjshir est hautement stratégique. Encaissée, elle est un véritable verrou. Longue de 100 km, elle est une voix d'accès au nord de l'Afghanistan. Le col d'Anjuman, à 4 430 m d'altitude, en marque la fin. La vallée du Panjshir, qui a toujours su se défendre des divers envahisseurs, fut le théâtre des affrontements les plus violents, dans les années 1980, entre les soldats soviétiques et les résistants afghans. Les Russes y furent refoulés à treize reprises. Le leader de la résistance au communisme puis aux talibans, Ahmad Shah Massoud, contrôlait tout le Panjshir. On dit de cette vallée qu'elle est imprenable. A voir sa géographie, on est tenté de le croire. Les colonnes armées pouvaient être facilement attaquées des hauteurs. Le titre du film de Christophe de Ponfilly, Une vallée contre un empire, résume parfaitement l'histoire du Panjshir, dont les habitants ont réussi à refouler l'invasion soviétique. En arrivant dans la vallée, on peut voir, sur le bord de la route ou dans la rivière, des carcasses de tanks. Au XXe siècle, au bas d'un cratère créé par une bombe lancée par les Soviétiques, on a commencé à trouver des émeraudes. Le village de Khenj notamment, situé à côté des mines, est réputé pour ces pierres.

À voir / À faire à PANJSHIR

Organiser son voyage à PANJSHIR

Photos de PANJSHIR

Afghanistan

Guide Afghanistan

Afghanistan 2013

18.95 €
2013-01-30
264 pages
Avis