Guide d'Islande : Argent

Monnaie

L'unité monétaire en Islande se nomme la couronne islandaise, symbolisée par le sigle international ISK et dans ce guide par Kr.

Pièces distribuées en Islande : 100, 50, 10, 5 et 1 Kr.

Billets distribués en Islande : 10 000, 5 000, 2 000, 1 000 et 500 Kr.

Taux de change

Au dernier trimestre 2018, le taux de change était le suivant : 1 € = 131 Kr, 100 Kr = 0,76 €.

Coût de la vie

Dans ce pays qui dépend fortement des importations, le coût de la vie est, de facto, particulièrement élevé. Il s'agit d'un des pays les plus riches au monde, disposant de l'un des plus hauts niveaux de vie. Rien n'échappe à cette règle, le moindre article reviendra beaucoup plus cher qu'en France, et il est donc nécessaire d'arriver dans le pays avec quelques économies en poche pour aller au restaurant, effectuer quelques achats ou tout simplement se loger et se déplacer.

Quelques exemples de prix

Un hot dog islandais : 450 Kr.

Un plat du jour dans un café : 2 000 à 3 500 Kr.

Un repas dans un restaurant : 3 500 à 6 000 Kr.

Une entrée de musée : 800 à 1 300 Kr.

Tarifs par personne et par tente en camping : 1 500 kr.

Un lit en dortoir en auberge de jeunesse : autour de 5 000 Kr.

Une chambre double en guesthouse à Reykjavík : 15 000 à 20 000 Kr.

Une chambre double en hôtel de base à Reykjavík : 18 000 à 28 000 Kr.

Une excursion d'un jour à partir de Reykjavík (Þingvellir, Geysir, Gullfoss) : 7 000 à 13 000 Kr.

Un plein d'essence pour une petite auto : 8 000 à 12 000 Kr.

 

Les Islandais l'ont bien compris : le tourisme constitue une véritable mine d'or et il n'est pas rare de voir les prix fortement augmenter d'une année sur l'autre. Certains en profitent ainsi pour accroître la capacité de leur infrastructure et améliorer la qualité de leurs services. Les hôtels s'avèrent très chers et les pensions (guesthouses), si elles offrent des tarifs moins élevés, n'offrent pas toujours le confort attendu pour un tel prix (salle de bains partagée notamment). Le camping et le sleeping bag accommodation (en auberge de jeunesse ou pension) sont les solutions les moins onéreuses. Les restaurants de qualité sont extrêmement coûteux, y compris pour les Islandais qui les fréquentent finalement peu. Quant aux déplacements, seuls les véhicules tout-terrain sont capables d'offrir une liberté absolue sur tout le territoire, mais ils se révèlent très chers à la location. Les loueurs expliquent les tarifs pratiqués par la durée de vie réduite de leurs voitures. Mais rassurez-vous, une voiture de tourisme simple vous permettra également, en été, d'approcher des sites superbes. Les coûts de déplacement seront moindres, évidemment, en vous déplaçant en bus... mais là encore, les billets sont coûteux et les forfaits ne valent que pour de longs séjours (deux semaines).

Banques et change

Les banques principales sont Arion Banki, Landsbankinn et Islandsbanki. La plupart des agences bancaires sont ouvertes tous les jours de la semaine de 9h à 16h (sans interruption ou avec une pause déjeuner de 30 à 60 minutes) ; il existe toutefois quelques exceptions : ouverture durant l'après-midi uniquement ou ouverture 7j/7 au centre commercial Kringlan de Reykjavik... Chaque petite ville possède une banque et la qualité des services y est exemplaire. Les horaires sont évidemment prolongés à l'aéroport de Keflavík où l'Arion Banki est ouverte 7j/7 et 24h/24 du 16 avril au 30 septembre et de 4h à minuit le reste de l'année.

Il est a priori impossible d'acheter des couronnes islandaises avant d'arriver sur place. Plusieurs distributeurs automatiques de billets, ainsi qu'un bureau de change (Arion Banki), sont disponibles dans l'enceinte de l'aéroport international de Keflavík.

Sachez que les taux de change pratiqués dans les aéroports sont plus élevés qu'en ville et que les frais de change peuvent être multipliés par cinq d'un bureau de change à un autre (ces frais sont souvent déjà inclus dans le taux de change affiché) en France comme à l'étranger. Préférez donc la carte bancaire. Pour les retraits mais aussi les paiements par carte, le taux de change utilisé pour les opérations s'avère généralement plus intéressant que les taux pratiqués dans les bureaux de change.

Ne rapportez pas de devises islandaises en France, elles ne vous seraient pas reprises ou seulement à un taux dérisoire ; changez-les plutôt à l'aéroport avant de partir.

Carte bancaire

Si vous disposez d'une carte bancaire (Visa, MasterCard, etc.), inutile d'emporter des sommes importantes en espèces. Dans les cas où la carte ne serait pas acceptée par le commerçant, rendez-vous simplement à un distributeur automatique de billets.

En cas de perte ou de vol de votre carte à l'étranger, votre banque vous proposera des solutions adéquates pour que vous poursuiviez votre séjour en toute quiétude. Pour cela, pensez à noter avant de partir le numéro d'assistance indiqué au dos de votre carte bancaire ou disponible sur Internet. Ce service est accessible 7j/7 et 24h/24. En cas d'opposition, celle-ci est immédiate et confirmée dès lors que vous pouvez fournir votre numéro de carte bancaire. Sinon, l'opposition est enregistrée mais vous devrez confirmer l'annulation à votre banque par fax ou lettre recommandée.

Conseils avant départ. Pensez à prévenir votre conseiller bancaire de votre voyage. Il pourra vérifier avec vous la limitation de votre plafond de paiement et de retrait. Si besoin, demandez une autorisation exceptionnelle de relèvement de ce plafond.

Retrait

Trouver un distributeur. Le territoire islandais est bien pourvu en distributeurs automatiques de billets. Néanmoins, si vous vous aventurez dans les hautes terres ou séjournez dans une ferme reculée, il vous faudra anticiper et retirer des espèces préalablement. Pour connaître le distributeur le plus proche, des outils de géolocalisation sont à votre disposition. Rendez-vous sur www.visa.fr/services-en-ligne/trouver-un-distributeur ou sur www.mastercard.fr/fr-fr/particuliers/support-conseil/dab-geolocalisateur.html.

Utilisation d'un distributeur anglophone. De manière générale, le mode d'utilisation des distributeurs automatiques de billets (" ATM " en anglais) est identique à la France. Si la langue française n'est pas disponible, sélectionnez l'anglais. " Retrait " se dit alors " withdrawal ". Si l'on vous demande de choisir entre retirer d'un " checking account " (compte courant), d'un " credit account " (compte crédit) ou d'un " saving account " (compte épargne), optez pour " checking account ". Entre une opération de débit ou de crédit, sélectionnez " debit " ; si toutefois vous vous trompez dans ces différentes options, pas d'inquiétude, le seul risque est que la transaction soit refusée. Indiquez le montant (" amount ") souhaité et validez (" enter "). A la question " Would you like a receipt ? ", répondez " Yes " et conservez soigneusement votre reçu.

Frais de retrait. L'euro n'étant pas la monnaie du pays, une commission est retenue à chaque retrait. Les frais de retrait varient selon les banques et se composent en général d'un frais fixe d'en moyenne 3 euros et d'une commission entre 2 et 3% du montant retiré. Certaines banques ont des partenariats avec des banques étrangères ou vous font bénéficier de leur réseau et vous proposent des frais avantageux ou même la gratuité des retraits. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire. Notez également que certains distributeurs peuvent appliquer une commission, auquel cas celle-ci sera mentionnée lors du retrait.

Cash advance. Si vous avez atteint votre plafond de retrait ou que votre carte connaît un dysfonctionnement, vous pouvez bénéficier d'un cash advance. Proposé dans la plupart des grandes banques, ce service permet de retirer du liquide sur simple présentation de votre carte au guichet d'un établissement bancaire, que ce soit le vôtre ou non. On vous demandera souvent une pièce d'identité. En général, le plafond du cash advance est identique à celui des retraits et les deux se cumulent (si votre plafond est fixé à 500 €, vous pouvez retirer 1 000 € : 500 € au distributeur, 500 € en cash advance). Quant au coût de l'opération, c'est celui d'un retrait à l'étranger.

Paiement par carte

De façon générale, évitez d'avoir trop d'espèces sur vous. Celles-ci pourraient être perdues ou volées sans recours possible. Préférez payer avec votre carte bancaire quand cela est possible. Les frais sont moindres que pour un retrait à un distributeur et la limite des dépenses permises est souvent plus élevée.

Notez que lors d'un paiement par carte bancaire, il est possible que vous n'ayez pas à indiquer votre code pin. Une signature (parfois électronique) et votre pièce d'identité vous seront néanmoins souvent demandées.

Acceptation de la carte bancaire. Les cartes bancaires (ex : Visa, American Express) sont acceptées par la majorité des magasins, hôtels, restaurants, sociétés de location de voitures. Si certains petits commerçants peuvent préférer les espèces, vous pourrez toutefois en retirez aisément à l'un des distributeurs à proximité. Fait étonnant, les Islandais n'emploient que rarement leur monnaie pour conclure des achats et utilisent régulièrement, pour ne pas dire systématiquement, leur carte bancaire, à tel point qu'un simple café dans une station-service sera payé avec ce moyen de paiement électronique.

Frais de paiement par carte. Hors zone Euro, les paiements par carte bancaire sont soumis à des frais bancaires. En fonction des banques, s'appliquent par transaction : un frais fixe entre 0 et 1,2 € par paiement, auquel s'ajoutent de 2 à 3 % du montant payé par carte bancaire. Le coût de l'opération est donc globalement moins élevé que les retraits à l'étranger. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire.

Transfert d'argent

Avec ce système, on peut envoyer et recevoir de l'argent de n'importe où dans le monde en quelques minutes. Le principe est simple : un de vos proches se rend dans un point MoneyGram® ou Western Union® (poste, banque, station-service, épicerie...), il donne votre nom et verse une somme à son interlocuteur. De votre côté de la planète, vous vous rendez dans un point de la même filiale. Sur simple présentation d'une pièce d'identité avec photo et la référence du transfert, on vous remettra aussitôt l'argent.

Pourboires, marchandage et taxes

Pourboire et taxes. Service et taxes sont invariablement inclus dans les prix. Il n'est donc ni d'usage ni nécessaire de verser un pourboire. Néanmoins, après une excursion, un petit pourboire au chauffeur de bus sera le bienvenu.

Marchandage. L'Islande n'est pas, loin de là, le royaume des amateurs de longues discussions autour d'un prix. On paye le prix affiché... un point c'est tout. Kolaportið, le marché aux puces de Reykjavik, peut éventuellement constituer une exception. Là aussi, les prix des pulls, CD, t-shirts, livres, timbres et autres sont clairement affichés, mais rien ne vous empêche de vous lancer dans une " négociation ", si le coeur vous en dit...

Duty Free

Lorsque vous vous rendez dans un pays membre de l'Union européenne, vous ne pouvez pas bénéficier des offres Duty Free (achats exonérés de taxes).

Adresses Futées d'Islande

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis