Guide d'Islande : Cuisine locale

Produits caractéristiques
<p>Gull est l'une des principales marques de bière.</p>

Gull est l'une des principales marques de bière.

La vie est chère en Islande. Sur place, essayez d'acheter les produits locaux moins chers que les produits importés.

Voici une liste de produits islandais qui vous permettra de bien manger sans trop dépenser, tout en savourant les spécialités de l'île.

Viandes

Elles sont chères, même le mouton, pourtant abondant sur l'île. Dans certains campings, on trouve des barbecues pour faire griller la viande.

Kótilettur/rifjur : côtelettes de mouton, parfois fumées, délicieuses.

Kjöthakk : viande de mouton hachée.

Kjötbollur : boulettes de viande, fraîches, sous vide, ou en conserve.

Niðursoðið kjöt : viande en conserve.

Blóðmör : boudin de mouton.

Svið : tête de mouton bouillie. Malgré son aspect peu engageant, vaut la peine d'être essayée.

Hrútspungar : testicules de bélier.

Charcuterie

Se trouve notamment sous vide.

Pylsur : saucisses de mouton utilisées pour les hot-dogs.

Bjúgu : viande de mouton fumée et hachée sous forme de grosses saucisses, à faire bouillir. Très fort goût de fumé.

Ryllupylsa : saucisse roulée épicée, mangée froide en tranches fines.

Hangikjöt : viande de mouton fumée, gigot ou épaule, à manger froid ou chaud sur du pain. A goûter.

Malakof : sorte de mortadelle.

Poissons

Relativement bon marché.

Lax : saumon, le poisson islandais par excellence, villtur (sauvage) ou eldis (d'élevage), nyr (frais), reyktur (fumé) ou grafinn (mariné à l'aneth).

Laxasalat : préparation à tartiner à base de saumon, bon marché et délicieux.

Þorskur : cabillaud.

Síld : hareng mariné.

Hákarl : aileron de requin du Groenland. Le requin est faisandé dans des cabanes (dans le nord-est), ou enfoui dans le sable (dans le nord-ouest). Il est ensuite découpé en petits cubes et mis à macération dans du lait aigre ou du jus de citron. Très forte odeur, mais goût subtil. Dans certaines fermes, on peut assister à la préparation.

Harðfiskur : poisson séché, le plus souvent morue. Très pratique pour les randonneurs, parce que très nourrissant et très léger, mais coûteux. A manger tel quel en mettant un peu de beurre dessus.

Selshreifar : nageoires de phoque.

Kaviar : produit scandinave, pâte à tartiner à base d'oeufs de poissons et de crustacés.

Volailles

Très appréciées des Islandais.

Lundi : macareux ; reyktur : fumé. Âmes sensibles, s'abstenir. Outre le macareux, les Islandais mangent guillemots, oies, canards et lagopèdes.

Haenuegg : oeufs de poule. Coûteux. On trouve aussi les oeufs des oiseaux précédents.

Produits laitiers

Les Islandais sont à juste titre fiers de leurs produits laitiers et les consomment en grande quantité. En effet, ils se classent au second rang européen de consommation annuelle avec 183 litres par habitant (184 l/hab. pour les Finnois, 92 l/hab. pour les Français). Dans les supermarchés, le rayon laitage est particulièrement bien fourni et l'on se réjouit d'y remarquer l'absence de grandes marques internationales. La production locale suffit ! Ne manquez surtout pas l'épais et onctueux skyr (fort différent qu'il soit nature ou aromatisé), avec de la crème et de la confiture de myrtilles, c'est excellent !

Nymjólk : lait frais. Très bon. Lettmjólk : lait allégé. Undanrenna : lait écrémé.

Kókómjólk : lait chocolaté et son célèbre logo au chat jaune musclé.

Súrmjólk : lait caillé, semblable à du Fjord. Excellent. On trouve aussi de l'Ávaxtasúrmjólk avec des fruits.

AB-mjólk : lait fermenté.

Mysa : petit lait.

Skyr : fromage blanc très épais, salé, à mélanger avec du lait, de la crème liquide et du sucre. Excellent.

Jógúrt : yaourt.

Thykkmjólk : yaourt à la crème.

Smjör : beurre salé, smjörvi (beurre allégé à tartiner), solbloma (beurre végétal). Le beurre est assez cher.

Ís : glace, ryómaís (crème glacée). Très onctueuse, excellente.

Fromages

L'Islande n'en importe pas, mais en produit 80 sortes, copies plus ou moins réussies de fromages français et hollandais.

Brauðostur : semblable à l'édam. Sans doute le meilleur.

Tilsiter : semblable à l'édam.

Óðalsostur : semblable à l'emmenthal.

Skólaostur : très doux.

Búri : semblable au havarti.

Gráðaostur : bleu.

Mysingur, mysuostur : fromages bruns à tartiner. Sucré, agréable au petit déjeuner.

On trouve aussi de nombreux fromages crémeux à tartiner, du type La vache qui rit®, bon marché mais sans goût, à part le fromage parfumé au paprika.

Pains et pâtisseries

Attention : les boulangeries (bakarí) sont rares ; on en trouve essentiellement dans l'ouest et le nord du pays dans les grandes villes. Lorsqu'elles existent donc, elles proposent des pains variés et souvent très bons, dont de l'excellent pain noir ou encore du rúgbrauð qui était traditionnellement cuit dans le sol naturellement chauffé. Le flatbrauð ou le flatkökur sont des pains de seigle sans levain. Cette spécialité de la ville de Selfoss est parfaite pour composer des pique-niques. Côté douceurs, si le choix n'est pas très large, les gâteaux et viennoiseries peuvent s'avérer délicieuses et consistantes. La cannelle en est l'ingrédient vedette. Mais il faut souvent dire adieu au pain frais. En revanche, dans quasiment toutes les localités, on trouve une supérette ou un libre-service dans la station d'essence avec tous les produits de première nécessité.

Seytt rúgbrauð : pain de seigle cuit à la vapeur, très dense et très nourrissant. Ressemble un peu à du pain d'épices.

Flatkökur, flatbrauð : sorte de pancake, galette de seigle plate, cuite sous la cendre.

Le chocolat islandais est bon mais très cher.

Fruits et légumes

Ils sont très coûteux, à part les pommes de terre. Pour compenser le manque de fruits, les compotes (grautur), que l'on trouve en briques, sont bonnes mais elles sont très sucrées.

Boissons

Vatn : eau, une des grandes richesses du pays, qui commence d'ailleurs à l'exporter en bouteille. Elle est pure, cristalline et omniprésente. Une désagréable odeur de soufre s'échappe des sources ou des robinets d'eau chaude, à Reykjavík par exemple, mais cette odeur ne nuit en rien à la qualité de l'eau et vous vous en accommoderez vite.

Les Islandais consomment volontiers des sodas et autres boissons gazeuses. Dans les snacks, notamment les stations-service, boissons chaudes (café, thé, chocolat) à volonté.

Alcools

Le gouvernement a mis fin à la prohibition, il y a trente ans. On trouve aujourd'hui de la bière légère (öll) un peu partout. Essayez la bière Viking. La vraie bière (bjór) se consomme uniquement dans les bars avec licence. Autres bières locales : Egils Pilsner, Thule, Spegils, Egils Gull, Litli Jon ou Black Death. Seuls les magasins d'Etat sont habilités à vendre les alcools forts, la bière alcoolisée, le vin ou le champagne au détail, et les prix pratiqués sont proportionnels à la difficulté de se procurer ces alcools. Notre conseil : profitez des magasins duty-free de l'aéroport de Keflavík car il vous est permis d'introduire 1 litre de spiritueux (47°) plus 1 litre de vin (21°), 6 litres de bière étrangère ou 8 litres de bière locale. N'oubliez pas de goûter les alcools nationaux : la vodka islandaise, l'Aquavitae, et surtout le Brennivín, alcool de pomme de terre surnommé la " mort noire ", que les Islandais apprécient particulièrement le week-end dans de nombreux petits verres.

Habitudes alimentaires

Les Islandais mangent trois fois par jour, comme en Europe. Le petit déjeuner chez l'habitant, également surnommé " petit déjeuner continental " dans les hôtels, se révèle très copieux. Chacun trouve son compte grâce à la variété des ingrédients. Comptez de 10 à 15 € environ pour ce festin de l'aurore.

Certains restaurants offrent un menu touristique comprenant une soupe en entrée, un plat de viande ou de poisson et du café lors du déjeuner, le tout pour une somme qui reste modique sur place. Mais le dîner se révèle, quant à lui, beaucoup plus cher, même si les plats à la carte restent parfois les mêmes que ceux du midi.

Les différents modes de restauration

Station-service. Dans de nombreux villages de l'île, la station-service est le centre de tout : essence, poste, banque, arrêt de bus, épicerie et... " restaurant ". Les stations ouvrent tôt le matin et ferment, généralement, entre 20h30 et 23h selon le lieu où le voyageur se situe.

Fast-food. En Islande, les tarifs pratiqués sont quasiment deux fois plus chers qu'en France. La nourriture se révèle rarement de bonne qualité, mais il existe des exceptions. Fermeture entre 23h et minuit.

Pizzeria. Les restaurants italiens restent une bonne solution entre fast-food station-service et restaurant typique. Une fois de plus, les tarifs se montrent plus élevés qu'en France. Derniers services vers 22h.

Restaurant typique. En fonction des spécialités proposées et de sa réputation, il présente des fourchettes de prix très diverses. Comparé aux restaurants d'hôtels, il offre l'avantage d'offrir un cadre moins strict. Le service s'y termine entre 22 et 23h.

Restaurants d'hôtels. Ces restaurants proposent des menus variés et souvent de qualité, mais se révèlent parfois chers. Les établissements Icelandair offrent une restauration de grande qualité. Attention toutefois aux heures de fin de service qui ne dépassent quelquefois pas 21h pour les petits hôtels, notamment hors saison.

Adresses Futées d'Islande

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis