Guide d'Indonésie : Sécurité et accessibilité

Dangers potentiels et conseils

La majeure partie de l'Indonésie est tout à fait accessible, même s'il faut prendre ses précautions dans la province de Banda Aceh qui pratique la charia, en Papouasie, dans le centre de la Sulawesi et dans certaines parties des Moluques. Entre 2002 et 2009, plusieurs attentats ont été perpétrés à Bali (200 morts) et à Jakarta faisant de nombreuses victimes. En 2012, dans le centre de la Sulawesi, de violentes confrontations ont été constatées envers la police. En Papouasie, ce sont 8 militaires et 4 civils qui ont été assassinés dans la région de Puncak Jaya en février 2013. Le pays reste instable dans certaines régions reculées, conflits tribaux ethno-religieux, mais dans les lieux les plus fréquentés et les plus touristiques, aéroports, hôtels, monuments religieux, discothèques, la sécurité a été fortement renforcée. Cela dit, de récents attentats-suicides en 2018 à Surabaya, la deuxième ville du pays, viennent remettre tout en question. C'est d'abord deux églises qui ont été visées, puis un commissariat faisant en tout près de quatorze victimes. Ces actes terroristes ont été revendiqués par Daesh. Pour autant, l'ensemble de l'archipel semble à peu près sûr même si quelques tensions séparatistes peuvent apparaitre de-ci, de-là. D'ailleurs, les dernières élections législatives se sont déroulées sans heurts et toutes les grandes organisations musulmanes de masse ont soutenu le gouvernement dans sa lutte contre le terrorisme. Pour les expéditions les plus lointaines, il est toutefois prudent de vous tenir au courant de l'évolution de la situation politique (site d'information des voyageurs : www.diplomatie.fr/voyageurs). Il vous est d'ailleurs demandé une autorisation spéciale pour vous rendre à Papua et West Papua par exemple.

Jakarta a été aussi frappée par des attentats revendiqués par l'organisation Etat islamique en janvier 2016. Comme la triste réalité nous le rappelle, les attentats existent, mais il ne faut pas non plus tomber dans la paranoïa. L'immense majorité des Indonésiens est tout à fait pacifique et ne désire qu'une chose : vivre en paix. Dans le reste du pays, il n'est pas rare d'être approché par un Indonésien qui force son meilleur anglais pour vous dire " bienvenue, merci de venir en Indonésie " et qui vous proposera un selfie.

Les difficultés économiques du pays ont entraîné une augmentation de la délinquance. Les agressions violentes restent cependant assez rares. Pendant votre séjour, il est recommandé d'avoir sous la main en toutes circonstances : votre passeport, le numéro d'appel de votre assurance rapatriement, les numéros d'appel de votre ambassade ou consulat, les numéros de vos chèques de voyage et le numéro de téléphone et le fax de votre banque, votre permis de conduire national et international si vous conduisez. Photocopiez vos documents importants : billet d'avion, passeport. Conservez ces documents dans deux endroits différents.

De talentueux voleurs sont légion. A Java, une école forme des pickpockets d'un très haut niveau. Les endroits les plus " chauds " sont les gares ou les stations d'autobus, car la foule y est compacte, les bousculades fréquentes.

Le plus sûr est d'avoir une pochette discrète autour du cou que l'on glisse sous sa chemise ou son T-shirt. Les " bananes " sont plus encombrantes et plus voyantes. Ne faites jamais étalage de quoi que ce soit qui puisse éveiller la convoitise, c'est-à-dire bijoux, montres... Dans les bus bon marché effectuant de longs trajets, et parfois aussi dans les bus et trains plus chics, gardez vos affaires sur vous, surtout lorsque vous dormez. Déplacez-vous avec un sac fermé à clé (à l'aide d'un cadenas), surtout dans les trains de nuit.

Dans votre hôtel, méfiez-vous de la fenêtre la nuit, fermez-la bien, car certains voleurs sont passés maîtres dans l'art d'engourdir votre surveillance. Préférez utiliser les coffres forts (safety box ou safe) pour y mettre vos affaires à l'abri. En résumé : les habitudes de prudence de base sont nécessaires partout où que l'on aille... que ce soit en Indonésie ou en France  !

Vous pouvez voyager avec vos enfants, mais il faudra une sacrée organisation et une grosse dose d'énergie si vous voulez sortir des sentiers battus  ; cependant les hôtels de catégorie moyenne ou supérieure proposent souvent des services de babysitting. Faites très attention à ce que vous leur donnez à manger et, surtout, faites-les boire souvent, on se déshydrate très vite sous les tropiques.

Méfiez-vous de certains guides malhonnêtes qui vous conduisent dans des boutiques où ils perçoivent un pourcentage. D'autres guides vous demanderont des tarifs exorbitants pour des excursions que vous auriez pu effectuer tout seul. Ils sont en général extrêmement collants et vous aurez bien du mal à vous en débarrasser. Pour choisir un guide, prenez votre temps et discutez avec lui ou passez par une agence de voyage. Il existe des guides agréés, renseignez-vous auprès des bureaux de tourisme.

Dans les régions où le tourisme est moins développé, vous serez parfois observé sous toutes les coutures. Les enfants notamment pourront s'agglutiner autour de vous en hurlant " hello Mister ! " que vous soyez Monsieur ou Madame. Simple curiosité, assez rigolote en fait.

Dans les grandes villes, vous serez souvent confronté aux mendiants. Personne miséreuse, aveugle, avec parfois des membres amputés...

Conformez-vous aux consignes des autorités de sécurité locales et faites preuve de prudence, évitez les rassemblements de foule, ne faites pas étalages de vos richesses, pour un séjour inoubliable. L'Indonésie est un pays relativement sûr et les étrangers y sont très bien accueillis.

D'autres conseils sont développés dans la partie transports.

Le William Hayes français est sorti de prison

Comme le héros du film d'Alan Parker, Midnight Express, Mickaël Blanc a été arrêté dans un aéroport en possession d'une grande quantité de haschich. Comme lui, il a été emprisonné et condamné à perpétuité en 2000. Mais la comparaison s'arrête là. La condamnation du plus ancien détenu français dans les geôles indonésiennes a finalement été commuée à quatorze ans d'incarcération. L'histoire de Mickaël Blanc, qui a toujours clamé son innocence, avait mobilisé de nombreuses personnes en faveur d'une réduction de peine, Thierry Ardisson, l'animateur vedette de Canal + en tête. Mickaël Blanc devra tout de même rester dans l'archipel jusqu'en 2017, en liberté conditionnelle. Un autre Français, Serge Atlaoui est toujours emprisonné en Indonésie et a été condamné à mort en 2007, reconnu coupable d'avoir organisé un réseau de production et de trafic d'ecstasy. Après plusieurs rebondissements, en 2018 le Français de 54 ans est toujours dans le couloir de la mort selon son avocat...

Femme seule en voyage

Bien sûr, il reste l'image de " plus grand pays musulman du monde " ; mais les Indonésiens, dans leur grande majorité, pratiquent leur religion de manière modérée.
De plus l'Indonésie, grande référence pour les backpackers, souvent australiens ou européens, voit de très nombreuses jeunes femmes voyager seules chaque année. La plupart des Indonésiens seront étonnés de vous savoir seule, et, il est vrai, on n'échappe pas à certains désagréments et demandes insistantes. Généralement, un mari imaginaire qui va vous rejoindre dans quelques jours suffit à éloigner les plus insistants, qui se montrent de suite très respectueux. L'alliance seule est peu utile  ; préférez une photo bien en évidence dans votre portefeuille de vous et votre amoureux, réel ou supposé. Si la photo montre un enfant, votre bébé supposé, c'est le laissez-passer pour la tranquillité.
Mesure la plus élémentaire : habillez-vous décemment. Si la tenue de plage est acceptée à la plage, se promener en haut de maillot de bain en ville, seule, expose au risque (quasi certain) de se faire accoster par un personnage collant. En général, plus on s'habille modestement (jupes ou short au niveau du genou, épaules couvertes), plus on évite les ennuis. Et si vous avez affaire à quelqu'un de vraiment collant, montrez-vous la plus prude possible. Dans la plupart des pays du monde, la libération de la femme se résume à l'équation suivante : femme occidentale =femme facile. Il faut montrer que ce n'est pas que cela  !
Dernier danger (parfois de taille) : les gigolos balinais. L'île est désormais célèbre pour ces hommes, souvent très beaux, qui vendent leurs services aux riches Occidentales esseulées, directement ou non (" mon oncle vient de mourir je n'ai pas d'argent pour payer les funérailles "). Si vous êtes une femme mûre et seule, vous êtes une proie potentielle. Les hommes seuls sont aussi très sollicités, que ce soit par des femmes ou des hommes. Un petit ami occidental est bien souvent perçu comme une source de tranquillité financière, ce qui le rend très séduisant quand on a une famille à nourrir.

Voyager avec des enfants

Voyager avec des enfants en Indonésie ne semble pas tout de suite aller de soi ; pourtant, beaucoup de familles y séjournent avec grand plaisir. En effet, Bali et Lombok, tout comme Manado/Bunaken, Yogyakarta ou même Florès sont de vrais grands pôles touristiques, dotés de toutes les infrastructures recommandées pour le confort d'un voyage en famille. On peut circuler dans de confortables 4x4 avec chauffeur d'un site touristique à un autre, prendre le train, l'avion etc. En dehors des sentiers battus, il faut que votre enfant ait un minimum d'esprit d'aventure et une certaine sagesse naturelle. La magie des couleurs, des sons et des odeurs peuvent agir comme de puissants aimants pour l'âme voyageuse...

Voyageur handicapé

Si vous présentez un handicap physique ou mental ou que vous partez en vacances avec une personne dans cette situation, différents organismes et associations s'adressent à vous.

Voyageur gay ou lesbien

En février 2016, le gouvernement a décidé d'interdire les émoticônes gays des applications comme Facebook, Twitter, Whatsapp... " De tels contenus ne sont pas autorisés en Indonésie en vertu de nos principes moraux et de nos normes religieuses ", avait déclaré le ministère de la communication. D'autres signes ont montré en 2016 que le gouvernement durcissait ses positions face à la communauté LGBT.

Selon certaines estimations, la communauté revendique près de 2 millions de gays et de lesbiennes sur l'archipel. La première organisation gay fut fondée en 1981 et la première Gay Pride nationale eut lieu en juin 1999 à Surabaya. Les participants de la dernière Acara September Ceria à Jakarta, (Gay Pride), a subi les foudres d'un groupuscule religieux, en les accusant de propager la luxure... Autant vous dire que sorti de Jakarta, Bali, Surabaya, Lombok et les îles Gili vous ne serez pas très bien accueilli, voire carrément rejeté. Éviter les démonstrations publiques d'affection, à l'exception de Bali où la tolérance est au rendez-vous ! Certaines régions de l'Indonésie comme Aceh sont particulièrement dangereuses pour la communauté gay et lesbienne.

Adresses Futées d'Indonésie

Où ?
Quoi ?
Avis