Guide du Ghana : Comment partir ?

Partir en voyage organisé
Spécialistes

Vous trouverez ici les tours opérateurs spécialisés dans votre destination. Ils produisent eux-mêmes leurs voyages et sont généralement de très bon conseil car ils connaissent la région sur le bout des doigts. À noter que leurs tarifs se révèlent souvent un peu plus élevés que ceux des généralistes.

Généralistes

Vous trouverez ici quelques tours-opérateurs généralistes qui produisent des offres et revendent le plus souvent des produits packagés par des agences spécialisées sur telle ou telle destination. S'ils délivrent des conseils moins pointus que les spécialistes, ils proposent des tarifs généralement plus attractifs.

Réceptifs
Sites comparateurs

Plusieurs sites permettent de comparer les offres de voyages (packages, vols secs, etc.) et d'avoir ainsi un panel des possibilités et donc des prix. Ils renvoient ensuite l'internaute directement sur le site où est proposée l'offre sélectionnée. Attention cependant aux frais de réservation ou de mise en relation qui peuvent être pratiqués, et aux conditions d'achat des billets.

Partir seul
En avion

Depuis février 2017, la compagnie Air France propose des vols directs entre Paris-CDG et l'aéroport d'Accra-Kotoka. Comptez autour de 900 € pour un aller-retour. Les prix varient sensiblement en fonction de la période et du délai de réservation et achat du billet. Ce même trajet peut être effectué par la compagnie KLM avec escale à Amsterdam, par Brussels Airlines avec escale à Bruxelles, par Royal Air Maroc avec escale à Casablanca ou par TAP Portugal avec escale à Lisbonne à des prix intéressants. Les compagnies suivantes desservent également Accra : Turkish Airlines, British Airlines, Emirates, Ethiopian Airlines, Air Côte d'Ivoire.

Principales compagnies desservant la destination
Aéroports
Sites comparateurs

Certains sites vous aideront à trouver des billets d'avion au meilleur prix. Certains d'entre eux comparent les prix des compagnies régulières et low-cost. Vous trouverez des vols secs (transport aérien vendu seul, sans autres prestations) au meilleur prix.

En bus
En bateau

La compagnie maritime nationale Black Star Line relie de nombreux pays d'Europe, d'Asie et d'Amérique à partir de Tema ou de Takoradi. Pour les transports de véhicule, le Ghana est moins cher que la plupart des pays africains, comptez 700 US$ pour une moto par exemple.

Des ferrys vous permettent de parcourir une partie du pays autour du lac Volta, d'Akosombo à Kéte Krachi ou Yeji, d'où il est ensuite rapide de rejoindre Tamale et son port qui se trouve à 32 km à l'est de la ville. La traversée est longue et les paysages peu variés, mais il s'agit d'une expérience unique. On navigue également sur les rivières Densu et Ankobra.

Location de voitures
Se loger

Le Ghana est relativement bien pourvu en infrastructures hôtelières, surtout dans les grandes villes et sur la côte.

En revanche, les prix sont assez élevés (15 US$ pour quelque chose de basique en dehors des villes, mais souvent 60 US$ en ville et rapidement 70-150 US$ à Accra), pour une qualité plus que moyenne, pour ne pas dire faible. Manque d'eau chaude très souvent, propreté laissant à désirer, mauvais petit déjeuner... Avec la rude concurrence que se livrent actuellement les professionnels de l'hôtellerie, certains établissements devront vite relever leur niveau, au risque de disparaître les uns après les autres.

Le choix est tout de même vaste entre les petits établissements familiaux, plus du type motel que chambre d'hôtes, les hôtels moyens, les boutique-hotel et les hôtels de luxe de groupes internationaux.

Sur la côte, il y a un grand nombre de beach resorts, type petits villages de vacances ou bungalows près de la plage. Là encore, la qualité est très variable, mais certains établissements sont très corrects.

Ne vous étonnez pas de trouver de gigantesques lits à quatre places ; ils ne sont pas prévus pour une équipe de rugby, c'est que l'espace au lit est un critère de base de confort pour les Ghanéens !

Se déplacer

Le réseau routier comporte 35 000 km de routes et représente le moyen de transport le plus utilisé par les entreprises. Le manque d'investissement dans ce secteur a conduit à une rapide détérioration du réseau, mis à mal après chaque saison des pluies. Un programme de réhabilitation est en cours depuis le début des années 2000 avec l'appui de la Banque mondiale, de l'Union européenne et de la Caisse française de développement.

Le réseau ferroviaire relie les trois grandes villes du Ghana : Accra, Kumasi et Sekondi-Takoradi. La compagnie étatique qui gère le réseau connaît des problèmes de fonctionnement. Les conséquences sur le transport de produits lourds sont néfastes et ne manquent pas de ralentir le développement du pays.

Le pays possède également deux grands ports. A l'ouest, se dresse Takoradi pour les matières premières, et à côté d'Accra, le port de Tema pour les produits finis importés. Leur situation n'est pas brillante en raison d'un mauvais entretien des infrastructures et des tarifs portuaires et de frets inadaptés. Il est vrai qu'il n'y a pas de place dans cette partie de l'Afrique pour plusieurs ports de taille internationale, et la concurrence est rude avec les pays voisins. Il existe également un trafic fluvial depuis la construction du barrage d'Akosombo sur le fleuve Volta.

Enfin, le Ghana possède un aéroport international à Accra qui dessert les lignes directes vers l'Europe et les Etats-Unis. Ce réseau aéroportuaire est complété par les trois aéroports civils nationaux installés à Kumasi, à Takoradi et à Tamale, sans oublier celui de Sunyani qui est militaire.

Avion

L'aéroport international de Kotoka est situé à une dizaine de kilomètres du centre-ville. Les minibus des grands hôtels vous y conduiront. Aucune taxe supplémentaire n'est demandée à l'aéroport si vos papiers sont en règle, que vous ayez obtenu un visa touriste ou business. Des aéroports secondaires existent à Kumasi, à Takoradi, à Sunyani et à Tamale. Un nouvel aéroport, l'aéroport de Ho dont la fin des travaux est prévue en 2018 est en construction, dans le but de dynamiser le tourisme et l'économie du Volta Region.

Bus

Les bus dépendent principalement de la société publique, State Transport Corporation (STC). Mais il existe également des entreprises privées qui proposent leurs services, comme Metro Mass ou City Express. Le bus reste le meilleur moyen de transport au Ghana, bien plus confortable que le taxi-brousse qui n'est préférable que pour les courts trajets. Il n'est pas permis de fumer dans les bus. L'ambiance qui y règne est pittoresque, des vendeurs en tout genre circulent dans les travées pour vous proposer leurs marchandises (savon, médicaments...). Il est conseillé d'être à la gare routière deux heures avant le départ pour être certain d'avoir une place assise.

Le tro-tro est le moyen de transport favori des Ghanéens. Ce sont des minibus de type van Wolkswagen, transformés en taxi collectif, avec une dizaine à une quinzaine de places. C'est plus rapide, mais plus inconfortable et plus dangereux (les chauffeurs de tro-tro sont des cracks du volant) que le bus. Il faut payer un prix fixe en sortant.
Il y a des lignes et des arrêts fixes, mais souvent difficiles à déceler. Mieux vaut demander à quelqu'un. Dans les espaces péri-urbains ou ruraux, un tro-tro s'arrête si on lui fait signe, et vous pose là où vous lui demandez, si c'est sur la ligne de son trajet. Type de prix en ville : 0,50 à 2 cedis.

Voiture

Le réseau routier comporte officiellement plus de 40 000 km. On roule à droite au Ghana, mais la priorité est à gauche. Seuls les grands axes relient la capitale aux principales villes du pays.

Louer une voiture sera la meilleure façon de voyager en indépendant. Les prix vont grosso modo de 130 US$ par jour (sans essence payée) pour une voiture classique à 200-250 US$ pour un 4x4. Sachez que vous aurez du mal à convaincre les loueurs de vous donner le volant, ils voudront vous donner un chauffeur (peur de la conduite des étrangers, qu'ils disparaissent avec la voiture, souci de donner du travail aux locaux). Ceci peut s'avérer à la fois pratique (le chauffeur gèrera lui-même les problèmes de la route) et lourd (il faudra veiller à lui pendant tout le voyage). Ainsi, il faut bien mettre au clair les conditions d'emploi du chauffeur avant le départ. Certains voudront que ce soit vous qui payiez pour son gîte et son couvert, d'autres vous le confieront all inclusive.

Les routes sont moyennement bien balisées ; en dehors de l'axe Accra-Kumasi, Cape Coast-Kumasi et la route côtière, elles sont en sale état : nids de poules, pistes... Il faut conduire prudemment. Parfois, la route la plus courte n'est pas la meilleure. Demandez aux autochtones laquelle il vaut mieux prendre ; vous pourriez vous retrouver sur d'interminables pistes où l'on ne peut dépasser le 20 km/h. Les routes du nord sont presque toutes mauvaises, et on ne vous louera pas de voiture non 4x4 pour aller plus au nord que Kumasi.

Les barrages de police à l'entrée et à la sortie des villes sont des étapes à franchir.

Taxi

Ils sont peu chers et pratiques, nous les conseillons pour vos déplacements en ville. En revanche, ils proposent aux étrangers des prix 4 à 5 fois trop chers. Négociez en partant de bas, et proposez vous-même un prix avant de monter (5 à 10 cedis pour un court trajet en ville, pour arriver à 15 à 20 cedis pour les longs trajets). La règle étant d'avoir un prix net avant de prendre place à bord.

Deux-roues

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées du Ghana

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .