Le jeudi 19 mars,

À l'heure où le Coronavirus COVID-19 ne cesse de faire parler de lui, de nombreux voyageurs se demandent s'il est préférable d'annuler leurs voyages à venir. À l'heure actuelle, plus de 212 000 personnes sont touchées par le virus, dans 157 pays. Le pays le plus touché reste la Chine, mais l'Europe a dernièrement été qualifiée d'épicentre de la maladie. Les pays les plus touchés en Europe sont l'Italie, l'Espagne, l'Allemagne et la France. Afin de limiter la propagation du virus sur le territoire français, le gouvernement a mis en place des mesures de confinement applicables depuis le 17 mars à 12h, limitant ainsi drastiquement les déplacements, et il recommande également de différer les voyages à l'étranger et les croisières. Voici toutes les informations qu'il est utile d'avoir en tête en ce qui concerne les voyages, ainsi que les bons réflexes à avoir.

Quels conseils pour voyager ?

Pour les personnes qui sont amenées à voyager dans un pays touché par le COVID-19, plusieurs gestes permettent d'éviter la contamination : il faut éviter de faire la bise, de se serrer la main et d'avoir un contact rapproché avec toutes personnes qui toussent et qui souffrent de fièvre. L'autre geste, des plus efficaces, est de se laver régulièrement les mains avec des solutions hydro-alcooliques ou du savon. Dans les restaurants ou au supermarché, il est recommandé d'éviter de manger ou d'acheter de la viande crue ou peu cuite. Enfin, dans ces pays, il est conseillé d'éviter de se rendre à de grandes manifestations (culturelles, festives...) et de se tenir informé des décisions prises par les autorités sur d'éventuelles annulations. 

À noter qu'il est important de s'informer sur les pays qui restent ouverts à l'accueil des voyageurs. À titre d'exemple, les autorités israéliennes ont pris la décision d'interdire l'entrée sur leur territoire de plusieurs ressortissants européens, dont les Français, afin d'éviter au coronavirus de se propager. D'autres pays pourraient aussi l'envisager.

Que faire lorsqu'on présente des symptômes une fois sur place ?

Si, une fois sur place dans l'un des pays concernés par le Coronavirus COVID-19, on présente des symptômes de type toux, fièvre et difficultés respiratoires, il faut consulter un médecin local dans les plus brefs délais, utiliser des mouchoirs jetables, se laver les mains aussi souvent que possible et porter un masque chirurgical pour éviter de contaminer d'autres personnes. Il faut également se rassurer, le COVID-19 est très contagieux, mais il n'est mortel que dans un nombre infime de cas. 

Que faire dès le retour d'une zone à risques ?

Aux voyageurs qui reviennent d'un pays touché par l'épidémie (Chine, Singapour, Corée du Sud, Lombardie et Vénétie en Italie...), le ministère de la Santé préconise dans les 14 jours qui suivent le séjour : de surveiller sa température en la prenant deux fois par jour, de porter un masque chirurgical lorsque l'on sort de chez soi ou que l'on est en contact avec d'autres personnes, y compris à l'intérieur de la maison, d'éviter les activités de loisirs (sport, cinéma, manifestations culturelles...), de ne pas envoyer les enfants à l'école, de se laver les mains et également d'opter pour le télétravail, si cela est possible.

En cas de symptômes, il ne faut pas se rendre chez le médecin ou aux urgences de l'hôpital, mais il faut rester chez soi et contacter le SAMU en composant le 15. Les personnes qui ont été en contact avec une personne présentant des symptômes doivent elles-mêmes rester confinées chez elles pendant 14 jours et surveiller leur état. 

Doit-on continuer à planifier nos vacances pour cet été ? 

Avec l'arrivée prochaine du printemps, bon nombre de personnes commencent à planifier les vacances d'été et à effectuer des réservations. Oui mais qu'en sera-t-il du coronavirus ? L'épidémie aura-t-elle pris fin avec l'arrivée des beaux jours ? S'il est vrai qu'en général, les virus respiratoires sont plus stables à basse température, pour le moment, rien ne nous dit que le virus s'arrêtera en avril. En effet, même s'il se propage moins vite dans les pays chauds, il y est tout de même présent, comme c'est le cas en Arabie saoudite. Une fois de plus, il est conseillé de se tenir informé via les différents sites mis à disposition des citoyens, afin de prendre les bonnes décisions, en temps et en heure, car à ce jour nous n'avons pas de réponses certaines sur le sujet.

En attendant l'été, et avec le printemps qui arrive, il est préférable de se tenir informé de la situation avant de planifier un séjour et de réserver dans plusieurs pays du monde. En effet, la France faisant partie des États européens les plus touchés par la maladie à l'heure actuelle, de nombreux pays ont pris des précautions vis-à-vis des touristes français. Les États-Unis, Israël, La Jordanie, l'Irak, l'Arabie Saoudite, la Mongolie, le Liban, le Kazakhstan, le Sri Lanka, le Kenya, l'île Maurice, le Qatar, l'Argentine, Madagascar, la Norvège, le Danemark, l'Inde, le Salvador, la province de Transnistrie de la Moldavie, la République tchèque et le Maroc ont tout bonnement interdit aux Français l'accès à leur territoire. La durée varie de 14 à 30 jours en fonction des États.

Le Vietnam suspend l'exemption de visa dont bénéficiaient les ressortissants français pour tout voyage n'allant pas au-delà de 15 jours et le Népal a décidé de ne plus délivrer de visas aux ressortissants français sur son sol, même s'il reste possible de s'en procurer auprès des autorités consulaires du pays de résidence. 

La Roumanie, le Chine, Chypre, Malte, le Kirghizistan, les îles Cook, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Tunisie, l'Arménie, l'Ouzbékistan, la Macédoine du Nord, la Russie, Le Laos, Hong Kong, Macao, le Tchad, les Samoa, le Burundi, le Libéria, l'Ouganda, le Congo et la Colombie demandent aux Français qui se rendent sur leur territoire de rester en quarantaine pendant 14 jours avant de librement circuler en toute liberté. Dans certains pays, des visites sont même prévues à domicile pour contrôler l'état des personnes (Arménie), quand le Kazakhstan prévoit d'appeler les voyageurs sur place quotidiennement pendant 14 jours et que le sultanat de Brunei propose lui l'autocontrôle médical de son état pendant 2 semaines (température), sans obligation d'isolement.

Concernant les compagnies de transports aériens et ferroviaires, elles sont à ce jour plusieurs à avoir assoupli leurs conditions de remboursement, pour le moment jusqu'à fin avril, s'adaptant ainsi à la forte réduction de la demande. En conséquence, jusqu'au 31 mars, British Airways, Air Malta, American Airlines et Lufthansa ont par exemple pris la décision de supprimer les frais de modification de réservations qui ont eu lieu avant le 5 mars et ce jusqu'au 30 avril. De son côté, la SNCF a tranché pour supprimer les frais d'échange de billets et de rembourser aux voyageurs les déplacements en Intercités et en TGV, également jusqu'au 30 avril. La situation est à suivre de près pour les périodes qui suivront.

Plusieurs sites sont mis à disposition des voyageurs et de toutes personnes ayant un doute, il ne faut pas hésiter à les consulter afin de suivre l'évolution de la situation : la page Conseils aux Voyageurs du Quai d'Orsay, le site de l'Organisation Mondiale de la Santé et Info Coronavirus - Gouvernement.fr