Le guide thématique Petit Futé FRANCE À MOTO : Les grands cols des Pyrénées

Les grands cols des Pyrénées

Si ce tracé ne permet pas de gravir tous les cols des Pyrénées, il vous offre le plaisir de traverser les plus renommés, à savoir, dans l'ordre, le col d'Aubisque (1 709 m), le col du Soulor (1 474 m), le col du Tourmalet (2 115 m) et le col d'Aspin (1 489 m). Chacun d'entre eux vous promet une bonne rasade d'air frais et des souvenirs mémorables. Ces lieux mythiques, pour les fervents de la petite reine comme pour les amoureux des grands espaces, ne sont pas les seuls points d'intérêt de ce parcours. Ainsi, côté montagne, on peut citer les très belles gorges de Luz, entre Soulom et Luz-Saint-Sauveur (D921), le célèbre pic du Midi de Bigorre (2 872 m), dont l'accès est possible en téléphérique à parti du col du Tourmalet, et la petite ville thermale de Bagnères-de-Luchon, " la reine des Pyrénées ", qui pourrait être une très bonne étape pour cette virée qu'il est préférable de prévoir sur deux jours. Pour le retour, côté plaine, citons Saint-Bertrand-de-Comminges et sa cathédrale, les grottes de Médous, merveilles souterraines dans les Pyrénées, et, bien sûr la très pieuse ville de Lourdes constituent les autres immanquables de cette virée au départ de Pau. A noter que Lourdes accueille chaque année, le troisième week-end de juin, un pèlerinage des motards assez renommé au cours duquel deux sorties dans la région sont habituellement prévues. Avant de vous lancez sur ce circuit relativement éprouvant, renseignez-vous sur les conditions météorologiques et les ouvertures/fermetures des cols. Le Tourmalet est en général fermé de décembre à début juin.

Les grands cols des Pyrénées
Les grands cols des Pyrénées
Circuit 95
Circuit 95

Ville natale d'Henri IV, Pau obtient son titre de capitale au XIXe siècle, et s'ouvre au monde des échanges sous Napoléon. L'influence anglaise est visible, comme en témoignent les somptueuses villas, l'hippodrome, le cercle anglais, le Pau Hunt, le premier golf du continent, laissés en héritage. Deuxième ville d'Aquitaine, avec ses 90 000 âmes, Pau préserve son royal passé et permet d'agréables balades. A voir, en priorité : le château de Pau (qui abrite le Musée national) et le boulevard des Pyrénées.

En cas de panneHaut de page

Plusieurs magasins et concessionnaires motos se trouvent à Lons, à la sortie ouest de Pau, de part et d'autre de la D834.

Col du SoulorHaut de page

A seulement 10 km à l'est du col d'Aubisque, le col du Soulor (1 474 m) est à la bifurcation de la D918 (route principale vers Argelès-Gazost), et la D126 (en direction d'Arbéost et Ferrières).

Col du TourmaletHaut de page

Situé à 2 115 m d'altitude, c'est assurément le col le plus médiatique des grands cols pyrénéens du Tour de France  : 18 km d'ascension avec en moyenne une pente à 8 %. La partie la plus difficile se situe entre l'Adour-d'Artigues et La Mongie avec 10,2 % de moyenne. Les 500 derniers mètres sont à 14 %. Attention ! Le col est toujours fermé en hiver, car transformé en station de ski (domaine du Tourmalet).

La MongieHaut de page

L'été, lorsque vous franchissez le mythique col du Toumalet par la route, en venant de l'est ou de l'ouest, vous voyez bien des remontées mécaniques, mais vous avez du mal à imaginer que vous êtes au milieu du domaine skiable du Tourmalet. C'est pourtant le cas et, en hiver, les inconditionnels du GPS qui se sont trouvés bloqués d'un côté, en voulant aller de l'autre, ne sont pas rares... D'un côté, Barèges, l'incarnation d'un village de montagne typique ; de l'autre, La Mongie, pure volonté de créer des hébergements " ski aux pieds ". Barèges et La Mongie se complètent ainsi pour former le domaine du Tourmalet, le plus vaste des Pyrénées françaises. Eté comme hiver, La Mongie est aussi le point de départ du téléphérique du pic du Midi de Bigorre (2 872 m).

Luz-Saint-SauveurHaut de page

Luz-Saint-Sauveur s'étale au confluent des gaves (nom générique donné aux cours d'eau pyrénéens) de Gavarnie et du Bastan qui descend de Barèges, dans une large vallée ensoleillée qui lui a donné son nom, luz voulant dire " lumière ". Pour découvrir Luz, il faut aller flâner dans les ruelles du vieux quartier. Sur les pentes environnantes, de nombreux hameaux sont sagement posés sur la montagne et la vie pastorale y est toujours très présente. Des festivités, activités sportives et culturelles sont proposées tout au long de l'année, sans oublier les soins thermaux, la balnéothérapie et la remise en forme, dans de magnifiques thermes riches en histoire. A voir : l'église fortifiée des Templiers (XIe siècle) et le pont Napoléon (1859).

Vue générale de Luz-Saint-Sauveur
Vue générale de Luz-Saint-Sauveur
Bagnères-de-LuchonHaut de page

Louis-Napoléon, Lamartine, Flaubert, Dumas et Rostand se sont pressés ici pour y prendre les eaux. Luchon reste aujourd'hui la première station européenne pour l'ORL et la rhumatologie. Il faut suivre l'allée d'Etigny, bordée de tilleuls et d'hôtels du XIXe siècle, gagner le parc des Quinconces, voir le bel édifice des thermes Chambert et le Vaporarium (cet extraordinaire hammam naturel unique en Europe), flâner dans les parcs ou dans les ruelles escarpées des vieux quartiers... A voir parmi les monuments de la ville, le château Lassus Nestier, qui abrite l'office de tourisme, et le musée du Pays de Luchon, construit en 1772 par le baron Marc de Lassus, également propriétaire du château de Montréjeau. Le casino, dessiné en 1880 par l'architecte Castex et transformé dans les années 1930 par l'architecte Martin, possède un théâtre d'inspiration Napoléon III qui a vu se succéder les artistes les plus en vue du siècle : Sydney Bechet, Sacha Guitry, Dario Moreno, Charles Trenet, Charles Dumont, Stéphane Grapelli...

Saint-Bertrand-de-CommingesHaut de page
Bagnères-de-BigorreHaut de page

Bagnères-de-Bigorre est une station thermale réputée, utilisée dès l'époque romaine. Appelée " l'Athènes des Pyrénées " du fait d'une intense vie intellectuelle et artistique en saison, elle fut, par le passé, très prisée du tout-Paris. Aujourd'hui, Bagnères garde un charme nostalgique, avec ses maisons en pierres de taille du vallon du Salut et ses toits en ardoise.

Le petit village d'Asté est un site d'attraction pour ses superbes grottes et ses sources affluentes. Il est également connu pour une apparition de la Vierge à une petite bergère nommée Liloye, en 1588.

Lourdes est la deuxième ville hôtelière de France (on compte environ 200 établissements dans cette cité de 15 000 habitants). Culminant à 420 m d'altitude, le site et ses environs ont été largement façonnés par le glissement d'un glacier descendu des sommets du Vignemale. Il envahit de ses moraines (amas de débris rocheux) le pourtour de la ville et y creusa le lac de Lourdes. Très tôt, les environs furent habités. On y découvrit des pièces de l'art paléolithique, dont certaines sont exposées au Musée pyrénéen, au coeur du château fort qui surplombe la ville. En 1858, Bernadette Soubirous, âgée de 14 ans, est le témoin de 18 apparitions de la Vierge dans la grotte de Massabielle. Sa vie est transfigurée et celle de Lourdes également. La petite ville de 4 000 habitants devient alors un haut lieu de pèlerinage. La saison des pèlerinages s'étale du dimanche des Rameaux à mi-octobre. Pendant cette période, Lourdes reçoit le monde entier. En saison dite calme, d'octobre à avril, la ville devient une plaque tournante pour se rendre dans les stations de ski. A voir dans la ville : la grotte de Massabielle (sanctuaire), la grotte du Loup (curiosité géologique), les basiliques de l'Immaculée-Conception, du Rosaire et Saint-Pie-X, l'église Sainte-Bernadette, le château fort, le lac et plusieurs musées. Les fêtes de Lourdes se déroulent de fin juin à septembre. Parmi tous les pèlerinages organisés, celui des motards a lieu chaque année le troisième week-end du mois de juin.

A voir / A faireHaut de page
Les sanctuaires de Lourdes

Ils sont tous regroupés dans le même périmètre, le long du gave de Pau, à l'ouest de la ville. Ils comprennent la grotte de Masabielle, la crypte, les basiliques de l'Immaculée Conception (ou basilique Supérieure), Notre-Dame du Rosaire et Saint-Pie X, l'église Sainte Bernadette.

En cas de panneHaut de page
En cas de panneHaut de page
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté