Le guide touristique LACS ITALIENS du Petit Futé : Survol des Lacs italiens

Survol des Lacs italiens

GéographieHaut de page

Par la variété de leurs paysages, la force d'attraction de leurs berges, leurs points de vue surprenants, la douceur de leur climat, les lacs d'Orta, Majeur, de Côme, de Varèse, d'Iseo et lac de Garde meublent le paysage du nord de l'Italie. Formés par la retraite des glaciers qui jadis descendaient vers la plaine, leur présence évoque l'histoire géologique de la région. Bordés par la chaîne des Alpes au nord et par la plaine du Pô au sud, les Lacs italiens sont la transition poétique entre ces deux réalités géographiques différentes. Les Alpes sont pourvues de vallées et de cols qui forment de grands axes de communication. Au sud, la plaine du Pô est traversée par le fleuve le plus long d'Italie, le Pô (652 km), dont les principaux affluents sont les fleuves Tessin et Adda. Faisant souvent office de frontière, les Lacs italiens se répartissent sur quatre régions différentes : le lac d'Orta, le plus à l'ouest, est entièrement en terre piémontaise ; le lac Majeur partage ses rives entre le Piémont (ouest) et la Lombardie (est), tandis que le rivage nord est suisse, côté canton du Tessin ; le lac de Côme en forme de Y renversé est entièrement lombard, comme le lac d'Iseo et celui de Varèse, le plus petit. Enfin le lac de Garde, le plus grand et dont les eaux sont les plus limpides, partage ses rives entre la Lombardie à l'ouest, la Vénétie à l'est et le Trentin-Haut-Adige au nord.

Les Lacs italiens en quelques chiffres

Lac d'Orta : superficie 18,2 km2 ; longueur 13,4 km ; largeur 2,5 km ; profondeur 143 m.

Lac Majeur : superficie 212 km2 ; longueur 65 km ; largeur de 2 à 12 km ; profondeur 370 m.

Lac de Varèse : superficie 14,95 km2 ; longueur 10 km ; largeur 4 km ; profondeur 26 m.

Lac de Côme : superficie 145 km2 ; longueur 46 km ; largeur 4,5 km ; profondeur 425 m.

Lac de Garde : superficie 368 km2 ; longueur 52 km ; largeur 16 km ; profondeur 346 m.

Le climat de la région des Lacs italiens est très variable, changeant dans un rayon de 50 km selon l'altitude et l'exposition. Continental en plaine vers Milan et Bergame (chaud en été, froid et brumeux en hiver, pluvieux en automne et au printemps), il se fait doux et sec dans les collines et particulièrement tempéré sur les côtes des lacs, ce qui a permis la culture d'oliviers, de palmiers et d'agrumes. Ainsi les températures hivernales vers Stresa ou vers Desenzano del Garda descendent rarement en dessous des 5 °C et ne dépassent pas les 30 °C en été. En revanche, plus on monte en altitude, plus le climat se fait montagnard avec de grands froids et d'abondantes chutes de neige en hiver. Le paysage des cimes enneigées qui se reflètent dans les eaux des lacs reste tout de même très pittoresque.

Environnement – écologieHaut de page

Pollution. En raison d'une forte concentration d'usines et d'une densité de population très élevée, Milan et sa région connaissent depuis plusieurs années de gros problèmes de pollution. Bordée par les Alpes et trop loin des côtes, la Lombardie est en effet une des zones d'Europe les moins ventilées. La concentration de particules fines de PM 10 en suspension dans l'air dépasse bien trop souvent le seuil autorisé, contraignant les institutions à adopter des mesures drastiques pour réglementer la circulation automobile. Ainsi les villes comme Côme, Brescia ou Bergame ont fermé leur centre-ville aux voitures. Depuis 2007, Milan mène une politique particulièrement intensive pour combattre la pollution : journées sans voitures, interdiction des véhicules les plus polluants, filtres anti-particules obligatoires pour les véhicules diesel... Depuis janvier 2012, Milan a adopté une nouvelle réglementation très sévère de contrôle de la circulation. Désormais, l'accès au centre historique, dénommé Area C, est payant pour tous les véhicules, y compris pour les résidents. Une incitation à employer le réseau de transports en commun, malheureusement pas encore assez développé.

Parcs nationauxHaut de page

Pour trouver les grands parcs nationaux d'Italie du Nord, il convient de s'éloigner quelque peu de la région des Lacs italiens. En revanche, ceux qui sont à la recherche d'un paysage naturel plus sauvage de celui qu'offrent les jardins bien soignés des villas riveraines devront abandonner les côtes et monter sur les hauteurs qui entourent les vallées lacustres.

Au nord du lac Majeur, dans le parc national de la Val Grande entre Pallanza et la Suisse (www.parcovalgrande.it), il n'est pas rare d'apercevoir des marmottes, des chamois, des aigles et quelques perdrix au cours d'une randonnée. La flore est ici typiquement montagnarde.

Les amateurs de bird watching seront curieux de visiter la réserve naturelle de Piano di Spagna (www.piandispagna.it), à l'extrémité nord du lac de Côme. C'est ici en effet que plusieurs oiseaux migrateurs ont l'habitude de faire une halte avant de poursuivre leur route vers le sud. Paradis des oiseaux, le parc naturel du Ticino suit le cours du fleuve Tessin, au sud du lac Majeur et à l'ouest de Milan jusqu'à Pavie (www.parcoticino.it). Enfin, les réserves naturelles ne manquent pas autour des lacs, on citera celle du Monte Mesma sur la rive orientale du lac d'Orta (www.parks.it/riserva.monte.mesma) et celle des Tourbières du lac d'Iseo (www.torbiere.it). Les deux préservent un environnement naturel particulièrement riche en végétation.

Faune et floreHaut de page

Parmi la faune des Lacs italiens, les poissons d'eau douce occupent une place de premier plan. Parmi les plus répandus, on dénombre des truites, des anguilles, des tanches, des esturgeons et des brochets. Un peu plus rares, l'ablette, le chevaine et l'alose nagent encore dans les eaux du lac de Côme et du lac de Garde. Plusieurs espèces d'oiseaux peuplent les zones lacustres ; nombre d'entre elles sont protégées. Les plus communes sont les canards, les cygnes, les cormorans, les mouettes, les martins-pêcheurs et les hérons. Parmi le gibier qui persiste encore dans les vallées environnantes et sur les hauteurs, on compte des sangliers, des chevreuils, des renards et des lièvres.

Intimement liée au climat et au relief, la végétation des Lacs italiens est d'une diversité étonnante. Forêts et prairies recouvrent les pentes des Préalpes. Lorsque l'altitude s'élève, chênes et châtaigniers font place aux hêtres, puis aux conifères (mélèzes, sapins, pins sylvestres). Autour des Lacs italiens, cette flore de montagne est souvent remplacée par une végétation quasi méditerranéenne de palmiers, de cyprès et de lauriers. Le climat particulièrement mitigé favorise le développement de l'olivier, du citronnier et du laurier-rose. Dans les jardins en bordure des lacs (par exemple, ceux de la Villa Carlotta à Tremezzo et de la Villa Taranto à Verbania), les plantes méditerranéennes créent presque une ambiance de riviera avec un foisonnement de camélias, magnolias, rhododendrons et azalées.

Ailleurs sur le web

Liens utiles Grands lacs italiens

Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté