Guide des Alpes : Économie

Longtemps, l'économie des Alpes, région difficile d'accès, a été une économie repliée sur elle-même, tournée exclusivement vers l'agriculture et le petit artisanat. Il faudra attendre le XIXe siècle, puis l'arrivée du train au pied des montagnes pour que les Alpes commencent à exporter quelques ressources agricoles, comme le bois ou des produits laitiers transformés sur place. L'autre révolution des Alpes, c'est l'utilisation de l'énergie motrice de l'eau dévalant de fortes pentes. La fameuse " houille blanche ". Grâce à cette énergie, de nombreuses industries, chimiques et textiles, vont s'installer à travers les Alpes, donnant naissance à une nouvelle économie locale. Bien sûr, le véritable boum économique des Alpes vient avec l'essor du tourisme, notamment après la Seconde Guerre mondiale. Avec l'extension des domaines skiables et la reconversion de paysans en moniteurs de ski, les Alpes perdent peu à peu leur vocation agricole pour devenir un immense champ, blanc l'hiver, vert l'été, de loisirs pour citadins.

Ressources naturelles

Les ressources naturelles des Alpes sont nombreuses, tant la nature est variée sur un territoire s'étendant de la frontière suisse aux rives de la Méditerrannée. La première ressource naturelle des Alpes, si l'on excepte la beauté de ses paysages et ses champs de neige qui attirent des millions de touristes chaque année, c'est l'eau. Les Alpes abritent une formidable réserve naturelle d'eau douce avec des lacs parmi les plus grands de France (Annecy, Le Bourget, Serre-Ponçon pour ne citer que les plus importants). Une eau minérale réputée exploitée à l'échelle industrielle par un groupe comme Evian qui se classe au 8e rang des plus grandes entreprises de la région Rhône-Alpes.

Autre ressource naturelle exploitée par l'homme, la forêt. Le bois des Alpes sert traditionnellement à la construction de chalet ou de meubles.

Ressource naturelle de moins en moins exploitée, les minerais. Les Alpes abritent des gisements d'or et d'argent (L'Argentière-la-Bessée dans les Hautes-Alpes). Plus aucune mine n'est exploitée à ce jour dans le massif.

Environnement et énergies

Bien avant que l'on ne parle de réchauffement climatique et des énergies renouvelables, les Alpes ont montré la voie avec leurs torrents et rivières qui alimentent de nombreuses centrales hydroélectriques. C'est en 1882 en Isère, sur le lac du Crozet près de Lancey, que l'on installa la première conduite forcée pour utiliser la force hydraulique dans une papeterie, utilisant pour la première fois ce que l'on appellera la " houille blanche " et qui allait changer le visage de tant de vallées paisibles. Il ne fallut pas attendre bien longtemps, l'année suivante, pour qu'une dynamo soit animée par la puissance d'une chute d'eau et que l'on réalise la première ligne électrique du genre entre Grenoble et Vizille. Depuis, l'homme a construit de nombreux barrages à travers les Alpes, donnant parfois naissance à de somptueux paysage qu'il convient d'admirer : le barrage de Roselend en Savoie est sans doute l'un des plus réussis sur le plan esthétique ; le barrage du Chevril (Tignes) reste le plus haut de France avec sa paroi de 180 m et sa fresque géante ; le barrage de Serre-Ponçon a donné naissance à un pôle touristique de première importance autour du lac, tandis que celui du Mont-Cenis ne manque pas non plus de charme en été ; et l'on ne compte pas les nombreuses retenues qui peuvent l'objet d'une randonnée comme les balades autour de Plan d'Amont sur la charmante commune savoyarde d'Aussois. Offrant une énergie douce, les cours d'eau des Alpes retenus sous forme de barrage ont également créé des sites touristiques d'importance qui peuvent faire l'objet d'un séjour thématique dans nos montagnes.

Agriculture
Vignoble du village de Théus
Vignoble du village de Théus

L'agriculture est l'activité traditionnelle des Alpes. Une agriculture essentiellement d'élevage avec des troupeaux montant vers les alpages l'été, ce qui permet " d'entretenir " la montagne. Une agriculture qui transforme ses produits laitiers sur place en beurre et fromages pour une consommation locale. Si l'on élève surtout des vaches pour obtenir du lait, les agriculteurs possèdent aussi quelques cochons pour réaliser les fameuses charcuteries des Alpes, saucissons et jambons.

Alors que les espaces ruraux représentent encore la plus grande partie des Alpes, les petites exploitations agricoles ont tendance à disparaître au profit des espaces de loisirs dédiés aux sports d'hiver et d'été. Pourtant, l'une des plus importantes entreprises des Alpes est la société Entremont Alliance (74), spécialisé dans la transformation du lait.

Industries

Sous-industrialisées au XIXe siècle en raison de la configuration du terrain et des difficultés d'accès, les Alpes du Nord ont connu un essor industriel grâce à l'utilisation de la fameuse " houille blanche ", l'énergie motrice de l'eau. De grandes industries se sont alors installées, notamment aux environs de Grenoble, capitale économique des Alpes. Parmi les grandes industries toujours présentes dans les Alpes, on pourra citer : Péchiney Aluminium à Voreppe (38) ou Ugitech à Ugine (73).

Certaines vallées, ce sont spécialisées dans des travaux particuliers. C'est le cas de la vallée de l'Arve en Haute-Savoie, avec ses industries dédiées au décolletage et à l'usinage de précision, ainsi qu'à l'horlogerie.

La ville de Grenoble a été nommée Pôle d'excellence en micro et nanotechnologies. L'implantation de Minatec a attiré de nouvelles industries pour le développement de ces nouvelles technologies.

Parmi les autres grandes industries installées dans les Alpes : Tefal à Rumilly (74), Siemens, Caterpillar, STMicroélectronics à Grenoble (38), Trimet France à Saint-Jean-de-Maurienne (73).

On remarquera que les Alpes du Sud restent sous-industrialisées, au contraire de grands pôles d'industries plus au nord que sont Grenoble, Annecy et Chambéry.

Tourisme
Arrivée à Berchia
Arrivée à Berchia

Même si chaque année des chiffres nous annoncent le déclin du tourisme d'hiver dans les Alpes, le tourisme continue de représenter la première activité économique de la région. Environ 5 millions de lits sont à la disposition des touristes dans les Alpes, générant un chiffre d'affaires d'environ 6 milliards d'euros par an, soit 2 % du chiffre d'affaires du tourisme mondial ! Chaque hiver, ce sont environ 7 millions de personnes qui investissent le massif alpin, dont 2 millions d'étrangers.

Le tourisme hivernal est soumis aux conditions d'enneigement et les stations qui ont investi dans des matériels lourds, notamment les remontées mécaniques, essayent d'en amortir le coup élevé en s'ouvrant de plus en plus vers le tourisme estival. Un tourisme qui a eu le vent en poupe après les étés caniculaires moins difficiles à supporter en altitude.

Pour le tourisme aussi, on constate un déséquilibre entre les Alpes du Nord et les Alpes du Sud. Les premières comptent les plus importantes stations de ski. Ainsi, les 10 plus importantes stations de ski françaises par le CA généré sont dans les Alpes du Nord. Les Alpes du Sud misent davantage sur un tourisme " doux " et un développement durable de leurs activités touristiques, n'exploitant pas la montagne comme une " usine à skis ".

Les sites les plus visités des Alpes : Le Téléphérique de l'Aiguille du Midi avec près de 950 000 visiteurs par an et le Chemin de fer du Montenvers-Mer de Glace arrivent largement en tête. Suivis par le Téléphérique du Brévent (400 000 visiteurs) toujours à Chamonix Mont-Blanc et le Téléphérique de la Bastille à Grenoble.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un train
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Réservez une croisière
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées des Alpes

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine au coeur du Golfe de Saint-Tropez !

Un séjour de 7 nuits pour 2 personnes au coeur du Golfe de Saint-Tropez avec l'hôtel *** Les Jardins de Sainte-Maxime .