Guide des Châteaux de la Loire : Histoire

Jeanne d'Arc - Orléans
Jeanne d'Arc - Orléans

Haut lieu d'art et d'Histoire, la vallée de la Loire est l'illustration parfaite de l'évolution cohérente des hommes avec leur environnement sur deux mille ans d'histoire. Grand itinéraire utilisé depuis des siècles, la vallée a été façonnée à la fois par la nature et par les rois de France. Le paysage du Val de Loire - avec plus particulièrement ses nombreux monuments culturels - illustre à un degré exceptionnel les idéaux de la Renaissance et du siècle des Lumières sur la pensée et la création de l'Europe occidentale. Cela n'est pas étranger à la décision de l'Unesco d'intégrer ce paysage culturel au patrimoine mondial de l'humanité. Le paysage est organisé selon le principe domus-hortus-ager-saltus-silva  : le jardin (hortus) proche des maisons (domus), puis les champs (ager) ainsi que les terres vouées à l'élevage (saltus) dans la vallée et enfin la forêt (silva), au-delà des coteaux. Dans ce paysage classique, la culture de la vigne sur les versants bien exposés des coteaux constitua une innovation. Autre composante du paysage, les levées, destinées à limiter les dégâts des inondations de la Loire, furent construites dès le règne des rois carolingiens, au IXe siècle. Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou et roi d'Angleterre, en construisit d'autres au XIIe siècle. Plus tard, au XVe siècle, Louis XI continua de développer ce système en édifiant à son tour des digues. Au XIVe siècle, les revers de la guerre de Cent Ans et l'occupation étrangère contraignirent les rois de France à se replier et à s'installer durablement en Val de Loire  : c'est pourquoi Charles VII reçut Jeanne d'Arc à Chinon.

Moyen-âge
Jeanne d'Arc et Orléans

Venant de Tours par la Sologne, Jeanne d'Arc entra dans Orléans le 29 avril 1429 à la tombée de la nuit, par la porte de Bourgogne, ovationnée par le peuple qui voyait en elle son dernier espoir. Elle fut hébergée dans la demeure du trésorier du duc d'Orléans. Le lendemain, après un conseil de guerre, Jeanne envoya une sommation aux Anglais, qui refusèrent de se rendre. Le 4 mai, l'armée française, encouragée par la présence de la jeune Lorraine, prit la bastille de Saint-Loup. Le 7 mai, Jeanne entra à Orléans par le pont, comme elle l'avait prédit, après avoir repris le boulevard et le fort des Tourelles. Le 8 mai, les armées anglaises et françaises étaient en présence l'une de l'autre : une messe fut célébrée sur place à la demande de Jeanne d'Arc. La messe terminée, les Anglais levèrent le siège, Orléans était libre. Spontanément, les habitants entamèrent une procession d'action de grâce vers la cathédrale. Pour les Anglais, ce fut le début... de la fin, cet épisode marquant un retournement de situation qui renversa le cours de la guerre de Cent Ans. Ils furent définitivement battus à Patay. L'une des rues du coeur d'Orléans est baptisée du nom d'Isabelle Romée, mère de Jeanne d'Arc, qui vint habiter Orléans à partir de 1440, après le décès de son mari. Restée très attachée à sa libératrice, la cité johannique fête Jeanne d'Arc chaque année à partir du 1er mai, pendant une dizaine de jours, au cours des fêtes johanniques.

De la Renaissance à la Révolution
Renée de France à Montargis

A une époque où les femmes n'avaient guère voix au chapitre, Renée de France - fille de Louis XII et belle-soeur de François Ier - a fait preuve d'un très grand courage face à l'intolérance religieuse. Femme de culture, elle eut Clément Marot pour secrétaire, alors qu'elle vivait en Italie. Devenue veuve, elle passa les quinze dernières années de sa vie à Montargis où, malgré une certaine hostilité, notamment celle du roi, elle donna refuge à nombre de protestants. Parmi les personnalités les plus connues qui se retrouvèrent alors dans cette ville, on note Jacques Ier Androuet du Cerceau, célèbre graveur et architecte grâce auquel on a des plans exacts témoignant de la grandeur du château et des jardins de Montargis. On note aussi la présence du poète Agrippa d'Aubigné et celle d'Henri de Navarre (Henri IV), alors jeune prince protestant. Tous deux avaient une dizaine d'années à l'époque. Invitée au mariage de Marguerite de Valois avec le futur Henri IV, Renée de France se trouvait à Paris lors de la nuit de la Saint-Barthélemy. Témoin impuissant du massacre, elle rentra de toute urgence à Montargis sous escorte fournie par Charles IX, son petit-neveu. Elle mourut à peine deux ans plus tard, au château de Montargis où elle fut enterrée, selon la pratique réformée. Son corps n'a jamais été retrouvé.

De nos jours

Chaque département, chaque ville a ses historiens locaux, dont les travaux sont précieux pour ne pas perdre ce qui fait la " petite histoire ", parfois tout aussi passionnante que la grande. Mais ces travaux sont souvent trop sérieux pour le commun des lecteurs. Aussi la série des Polars du Gâtinais (éditions de l'Ecluse, Châtillon-Coligny) constituent-ils une alternative heureuse pour les lecteurs qui s'intéressent à l'est du Loiret. Bien sûr, la formule consistant à mêler intrigue policière et histoire locale n'est pas nouvelle, mais les polars d'Armelle Guégant, par ailleurs relieuse d'art plusieurs fois primée, sont une véritable réussite dans le genre. Ses intrigues prennent corps à Montargis et mêlent habilement histoire locale et personnages à la verve gouailleuse. Crime à la Société d'Emulation permettait de découvrir un monument méconnu, mais ô combien étrange : la petite église de Cortrat, entre Montargis et Châtillon-Coligny, église du Xe siècle, l'un des édifices religieux parmi les plus singuliers de la région Centre en raison des curieux dessins qui ornent le linteau de pierre au-dessus de son porche. Les Héritiers de l'or rouge évoquaient la culture du safran, à Pithiviers, sur fond de quête de la Belle Elisabeth, toile signée de Girodet. Vendue très chère à la mort du peintre natif de Montargis, revendue une ou deux fois par la suite, cette toile a mystérieusement disparu, sans que l'on puisse dire si son prix initial était justifié, ni si elle est à présent dans une collection particulière ou encore si elle a été détruite. Nuit, brouillard et solexine, paru en mars 2013, est en fait son premier roman. Mais l'intrigue très complexe avait obligé l'auteur à poser l'ouvrage pour le reprendre plus tard, la plume aiguisée par les deux précédemment cités. Vous y lirez toute la saga qui conduisit trois seigneurs de la famille de Courtenay, petite ville en lisière de l'Yonne, à devenir une dynastie d'empereurs byzantins. Comme d'habitude sous la plume d'Armelle - qui s'appuie sur les recherches de Daniel Daix, bouquiniste - l'intrigue est rondement menée cette fois-ci sur fond de quête d'un trésor perdu - la table d'or des rois de Constantinople - et de secrets tout droit sortis de la période trouble de la Seconde guerre mondiale. Ces polars sont à lire en parcourant la campagne décrite : ils valent bien un guide ! Le site Internet vous donnera également une foule de renseignements sur des légendes locales, notamment une version très pointue du Chien de Montargis. www.lesaventuresdeguy.free.fr

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées des Châteaux de la Loire

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.