Guide de l'Ile d'Elbe : Arts et culture

Architecture

Architecture religieuse. Pendant le Moyen Age, les îles de l'archipel toscan sont devenues le refuge privilégié des religieux qui construisirent des ermitages et des monastères, dont il reste de nombreuses traces. Durant les siècles de domination pisane, autour de l'an 1000, de nombreuses églises romanes, comme celle de Santo Stefano delle Trane, près de Magazzini, sont édifiées. Parmi les plus intéressantes de cette période, nous citerons également les églises de San Giovanni, à Sant'Ilario, et de San Niccolò, à San Piero in Campo.

Architecture militaire. Parallèlement à l'architecture religieuse, il y eut une grande floraison d'oeuvres militaires sous la domination des Pisans, comme des forteresses et des tours de guet, ayant pour but la protection de l'arrière-pays contre les incursions récurrentes des pirates sarrasins. Ainsi est élevée, au XIe siècle, l'imprenable forteresse de Volterraio, l'une des seules de l'Elbe à n'avoir jamais été prise par les assaillants.

Tout au long du XVIe siècle, l'archipel passe sous domination des Médicis. A Portoferraio, Cosme Ier fait construire le fort Stella en 1540, le fort Falcone en 1548, et la tour Linguella.

Puis, la culture espagnole a profondément marqué l'architecture de l'île, à l'image de la forteresse de Porto Azzuro, construite par Philippe III d'Espagne en 1605, ainsi que les forts San Giacomo et Focardo, entre Capoliveri et Porto Azzurro.

Style néoclassique. Le séjour de Napoléon Bonaparte sur l'Elbe (1814-15), aussi bref fût-il, a introduit le style néoclassique dans l'île. Les résidences de l'Empereur, la Palazzina dei Mulini à Portoferraio et la villa de campagne à San Martino, en sont les meilleurs exemples.

Artisanat
Que rapporter de son voyage ?

En plus de l'huile d'olive, du miel et de la bière produite localement, on peut s'offrir des objets d'artisanat (céramiques, tissage, orfèvrerie, etc.), des sacs à main originaux chez Dampaì (boutiques à Porto Azzurro, Portoferraio et Marina di Campo), une montre haute technologie Locman (à Marina di Campo), du parfum frais et délicat Acqua dell'Elba (points de vente dans toutes les grandes villes de l'île). Mais les deux souvenirs incontournables, alliant typicité et gastronomie, sont bien sûr l'Aleatico et la schiaccia briaca !

Cinéma

L'île d'Elbe a vu naître une grande personnalité du cinéma italien, président de Cinecittà de 1972 à 1977 : Nello Santi. Sa maison de production, Galatea Film, a produit plus de 60 films, dont Divorce à l'italienne, avec Marcello Mastroianni, Main basse sur la ville, avec Rod Steiger, ou encore L'oeil du labyrinthe, tourné sur son île natale. Le producteur retourne régulièrement dans sa magnifique villa à Lacona, avec vue sur Capoliveri, Montecristo, Pianosa et la Corse, où de nombreuses célébrités furent invitées, telles Anita Ekberg, la chanteuse Mina, Mario Monicelli, Francesco Rosi...

Quelques films produits sur l'île d'Elbe

Cabiria, de Giovanni Pastrone (1914)

Les Cent Jours, de Giovacchino Forzano (1935)

Peccati d'Estate, de Giorgio Bianchi (1962)

Peyrol le boucanier, de Terence Young (1967)

L'oeil du labyrinthe, de Mario Caiano (1972)

Vietato ai minori, de Maurizio Ponzi (1992)

N (io e Napoleone), de Paolo Virzì (2006)

L'Eredità di Napoleone, d'Alessandro Izzo (2015)

Pour l'anecdote, le film français Austerlitz, réalisé par Abel Gance en 1960, avec Pierre Mondy et Jean Marais, contient une scène tournée sur l'île d'Elbe. En août 1989, une grande cérémonie a été organisée dans la baie de Portoferraio, au cours de laquelle le film fut projeté sur un écran en plein air. Mais c'était sans compter la soudaine tempête qui mit fin aux festivités...

Films sous les étoiles

Les soirs d'été, lorsque le soleil se couche, les écrans de cinéma en plein air s'allument. Vous pouvez choisir le Cinéma Celeste à Capoliveri (Località il Pino), le Cinéma Summer Movie à Cavo, ou bien l'Arena Estiva Cinemare de Marciana Marina (via Dussol). Bonne séance à tous !

Littérature

C'est en Toscane et en Ombrie que naît la littérature italienne. Le Cantique des créatures de saint François d'Assise (1225) est la plus ancienne pièce littéraire en italien. Trois noms marquent ensuite la littérature et la Toscane au XIVe siècle : Dante, Pétrarque et Boccace, le père du Décameron qui représentera un modèle pour les siècles suivants.

Les îles toscanes sont mentionnées pour la première fois au Ier siècle av. J.-C., par Pline l'Ancien dans son oeuvre en prose Naturalis Historia. Au Moyen Age, dans un contexte complètement différent, l'archipel est cité par Dante dans L'Enfer (chant XXXIII). Puis, certaines îles ont été décrites par des auteurs réputés, comme Montecristo par Alexandre Dumas père et Renato Fucini, qui ont rendu célèbre l'archipel.

Médias locaux
Télévision

Souvent moquée, la télévision italienne pourrait bien être la plus niaise d'Europe. Femmes en maillot de bain sur les plateaux de TV tous les soirs pour accompagner les présentateurs, marionnettes fatigantes, spots de pub à répétition... Avec un peu d'objectivité, on admettra des similitudes avec les programmations des chaînes françaises, et l'accumulation navrante d'émissions people, racoleuses (trash, bimbos...) et de télé-réalité, en plus poussées cependant.

Jusqu'en 1975, comme dans de nombreux pays européens, la radio et la télévision restèrent sous contrôle de l'Etat. Suite à la libération de cet espace, de nombreuses chaînes privées et commerciales s'installèrent, comme Canale 5, Rete 4, Italia 1 (appartenant à Silvio Berlusconi) ; la RAI étant bien sûr la première chaîne de la télévision publique italienne.

Presse

La presse s'en sort mieux ; d'ampleur nationale ou locale, elle foisonne en Italie. Corriere della Sera (www.corriere.it) et La Repubblica (www.repubblica.it) sont parmi les derniers bastions des intellectuels. L'Italie a une longue tradition de libre expression de la presse écrite. Certains journaux sont d'ailleurs parmi les plus anciens d'Europe, comme La Nazione (1859) ou La Stampa (1867). Toutes les tendances, politiques, économiques, sociologiques et culturelles sont représentées et diffusées.

Pour ce qui est de la presse régionale toscane, on lira Il Tirreno ou La Nazione ; sur l'île d'Elbe, on se procurera Il Corriere Elbano.

Radio

Les premières émissions radiophoniques datent du 1er janvier 1925. Très tôt, la RAI (Radio Audizione Italia) est inaugurée. Monopole d'Etat, elle est toute-puissante et incontournable. Il existe aujourd'hui trois stations nationales et plusieurs centaines de stations locales... A découvrir en se baladant sur les ondes !

GDS
Musique

L'île d'Elbe possède ses propres chansons folkloriques : musique traditionnelle qui rythme la vie quotidienne en milieu rural, chants religieux, mais aussi berceuses et chants politiques de la fin du XIXe siècle. Le compositeur phare du XXe siècle se prénomme Giuseppe Pietri (1886-1946). Né à Sant'Ilario in Campo, il quitte son île pour étudier au conservatoire de Milan, où il deviendra un auteur reconnu d'opérettes, cette forme de théâtre musical florissante sur toutes les grandes scènes d'Europe. Ses oeuvres les plus célèbres sont L'Acqua Cheta (1920) et Rompicollo (1928).

Aujourd'hui, toujours à Sant'Ilario, la tradition se poursuit grâce à Daniela Soria, chanteuse de jazz et de gospel. Egalement le chanteur Giuseppe Povia, originaire de Porto Azzurro, qui a remporté l'édition 2006 du Festival de Sanremo, avec la chanson Vorrei avere il becco. D'autres chanteurs italiens célèbres, comme Biagio Antonacci, Luca Carboni ou Giorgio Faletti, vivent ou ont vécu sur l'île d'Elbe.

La région occidentale est considérée comme le plus important vivier ethnomusicologique de l'Elbe. Si à Portoferraio, la chanson populaire prévaut, et à l'est la chanson politique, le principal protagoniste de l'Elbe qui regarde la Corse, c'est la chanson d'amour. Le chant est certainement encore, comme à San Piero, un exercice important de sociabilité, un outil pédagogique, une valeur.

L'héritage musical du passé minier

Traditionnellement politisé et syndiqué par la présence des mines, le versant oriental de l'île d'Elbe a produit un large répertoire de chansons populaires, socialement (très) engagées.

A la frontière entre musique savante et musique populaire, le phénomène Pietro Gori (1865-1911), anarchiste elbois, à qui l'on doit la célèbre Addio Lugano Bella, aussi L'inno dei Lavoratori del Mare (L'hymne des Travailleurs de la Mer) et d'autres chansons qui, surtout dans la région minière, ont continué à se transmettre oralement.

Dans mon iPod...

L'Italie en 12 chansons cultes (certaines mélodies risquent de vous poursuivre pendant tout votre séjour !) :

Volare de Domenico Modugno (1958).

24 000 baci de Adriano Celentano (1961).

La bambola de Patty Pravo (1968).

Ma il cielo è sempre più blu de Rino Gaetano (1975).

A far l'amore comincia tu de Raffaella Carrà (1977).

Sarà perché ti amo du groupe Richi e Poveri (1981).

Via con me de Paolo Conte (1982).

Senza una donna de Zucchero (1987).

L'ombelico del mondo de Jovanotti (1995).

Laura non c'è de Nek (1997).

Vieni Qui de Vasco Rossi (2008).

Briciole de Noemi (2009).

Traditions

De nos jours, l'Elbe continue d'honorer quelques fêtes traditionnelles liées à l'histoire, aux légendes et à la dévotion populaire. Plusieurs traditions sont aujourd'hui perdues, mais d'autres au contraire largement suivies, notamment les fêtes religieuses, souvent accompagnées de recettes traditionnelles. La Semaine Sainte (Settimana Santa) et l'Ascension (Ascensione), sont solennellement célébrées au rythme des processions. A Pâques, on prépare la schiaccia di Pasqua, que l'on laisse lever 100 heures, pour manger un pain différent de celui du quotidien. Le Maggio qui se chante dans les campagnes, et en particulier à San Piero, est probablement la tradition populaire la plus importante encore en vie. Pour les Elbois, le Maggio constitue l'hommage, chaque nuit du 30 avril, des hommes qui chantent sous les fenêtres des femmes non mariées du village. Ces traditions démontrent la profonde méridionalité de l'Elbe.

L'Innamorata

C'est devenu la fête la plus populaire et participative de l'île d'Elbe, née d'une ancienne légende transmise oralement depuis des siècles. Chaque 14 juillet, un cortège historique en costumes d'époque défile au crépuscule à travers les ruelles de Capoliveri, puis sur la plage de l'Innamorata, illuminée de mille torches. La préparation implique l'ensemble de la commune, réunie pour célébrer cette histoire d'amour et de mort.

Adresses Futées de l'Ile d'Elbe

Où ?
Quoi ?
Avis