Guide de l'Ile d'Elbe : Politique et économie

Politique

L'Italie est une république divisée en régions (Piémont, Toscane, Pouilles, Emilie-Romagne...). Les régions sont divisées en provinces, semblables aux départements français, généralement indiquées par le nom de leur chef-lieu (par exemple Turin, Florence, Bari, Bologne). Les provinces sont quant à elles composées de communes (c'est-à-dire de villes et villages, comme Ivrea, Portoferraio, Lecce, Parme).

L'île d'Elbe est divisée en huit communes, toutes appartenant à la province de Livourne, qui fait partie de la région de la Toscane.

Partis

Sur fond de fusions et de scissions, le paysage politique italien n'est pas le plus facile à saisir, d'autant que les petits partis sont extrêmement nombreux.

Depuis le lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, la Toscane est traditionnellement considérée comme une région dite " rouge ", c'est à dire fidèle au Parti démocrate (PD, social-démocrate), premier parti d'Italie.

Enjeux actuels

Le 22 avril 2013 eut lieu un référendum sur l'unification de l'île d'Elbe en une seule commune. 75 % des insulaires ont voté contre. Malgré l'opposition claire et incisive de l'opinion publique, le gouvernement italien mène actuellement une série de réformes visant la simplification administrative.

Une étape nécessaire pour l'île d'Elbe ?

Parler d'une seule voix représente un véritable défi, non seulement pour l'Elbe mais aussi pour de nombreuses communes italiennes. Mais cette subdivision du pays et l'accumulation des acteurs territoriaux, en particulier chez les petites communes faiblement peuplées, coûte très cher à l'Etat et aux contribuables.

La réorganisation institutionnelle préconisée serait une île d'Elbe divisée en trois communes (Est, Ouest et Portoferraio).

Économie

Par le passé, l'économie de l'île d'Elbe a principalement été liée au secteur primaire et à l'exploitation des gisements de fer, déjà utilisés par les Etrusques.

Viticulture

A la fin du XIXe siècle, l'île d'Elbe navigue en eaux troubles. L'une des plus importantes ressources économiques du territoire, la production de vin, traverse une crise sans précédent à cause du phylloxéra qui, en 1888, détruisit les vignes, provoquant ainsi une forte émigration de la population. En une décennie, plus de 4 000 Elbois partent tenter leur chance à l'étranger. Depuis le versant occidental de l'île, les flux migratoires se dirigent principalement vers l'Amérique latine, tandis que l'Australie attire de nombreux jeunes de la côte Est, même pour les travaux les plus pénibles.

La vigne reprend toutefois ses quartiers après la crise du phylloxéra et l'île d'Elbe, dans les années 1930, devient la troisième zone de production de raisins en Toscane, après le Chianti et Montalcino.

Néanmoins, le boom du tourisme des années 1960, accompagné du développement de l'immobilier, a entraîné une marginalisation de l'agriculture et la dévitalisation des territoires ruraux.

Exploitation minière

Avant l'arrivée du tourisme, l'industrie minière représentait la principale ressource économique de l'île. Au début du XXe siècle, la production de fonte s'élève à 150 000 tonnes par an. Cependant, l'activité minière subit de fortes fluctuations, une concurrence féroce et de brutales variations du prix des matières premières - ce qui ne favorise pas les investissements de modernisation des moyens d'excavation et de transport du fer. Mais surtout, les protestations des mineurs se multiplient contre des conditions de travail laborieuses et mortelles.

La fermeture des mines commence dès 1949, dans un contexte de boom économique et touristique. L'arrêt de la dernière mine, la Galleria del Ginevro, sonne le glas de la prééminence de l'industrie minière elboise en 1981.

Principales ressources

On assiste actuellement à une valorisation de la terre et au renouveau de la viticulture, qui occupait autrefois une grande partie du territoire.

Agriculture, viticulture, pêche. L'agriculture insulaire se caractérise par des petites (voire très petites) structures de 10 à 15 ha, contre 50 à 70 ha en moyenne en Toscane. La viticulture est la première ressource de l'agriculture elboise ; les vignes occupent 350 ha (dont 150 ont été distingués comme DOC et DOCG) et la production s'élève aujourd'hui à environ 400 000 bouteilles.

La pêche tient toujours un rôle important dans l'économie de l'île, elle emploie une centaine d'hommes d'équipage. Beaucoup d'entre eux ont commencé à transformer le poisson pêché en produits gastronomiques, comme la poissonnerie Antonietta à Capoliveri (bocaux de thon et bonite à l'huile d'olive et poulpe en sauce), ou la coopérative Acli Pesca (sauces pour les pâtes et bonite à l'huile végétale).

Construction navale. Ces dernières années, le secteur des chantiers navals s'est renforcé, stimulé par l'intérêt accru du tourisme nautique et la volonté de faire de l'île un grand port de la mer Tyrrhénienne.

Artisanat. De plus en plus d'artisans commencent à travailler les pierres et les minéraux de l'île d'Elbe, insufflant ainsi une dynamique de développement. L'artisanat et les métiers d'arts constituent en effet un vivier d'emplois sur le territoire. La création artisanale englobe également l'orfèvrerie, la parfumerie, les montres, le tissage...

Autrefois réputée pour la pêche au thon, l'île d'Elbe a vu cette tradition s'éteindre

Il convient de rappeler que l'île d'Elbe pêchait et exportait une grande quantité de thon. Plusieurs thonaires (tonnare en italien) se trouvaient sur la côte, à Linguella, Bagnaia, Enfola et Marciana Marina. Il s'agit de grands filets de pêche lancés en courbe vers le large. Le souvenir des thonaires, fermées à la fin des années 1950, reste vivace dans la mémoire de ceux qui les ont connues.

Les entrailles du thon étaient consommées localement et formaient la base de plats typiques, comme la buzzumaglia (un ragoût de thon servi avec des petits pois).

Place du tourisme

Ces dernières décennies, la fréquentation touristique s'est considérablement développée, ce qui incite l'île d'Elbe, qui n'a pas fini d'étaler ses atouts, à miser sur le tourisme ; et ce malgré une concurrence mondiale accrue, qui rend les marchés de plus en plus agressifs.

Le tourisme occupe une place particulièrement importante dans l'économie de l'archipel toscan : le poids de la consommation touristique est considérable dans le produit intérieur brut de l'île d'Elbe, qui compte plus de 150 hôtels, 50 résidences touristiques et 30 campings.

Il faut malheureusement considérer les caractéristiques sociales des emplois liés au tourisme, et à leur saisonnalité forte. Le résultat est un taux de chômage élevé sur l'année, mais pratiquement inexistant en pleine saison.

Une île qui s'est quelque peu oubliée ?

Le tourisme, de masse par endroits, s'est largement développé dans les années 1970. Systématiquement centré sur le soleil, la mer et le sable, il suscite toutefois des interactions avec les traditions et coutumes locales. Sur l'île d'Elbe, le résultat démontre quelques conséquences socioculturelles négatives. L'artisanat, les pratiques culturelles et surtout la gastronomie locale ont parfois été adaptés pour répondre aux goûts des visiteurs. Ne soyez pas surpris si, au restaurant, l'on vous tend un menu en anglais ou en allemand, ne proposant aucun plat typique, mais des spaghetti carbonara ou du tiramisu... Rassurez-vous, de très bonnes tables égayent l'île, et nous sommes là pour vous y guider !

Enjeux actuels

Le tourisme est actuellement considéré comme le moteur du développement de l'île d'Elbe, capable de doper sa croissance économique et de créer de l'emploi.

Enjeux touristiques

Pour autant, l'île d'Elbe doit continuer à développer son potentiel touristique et conforter son attractivité. Quatre enjeux identifiés comme prioritaires par les autorités compétentes :

une promotion touristique destinée à mettre en lumière les atouts gastronomiques de l'île.

une stratégie commune entre les trois versants de l'île, afin de mieux communiquer sur les richesses du territoire.

assurer une offre qui répond aux attentes d'un tourisme de plus en plus exigeant.

répondre aux problématiques de l'insularité, en multipliant les réseaux de dessertes.

Ces objectifs visant à mieux répondre aux enjeux touristiques d'aujourd'hui et de demain. Mais le " tout au tourisme " est loin d'être une panacée. La perspective économique de l'île d'Elbe ne peut se limiter qu'au développement touristique.

Enjeux économiques

L'agriculture et l'élevage sont en pleine renaissance grâce à l'émergence d'une culture biologique (production céréalière notamment) et de fermes avicoles (élevages caprin et bovin). En effet, par sa vocation agraire, l'île d'Elbe renoue avec cette logique nécessaire de développer ses capacités agricoles. Ce secteur primaire demeure parmi les plus importantes opportunités à même de créer de l'emploi et des richesses.

Adresses Futées de l'Ile d'Elbe

Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour d'une semaine en cahutte pour 5 personnes avec Huttopia !

Vivez une expérience unique pour 5 personnes ! Huttopia vous offre un séjour d'une semaine en Cahutte parmis les 3 villages : Senonches, Dieulefit, Sud Ardèche