Nom breton : Kamered

Commune maritime du Parc Naturel Régional d'Armorique, Camaret incarne la dimension poétique et artistique de la presqu'île de Crozon. En s'étendant sur 25 kilomètres de côtes, elle offre toute l'année d'incroyables paysages et une vraie richesse culturelle. Lieu d'inspiration permanent, Camaret abrite peintres et poètes depuis des siècles, comme Eugène Boudin ou les Brestois Jim Sévellec et Pierre Péron, dont l'une de ses descendantes - artiste également - ouvre chaque été un espace galerie (Quartier Mandarine) dans le quartier Saint-Thomas, aux côtés d'autres ateliers et galeries, perpétuant la tradition artistique du lieu. L'un des plus célèbres est néanmoins Saint-Pol Roux (Jean-Paul Roux de son vrai nom), qui s'y était installé vers 1930, en construisant un manoir sur l'incroyable dune de la pointe de Pen-Hir. L'on peut aujourd'hui encore visiter les ruines, la demeure ayant été détruite durant le bombardement de la Seconde Guerre mondiale. L'ensemble du GR34 de la presqu'île dispose d'ailleurs de nombreuses traces de cet événement, ponctuant les randonnées d'étapes mémorielles.

Côté historique, Camaret doit son existence à Saint Riok, qui, au IVe siècle, installa son ermitage dans une grotte du Toulinguet, devenant ainsi l'un des premiers à avoir été séduit par le grandiose du lieu. Dès 1335, Camaret développe son port et y faire escale sur le parcours menant au franchissement du goulet de Brest se trouve rapidement incontournable. Au XVIIe siècle, Louis XIV honore la ville du titre de gardienne du littoral d'Armorique suite à la victoire de la ville face à la flotte anglo-hollandaise, qui tentait de se frayer un chemin en vue de bombarder Brest. Au XVIIIe siècle, la pêche à la sardine devient l'activité principale de Camaret comme de l'ensemble du littoral, incluant les ports de Concarneau et de Douarnenez. L'impact de cette surpêche amena à une baisse drastique des poissons, découlant sur une crise sardinière. Pour y faire face, les pêcheurs s'orientèrent ensuite vers la langouste, Camaret devenant le premier port langoustier d'Europe. Leur flottille, passant de 5 à 42 unités entre 1955 et 1981, les conduisit à un second épuisement de la ressource, et à une nouvelle crise économique. C'est grâce au développement touristique que la commune a, depuis la fin du XXe siècle, trouvé un nouvel essor.

À voir / À faire à Camaret-sur-Mer

Organiser son voyage à Camaret-sur-Mer

Photos de Camaret-sur-Mer

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

BREST / FINISTÈRE

Guide BREST / FINISTÈRE

BREST / FINISTÈRE 2019/2020

9.95 €
0000-00-00
336 pages
Avis