Guide d'Anvers : Population et langues

Population

La Flandre compte 6,5 millions d'habitants pour un territoire de 13 512 km². Une des plus hautes densités au monde (479 hab./km²).

La Flandre compte sur son sol moins de 6% d'étrangers, contre 9,5% pour la Wallonie et 30% pour Bruxelles. Malheureusement, l'intégration des diverses communautés ne se fait pas sans difficultés et la xénophobie n'est pas rare. Le problème touche particulièrement Anvers, qui compte 50 000 résidents étrangers (un chiffre que l'on peut doubler si l'on y inclut les immigrés de la deuxième génération) et où, dans certains quartiers de la ville, 80 % de la population est d'origine étrangère. Lors des élections municipales de 2006, à Anvers, le Vlaams Belang, parti d'extrême droite, a dépassé les 33 % de voix. 10 ans plus tard, c'est la NV-A qui est aux commandes et sa politique sur les étrangers est ce qu'on pourrait qualifier de fermée.

Autre caractéristique de la population flamande : son vieillissement. La Flandre vieillit plus vite que les autres régions du pays. En 1981, c'est à Bruxelles que l'on retrouvait la population la plus âgée de Belgique (39,4 ans en moyenne) et, en Flandre, la population la plus jeune (36,3 ans). Aujourd'hui, le rapport s'est inversé : à Bruxelles, l'âge moyen est tombé à 37,7 ans, tandis qu'en Flandre il s'élève maintenant à 40,8 ans. Le Flamand est désormais le Belge le plus vieux. Ce vieillissement plus marqué en Flandre s'explique par un double phénomène : une espérance de vie plus longue et une évolution démographique plus lente. Un enfant qui naît en Flandre peut espérer vivre jusqu'à l'âge de 80,3 ans (contre 79,4 ans à Bruxelles et 78 en Wallonie). Dans le même temps, la Flandre fait moins d'enfants et fait l'objet d'une immigration moins forte. De quoi donner quelques sueurs froides aux leaders politiques flamands qui - ce n'est sans doute pas un hasard - n'intègrent jamais la régionalisation des pensions dans leurs revendications communautaires.

Langues
Le français

Le français est, pour les Flamands, une langue apprise à l'école à côté de l'anglais. Leur langue maternelle est la plupart du temps un dialecte du néerlandais. Les plus âgés parlent souvent très bien le français, tandis que les plus jeunes lui préfèrent de plus en plus l'anglais. Compte tenu du contentieux belgo-belge sur l'usage des langues, un étranger qui utilise le français en Flandre ne doit pas hésiter à montrer qu'il n'est pas un de ces francophones belges snobant le néerlandais, on lui répondra alors souvent en français et avec le sourire. Remarquez que le français rapide et vernaculaire de France ou du Québec n'est pas nécessairement compréhensible pour votre interlocuteur flamand...

Néerlandais et flamand

Le néerlandais standard est la langue germanique parlée par 16 millions d'habitants des Pays-Bas et par 6 millions de Belges néerlandophones. Il recouvre de nombreux dialectes groupés en cinq familles :

Les dialectes flamands, en Belgique dans la province de Flandre occidentale (Bruges) et aux Pays-Bas dans la province de Zélande.

Les dialectes brabançons sont parlés en Flandre orientale (Gand) et en Brabant historique (Anvers et le Brabant flamand côté belge, la province de Brabant septentrional aux Pays-Bas).

Les dialectes limbourgeois en Limbourg belge et néerlandais (Hasselt, Maastricht).

Les dialectes hollandais dans les provinces d'Hollande et d'Utrecht aux Pays-Bas.

Les dialectes saxons sont parlés au nord d'Arnhem aux Pays-Bas.

De plus, une bonne partie de la province néerlandaise de Frise (Friesland) parle le frison, qui est une langue indépendante, proche de l'anglais. Le terme " flamand ", qui désigne généralement les différents dialectes néerlandais parlés en Belgique, est donc aussi erroné que le terme " Hollandais " appliqué à l'ensemble des habitants du royaume des Pays-Bas. Dans l'histoire de la langue néerlandaise, le flamand et le brabançon ont été les dialectes les plus prestigieux utilisés par les auteurs jusqu'au début du XVIIe siècle. Mais la ruine et l'oppression des Pays-Bas méridionaux au cours des guerres de religion du XVIe siècle conduisirent la majorité des intellectuels à trouver refuge en Hollande, jusqu'alors moins prospère et moins peuplée. Pour les besoins de la traduction de la Bible, une langue standard allait être créée, principalement à base de brabançon et de hollandais, dont est issu le néerlandais moderne. Tandis que, sous les dominations étrangères, les dialectes des provinces belges se fractionnaient et se corrompaient d'influences françaises, les Pays-Bas construisaient une culture nationale originale, que reflète leur langue actuelle. Quand au XIXe siècle les intellectuels flamands entreprirent de ressusciter la culture de leur peuple, ils choisirent de se tourner vers le néerlandais moderne des Pays-Bas, plutôt que de repartir des dialectes atomisés de leurs provinces. Aujourd'hui, les Belges néerlandophones sont donc tiraillés entre le dialecte parlé à la maison, le néerlandais officiel, un peu archaïque, enseigné à l'école en Belgique, et le néerlandais vivant des Hollandais dans lequel ils ne se reconnaissent pas vraiment. Comme entre le français de Belgique et le français de France, d'inévitables divergences provoquent parfois des malentendus et moqueries réciproques. Tout comme les Français se moquent souvent de l'accent belge, les Hollandais s'en donnent à coeur joie au sujet des Flamands... Ainsi, l'adjectif schoon a, en Flandre, le sens de " beau " (allemand schön), et aux Pays-Bas le sens de " propre ". Les Hollandais en visite en Belgique sourient lorsqu'ils voient un museum voor Schone Kunsten terme calqué sur le français " musée des Beaux-Arts ", alors qu'ils comprennent " musée des Arts propres ".

Guido Gezelle, le poète flamand

Guido Gezelle, né à Bruges en 1830, est un poète belge qui est connu pour avoir donné ses lettres de noblesse à la langue néerlandaise de Flandre. Il écrivait en effet dans le dialecte de la Flandre occidentale (West-Vlaanderen). Sa poésie est empreinte de néologismes et d'archaïsmes ainsi que de tournures dialectales.

Adresses Futées d'Anvers

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis