Guide d'Anvers : La Flandre en 20 mots-clés

Faire – Ne pas faire

Faire

Gastronomiquement parlant...

Se régaler au moins une fois d'une casserole de  moules, accompagnée de ses célèbres frites. Le plat national belge fait toujours des heureux. D'ailleurs, ne vous privez pas de crustacés, car la mer du Nord offre de très bons produits.

Trinquer avec des Belges autour de l'une ou l'autre bière du pays. Il y en a pour tous les goûts : élégantes et rafraîchissantes, fruitées, modérément maltées et épicées, houblonnées et plus ou moins alcoolisées... Là aussi, les frites peuvent faire partie du jeu, car le mélange est souvent extra ! Dans tous les cas, si vous pensez que vous n'avez jamais vraiment été " bière ", mais que vous êtes plutôt " vin ", c'est le moment de prendre conscience que vous vous êtes trompé(e) ! Enfin, si vraiment rien ne passe, il vous reste les nombreux vins belges à découvrir.

S'offrir des pralines fabriquées par un artisan chocolatier. Le centre-ville de Bruges n'est pas le meilleur endroit pour s'en procurer. Préférez les quartiers moins prisés ou le centre de Gand.

Pour le reste...

En été, faire le plein de bonne musique dans l'un des festivals organisés en Flandre. Le monde entier se déplace pour assister à ces événements, alors profitez-en !

Louer un vélo. C'est sans aucun doute le meilleur moyen de découvrir la région.

Faire preuve de simplicité et montrer profil bas surtout en termes de relations professionnelles. La vantardise est particulièrement mal venue en Belgique et l'autorité ainsi que les différences hiérarchiques n'apparaissent que de façon très discrète.

Ne pas faire

Partir du principe que les Flamands parlent français. Il est préférable de commencer par demander si la personne parle français, anglais ou allemand avant de se lancer dans une conversation. Question de politesse.

Se rendre dans un fast-food quand il y a des friteries dans le coin et manger de la mayonnaise allégée. Sacrilège, les amis, sacrilège !

Marcher sur une piste cyclable. Vous risquez d'en énerver beaucoup et vous prenez un risque pour votre sécurité.

Art nouveau

Très populaire entre 1890 et 1910, ce style artistique est né en opposition à l'art dit " académique " du XIXe siècle. L'Art nouveau s'inspire de formes et structures naturelles, autrement dit des fleurs, des plantes, mais aussi de leurs courbes. La Flandre, en particulier Anvers et la côte, ainsi que la région de Bruxelles, comptent de nombreuses traces et monuments entiers dans ce style et ce, grâce notamment au grand maître Victor Horta.

Autodérision

La faculté de rire de soi-même est une caractéristique que l'on trouve avec plaisir chez une grande partie des Belges. Ils possèdent d'ailleurs un grand sens de l'humour en général, quelquefois débridé, et les plus doués le pratiquent à travers différents arts comme la bande dessinée ou le cinéma.

Beffroi

Les beffrois de Flandre, inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999 sont des tours supportant des cloches, par la voix desquelles les magistrats communaux informaient les habitants des villes, étaient un moyen de communication de masse. Il mesurait le temps et rythmait la vie économique et sociale des cités (heures de travail, pause de midi, tocsin, fêtes...). Le beffroi était aussi une tour de guet d'où les veilleurs scrutaient l'horizon et annonçaient l'approche de l'ennemi ou, fléau très redouté au Moyen Age, le début d'un incendie. Mais les beffrois représentaient aussi, à l'époque médiévale, l'indépendance nouvellement acquise des villes et communes face au régime féodal. Enfin, les cloches, fabriquées et accordées en harmonie par de fins fondeurs dans la tradition depuis des millénaires, carillonnent de jolies mélodies dans les rues de Flandres telles des boîtes à musique.

Béguinages
<p>Le béguinage (Begijnhof).</p>

Le béguinage (Begijnhof).

Les béguinages trouvent leur origine au Moyen Age, au XIIe siècle, lorsque les hommes partaient en croisades et ne revenaient souvent pas, les femmes se retrouvaient seules, en surnombre... Elles vivaient en communauté pour s'aider et se protéger mutuellement, mais sans prononcer de voeux ni rentrer dans les Ordres comme les soeurs. Cependant, elles vivaient pieusement et selon un quotidien réglé où la prière tenait une place non négligeable. Les béguinages étaient des ensembles architecturaux homogène, comprenant chacun un dispensaire, des ateliers de fabrication, une église et, bien sûr, les maisons béguinales souvent très pauvres, de taille très modeste : une cave-cuisine et une chambre. Les béguines ne payaient pas de loyer mais accomplissaient diverses tâches qui leur étaient dévolues : un travail social, médical, pédagogique et économique, utile à la société. L'UNESCO classé treize béguinages flamands au patrimoine mondial en 1998, reconnaissant l'intérêt historique et culturel de ces constructions afin de les protéger. Ceux qui existent encore aujourd'hui se trouvent principalement dans les villes flamandes qui n'ont pas trop souffert des attaques d'Henry II, de Louis XIV et de la Révolution française. Sur un territoire assez peu étendu, on trouve un nombre impressionnant de béguinages, de Bruges à Tongres en passant par Courtrai, Gand, Louvain, Malines...

Bières

Bières blanches, blondes, ambrées, brunes, trappistes, d'abbaye ou bières fruitées : il en existe pour tous les goûts. Cette boisson nationale compte plus de 1 000 étiquettes, 200 à 300 variétés. A la différence de la plupart des pays de bière, la Belgique a conservé de nombreuses brasseries artisanales. Une centaine au total sont recensées, allant de l'entreprise familiale au groupe industriel exportateur. Geuze, Mort Subite, Bière du Diable... Chaque région brasse sa bière à sa façon, aucune ne porte le même nom, elles n'ont jamais le même goût et encore moins le même verre. C'est la Pils - bière blonde industrielle - qui est la plus répandue, avec les grandes marques Jupiler, Maes, Stella Artois, cette dernière étant légèrement plus amère.

Canaux

La poldérisation des terres progressive à partir du XIe siècle a repoussé la mer toujours plus loin. Il fallait creuser des canaux pour l'irrigation et l'évacuation de l'eau, et ils se révèlent bien pratiques pour le transport des marchandises jusqu'au centre, là où les charrettes s'enfonçaient dans un sol sableux. La rivière Reie fut canalisée dans le centre en une cinquantaine de petits canaux. Son port alors à 15 km de Zeebruges fut relié à la ville par le canal Baudouin pour drainer de gros bateaux. Les canaux ont à la fois permis à la ville d'atteindre son âge d'or au Moyen Âge, mais c'est aussi eux qui ont causé sa perte lorsque les travaux trop lourds de désensablement du port bloquèrent son développement. Ils font aussi partie du paysage bucolique de la Flandre. On les retrouve à Malines, mais aussi entre Bruges et Ostende ou Bruges et Gand, où ils avaient un rôle économique.

Chocolat
<p>Chocolats belges à discuter sans modération !</p>

Chocolats belges à discuter sans modération !

Le cacao fut introduit en Europe au début du XVIe siècle par les Espagnols qui le ramenèrent d'Amérique. C'est Hernán Cortés qui, en 1519, expédia à l'empereur Charles Quint une caisse de ces fèves, ainsi que la recette de fabrication du chocolat. En 1580, la première chocolaterie fut créée en Espagne qui possédait des territoires en Belgique où il y devient l'une des boissons favorites des salons. Au cours des XVIIIe et XIXe siècles, bénéficiant de l'inventivité des fabricants toutes nationalités confondues, il cessa d'être confiné au rôle de boisson. Au cours du XXe siècle, on vit apparaître d'autres produits dérivés telles les barres chocolatées ou la pâte à tartiner. Mais, ces dernières années, on voit apparaître un nouvel engouement du public pour un chocolat de qualité. Le chocolat belge est souvent fourré et, d'une manière générale, souvent plus sucré que son homologue français. Il est le maître incontesté de la praline, il est bien sûr décliné en noir, au lait, blanc, ganache, gianduja (aux noisettes), ou avec liqueurs. De nombreux chocolatiers belges jouissent d'une renommée internationale (Leonidas, Neuhaus, Galler...).

Cocooning

En Flandre comme dans le reste de la Belgique, on attache beaucoup d'importance à l'habitation. Le climat assez pluvieux y est certainement pour quelque chose. Puisqu'on y passe pas mal de temps, on s'ingénie à rendre les intérieurs douillets... et propres. Alors si vous êtes convié chez l'habitant, n'hésitez pas à complimenter Madame pour l'entretien exemplaire de la maison et Monsieur pour la jolie petite allée toute de briques rouges qui mène au barbecue et qu'il a construite lui-même pendant ses week-ends. Autre conséquence sans doute du climat, la plupart des villes comptent de nombreuses galeries commerciales couvertes, bien pratiques lors des jours de bruine.

Dentelle

Depuis le XVIe siècle, la Belgique, notamment la Flandre, est réputée pour la qualité de sa production dentellière encore majoritairement artisanale. Deux centres de confection se partagent le travail : Bruxelles, qui est spécialisée dans la dentelle aux fuseaux de fils coupés, et Bruges, qui est la capitale du point de fée originaire de Binche et de la dentelle aux fuseaux de fils continus. La Duchesse de Bruges est appréciée pour son aspect raffiné : avec des motifs floraux, faits séparément, puis raccordés l'un à l'autre par la suite.

Diamant

Le quartier diamantaire est situé à proximité de la gare centrale à Anvers, sur un périmètre abritant 1 500 compagnies et 4 bourses du diamant. Si vous voulez voir comment les meilleurs ouvriers au monde rendent au diamant sa couleur et son feu et le transforment comme par magie en " brillant ", vous ne manquerez pas de visiter le DIVA, le nouveau musée du diamant, de l'argenterie et de l'orfèvrerie à Anvers qui vient d'ouvrir en mai 2018 et qui compte près de 600 objets (diamants bijoux, oeuvres d'art).

Fédéralisme

Depuis le 1er janvier 1995, la Belgique est devenue un Etat fédéral constitué de trois régions économiquement autonomes (la Région flamande, la Région wallonne et la Région Bruxelles-Capitale) et de trois communautés linguistiques (la Communauté française, la Communauté flamande et la Communauté germanophone). Cela dit, les nombreux compromis belges n'ont pas réussi à créer une véritable " culture fédérale " et les scénarios de sécession semblent de plus en plus d'actualité, particulièrement en Flandre. Au lieu d'être un fédéralisme de collaboration, il semble bien que la Belgique vive de plus en plus un fédéralisme de confrontation. C'est peut-être d'ailleurs l'essence même d'un fédéralisme à deux - contrairement à un fédéralisme à 10 (Canada) ou plus (Suisse, Espagne...) - où ce qui est acquis par l'une des parties est perçu comme fait au détriment de l'autre.

Feestje

Waar is da feestje ? Hier is da feestje ! ", à traduire par : " Où se passe la fête ? La fête est ici ! " Au départ, il s'agit d'une chanson de 2006 signée par un rappeur malinois au doux nom de Pita. Elle est connue dans la Flandre entière et même dans toute la Belgique, car elle est reprise systématiquement lors des matchs de foot noir-jaune-rouge, comme on a pu l'entendre lors de la dernière Coupe du Monde (2018), à chaque victoire belge !

Festivals

La Flandre est connue dans le monde entier pour la qualité de ses festivals. Bien sûr, il y a les tout grands comme Tomorrowland, Gentsefeesten, Pukkelpop, Gent Jazz Festival, Wechter mais également les moyens comme Reggae Geel, ou encore les tout petits ! Généraliste ou pointu, rock, électro jazz, classique ou musiques du monde, chaque festival a sa propre identité et son univers.

Informations sur www.festivals.be

Flamand

Les Flamands, néerlandophones, représentent environ 60 % de la population belge. Au niveau linguistique, le terme " flamand " désigne les dialectes, et pas la langue néerlandaise. Attention à ne pas confondre " Flamand " et " Flamingant ". Ce dernier mot sert à désigner négativement le nationaliste flamand, tant critiqué par Brel.

Marchés

La Flandre adore les marchés. Marché de fruits, de légumes et de fleurs, mais aussi marché aux puces, brocantes ou antiquités. Et de nombreuses villes et villages possèdent leur marché de Noël qui s'installe mi-décembre, notamment Bruges, où il est très réputé, mais aussi Anvers et Gand.

Mer du Nord

Sans doute un peu froide, mais pleine de charme avec ses marées, ses brise-lames, son air iodé et ses immenses plages de sable fin. Le littoral belge, avec ses 67 km de plages, est jalonné des fameuses cabanes de plage depuis 1778. C'est à Blankenberge que ces cahutes en bois montées sur deux roues énormes pour que les baigneurs puissent se changer pendant que des chevaux ou des ânes les tiraient vers le bord de mer. Apparue au début du XXe siècle à Ostende, elles ont perdu leurs roues et en 1935 des milliers de cabines presque uniformes, recouvrant quelque 4 mètres carrés de sable chacune ont été installées sur les plages. Blanche à Knokke et à Ostende, multicolores à La Panne et rayées orange et blanc sur la côte pour les cabines des sauveteurs.

Peinture flamande

Le rayonnement de la peinture flamande primitive est édifiant. Grâce à la technique du glacis, la peinture à l'huile permet une luminosité et une pureté des couleurs, une transparence des nuances inédites. C'est aussi dans ses compositions qu'elle crée une rupture, croquant avec un réalisme fascinant le quotidien des petites gens comme des bourgeois, même dans les scènes religieuses. Le retable de l'Agneau mystique est un chef-d'oeuvre fondateur qui incarne ce courant, peint par les frères Van Eyck en 1432. Hans Memling, Hugo Van der Goes, Jérôme Bosch, entre autres, en sont les maîtres. Au XVIe siècle, Pieter Brueghel l'Ancien s'inscrit dans un mouvement Renaissance avant que l'école d'Anvers n'incarne le baroque : Antoine Van Dyck, Jacob Jordaens et surtout Rubens. Le grand maître a laissé un vaste héritage à Anvers, sa ville natale. Intelligent et complexe, son style est passionné et étonnant. Ne manquez pas de visiter la Maison Rubens, qui possède une dizaine d'oeuvres du maître, et les églises historiques.

« S » d’Anvers

Le " s " d'Anvers se prononce. On ne le prononce pas comme dans " à l'envers ", personne ne vous comprendrait. La version locale est " Antwerpen " ([Antouèrpeune]).

Spéculoos
<p>Spéculoos.</p>

Spéculoos.

Le spéculoos est ce savoureux biscuit flamand à la jolie couleur brune qui accompagne le café au restaurant. L'étymologie du mot " spéculoos " est douteuse, mais on pense qu'il vient du latin species, c'est-à-dire épices. En tout cas, il est excellent ! Originellement offert aux enfants le jour de la Saint-Nicolas, le spéculoos vient de la tradition romaine de donner des gâteaux à l'effigie des dieux de l'Olympe. Aujourd'hui, c'est un bien national.

Vélos

En Flandre, le vélo n'est pas réservé qu'aux écolos. Ce moyen de transport est très populaire, que ce soit pour aller à l'école, au boulot, en discothèque... Vous serez d'ailleurs surpris par le nombre d'aménagements prévus pour les cyclistes (pistes cyclables, parkings à vélos, etc.). Attention d'ailleurs si vous êtes en voiture : ce sont eux les rois de la route.

Adresses Futées d'Anvers

Où ?
Quoi ?
Avis