Difficile en débarquant de se faire à l'idée que c'est là que tout - ou presque - s'est passé ! Il ne reste que de vagues vestiges de Syène qui fut la capitale du premier nome de Haute-Egypte. Située comme elle l'était aux portes de la Nubie et de l'Afrique tout entière, elle jouait un rôle de premier plan dans le commerce de l'or, de l'ivoire, de l'ébène et des épices. En butte aux incursions nubiennes, elle s'était fortifiée et entretenait une importante garnison de soldats et de mercenaires. Les nomarques et les gouverneurs y étaient puissants comme dans les contes de fées, grâce au lourd tribut qu'ils prélevaient sur les caravanes et les embarcations en passe de franchir la première cataracte. On y extrayait un granit d'excellente qualité en quantité industrielle. L'île d'Abou (éléphant) abritait le vénéré temple de Khnoum alors qu'à quelques encablures de là, à Philae, se perpétuait le culte d'Isis.

Aujourd'hui, amputée de son extrémité nord par l'affreux donjon de l'Oberoi (hôtel Mövenpick), elle n'en demeure pas moins un monde à part, avec un village aux ruelles étroites et aux maisons de terre, les façades mordues d'ocres et de pastels bleus. L'endroit est agréable et il fait bon se promener dans ces jardins de lumière où poussent les tomates et les haricots. Les habitants n'hésitent pas à vous accueillir avec le thé et le sourire. On vous parlera bien un peu business, mais le refus poliment exprimé sera accepté sans d'infini palabres. L'île est divisée en trois : au sud, le musée et le site archéologique bordé par le village nubien de Coti (qui signifie " Juifs " en nubien) ; au centre se trouvent les fermes ainsi que l'école et le musée Animalia ; au nord le village de Siou et l'hôtel Mövenpick.

À voir / À faire à l'ÎLE ÉLÉPHANTINE

Organiser son voyage à l'ÎLE ÉLÉPHANTINE

Photos de l'ÎLE ÉLÉPHANTINE

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

12.95 €
2018-04-04
480 pages
Avis