Au centre du Soudan, la région des Monts Nuba est celle qui représente peut-être le mieux le pays. Elle est bordée par le Nil à l'est et au sud, avec son affluent du Bahr al-'Arab à la frontière Nord-Sud. A l'ouest et au nord, ce sont les plaines semi-arides du grand Kordofan. Les monts Nuba sont les rares reliefs de la partie nord du Soudan. Ils hébergent le peuple Nuba, une mosaïque culturelle et religieuse d'une cinquantaine de tribus qui a depuis longtemps fasciné les ethnologues, à l'image du Soudan tout entier. A cheval entre mondes arabe et africain, les monts Nuba sont aussi une zone contestée entre nordistes et sudistes (voir encadré dans "A voir/à faire"). La guerre a ravagé la région pendant plusieurs années. Si le Nord-Kordofan est sans aucun doute proche de Khartoum, le Sud-Kordofan, Etat qui abrite les monts Nuba, est partiellement lié aux Etats sudistes par sa culture.

Au cours de l'histoire, les Nuba (nom étymologiquement cousin des "Nubiens") se sont défendus contre les marchands d'esclaves et les ennemis en tout genre (Dinka et Nuer au sud) grâce à la protection offerte par leurs montagnes. Leur diversité vient d'ailleurs de ce que leurs ancêtres, d'horizons différents, étaient venus se réfugier dans cette région. Ils ont su préserver, jusqu'au XXe siècle, une large autonomie politique et culturelle. Au nord-est des montagnes, le petit royaume de Tegali a tenu tête à la fois au sultanat de Sennar et à celui du Darfour durant plusieurs siècles, avant d'être soumis par les mahdistes à la fin du XIXe. Même au XXe siècle, les Anglais laissèrent aux Nuba le soin de développer une administration autonome. Dans les faits, les potentats locaux gardèrent une bonne partie de leurs pouvoirs jusqu'à la "nationalisation" de l'administration sur place, dans les années 1970, et la contrainte exercée par Khartoum pour s'imposer dans cette région stratégique, aux portes du Sud rebelle.

A l'indépendance du Soudan, la situation dans la région des Monts Nuba se détériora. Khartoum tenta d'abord de développer le Kordofan en y implantant une agriculture intensive peu respectueuse des traditions des peuples locaux. Dans les années 1980, la coloration religieuse du pouvoir khartoumais porta atteinte aux Nuba qui, bien que partiellement musulmans, se rapprochèrent plus franchement de la rébellion sudiste. Certains rejoignirent justement les rangs du SPLA tandis que d'autres étaient déplacés de force par l'armée vers des camps et combattus par des tribus armées Baggara (les Baggara sont les tribus traditionnellement rivales des Nuba). Au début des années 1990, Khartoum entama un véritable blocus de la région et des milliers de Nuba furent massacrés pour contenir l'influence du SPLA au nord. Ces atrocités ont été très peu relayées par la presse à l'étranger. Elles furent pourtant qualifiées de "génocide" par plusieurs ONG internationales.

Depuis 2005 et la signature du CPA, les Monts Nuba font partie des Zones Transitionnelles et il est prévu que l'avis des populations soit pris en compte dans le futur. Le sous-développement y est néanmoins flagrant et, en avril 2010, les élections n'ont même pas pu être tenues. D'abord du fait de l'important nombre de Nuba à travers le pays qui n'avaient pas été inclus dans le recensement, et ensuite simplement d'un point de vue logistique, il était impossible d'organiser le vote. La conscience nationale est faible dans cette région et Khartoum ne s'y intéresse guère. Le SPLM est sur des terres qui lui sont favorables, mais ses efforts se concentrent peu sur une région qui ne représente plus un enjeu aussi important que durant la guerre.

Au point de vue touristique, les Nuba pourraient être au Soudan ce que sont les Masaïs au Kenya, si la stabilité de la région le permettait. Plus verte que la plaine environnante, la région montagneuse (il s'agit plutôt de hautes collines) est encore couverte de villages de toukouls de paille et torchis. Elle est peu praticable vu la grande pauvreté des infrastructures de transport, mais l'arrivée du bitume à Dilling et Kadugli a permis au moins de s'en rapprocher facilement avant de pouvoir partir à l'aventure.

Sachez bien que les permis de voyager sont obligatoires et doivent scrupuleusement mentionner votre trajet, ainsi que les lieux où vous souhaitez vous rendre. Les ministères des Affaires étrangères ou humanitaires sont les plus à même de vous délivrer des permis pour visiter les montagnes. Kadugli et Dilling sont désormais accessibles avec un laissez-passer délivré au Bureau du tourisme à Khartoum. Mais, là encore, ne tenez rien de tout cela pour définitif.

Adresses Futées de la REGION DES MONTS NUBA جبال النوبه

Rechercher par catégorie :

Organiser son voyage à la REGION DES MONTS NUBA جبال النوبه

Transports
  • Vol pas cher
  • Location voiture
  • Traversée Maritime
Hébergements
  • Trouver un hôtel
  • Location Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyage sur mesure
  • Week-ends en France
Services / Sur place
  • Activités Airbnb
  • Réservez une table
  • Activités & visites
  • Expériences & Boxs

Photos de la REGION DES MONTS NUBA جبال النوبه

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

16.95 €
2010-11-03
252 pages
À découvrir sur le petit Futé
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .