Guide de BELGRADE (БЕОГРАД) : Survol de Belgrade

Géographie

La Serbie, avec ses 88 361 km2, est un pays de taille moyenne à l'échelle mondiale. Néanmoins, sa situation géographique lui offre une place centrale au sein des Balkans, que ce soit d'un point de vue historique, politique, culturel et économique.

Belgrade, entourée par la plaine de Pannonie au nord et le relief vallonné de la Choumadie au sud, trône fièrement à une altitude de 117 mètres là où la Save et le mythique Danube se rejoignent. Avec 200 kilomètres de rives fluviales et 16 îles dont les plus importantes sont Ada Ciganlija et Veliko ratno ostrvo, Belgrade est un passage obligé sur le canal Rhin-Main-Danube reliant la mer du Nord à la mer Noire. Aux alentours, les montagnes de Kosmaj (628 mètres) et Avala (511 mètres) se dressent à l'horizon. Belgrade elle-même est assez vallonnée et offre de nombreux points de vue sur les environs. Enfin, la ville occupe 3,6 % du territoire de la Serbie et regroupe 15,8 % des habitants du pays.

Climat
<p>Divčibare.</p>

Divčibare.

Le climat est de type continental modéré, très froid l'hiver avec des températures qui flirtent avec les - 10 °C, et très chaud l'été, avec des pics à 35 °C. Il s'agit ici des maxima mais ces températures ont l'avantage de bien montrer le contraste qu'il existe entre les saisons. Le printemps et l'automne sont relativement courts et il convient de privilégier plutôt le fameux été indien belgradois (deux semaines au mois d'octobre) même si les mois d'avril et mai, parfois pluvieux, restent agréables. Les températures en hiver peuvent être très rigoureuses, mais avec 16 jours seulement en dessous de zéro et un ensoleillement fréquent, c'est tout à fait supportable. La neige est là en hiver pour deux à trois semaines au total et sans qu'elle n'atteigne des épaisseurs ingérables. La košava, un vent froid et sec venant de l'est, souffle en hiver par intervalles, pendant deux à trois jours d'affilée. Les Belgradois l'affectionnent car c'est un vent qui nettoie l'air et rend l'ensoleillement maximal. En revanche, il faut éviter les " journées tropicales ", surtout en août, où une moyenne de 33 °C est souvent atteinte. Néanmoins, si vous avez un maillot sous la main, allez faire trempette sur l'île d'Ada Ciganlija !

Environnement – écologie
<p>Lac de Perućac.</p>

Lac de Perućac.

Le Danube s'écoule, à travers le territoire de Belgrade, sur une longueur de 60 km, alors que la Save, venant de Croatie, traverse la région sur 30 km. Lorsque ces deux fleuves, d'importance majeure, se rencontrent sous la forteresse de Kalemegdan, c'est comme si la majesté de l'Europe centrale épousait l'impétuosité des Balkans. Fait intéressant, les rives fluviales et les nombreuses îles qui s'offrent au tourisme sur le territoire de la capitale. La plaisance, la pêche et surtout la natation en été sont des passions toutes belgradoises. Les plages du Lido en face de Zemun et surtout l'île d'Ada Ciganlija aménagée en complexe sportif font de Belgrade l'une des seules villes d'Europe où l'on peut se baigner en été. Enfin, le parc de Košutnjak avec ses 330 hectares, la forêt de Zvezdara, le parc de Topčider et bien d'autres sont autant d'espaces verts qu'abrite le territoire de Belgrade.

Faune et flore

La Serbie, riche en montagnes, rivières et forêts, possède une faune variée, dont beaucoup d'espèces protégées.

On trouve ainsi dans les montagnes de Serbie occidentale des ours et des aigles qui n'existent plus en France. Les futaies et les prairies abritent nombre d'espèces végétales rares, tel le fameux pančićeva omorika ou épicéa de Serbie, cet arbre élégant et très haut que l'on rencontre sur les hauteurs du massif de la Tara.

La faune

La Serbie abrite 360 espèces d'oiseaux dont 240 nichant sur le territoire. Parmi ces derniers, 40 % environ se trouvent sur la liste des espèces soumises à des mesures de protection à l'échelle européenne dont cinq sont des espèces menacées à l'échelle mondial. En effet, la situation de carrefour et les grandes plaines ouvertes favorisent la présence d'un grand nombre d'oiseaux migrateurs. Ainsi, on y trouve des colonies d'échassiers, de flamants roses et de hérons mais aussi, en nombre plus modeste, la grue cendrée, le merle d'eau et l'outarde. En altitude, certains types de rapaces survolent les montagnes, dont l'aigle noir à tête blanche au-dessus du canyon de l'Uvac et le majestueux aigle fauve à la frontière du Monténégro.

Plusieurs réserves naturelles abritent des oiseaux aussi variés que nombreux. Par exemple, dans la plaine de Carska Bara en Voïvodine, on peut observer quelque 300 espèces d'oiseaux sur quelques kilomètres carrés.

Relativement nombreux dans le pays, les fleuves, rivières et torrents recèlent des richesses insoupçonnées. Les amateurs de pêche et les amoureux de la nature auront le plaisir d'observer à travers presque toute la Serbie des poissons tels que la carpe, le brochet, la sandre ou la silure. Les écrevisses ne sont d'ailleurs pas en reste.

Dans les nombreuses forêts qui couvrent la Serbie, le spectacle est souvent admirable, tant les espèces animales y sont variées et bien souvent mieux préservées qu'ailleurs. Le cerf, le chevreuil, le sanglier et le renard s'y multiplient, surtout dans les parcs nationaux. Sans oublier le lièvre, la perdrix, le canard sauvage, la caille et le coq de bruyère présents dans de nombreuses futaies de moyenne altitude.

Dans les nombreuses montagnes et verts pâturages serbes, on trouve également des espèces aujourd'hui pratiquement disparues en France. Ici, elles vivent et prospèrent joyeusement la plupart du temps au sein des parcs naturels. A flanc de montagne s'ébrouent boucs, mouflons et chamois. Le renard, le lynx et surtout le loup abondent. Quant aux ours, ils vivent encore dans certaines régions de Serbie notamment dans les massifs de Tara et de Zlatar, où on peut les apercevoir.

La flore

La végétation de Serbie a plusieurs atouts. Les forêts possèdent une arboriculture liée au relief et au climat. Autour des lacs de moyenne altitude, comme le lac de Vlasina, on observe des bouleaux argentés entourés de hautes herbes.

Dans les vallées encaissées poussent les arbres à feuilles caduques comme le frêne, l'érable et le tilleul. Mais le ravissement est à son comble sur les hauteurs enneigées en hiver, où l'on se promène à travers pins, sapins, mélèzes et hêtres. Dans ces massifs de la Tara ou à la frontière du Monténégro, les fleurs de montagne sont également belles à voir, comme les narcisses et les violettes, ainsi que quelques espèces rares comme le božur ou encore la jeremičak.

Adresses Futées de BELGRADE (БЕОГРАД)

Où ?
Quoi ?
Avis