ERMITAGE (ЭРМИТАЖ)

Musées |

L'avis du Petit Futé sur ERMITAGE (ЭРМИТАЖ)

Plaque millesim 2018

On a beau être prévenu, savoir que c'est l'un des plus riches musées du monde, que quelque 3 millions d'oeuvres y sont exposées, survolant plus de deux millénaires d'histoire de l'art, l'Ermitage aura toujours de quoi surprendre. Un étonnement accru par le caractère quelque peu brouillon de ce musée dont les magistrales collections sont exposées dans un certain désordre propice aux découvertes.

Palais ou musée ? La question mérite d'être posée, alors que les bâtiments du musée eux-mêmes forment un splendide écrin pour les trésors qu'ils abritent. Et si le touriste s'y perd, confondant bien souvent l'Ermitage et le palais d'Hiver là où il faut distinguer en fait cinq palais, c'est que les fonctions de demeure impériale et de musée se sont très tôt confondues dans cet ensemble unique d'édifices s'étirant le long de la Neva. Le premier contact est fascinant : une fois franchi l'arc de l'Etat-Major reliant les façades en hémicycle des bâtiments jaune citron qui abritèrent les Affaires étrangères et l'état-major, on découvre le palais d'Hiver sous son plus beau jour.

Occupant toute la largeur de la place du Palais (Dvortsovaya Ploshchad), dont le centre est marqué par la colonne Alexandre (47 m de granit rose commémorant la victoire sur Napoléon), la façade principale du palais d'Hiver, qui a été pendant près d'un siècle et demi la résidence impériale, éblouit le regard : des murs vert pistache flanqués de colonnades, pilastres, frontons brisés blancs soulignés par la couleur bronze des lambris et moulures, et couronnés de statues en ronde-bosse. Mais, à moins d'user de votre charme auprès du gardien et d'avoir ainsi la chance de pénétrer par la somptueuse cour d'honneur (en évitant la foule des guichets), c'est par la façade sur la Neva, à peine moins somptueuse, que commence la visite du palais d'Hiver et de l'Ermitage.

Un ensemble de palais. Plus qu'un palais, il s'agit bien d'un ensemble de palais unis dans une même destinée, mais dont la conception, étalée sur plus d'un siècle, traduit les subtiles nuances : le rectangle du palais d'Hiver a été construit de 1754 et 1762 dans le baroque le plus expressif par Bartolomeo Rastrelli sur la commande de la tsarine Elizabeth Ire, fille de Pierre le Grand. Les chiffres se passent de commentaire : le palais d'Hiver couvre une superficie de 9 ha, soit 46 000 m² répartis en 1 500 pièces ; la corniche supérieure, mise bout à bout, court sur 2 km. Quand Catherine II devient impératrice, en 1763, l'immense et somptueux palais au train de vie versaillais, devenu le centre de la vie politique russe, a de quoi éblouir les diplomates européens qui se pressent dans ses salons ; mais la passion de la Grande Catherine pour l'art sera à l'origine de considérables agrandissements. La façade sur la Neva raconte, dans toute la richesse de sa diversité et de ses couleurs, l'histoire de cette évolution qui fera de la résidence impériale un musée incomparable.

Histoire du musée de l'Ermitage. Tout commence en 1764 par un impérial tour de passe-passe. C'est en effet en soufflant au roi de Prusse Frédéric II une collection d'oeuvres d'art que le monarque prussien, mécène à ses heures, est incapable de payer, que la Grande Catherine acquiert les premières pièces du futur musée. Son ambassadeur à Berlin, Vladimir Dolgorouki, lui a signalé que le roi de Prusse est en dette auprès de son marchand d'art attitré, un certain Gotzkowski. L'impératrice, déjà amatrice d'art, saute sur l'occasion : elle achète sans discuter au marchand ses 225 toiles de peintres flamands, se faisant un petit plaisir et jouant du même coup un bon tour à Frédéric II, battu sur son terrain de mécène. Mais surtout, sa passion a contaminé l'aristocratie russe, dont les grandes familles créent leurs collections privées, qui iront rejoindre, après la révolution d'Octobre, les galeries de l'Ermitage.
La visite. Avec ses quelque 400 salles réparties sur 3 niveaux et deux ailes différentes, vous vous perdez aisément. Comme pour la visite du Louvre avec lequel les similitudes sont nombreuses, nous vous recommandons fortement de définir au préalable vos priorités. Pour vous repérer, notez le numéro des salles inscrit en haut de chaque porte et reportez-vous au plan que vous vous serez procuré à l'entrée. Les explications sont peu nombreuses et rarement traduites, mais nous vous détaillons ci-dessous les arrêts les plus marquants. Des audioguides sont également disponibles. Enfin, vous devez accepter de vous perdre un peu et de prendre le risque de tomber par hasard sur une oeuvre de quelque maître dont vous ne vous saviez pas qu'elle se trouvait en Russie.

Rez-de-chaussée : les antiquités. Le rez-de-chaussée ne constitue pas la priorité de la grande majorité des visiteurs du musée. Il est composé de salles dédiées aux cultures de la Préhistoire (Paléolithique, Néolithique), et à l'art antique (grec, romain, égyptien), jusqu'au début du Moyen Âge. Toutefois il faut noter les salles 16 à 20 qui abritent une collection d'objets scythes du XIIe au IIe siècle av. J.-C., incluant des vases en argent. La salle 26 expose les résultats de découvertes archéologiques faites dans l'Altaï en 1949. Vous y trouvez l'impressionnante momie d'un homme du VIe siècle av. J.-C., un char funéraire reconstitué, ainsi que ce qui est peut-être le plus ancien tapis du monde (VIe siècle av. J.-C.).

Si la joaillerie scythe ne vous laisse pas insensible, alors ne manquez surtout pas de visiter le Trésor des Scythes (Galerie du Trésor I, salle 42), moyennant cependant un supplément de 300 RUB (visite guidée seulement, en anglais - deux fois par jour - et en russe). Achetez ce supplément au moment de l'achat de votre billet d'entrée (nombre limité de places). Les pièces d'orfèvrerie de cette collection (rhytons, bijoux, armes), souvent en or, témoignent de la richesse de la civilisation de ce peuple qui, bien avant l'apparition des Russes, habitait les steppes de l'Ukraine et les rivages septentrionaux de la mer Noire.

Galerie des bijoux. À partir de la salle 121, vous pouvez accéder à la Galerie des Bijoux (Galerie du Trésor, II), moyennant ici encore un supplément, de 200 RUB. Visite (nécessairement guidée) seulement le matin. La collection regroupe une très grande variété de bijoux (colliers, bracelets, depuis le IVe av. J.-C. jusqu'au XIXe), mais aussi des objets liturgiques, des épées ou des sabres incrustés d'émeraudes ou de diamants. Bon nombre de ces objets ont été amassés par les tsars depuis Pierre le Grand, mais aussi offerts à ces mêmes tsars : voyez par exemple les bouquets de fleurs en perles et en pierres précieuses, ou encore les célèbres oeufs de Fabergé.

1er étage : Salles impériales et Arts classiques européens.

Après avoir monté les marches du somptueux escalier d'honneur (ou escalier du Jourdain), débauche rococo de marbre blanc, lambris dorés, cariatides et trompe-l'oeil le visiteur ira droit au but, dans les salles italiennes, flamandes, françaises, allemandes, etc., où il choisira de s'abandonner à la contemplation et à l'errance.

Juste avant cela, vous aurez l'occasion de passer par les salles 194, 195, 197 et 198. L'enfilade de ces salles constitue un hommage vibrant à l'art décoratif russe. Conçue par Montferrand en 1833, la salle de Pierre Ier (ou petite salle du Trône, salle 194), qui renferme le trône impérial dans le décor Empire d'une salle tendue de velours rouge, est un hommage au fondateur de la ville (et de l'Empire russe). Deux panneaux latéraux illustrent deux de ses victoires (contre les Suédois). La salle des Armoiries (195) avec ses colonnes dorées est d'une superficie de plus de 1 000 m². Elle accueillait les cérémonies officielles. Les lustres sont décorés des écussons des 32 gouvernements de Russie ; les chevaliers sculptés, à chaque coin de la pièce, portent les armoiries des provinces russes. Les vitrines abritent des collections d'argenterie. La Galerie de la Guerre de 1812 (salle 197) a été créée en 1826, pour célébrer la victoire de l'armée russe sur Napoléon. Les 332 portraits des maréchaux généraux ayant pris part à cette campagne de Russie décorent les murs de la galerie.

Enfilade d'Apparat. La Grande Salle du Trône (salle 198, également appelée salle Saint-Georges), est la salle principale du palais, celle qui accueillait cérémonies et réceptions officielles. La salle Nicolas (191) est la plus grande salle du palais, faisant plus de 1 100 m². Vous n'oublierez pas non plus la salle des Concerts (190), où vous ne manquerez pas d'admirer la châsse en argent massif contenant des reliques d'Alexandre Nevsky ; la salle de Malachite (189), aux dominantes vertes soulignées par les lambris dorés.

Dans le prolongement de l'Enfilade d'Apparat présentée plus haut, les façades nord et ouest du premier étage portent sur la culture russe (salles 151 à 189). Ici encore, les salles sont autant dignes d'intérêt que les trésors qu'elles recèlent, à savoir des objets d'art appliqué, des instruments, des portraits, des armes...

Salles 151 et 153, vous verrez une série de portraits des empereurs de Russie. Les salles 157 à 161 abritent des objets produits sous le règne de Pierre le Grand (début XVIIIe), ou lui ayant appartenu. Les salles 162 à 174 sont consacrées à l'art du XVIIIe. A travers les nombreux objets exposés, on fait ou refait connaissance avec de grandes figures historiques russes comme Lomonossov, ou Catherine II. Ne manquez pas, salle 173, les sculptures sur ivoire, toujours impressionnantes de précision. Dans les salles 176 à 189, vous vous baladerez dans les reproductions des intérieurs des appartements de la famille impériale du XIXe siècle.

Art italien (salles 207 à 237). Au premier étage du Vieil Ermitage, les salles de peintures et sculptures italiennes renferment des trésors comme La Vierge à l'Enfant de Fra Angelico, deux Madones (Benois et Litta) de Léonard de Vinci, La Déploration du Christ de Véronèse et Le Garçon accroupi de Michel-Ange, Le Joueur de Luth du Caravage, La Madona Conestabile et La Sainte Famille de Raphaël, Saint Sébastien et Dante de Titien. Dans les salles espagnoles (239 et 240), vous verrez les Apôtres Pierre et Paul du Greco, le Portrait du comte Olivares de Velázquez, La Crucifixion et le Portrait d'Antonia Zarate de Goya.

École flamande du XVIIe et XVIIIe (salles 245 à 248). Elle est représentée par de très nombreuses toiles de Rubens (dont Persée et Andromède, et Bacchus), et de Van Dyck (la Descente de la Croix). L'école hollandaise (XVIIe et XVIIIe) (salles 249 à 254) est représentée par une impressionnante collection de 28 Rembrandt (salle 254), dont le fameux Retour de l'enfant prodigue, le Sacrifice d'Abraham et la Sainte Famille, pour ne citer que les plus célèbres. La collection d'art néerlandais (XVe et XVIe ; salles 258-262) comprend des toiles de Campin et de Van der Weyden.

Art français du XVe au XVIIIe siècle (salles 272-297). Au premier étage du palais d'Hiver, vous découvrirez la deuxième collection au monde (après le Louvre) d'art français du XVe au XVIIIe siècle (salles 272-297). Plusieurs salles sont ainsi consacrées à l'École française, avec des toiles de Le Nain, Poussin, Claude Gelée dit Le Lorrain (Port au soleil couchant), Chardin ou Greuze.

Quatre salles (146 à 143) contiennent une très remarquable collection de toiles impressionnistes (Renoir, Courbet, Monet, Pissarro, Renoir, Van Gogh, Gauguin...), spoliées à des familles juives par les nazis et retrouvées par l'armée russe. Cette collection est un bon avant-goût de ce qui vous attend au second étage.

2e étage : Art français des XIXe et XXe siècles, Art moderne, Art byzantin et oriental, Art chinois et asiatique

Le second étage abrite un trésor de toiles d'artistes français. Plus de vingt salles (314-331, 343-350) exposent l'une des plus riches collections d'oeuvres d'artistes français du XlXe au XXe siècle, des impressionnistes au fauvisme et au cubisme, de David à Picasso : vous y verrez, entre autres, la Jeune femme à l'éventail de Renoir, la Femme au jardin de Claude Monet, l'Autoportrait et Les Bords de Marne de Cézanne, ou La Rencontre de Picasso.

L'étage commence par une autre section impressionniste, fruit de collections de milliardaires russes qui avaient repéré (et qui appréciaient) le caractère révolutionnaire de cette manière de peindre. Salle 320, on admirera plusieurs toiles de Renoir. La salle 318 contient des oeuvres de Cézanne et de Rodin ; la salle 317 abrite quatre toiles de Van Gogh (dont les Femmes d'Arles). Enfin, ne ratez surtout pas la salle 316, où sont exposées quinze toiles de l'époque tahitienne de Gauguin.
La deuxième partie de la section impressionniste du second étage se situe dans les salles 343-345. La salle 344 est consacrée à Matisse et à ses oeuvres établissant le fauvisme, en particulier La Danse (1910). La salle 347 est consacrée au cubisme de Derain et Vlaminck. Salles 348 et 349, on trouvera des toiles de Picasso, dont la célèbre Buveuse d'absinthe.

Art moderne. Le reste du second étage est consacré à l'art moderne, à la peinture occidentale et américaine des XIXe et XXe siècles (salles 334 à 342). La salle 334 expose des oeuvres de Kandinsky et de Malevitch (dont le Carré noir). On trouvera dans la salle 335 des sculptures modernes italiennes, dont certaines de Emilio Greco. La salle 338 contient des toiles apaisantes du paysagiste américain Rockwell Kent, là où les salles 340 à 342 regroupent des artistes européens romantiques de la fin du XIXe siècle.

Arts de l'Extrême-Orient. Pour ceux qui ont encore du courage et du temps, les salles 351 à 367 sont dédiées aux arts de l'Extrême-Orient (Chine, Inde, Indonésie, Japon). Vous pourrez y voir, entre autres, des sculptures bouddhistes, des porcelaines, de la verrerie, des étoffes et du mobilier. Vous remarquerez notamment les peintures et sculptures de la grotte des Mille Bouddhas (Chine, VIe-Xe siècle). Les salles 360 à 367 exposent les arts de la Mongolie et du Tibet.

Art byzantin et art perse. Il faut enfin noter les salles d'art byzantin (381 et 382) et d'art perse (383 à 397), en particulier la collection d'objets en argent sassanide (Iran, IIIe à VIIe siècle apr. J.-C.). Les salles 398-400 abritent une collection numismatique (monnaies et médailles russes, européennes et orientales.)

Salle du pavillon. Dans le Petit Ermitage, il faut voir la magnifique salle du Pavillon. Ses voûtes blanc et or sont soutenues par de fines colonnes de marbre, selon les plans d'André Stakenschneider, qui fait détruire six des petites pièces du premier Ermitage de la Grande Catherine pour aménager, en 1856, l'une des plus somptueuses salles du palais ; la partie centrale est ornée d'une grande mosaïque de style romain, dans la tradition éclectique de l'époque.

Je gagne 100 foxies
Partagez cette adresse

Informations et horaires sur ERMITAGE (ЭРМИТАЖ)

Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 10h30 à 18h, le mercredi et le vendredi de 10h30 à 21h. Les caisses ferment 30 min avant. Le musée est fermé le 9 mai et le 1er janvier. Entrée : 700 RUB, gratuite pour les étudiants (besoin d'une carte internationale). Possibilité d'acheter le billet à l'avance sur le site Internet, en dollars. Ticket 1 jour : 17,95 US$, ticket 2 jours : 22,95 US$ (le ticket 2 jours inclut également les entrées pour le Palais Menshikov, le palais d'Hiver de Pierre le Grand et le Musée de la Porcelaine). En plus d'être avantageux, ce deuxième ticket est appréciable vu la taille du musée.

Avis des membres sur ERMITAGE (ЭРМИТАЖ)

Note générale : 4.7/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
31 avis d'internautes
3/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2019
pas de collection des impressionnistes
Très beau musée visité en mai 2019.
Malheureusement, plus férus d’œuvres modernes, nous avons appris lors de la visite par notre guide que les impressionnistes étaient dans un autre musée, ainsi que tous les modernes, américains, français, ....
Et ce jour là, poutine animait justement une conférence économique dans le bâtiment voisin, ce qui empêchait toute approche du musée quadrillé par les services de sécurité.
Donc, le petit futé n'est pas si futé que ça, car il ne dit pas que toutes ces œuvres sont dans une annexe du musée de l'Ermitage ..... et non dans l'Ermitage lui même !! CQFD
Avis déposé le 10/11/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en septembre 2019
Un lieu magique de jour comme de nuit ! Magnifique, majestueux, immense... les oeuvres sont aussi belles que variées et parfaitement mises en avant dans des pièces grandioses du palais.
Un incontournable de la ville, du pays, du monde ! Un Louvre russe.
Avis déposé le 03/11/2019
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juillet 2019
incontournable
L'un des plus grands musées du monde impossible à visiter dans sa totalité.
Préférer une visite à l'ouverture ou hors saison, car en pleine saison, la foule de touristes est si compacte que la visite devient pénible. Des chefs d'oeuvre admirables comme l'horloge du paon. Une collection des peintures italiennes, flamandes et françaises remarquable.
Avis déposé le 27/09/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2019
Incontournable et inoubliable
Privilégiez une visite le matin pour échapper aux hordes de groupes guidés et prendre un audio guide en français, très bien fait et flexible
Avis déposé le 03/06/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2019
L'ERMITAGE VAUT LE VOYAGE
Difficile de décrire ce sublime musée d'une richesse exceptionnelle à compléter par la visite de l'autre côté de la place pour les impressionnistes français et l'Art Moderne . Prévoir 2 jours de visites et une petite pause déjeuner sur place . Impossible de décrire il faut y aller .
Avis déposé le 31/05/2019
4/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2018
Extérieurs
Avis d'une voyageuse qui n'a pas visité le musée mais juste admiré le palais ! La façade est magnifique, il faut y aller en journée mais aussi en soirée. Le jour de fermeture (lundi) est un bon plan pour être tranquille !
Avis déposé le 12/02/2019
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en août 2018
Le plus grand musée du monde. Magnifique mais beaucoup de monde ! Deux conseils : prendre ses billets au bâtiment de l’Etat-major (combo) pas de queue et visiter le musée à l’envers (à l’opposé des groupes).
On ne peut pas tout voir... et tout le monde veut voir la même chose ;)
Avis déposé le 31/12/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en octobre 2018
De nombreux sites conseillent d'acheter les billets aux machines automatiques à l'entrée du musée. Pas de chance... elles étaient en panne et nous avons du faire beaucoup de queue malgré que nous soyons arrivés tôt. Peut être prévoir d'acheter les billets sur Internet en avance.
Concernant le musée, tout est splendide, aussi bien les salles que leur contenu, vous en prendrez plein les yeux... nous avons suivi le plan de visite prévu par le petit futé et cela nous a été bien utile pour comprendre ce que nous étions en train de contempler!
Ne pas hésiter à traverser la grande place pour aller visiter l'autre bâtiment qui présente la collection d’œuvres plus modernes.
Avis déposé le 29/10/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2018
Splendide,super,fantastique,un des plus beaux musées du monde,il demande beaucoup de temps pour observer tous ses chefs d’œuvres il faut y retourner à refaire.
Avis déposé le 31/07/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en juin 2018
Superbe palais et musée avec des collections extraordinaires. A ne rater sous aucun prétexte
Avis déposé le 08/07/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en mai 2018
Musée de tous les superlatifs! Une splendide débauche d'objets d'art dans un palais débordant d'ors. Si vous décidez de le visiter, armez-vous de patience, les files sont (très) longues et l'entrée groupe est séparée de celle pour les individuels, même les horaires des uns et des autres sont différents! si vous vous décidez, je propose une balade éblouissante au travers des magnifiques salles sans (trop) s'occuper des œuvres d'art, et ensuite d'y revenir en ayant cibler quelques thèmes, antiquité, peinture, etc. Où alors, prenez un guide, ils, elles sont impeccables. Et chaque salle a sa gardienne, qui vous a à l’œil.
Avis déposé le 01/07/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en août 2017
Assurez-vous de visiter! Il est conseillé de diviser la visite pendant quelques jours pour tout voir attentivement. Mercredi et vendredi l'Hermitage travaille à 21. L'Hermitage stocke tant de chefs-d'œuvre qu'il capte l'esprit. Le palais lui-même est une véritable œuvre d'art, cachant les secrets du passé et voyant des événements pendant plusieurs siècles.
Avis déposé le 03/05/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en janvier 2018
Monument incontournable de St Pétersbourg! Ce musée est aussi beau à l'intéreieurqu'à l'extérieur. Les pièces royales encore en état sont très colorées. L'exposition temporaire est très bien faite de même que toutes les autres expositions.
Il faut se lever tôt pour profiter du musée toute la journée et croyez moi il faut beaucoup de temps à l'intérieur pour tout admirer.
Avis déposé le 25/02/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en décembre 2017
Magique presque trop :)

J'ai préféré le lieux à l'exposition. Car le palais en lui même est une œuvre.
C'est absolument magnifique le détail de marqueterie au sol différent dans chacunes de pièces, le style rococo, des surprises à chaque nouvelle pièce !

On y a passé la journée + ne pas manquer l'annexe avec l'exposition sur les impressionnistes !
Avis déposé le 05/02/2018
5/5
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité
Visité en janvier 2018
Un incontournable de St Petersbourg, architecture magnifique, grande collection d'œuvres d'art pour tous les goûts. C'est tellement immense que vous ne pourrez pas tout voir, sélectionnez ce qui vous intéresse. Petit conseil, prenez votre ticket aux bornes à l'entrée sinon une longue queue vous attend.
Avis déposé le 29/01/2018
Je gagne 100 foxies

En savoir plus sur Saint-Pétersbourg

Je dépose mon avis et je gagne des Foxies

(50 caractères minimum) *
Votre photo doit respecter le poids maximal autorisé de 10 Mo
Rapport Qualité/Prix
Service
Originalité

    * champs obligatoires

    Pour soumettre votre avis vous devez vous connecter.

    Rejoignez la communauté

    * champs obligatoires

    Déjà membre ?

    Merci pour votre avis !
    • Bravo, votre compte a été créé avec succès et nous sommes heureux de vous compter parmi nos Membres !
    • Votre avis a été envoyé à notre équipe qui le validera dans les prochains jours.
    • Vous pouvez gagner jusqu'à 500 Foxies en complétant votre profil !