On a souvent comparé Kagoshima à Naples. Et en effet, la ville jumelée à la ville italienne, possède un certain nombre de ressemblances avec sa consoeur, dont la proximité de la mer et du volcan. Mais cette ressemblance s'arrête là !

Le Sakurajima dresse sa masse imposante devant la ville, qu'elle enveloppe de ses panaches de fumée et de cendres. Le fief de Satsuma tomba au XIIe siècle entre les mains du Daimyō Tadehisa Shimazu, fils de Yoritomo Minamoto, et cette famille se révéla énergique et curieuse. Eloignée d'Edo, Kagoshima allait parfaire sa réputation d'indépendance tout en favorisant les liens avec les étrangers. En 1549, Takahisa Shimazu accueillit François-Xavier et cinquante ans plus tard, son fils ramena des potiers coréens qui allèrent assurer à la province sa notoriété artistique. Le Daimyō organisera la piraterie dans les mers de Ryūkyū et de Chine. Les Shimazu essayèrent d'envahir tout le sud de Kyūshū, mais furent tenus à distance par Hideyoshi Toyotomi. Au XIXe siècle, les Shimazu prirent position en faveur de l'empereur, mais demeurèrent hostiles au commerce avec les étrangers. En 1863, l'amiral Kuper fit bombarder la ville en représailles d'un assassinat commis sur l'un de ses hommes, par des Japonais de Kagoshima.

Après la restauration de Meiji, le maréchal Takamori Saigō, qui faisait partie du gouvernement, décida de se retirer à Kagoshima, car il était hostile à l'ouverture du Japon à l'Occident. Il forma une école dissidente et fomenta la rébellion de Satsuma en 1877. Il s'empara de Kagoshima puis de Kumamoto, mais repoussé à Hyūga, il se replia à Kagoshima où il se fit seppuku au Shiro-yama. Une expédition punitive incendia la ville.

À voir / À faire à KAGOSHIMA

Organiser son voyage à KAGOSHIMA

Photos de KAGOSHIMA

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

18.95 €
2019-06-26
624 pages
Avis