La vallée de la Mort, c'est un Sahara d'environ 200 km de long sur 80 km de large. C'est aussi, avec une superficie de 13 350 km², le plus grand parc national des États-Unis. Si l'on prend en compte les routes secondaires et les pistes de terre, il offre près de 1 000 km de voies, au long desquelles sont disséminés une bonne trentaine de points d'intérêt. Outre de magnifiques espaces naturels, cet immense désert abrite des villages fantômes et des mines abandonnées, traces d'une époque où l'homme a tenté de dompter la nature hostile pour extraire non pas de l'or ou de l'argent comme il l'avait espéré, mais du borax.

Géologie

C'est à Badwater, au sud de Furnace Creek, que se trouvent réunis le point le plus bas des États-Unis (- 86 m) et aussi l'un des plus hauts, le Telescope Peak (3 368 m). Les fossiles retrouvés du côté de Panamint Mountains ont montré qu'une mer chaude et profonde couvrait la région à l'ère paléozoïque (-570 à -250 millions d'années). Cette mer s'est retirée vers l'ouest, suite à des mouvements tectoniques. Ces déformations ont donné à l'ère mésozoïque (-250 à -70 millions d'années) les superbes rochers actuels. À l'ère tertiaire (-70 à -3 millions d'années), la vallée de la Mort a été le siège d'une activité volcanique intense. Les premiers volcans sont apparus au nord-est du parc, se déplaçant jusqu'à Furnace Creek et aux Shoshones Mountains, et laissant des paysages de cendres et de minerais comme Artists Palette, ainsi que des dépôts de borax. Ce sont des mouvements récents (-3 millions d'années) entre différentes plaques qui ont lentement forgé les chaînes de montagnes et les vallées successives. L'érosion et les cours d'eau sont alors entrés en jeu, apportant des sédiments qui s'étagent sur près de 3 km d'épaisseur au niveau de Badwater. Lors du dernier grand âge glaciaire (10 000 ans avant J.-C.) et des petites périodes suivantes, c'est tout un système de lacs qui a recouvert la vallée. Avec le réchauffement de la planète, l'évaporation a laissé place à de vastes étendues de sel.

Histoire

Les premiers habitants de la vallée sont les Indiens Timbisha Shoshone, qui vivent aujourd'hui dans les Shoshone Mountains. Les premiers Européens sont arrivés lors de la Ruée vers l'or de 1848 à 1851. Les célèbres 49er, et le capitaine Hunt sont, d'après la légende, les premiers à avoir emprunté le chemin de la vallée de la Mort. Dès 1850, on découvre de l'or et de l'argent dans la vallée, mais leur exploitation ne commence que lors de la découverte des gisements de borax en 1883. Le minerai est transporté dans des wagons attelés d'une vingtaine de mules. Des villes-champignons poussent autour de la vallée, comme Skidoo et Rhyolite, mais le minerai s'épuisant rapidement, elles deviennent des villes fantômes. Bien que la vallée de la Mort retienne l'attention des parcs nationaux dès les années 1920 et que le président Hoover la décrète monument national en 1933, elle ne deviendra parc national qu'en 1994. Plus d'un million de touristes la visitent chaque année.

Climat

La vallée de la Mort est l'endroit le plus chaud et le plus aride de l'Amérique du Nord. Elle reçoit moins de 25 cm d'eau chaque année. L'air est sec et le ciel clair, avec parfois un léger voile nuageux. En été, les températures dépassent fréquemment les 48 °C à l'ombre. Le sol est alors, en moyenne, 40 % plus chaud que l'air. Durant l'hiver, de novembre à mars, les températures deviennent plus clémentes et des orages parfois assez violents peuvent éclater, rendant certaines routes impraticables.

Nature

À première vue, seuls quelques buissons épars, un cactus ici ou là et les Joshua Trees sur certaines pentes semblent pouvoir vivre dans ce paysage aride. Toutefois, l'écosystème de la Death Valley est extrêmement riche : plus de 900 espèces de plantes particulièrement adaptées à la rudesse de l'environnement poussent ici. Les animaux sont nombreux mais principalement nocturnes, tels le bobcat (lynx), le mountain lion (puma) ou le renard des sables, et vous aurez du mal à en apercevoir. Les parties escarpées sont le refuge privilégié du mule deer (cerf mulet) et du bighorne (mouflon). On trouve également des rongeurs, écureuils et rats, la tortue du désert, le lézard zébré et le lézard à cornes, des serpents et des scorpions, la chauve-souris, les corbeaux, et le roadrunner, oiseau à crête que l'on connaît mieux sous le nom de " bip-bip ". Un phénomène exceptionnel qu'on appelle le " superbloom " (qui peut se traduire en français par " super floraison ") peut aussi être observé parfois sur le site de la Death Valley. Ces dernières floraisons d'envergure incroyable ont eu lieu en 1998, 2005 et 2016. Cette dernière année, le superbloom est relié au phénomène El Niño qui a entraîné des pluies inhabituelles dans le parc. Des millions de fleurs ont commencé à recouvrir les sols désertiques du parc en janvier, pour le plus grand bonheur des rangers et des visiteurs.

Les lieux incontournables de DEATH VALLEY NATIONAL PARK

Photos de DEATH VALLEY NATIONAL PARK

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

14.95 €
2018-11-28
672 pages
Ailleurs sur le web
xiti
Avis