Le guide touristique ALGER du Petit Futé : Les plus d'Alger

Les plus d'Alger

La proximitéHaut de page

A peine 800 km séparent les côtes françaises et algériennes et il ne faut que 2 heures pour relier par avion les deux capitales. Alger est une destination toute proche, tant au niveau géographique que sur les plans historique et culturel. Certains s'amusent même à désigner Marseille comme étant la 49e wilaya d'Algérie ! Les liens entre les deux pays, tissés autour d'une histoire commune douloureuse, sont forts et résistent à toute rancoeur. Si l'Algérie est parvenue à préserver son identité malgré les diverses invasions et l'imposante présence du colonisateur, elle reste néanmoins intimement liée à la France. La pratique de la langue française, considérée par l'écrivain Kateb Yacine comme le " butin de guerre " des Algériens, en est un signifiant témoin.

Une situation d'exceptionHaut de page
Alger-centre, front de mer.
Alger-centre, front de mer.

Bâtie en amphithéâtre, sur un site exceptionnel prenant appui sur les collines du Sahel, Alger " la blanche " éblouit et séduit le voyageur arrivant par la mer. De ses hauteurs, elle domine l'une des plus belles baies du monde et offre, à de nombreux points de vue, des panoramas d'une beauté époustouflante. Alger peut se targuer d'être entouré de paysages variés : plaines, montagnes, forêts, plages de sable fin et criques à la beauté sauvage...

Une hospitalité légendaireHaut de page

Désintéressée et sans limite, l'hospitalité des Algériens est légendaire. Pourtant métropole bouillonnante de plus de deux millions d'habitants, Alger reste une capitale accueillante où règnent chaleur humaine et convivialité. Visiter Alger, c'est redécouvrir au détour d'une ruelle, dans un café, dans une échoppe ou lors d'un trajet en taxi la richesse des rapports humains, qui font tant défaut dans nos métropoles occidentales. On réapprend à se saluer, à discuter, à écouter les histoires du quartier, à accepter une invitation à déjeuner, à laisser le temps filer...

L'authenticitéHaut de page

En partie à cause de la décennie noire qui a paralysé le pays et certainement aussi à cause du pétrole, qui n'a pas poussé au développement des autres secteurs (même si c'est beaucoup moins vrai aujourd'hui avec la baisse des cours), Alger n'a pas suivi la frénésie touristique qui s'est emparée de ses capitales voisines. Ici, pas de grands complexes touristiques, pas de faux guides, pas d'attrape-touriste ni de vendeurs agaçants... Alger est resté une capitale authentique qui se laisse découvrir dans son jus. Reste à savoir jusqu'à quand, car si les cours du pétrole continuent de faire grise mine, l'or noir pourrait bien céder la place à la manne touristique que recèle l'Algérie, alors ne tardez pas trop à visiter le pays pour une vraie expérience authentique... Cuba est bien en train de s'ouvrir aux touristes américains ! Tout est possible en Algérie...

L'héritage culturelHaut de page
Mosquée Ketchaoua.
Mosquée Ketchaoua.

Ville millénaire convoitée, envahie, colonisée, Alger recèle les secrets de siècles d'histoires. A moins de cent kilomètres de la capitale, les sites antiques de Tipasa et Cherchell révèlent la prospérité de la région aux époques phénicienne et romaine. Au coeur de la ville, la mystérieuse Casbah, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, ses palais, mosquées et fontaines témoignent du génie architectural ottoman. Les somptueux immeubles haussmanniens longeant le front de mer et façonnant le centre-ville évoquent crûment l'impérialisme français, tandis que le Maqam Ech-Chahid (monument des martyrs) et l'imposant Hôtel Aurassi se dressent dans le paysage algérois comme les repères d'une Algérie libre et indépendante. Fabuleux laboratoire architectural, Alger fut le terrain de jeu des architectes les plus audacieux.

Une capitale en reconstructionHaut de page
Le Maqâm Echahid (monument aux Martyrs).
Le Maqâm Echahid (monument aux Martyrs).

Profondément touché par la décennie noire, Alger fut longuement engourdi par la peur et hanté par les fantômes du passé. Mais la capitale a oeuvré à sa reconstruction et elle est désormais sûre. En passe de redevenir une capitale dynamique, Alger s'ouvre au monde extérieur et attire les investissements étrangers, accueille de nombreuses manifestations internationales, finance de grands projets urbanistiques. La restauration de certains sites historiques et culturels à l'instar de la Citadelle, encore fermée au public, ou du Jardin d'Essai, rouvert depuis 2009, témoigne de la prise de conscience du patrimoine et du potentiel touristique de la capitale. L'ouverture, tant attendue, de la première ligne de métro en novembre 2011 a fait entrer Alger dans une ère nouvelle. La construction, en cours, du nouveau terminal à l'aéroport d'Alger qui va permettre d'accueillir 10 millions de passagers supplémentaires par an, dès 2018, est une autre preuve de ce dynamisme. Les centres commerciaux à l'européenne qui poussent comme des champignons à Alger et dans les environs depuis les années 2010, sont aussi un signal fort : Alger est désormais une capitale moderne, dynamique, où on trouve tout.

Ailleurs sur le web
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté