VIENNE - guide touristique du Petit Futé

Willkommen in Wien !

Entre riche passé et présent foisonnant, Vienne synthétise à elle seule de multiples courants. Sa situation stratégique en bordure de Danube, son histoire mouvementée, sa position à l'orée orientale de l'Europe en font une ville à l'atmosphère unique. Les langues slaves, hongroise et turque viennent se mêler à l'allemand tout en rondeurs parlé par les Autrichiens. La vieille ville, autour de laquelle les faubourgs se sont enroulés au cours du XXe siècle, marque encore le creuset culturel de la capitale et éblouit par son faste impérial. La cathédrale Saint-Etienne, joyau du gothique flamboyant, la Hofburg, monumental palais impérial, les multiples églises baroques et les cafés multi-centenaires trahissent un passé exceptionnel. Que penser du coup de génie de l'empereur François-Joseph qui, en faisant démolir les remparts de la ville, a permis de ceindre son coeur d'un ruban fastueux ? Le long du Ring, les palais et monuments s'enfilent comme les perles sur un collier : Opéra national, Musikverein, Rathaus, Parlement, théâtres, jardins, musée des Beaux-Arts, université et hôtels de luxe sont autant d'endroits à admirer et où flâner. Au-delà s'étendent les quartiers bobos de Neubau et de Mariahilf, les quartiers résidentiels de Josefstadt et de Wieden, l'ancien quartier juif de Leopoldstadt, qui recèlent tous de curiosités Jugendstil et permettent de partir sur les traces des plus grands compositeurs classiques. Beethoven, Mozart, Schubert, Haydn ou encore l'inoubliable Strauss et son Beau Danube bleu ont tous vécu à Vienne. Le pouls de la ville bat toujours au rythme de ces compositions célèbres, à travers les multiples concerts joués dans des salles ou des églises, ou dans sa formidable Haus der Musik.

Si les Viennois rendent hommage quotidiennement à leur passé glorieux en continuant de fréquenter les cafés et d'y déguster des pâtisseries légendaires, ils sont bien ancrés dans leur présent. La ville fourmille de projets d'art contemporain, de boutiques branchées, de cafés et de boîtes iconoclastes. Il n'y a qu'à faire un tour sous le Gürtel ou autour du canal du Danube pour voir la jeunesse relancer des coins oubliés et s'enivrer de nuits folles. Et pour se détendre et se mettre au vert, un trajet de tram suffit pour rejoindre les hauteurs de la ville et les Heuriger, des guinguettes où l'on sert le vin nouveau au milieu des vignes. Vienne possède de multiples facettes qui méritent plus d'un week-end pour en faire le tour.

L'équipe de rédaction

Remerciements chaleureux à : Talatah Favreau, Roxane Lamouille, Barbara Lenz, Patrick Maringe, Angela Schreiner, Florian Wiesinger, Albin Windbichler, Susanne Zanat pour leurs bons plans et leur enthousiasme.

VIENNE : les adresses futées

VIENNE : Idées de séjour

A pied, à vélo ou en transports en commun, Vienne se visite à son rythme et au gré de ses centres d'intérêt. Le séjour peut alors se décliner à l'infini sous forme de thèmes variés. Pour la plupart des visiteurs, Vienne reste la ville impériale, l'itinéraire classique est alors tout tracé. Mais il y a aussi la Vienne Belle Epoque, la Vienne branchée. Il y a la Vienne ouvrier, la Vienne des loisirs... On trouvera ci-dessous des pistes de thématiques à développer.

Séjour court : un week-end à VienneHaut de page

Deux jours dans la capitale autrichienne, c'est peu mais assez pour s'imprégner de l'atmosphère unique qui règne dans l'ancienne capitale impériale. On se focalisera sur l'Innere Stadt, la vieille ville et les quartiers fin XIXe de la ceinture ouest : 6e, 7e et 8e arrondissements.

Jour 1 : arrivée à Vienne. La première demi-journée vous permet de découvrir la vitrine architecturale de la capitale : le Ring. Les bâtiments qui s'enfilent le long du boulevard circulaire, parmi lesquels l'Opéra national, le palais de la Hofburg, les grands musées (Beaux-Arts et Histoire naturelle), le Parlement, la Grande Université, l'hôtel de ville, l'église votive, reflètent les époques baroque et historiciste. Puis, entrez dans le centre-ville, l'Innere Stadt (1er arrondissement) pour déambuler dans les rues les plus anciennes de la capitale. En son coeur, s'élève à plus de 300 m dans le ciel la cathédrale Saint-Etienne (Stefansdom), merveille de l'âge gothique. S'il n'est pas trop tard, visitez l'Albertina, le grand musée du centre qui concentre une collection d'art unique (impressionnistes, expressionnistes, dessins et gravures de la Renaissance...) récoltée par le prince Albert de Saxe-Teschen et son épouse Marie-Christine, fille de Marie-Thérèse. Le bâtiment vaut à lui seul le coup d'oeil.

Déjeuner dans un Beisl : restaurant populaire typique où le menu du jour, bon marché, se doit d'être accompagné par une bière ou un vin local.

Après avoir déjeuné, direction le Museumsquartier dans le 7e arrondissement. Ouvert en 2001, c'est l'un des plus grands complexes de musées au monde ! Au choix, visite du musée Léopold où l'art autrichien est particulièrement à l'honneur (vous y trouverez notamment des oeuvres signées Gustav Klimt et Egon Schiele), ou bien du Mumok, musée d'Art contemporain à l'architecture étonnante (basalte gris) qui retrace par sa collection différents courants de l'art moderne et contemporain international : Pop Art, Arte Povera, actionnisme viennois, etc.

Après la visite, on flânera dans ce complexe unique organisé autour de la vaste cour des anciennes écuries impériales, et pourquoi ne pas s'offrir un verre sur le toit du Mumok, pour voir Vienne d'en haut ?

On peut ensuite se promener dans les jolies rues du 7e arrondissement, dans le petit quartier Biedermeyer du Spittelberg.

Dîner dans un restaurant du centre-ville pour goûter par exemple au Tafelspitz accompagné de vin autrichien.

Jour 2 : le matin, petit déjeuner dans un café viennois du centre-ville : au menu, café et pâtisseries délicieuses. Elles sont ici appelées Mehlspeisen. Puis visite de Vienne côté Sécession (Art nouveau) : sur le superbe marché du Naschmarkt, avec vue sur la maison aux majoliques d'Otto Wagner. Remonter la Friedrichstrasse pour voir le Pavillon sécession, qui contient la fameuse Frise de Beethoven de Klimt. Puis continuer jusqu'à la Karlsplatz pour voir les pavillons de métro d'Otto Wagner. Visiter ensuite l'église Saint-Charles, un chef d'oeuvre baroque. Déjeuner dans un restaurant du 4e ou du 1er, type café ou brasserie.

L' après-midi, départ pour Schönbrunn, palais d'été de la dynastie Habsbourg, sorte de Versailles autrichien : grand château aux salles d'apparat vertigineuses (meubles, marqueteries, fresques, appartements impériaux). C'est ici que Sissi, François Joseph et leurs enfants passaient les beaux jours. Le domaine comprend aussi des jardins de toute splendeur dans lesquels on se baladera pour le reste de l'après-midi, si le temps est clément. Sinon, la visite continue à Schönbrunn avec le zoo, les serres royales, ou la serre aux papillons ! Dernier dîner soit à l'Orangerie du château, tout en musique, soit en ville au-dessus des toits de la capitale au restaurant Do & Co, juste en face de la cathédrale... On peut aussi se précipiter dans les villages périphériques de Grinzing ou Nussdorf pour dîner dans un Heuriger, taverne à vin transformée en restaurant à la bonne franquette. Vienne by night avant de grimper dans l'avion : 7e arrondissement (Burggasse) ou dans le 1er, triangle des Bermudes. On peut aussi passer une soirée à l'Opéra...

Séjour long : une semaine à VienneHaut de page

Jours 1 et 2 : suivre l'itinéraire du week-end expliqué ci-dessus.

Jour 3 : cap sur le Belvédère, musée logé dans le splendide palais construit pour le prince Eugène de Savoie qui abrite d'importantes oeuvres de Gustav Klimt. Vue sur la ville. Après un peu de détente dans les jardins du Belvédère. Après-midi au Prater : le plus grand parc de Vienne situé au nord-est de la capitale était jadis la réserve de chasse de l'empereur. Il abrite la célébrissime Grande Roue, de laquelle l'on s'offre en plus des sensations une belle vue sur la cité danubienne. Si l'on a réservé à l'avance une place (et bien à l'avance !), soirée à l'Opéra. Sinon, on peut toujours tenter d'arriver une heure avant la représentation, en espérant trouver une place assise ou debout à bas prix ! Si l'on parle allemand, le Burgtheater est l'une des meilleures scènes germanophones...

Jour 4 : visite du palais Hofburg. Immense résidence d'hiver des Habsbourg datant de l'époque baroque. On y entre par la Michaeler Platz au centre-ville pour en sortir sur le Ring. Outre les appartements royaux et le musée Sissi consacré à l'impératrice Elizabeth qui vient les compléter, la sublime Bibliothèque nationale et la salle des Trésors impériaux offrent des visites de grand intérêt. Snack dans un Würstelstand du centre-ville (stand à saucisses, typique) arrosé de bière. Après-midi libre dans le centre-ville : balade en calèche, achats de souvenirs sur le Graben, la rue la plus chic de la ville, découverte plus détaillée des parcs ou des ruelles, notamment autour de la Judenplatz. Ne pas se priver de café (au Café Central par exemple).

Jour 5 : le matin, visite du musée Liechtenstein dans le 9e arrondissement. Cette collection d'art privée est une des plus grandes au monde et contient des oeuvres de plus de quatre siècles de peinture, et bon nombre de chefs d'oeuvre (Cranach, Rubens, Van Dyck...). L'architecture du palais est elle-même grandiose, avec de somptueuses salles baroques. Déjeuner au restaurant du palais. Détour jusqu'à la station de métro de Spittelau pour voir de près l'incinérateur extravagant décoré par Hundertwasser. Retour en métro aérien et descente sur le Gürtel (Josefstädter Strasse). On peut déjeuner sur le pouce dans un Würstelstand de la Ceinture (Gürtal), ou dans un petit Beisl du 8e arrondissement, Josefstadt. Puis flânerie dans ce charmant quartier, avec ses superbes façades Belle Epoque, ses squares et ruelles agréables.

Après-midi shopping sur la Mariahilferstrasse dans le 7e arrondissement. A proximité, on peut visiter la maison de Haydn. Sortie dans le quartier branché de la capitale (7e et 8e) où se trouve la majorité des bars, ou un peu plus loin, sur le Gürtel, où se déplace la scène nocturne (station Thaliastrasse).

Jour 6 : le matin, visite du musée du père de la psychanalyse : Sigmund Freud. Il s'agit en fait du cabinet et de l'appartement privé dans lequel a officié et vécu Freud avec sa famille jusqu'en 1938, avant de s'exiler à Londres. La visite se poursuit avec le quartier juif, en regagnant le centre pour la visite des Musées juifs et de la synagogue de Vienne. Le premier sur la Dorotheergasse présente des expositions temporaires fort intéressantes, ainsi que des collections d'objets rituels antiques. Sur la Judenplatz, se trouve le deuxième Musée juif construit sur les ruines de la première synagogue de la ville (construite au XIIIe siècle), érigé en mémoire des juifs disparus dans l'horreur de la guerre. Le " Triangle de Bermudes " se constitue de l'ensemble des rues qui composaient le tout premier quartier juif de la capitale. Aujourd'hui, ces petites rues pavées grouillent de bars, restaurants et clubs où se retrouve la jeunesse de la capitale. En descendant sur le Josef Kai, l'animation est à son comble, on y passera une bonne soirée après un dîner dans le quartier.

Jour 7 : le matin, découverte du travail de l'artiste autrichien Hundertwasser, mi-écolo, mi-provocateur, disparu en 2000, qui a laissé dans le patrimoine viennois des bâtiments très représentatifs de sa griffe : des logements sociaux (Hundertwasserhaus, 3e), un musée conçu par lui et pour lui (KunstHaus) et une usine d'incinération des déchets de la ville (Spittelau, 9e). Rendez-vous sur l'île du Danube (Donau Insel) l'après-midi : activités sportives (vélo, voile, roller...), détente, dîner et fête sur le complexe Copa Cagrana qui rassemble un grand nombre de bars et discothèques, les pieds presque dans l'eau ! On peut aussi, plus authentique, prendre la direction des villages viticoles et déguster le délicieux Riesling (vin blanc) des Heuriger de Grinzing.

Séjours thématiquesHaut de page
Vienne à véloHaut de page

La capitale de l'Autriche se prête parfaitement bien aux balades à bicyclette : tout d'abord parce que la ville située aux contreforts des Alpes est plate comme une crêpe sur la majorité de sa superficie (du moins dans le centre), mais surtout parce que la mairie viennoise a déployé les grands moyens pour que les cyclistes soient les rois de la ville sans risquer de se faire écraser par quelques automobilistes. Ceux-ci disposent donc de leurs pistes, de leurs feux tricolores et de leurs droits. Gare aux piétons qui s'aventurent sur les pistes qui ne leur sont pas réservées ! De plus, Vienne a des allures de ville de province : dès que l'on quitte les quartiers urbains, on profite de ses forêts, marais, collines... que l'on n'a aucun mal à atteindre en vélo. Les distances à l'intérieur du Gürtel peuvent toujours être parcourues en moins d'une demi-heure. Seuls inconvénients : la pluie et le vent, mais sachez que ce n'est pas un obstacle pour les Viennois, il suffit de s'équiper. Vous trouverez des vélos en libre service (selon le système du Vélib parisien) un peu partout dans la ville ou des sociétés spécialisées qui louent des vélos ou organisent des circuits.

L’architecture moderne à VienneHaut de page

La ville de Vienne, jamais conservatrice, osant mêler patrimoine massif et innovations, offre de sérieux contrastes. Il est très intéressant de la visiter sous l'angle de ses réalisations contemporaines, qui se mêlent avec une rare harmonie dans le paysage urbain. Symboles d'une capitale européenne qui, tout en préservant son patrimoine historique, se veut résolument tournée vers le XXIe siècle. Voici deux idées d'itinéraire pour découvrir Vienne autrement :

De Haas Haus à Donau city. Récompensé pour son travail d'architecte, lors de l'attribution du prix Pritzker en 1985, Hans Hollein est sans conteste l'une des figures emblématiques de l'architecture moderne. Son oeuvre viennoise est impressionnante, mais son travail le plus connu se situe sur la place la plus centrale de Vienne. L'immeuble Haas Haus, dont la façade reflète la cathédrale Stephansdom est en effet visible sur la célèbre Stephansplatz. Cette galerie futuriste de verre et de métal a déchaîné les passions lors de sa construction. Un peu plus loin en direction du sud-ouest (Métro U1 puis U2), dans le 7e arrondissement, le Museums Quartier est une véritable réussite architecturale. Partant de là, il faut traverser le Palais impérial, puis longer le canal du Danube pour rejoindre les quartiers de Leopoldstadt ou Donaustadt et admirer les tours futuristes comme l'Uniqa Tower, le Tech-Gate et la Saturn Tower de la Donau-City (U1, jusqu'à l'arrêt Kaisermühlen) et la T-Center St. Marx (3e, Rennweg 97-99, S7, Tram 18, 71, Bus 74 A). Ces édifices, représentatifs de l'architecture moderne, ont été imaginés par des architectes de renommée internationale comme Heinz Neumann, Wilhelm Holzbauer et Günther Domenig.

Du MAK à Donau City. L'autre circuit proposé débute également dans le 1er arrondissement, au célèbre MAK - Musée des arts appliqués (Stubenring 5). Le MAK et ses bâtiments sont la résultante d'une étonnante succession de projets architecturaux. La liste des bâtisseurs ayant contribué à son aménagement est pour le moins impressionnante. L'année 1989 fut en effet l'occasion de confier aux architectes les plus en vue certains remaniements. Ainsi, la conception et l'organisation de l'espace ont été totalement repensées : Sepp Müller a dessiné la cage de verre reliant les deux bâtiments historiques et fut aussi chargé de réaliser les intérieurs des deux boutiques du musée - la librairie et le Design Shop. Walter Pichler dessina, quant à lui, la porte d'entrée ouvrant sur le jardin. Hermann Czech conçut le café-restaurant du musée (qui n'est pas seulement une réussite architecturale) et un autre groupe d'artistes esquissa l'entrée qui donne sur le Ring. Dans le même esprit, des artistes contemporains ont pris part à l'organisation de chacune des salles d'exposition.

Notre visite se poursuit jusqu'au 3e arrondissement pour admirer la plus farfelue des curiosités architecturales : Hundertwasser Haus - La maison de Hundertwasser (Kegelgasse et Löwengasse). En sortant du Métro U3 à Landstrasse, suivez les rails de tramway sur la droite et empruntez la Löwengasse pendant 15 minutes. Cette maison écologique fut conçue en 1983 par le très controversé et très habile peintre autrichien Hundertwasser. Une façade bariolée et délirante, des terrasses arborées, des niveaux inégaux et des fenêtres de formes différentes constituent un ensemble tout à fait surprenant. La cour intérieure est une pure merveille ! Un peu plus loin, la même ligne de métro (U3) conduit aux fameux gazomètres (www.wiener-gasometer.at). L'aventure des gazomètres remonte à 1899, lorsque l'ingénieur Theodor Hermann eut fini de construire ces deux immenses réservoirs de gaz. Déclarées inutiles fin 1986, puis fermées, les tours en brique connaissent une seconde vie dès 2001. Grâce à un projet de restructuration totale à laquelle l'architecte français Jean Nouvel participe, les tours abritent aujourd'hui commerces et appartements. Pour mettre fin à cet itinéraire, rendez-vous à Donau City (U1, jusqu'à l'arrêt Kaisermühlen) pour admirer cet immense complexe futuriste.

Notez que l'office du tourisme édite chaque année une brochure (en allemand et en anglais) sur l'architecture viennoise. Vous retrouvez les mêmes informations sur son site Internet (www.wienarchitektur.at) : tous les bâtiments majeurs de l'Art nouveau à l'architecture contemporaine sont recensés, autant dire que la liste est longue...

Vienne la mystiqueHaut de page

Capitale de la contre-réforme de l'empire catholique des Habsbourg au XVIIe siècle, Vienne possède un patrimoine religieux impressionnant. Au coeur de l'idéologie baroque et de la culture viennoise : le rapport à la mort. On peut effectuer une visite passionnante de la ville à travers ses charismatiques lieux de sépulture.

Premier rendez-vous, inévitable, dans le 1er arrondissement : la cathédrale Saint-Etienne. Première visite : les catacombes (visites guidées du lundi au samedi et le dimanche après-midi) où plusieurs évêques et empereurs ont été enterrés. C'est Joseph II qui interdit la poursuite des inhumations à cet endroit à la fin du XVIIIe siècle.

A voir absolument : la chaire, exécutée par Anton Pilgram (vers 1515), est d'une facture exemplaire, ornée de menus détails. L'auteur s'y est lui-même représenté (le fameux " Fenstergucker "), apparaissant à une fenêtre et contemplant son oeuvre et le monde.

La visite se poursuit à pied en direction du sud, en suivant Seitergasse, puis Tegetthoffstrasse jusqu'à la crypte des Capucins (Kapuzinergruft - Tegetthoffstrasse 2). Ici, reposent en paix bon nombre de membres de la famille impériale. La première, l'impératrice Anna (fin XVIIe) fut l'initiatrice de ce projet de grande chambre mortuaire, et le dernier, l'empereur François-Joseph qui y mourut en 1918 après avoir rendu les clefs du pouvoir. Les illustres Habsbourg tels Marie-Thérèse, François de Lorraine ou Sissi furent donc, à l'instar des Egyptiens, vidés de leurs viscères. Leur coeur fut déposé dans une urne, que l'on peut encore apercevoir au-dessus de certains tombeaux. Silence de mise !

Pour poursuivre le recueillement, prendre le tram S7 pour rejoindre le cimetière central (Zentralfriedhof, 11e, Simmeringer Hptstr. 234). C'est un peu le Père-Lachaise viennois ! Ouvert en 1874, ce grand parc parsemé de pelouses est traversé par un dédale d'allées ombragées circulant entre les pierres tombales. Un peu excentré mais néanmoins très agréable pour la promenade, on trouve au cimetière central les tombes des plus illustres Viennois : Schubert (inhumé ici en 1888 au n° 28 du groupe 32A), Beethoven (voisin de Schubert au n° 29), Mozart (enterré dans une fosse commune, mais célébré ici par un monument au n° 55). Si le coeur vous en dit et si vous avez un brin d'humour, vous pouvez vous rendre dans le musée des Pompes funèbres dans le 4e arrondissement.

Et pour poursuivre le pèlerinage, dans le 18e, au nord, on ira voir les premières pierres tombales de Schubert et Beethoven dans le Schubert-Park...

Vienne en musiqueHaut de page

La capitale autrichienne est la patrie de nombreux compositeurs de renom et les lieux de concert se comptent par dizaines. C'est un véritable paradis pour mélomanes. Pour prendre ses repères, commencez par explorer le Ring. De fin juin à fin septembre, l'Opéra de Vienne se visite avec une incursion sur la scène. Filez ensuite vers le Musikverein, la salle de concert où se tient le célèbre Concert du Nouvel An, et qui se visite également. En direction du Stadtpark, vos pas vous mèneront tout naturellement jusqu'au Wiener Konzerthaus, la salle de concert Art nouveau. Si vous y êtes en janvier, essayez d'obtenir un billet pour le festival Résonances, dédié aux musiques anciennes. Le Stadtpark rend hommage aux compositeurs viennois avec les statues de Johann Strauss, de Franz Schubert, d'Anton Bruckner, d'Andreas Zelinka ou Robert Stolz. Le jeu de piste pour trouver toutes les statues vous offrira une promenade bucolique dans un des parcs emblématiques de la ville. En pénétrant dans le coeur de la capitale, ne manquez pas de visiter la Haus der Musik, un incroyable musée dédié aux sons truffé d'installations interactives. Juste à côté, le MUK (Johannesgasse 4A), l'université dédiée à la musique et aux arts de la scène, propose parfois des concerts joués par les étudiants. N'hésitez pas à entrer pour vous renseigner sur leur programmation. Juste derrière le Stefansdom, dans l'étroite Domgasse, se trouve la maison où Mozart vécut de 1884 à 1887 et composa Les Noces de Figaro. Traversez la vieille ville à pied pour vous rendre à la maison de Beethoven, juste derrière l'église votive. En remontant vers le nord et le quartier d'Alsergrund, vous tomberez sur la maison natale de Schubert. Repiquez ensuite vers le sud et le quartier de Mariahilf pour visiter la maison où mourut Joseph Haydn. La traversée du quartier de Mariahilf vous mènera jusqu'à celui de Wieden, où Franz Schubert vécut les dernières années de sa vie. Prévoyez de faire une pause déjeuner au Naschmarkt voisin. La tournée des maisons de compositeurs s'achève par celle de Johann Strauss, à deux pas du Prater et de sa Grande Roue. C'est là qu'il composa le célèbre Beau Danube bleu qui fait toujours valser les Viennois. Un séjour dédié à la musique à Vienne ne s'entend pas sans assister à un ou plusieurs concerts : Opéra, Musikverein, Kursalon... il est possible d'obtenir des places debout en dernière minute. Vous ne verrez rien, mais vous entendrez tout. Il y a bien sûr de nombreux concerts dans les églises, surtout l'été ou pendant la période de l'Avent. Vous pouvez vous renseigner sur la programmation auprès du Stefansdom, de Peterskirche, de l'église Saint-Charles, ou à la Schubertkirche. La Malteserkirche donne des concerts d'orgue et trompette, l'église Saint-Ruprecht est spécialisée dans la musique ancienne et l'église Sainte-Anne offre des concerts de musique de chambre dans un cadre baroque de toute beauté. Enfin, en cerise sur le gâteau, il faut assister à la messe sacrée dans la chapelle du palais impérial, la Hofburg, le dimanche matin, où se produit la chorale des Petits Chanteurs de Vienne.

Voir plus d'idées de séjours

Autriche : Les villes remarquables

SALZBURG-SALZBOURG
GROSSGLOCKNER
GRAZ

VIENNE : Galerie photo

VIENNE : Actualité et reportage

Découvrez les oeuvres de Martha Jungwirth au musée Albertina à Vienne

L'une des artistes contemporaines autrichiennes les plus importantes, Martha Jungwirth travaillait principalement sur des oeuvres abstraites et représentationnelles. Son travail est très souvent présenté dans des expositions comme ce sera le cas au musée Albertina le mercredi 18 avril. Lors de cet évènement, les visiteurs trouveront des aquarelles...

Découvrez l'ambiance unique du Free Jazz au Wiener Rathauskeller

Le jeudi 19 avril, prenez note dans vos agendas : Stefan Haider, artiste de cabaret, dévoile son nouveau programme Free Jazz au restaurant Wiener Rathauskeller et son ambiance unique. L'artiste explique qu'il place l'improvisation au coeur de son programme, d'où Free Jazz. Durant les quelques pauses que le spectacle réserve, le restaurant propose...

Le pesto est fait maison à Vienne !

À une dizaine de minutes de Schottentor à Vienne, l'hôtel Donauwalzer prend ses repas très au sérieux : que ce soit pour le petit déjeuner ou les autres repas de la journée, les produits frais sont à chaque fois mis à l'honneur. Le pesto proposé lors des buffets, par exemple, est entièrement fait maison. La petite famille qui tient l'hôtel...
Ailleurs sur le web
Rejoignez la communauté Petit Futé en 1 clic
Suivez-nous sur
Participez
à la communauté

Toutes les bonnes adresses VIENNE