Guide de LONDRES : Population et langues

La population totale du Royaume-Uni s'élève à 66,57 millions d'habitants (estimation 2018) et celle de Londres à environ 8,8 millions (estimation 2018). La population londonienne est une population jeune comparée au reste du Royaume-Uni. L'explication de ce phénomène provient principalement du fait que nombre de jeunes viennent à Londres pour débuter leur carrière professionnelle et repartent dès qu'ils ont fondé une famille, agacés par le coût de la vie, le temps perdu dans les transports et le stress général de la vie dans cette immense métropole. La plupart des Londoniens sont d'origine anglo-saxonne. Londres a cependant toujours été une terre d'accueil pour de nombreux immigrés, ce qui fait d'elle une ville cosmopolite et multiculturelle.

Des communautés aux origines variées

Différentes vagues d'immigration eurent lieu au cours des derniers siècles. Ainsi au XVIIe siècle, ce sont les huguenots (protestants) fuyant les persécutions en France après la révocation de l'édit de Nantes qui trouvent refuge à Soho et dans l'East End. Ensuite ce sont les Irlandais poussés par la famine due à la raréfaction de la pomme de terre en 1840-1850, puis les Juifs de Pologne et de Russie fuyant les pogroms à la fin du XIXe siècle. Dans les années 1950, pour pallier le manque de main-d'oeuvre, c'est le gouvernement qui encourage la venue des populations des anciennes colonies pour travailler : Afrique, Antilles, Inde, Pakistan. Enfin depuis une vingtaine d'années, Londres accueille également de nombreux réfugiés kurdes, bosniaques, kosovars et somaliens. Contrairement à ce que pourrait nous faire entendre la décision des Britanniques par rapport à sa sortie de l'U.E, les chiffres révèlent que le pays ne souffre guère d'une crise de l'immigration comme le vivent les pays européens situés sur le bassin méditerranéen, au contraire, l'économie du Royaume-Uni repose en grande partie sur cette immigration. Plus d'un quart des Londoniens appartient à une minorité ethnique, faisant de la ville une véritable mosaïque, où les communautés se regroupent et s'organisent par quartier. Petit tour d'horizon...

La communauté bengalie s'est massivement installée à l'est de la City, notamment le long de Brick Lane. La communauté a ses magasins, ses restaurants et ses bars, à tel point que le quartier est souvent surnommé Benglatown.

La communauté indienne, elle, s'est plutôt installée à l'ouest, débordant dans les banlieues de Southall et Wembley.

La communauté juive est l'une des plus anciennes de la capitale. Les Juifs étaient installés au départ dans l'East End, avant de se regrouper aujourd'hui dans le quartier plus chic de Golders Green. Pas très loin, à Camden Town, se trouve le Jewish Museum où est retracée l'histoire de la communauté. Des promenades dans la ville sont organisées pour suivre les traces des immigrants juifs.

La communauté jamaïcaine et caraïbe est implantée dans le sud de Londres, notamment à Brixton, quartier réputé pour son marché aux couleurs caribéennes. Brixton était auparavant une sorte de ghetto mal famé qui, dans les années 1980, a entamé sa reconversion et est en train de devenir à l'heure actuelle un quartier branché, grâce notamment à ses nombreux clubs. Notting Hill a longtemps été le point de rencontre de nombreux immigrants venus des Caraïbes, notamment Trinidad et Tobago et c'est à ces communautés que l'on doit l'instauration du fameux Carnaval de Notting Hill dans les années 1960. Mais la flambée des prix dans le quartier a poussé ces populations hors de Notting Hill, bientôt remplacées par les expatriés plus fortunés, français notamment.

Londres possède un quartier chinois appelé Chinatown à quelques pas de Soho. Bien que relativement petit (si on le compare à celui d'une ville comme New York), Chinatown est un quartier très animé le soir et compte de nombreux restaurants et boutiques chinoises, et vous pouvez venir y manger copieusement à des prix très abordables.

La communauté française est estimée entre 300 000 et 400 000 qui ne sont pas forcément désireux de s'installer définitivement ici, mais qui veulent se tailler la part du lion avec à la clé une expérience et un salaire motivants. La Frog Valley, le quartier français, se situe à South Kensington, quartier cossu et ghetto français où l'on trouve le Lycée français, le consulat, l'Institut Ciné Lumière, de multiples librairies françaises et beaucoup, beaucoup de Français...

Avec l'accession des pays de l'Europe de l'Est à l'Union européenne, Londres a connu un flot de migrants est-européens presque intarissable. Il s'agit notamment de jeunes Polonais venus tenter leur chance dans la capitale européenne de l'argent. Disséminés dans la ville, ils ne sont pas pour autant désorganisés avec nombre de journaux gratuits en polonais, des réseaux de travail en tous genres.

Londres, sixième ville de France

C'est ce que Boris Johnson, l'ancien maire de Londres, répétait à l'envi même si cette affirmation n'est pas tout à fait exacte. On recense plus de Français à Londres qu'à Bordeaux, Nantes ou Strasbourg. Depuis longtemps, Londres compte une large communauté française - depuis les premiers migrants huguenots du XVIIe siècle dans l'East End. Mais depuis quelques années, elle s'est affranchie des limites bourgeoises de South Kensington pour se répandre dans l'Est londonien. Les nouveaux Français sont de jeunes actifs, bien souvent embauchés au sein de grandes banques ou dans les métiers créatifs comme la publicité. Pourquoi Londres ? Parce que les employeurs anglais sont réputés pour faire confiance aux jeunes talents, parce que le marché londonien est bien plus international que le français, et aussi bien moins bureaucratique. Dans l'attente de la date officielle du 29 mars 2019, à 23h (soit minuit heure de Paris) qui mettra fin à la suprématie du droit européen sur le droit national et intégrera dans le droit britannique les lois communautaires que Londres souhaite garder, les Français qui avaient choisi de s'expatrier outre-Manche pour travailler ne souhaitent pas tous y renoncer.

Adresses Futées de LONDRES

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis