Guide de TORONTO : Politique et économie

Politique
Structure étatique

L'Acte de l'Amérique du Nord britannique, document constitutionnel créateur de la Confédération canadienne de 1867, a instauré une division des pouvoirs entre deux types de gouvernement. Les dix provinces du Canada sont dotées chacune d'un gouvernement ayant des domaines réservés (éducation, santé, autres questions intérieures et locales) pour légiférer et sont contrôlées par un gouvernement central à Ottawa. Ce gouvernement fédéral, divisé en deux chambres, a régulièrement la tentation de s'immiscer dans des domaines qui ne sont pas dans ses attributions et ne relèvent que du pouvoir législatif des provinces. Constitutionnellement, ce gouvernement régit les Affaires étrangères, la Défense, le Commerce, les Transports, la Monnaie et le Droit pénal. Les Territoires sont supervisés par le ministère des Affaires autochtones et développement du Nord Canada (hormis le Nunavut qui s'est doté de son propre gouvernement inuit).

Les institutions canadiennes

Le Canada est une monarchie constitutionnelle, membre du Commonwealth, et reconnaît symboliquement comme chef de l'Etat la reine d'Angleterre, représentée par un gouverneur général à Ottawa. Le pouvoir véritable est entre les mains du Premier ministre (Justin Trudeau actuellement) et de son cabinet gouvernemental, constitué de membres de la majorité. Le mode de scrutin uninominal à majorité simple fait généralement alterner au pouvoir deux formations politiques. Le Parlement bicéphale est essentiellement constitué par la Chambre des communes qui y joue le rôle principal, tandis que la Chambre Haute, le Sénat, n'y a plus qu'un statut historique comme son modèle anglais, la Chambre des lords.

Le Canada est un Etat bipartite dans lequel seuls le Parti conservateur et le Parti libéral, actuellement au pouvoir, obtiennent suffisamment de voix pour obtenir une majorité représentative. Les élections de 2006 et 2008 ont mis en minorité le parti de Stephen Harper en laissant suffisamment de places aux deux autres partis importants du pays, le Nouveau Parti démocrate et le Bloc québécois. Toutefois, le pays a eu droit à un véritable coup de théâtre en mai 2011 alors que les Conservateurs ont obtenu la majorité aux élections (39,6 %) avec, comme parti d'opposition, le Nouveau Parti démocratique de Jack Layton (30,6 %). Les libéraux ont fait leur pire performance de l'histoire avec seulement 18,9 % alors que le Bloc québécois a pratiquement perdu tous ses sièges (6 %), y compris celui du chef, Gilles Duceppe. Toutefois en octobre 2015, les élections générales ont porté le Parti libéral de Justin Trudeau au pouvoir en tant que gouvernement majoritaire (39,4 %), alors que les conservateurs ont pris la place de l'opposition officielle (31,9 %).

Les institutions ontariennes

L'Ontario est gouverné par un Parlement provincial. Le premier magistrat est le lieutenant-gouverneur, nommé par le gouverneur général du Canada en conseil pour un mandat de cinq ans. Représentant de la Couronne britannique, le lieutenant-gouverneur a une fonction essentiellement honorifique. Le Premier ministre (Kathleen Wynne actuellement), qui est aussi le chef du parti au pouvoir, dirige le gouvernement et préside au Conseil exécutif. L'assemblée législative est monocamérale, sans chambre haute, avec 107 sièges représentant des circonscriptions élus selon le mode de scrutin uninominal à un tour à la grandeur de la province. Les députés sont normalement élus pour une période de cinq ans, mais le lieutenant-gouverneur, à la demande du Premier ministre, peut appeler une élection avant la fin du mandat. L'Ontario est représenté au national par 24 sénateurs nommés par le gouverneur général en conseil, et par 121 députés à la Chambre des communes, ces derniers ayant été élus au suffrage universel pour une période de cinq ans. Ottawa est le haut lieu de la politique dans le pays. Nombreux Premiers ministres qui ont gouverné le Canada sont d'ailleurs natifs de la province d'Ontario : Mackenzie King, Lester B. Pearson, ou encore l'ancien Premier ministre Stephen Harper.

Partis
Hôtel de ville de Toronto au crépuscule.
Hôtel de ville de Toronto au crépuscule.

Les trois principaux partis politiques de la province sont le Parti libéral de l'Ontario, le Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, et le Nouveau Parti démocratique de l'Ontario. Le Parti traditionaliste chrétien, le Parti de la coalition des familles de l'Ontario et la section ontarienne du Parti vert, par exemple, ont déjà gagné quelques votes, mais n'ont jamais obtenu de sièges à la législature. Lors des élections de 2011, le gouvernement libéral du Premier ministre ontarien Dalton McGuinty est élu pour un 3e mandat consécutif, mais toutefois minoritaire. Suite à l'annonce de sa démission en octobre 2012, Kathleen Wynne est élue à chefferie du parti le 11 février 2013. Elle devient la première femme Première ministre de l'Ontario et la première personne ouvertement homosexuelle à occuper cette fonction. Aux dernières élections provinciales, soit en juin 2014, son parti est reporté au pouvoir. Sur les 107 sièges que compte l'Assemblée législative, son parti en détient 59, les autres étant divisés entre le Parti progressiste-conservateur (28) et le Nouveau Parti démocratique (20).

Au niveau municipal, le Conseil municipal de Toronto est le corps dirigeant de la ville. Il vise à assurer la cohérence des activités municipales : les finances, le plan stratégique et les grandes orientations en matière d'aménagement, de culture, de loisirs et de développement économique et communautaire. Le conseil est composé de 45 représentants, soit le maire et 44 conseillers de ville. Ces conseillers doivent également siéger sur les différents comités et conseils communautaires du quartier dans lequel ils ont été élus. Comme la plupart des autres grandes villes canadiennes, mais contrairement à Montréal par exemple, Toronto n'a pas de partis politiques. Les dernières élections municipales ont eu lieu le 27 octobre 2014.

Enjeux actuels

Après avoir connu une année politique 2013 agitée - les frasques de l'ancien maire de Toronto, Rob Ford, ont secoué l'actualité - la mairie semble avoir retrouvé la voie de la " normalité ". John Tory, conservateur modéré, est devenu en 2014 le nouveau chef du City Hall. Depuis deux ans, ce dernier s'est lancé dans un vaste projet de restructuration des transports publics et de la circulation, secteur connu comme étant la première préoccupation des Torontois.

Début 2017, John Tory a ainsi annoncé son intention de mener à bien l'ambitieux projet immobilier de " Don River Valley Park ". Au nord-est de la ville, ce vaste plan d'aménagement prévoit de s'étendre sur une surface de plus de 9 hectares. Afin de pourvoir à son financement - la mairie a en effet acquis la réputation de lancer de grands projets sans nécessairement savoir comment les financer - le maire propose l'instauration de péages sur la Gardiner Expressway et la Don Valley Parkway. Le projet suscite un vif débat, notamment avec le gouvernement provincial qui y est peu favorable.

Se pose donc aujourd'hui un défi majeur pour les urbanistes et politiciens. Comment le visage de Toronto va-t-il se transformer ? Et comment la ville va-t-elle faire face aux nouvelles données démographiques qui prévoient un pic démographique majeur d'ici 2040 ?

Économie

Capitale économique du Canada, Toronto représente 10 % de son PIB (en 2013). La ville a toujours basé sa croissance sur la diversification de son économie, ce qui lui a notamment permis de limiter les effets de la crise de 2008, même si celle-ci n'a pas épargné ce centre financier parmi les plus actifs de la planète. La ville, qui fut un centre d'échanges important dès les premières heures de son histoire, s'appuie à la fois sur ses ressources naturelles, ses capacités industrielles et ses compétences dans les services financiers et commerciaux.

Principales ressources

La ville a amorcé dernièrement un virage économique majeur pour se concentrer sur les industries orientées vers l'exportation et celles de l'innovation et des nouvelles technologies. Ainsi, Toronto est considérée comme un leader mondial dans les communications satellite et les réseaux de distribution de données. Les cinq principales industries manufacturières sont l'équipement de transport, des produits métallurgiques, de la transformation des aliments, des produits chimiques et des produits électriques et électroniques. Les principales exportations incluent les automobiles et pièces automobiles, la machinerie, les produits électriques, les métaux et les matières plastiques. Dans le secteur tertiaire, les principales industries sont les finances, les assurances et l'immobilier, les services professionnels et les soins de santé.
Depuis 2015, selon le Global Financial Centres Index (GFCI), Toronto est devenu le deuxième centre financier d'Amérique du Nord après New York et dépassant ainsi Chicago, avec 251 000 personnes travaillant dans ce secteur. Le centre-ville abrite les sièges sociaux des cinq plus grandes banques du Canada, et les sièges locaux de 50 banques internationales différentes. Le TSX (Toronto Stock Exchange) est le plus grand marché boursier du Canada, et le 6e au monde. On trouve également à Toronto les sièges des 6 plus grandes compagnies d'assurances du pays, représentant 90 % des biens liés à l'industrie. En 2016, selon la 7e édition de l'étude Cities of Opportunity du cabinet PwC qui analyse les performances économiques, sociales, culturelles et environnementales de 30 grandes villes mondiales, Toronto se place 3e derrière Londres et Singapour.

Place du tourisme

Le secteur du tourisme est certainement l'un des meilleurs exemples de la bonne santé de l'économie torontoise. Le dollar canadien " bon marché " attire ses proches voisins, les États-Unis, mais aussi les touristes internationaux. Ce taux de change, avantageux pour le voyageur, a ainsi fait grimper en 2016 le secteur du tourisme de 3 %. Selon les dernières données disponibles (2015), la région de Toronto a accueilli près de 40 millions de visiteurs séjournant au moins une nuit. En 2011, ce chiffre s'élevait à 10 millions. Le secteur emploie 329 000 personnes (selon des chiffres de 2013) de manière directe ou indirecte dans les structures liées à l'accueil des touristes. Si les points d'intérêt comme la Tour CN ou le Rogers Center attirent les visiteurs, ils viennent également pour les nombreuses options en termes de divertissement qu'offre la ville, troisième plus important centre théâtral au monde après Londres et New York. Toronto est également reconnu comme un haut lieu du shopping grâce au Eaton Center et aux nombreux autres centres commerciaux de la ville et de sa périphérie.

Enjeux actuels

Le temps où l'économie ontarienne reposait presque uniquement sur ses ressources agricoles et minières est bien révolu. La province, comme le reste du pays, évolue maintenant dans une économie qui privilégie l'innovation et la technologie. C'est ce que les dirigeants canadiens appellent le passage vers l'économie du savoir. La majorité des Canadiens travaillent dans des bureaux plutôt que sur des fermes ou dans des mines. En fait, 75 % de la population travaille dans l'industrie des services. Ce secteur génère les deux tiers du produit intérieur brut.

Par ailleurs, depuis 2015, Toronto connaît un sursaut économique. Selon les pronostics de la chambre du commerce de l'Ontario (parus fin 2016), l'année 2017 devrait voir l'augmentation du nombre d'emplois (en constante hausse depuis 2015) se doubler d'une diminution du taux de chômage qui pourrait passer sous la barre des 7 %. Toutefois, toujours selon des prévisions, la croissance économique devrait ralentir, passant de 3,5 % en 2016 à 2,2 % d'ici 2019.

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
  • Réservez un ferry
  • Location de moto
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Location de vacances
  • Votre logement Airbnb
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
Sur place
  • Activités Funbooker
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Activités Airbnb

Adresses Futées de TORONTO

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end bien être pour 2 personnes en Auvergne !

Profitez d'une parenthèse enchantée pour 2 personnes en Auvergne avec Aiga Resort.