Petit Futé
Français
  • Français
  • English
  • Español

Cap-Haïtien est parfois surnommée le "Paris des Antilles" pour son ambiance plus latine que les autres villes du pays. Pour cette raison, elle est une destination prisée des Haïtiens aisés de Port-au-Prince. Aussi appelée, plus familièrement, Le Cap, elle est la seconde ville du pays et l'une des plus dynamiques, avec son port très actif et son aéroport international qui assure des liaisons directes et régulières avec les Etats-Unis. A l'inverse d'autres provinciaux qui attendent tout de la capitale, les Capois, ont appris à vivre loin de Port-au-Prince et ne s'en portent pas plus mal.

Histoire

Des flibustiers, douze frères de la Côte en provenance de la Tortue, s'installèrent en 1670 sur un site où avaient sans doute déjà vécu des Espagnols. Ces derniers reconnurent officiellement la mainmise de la France sur la partie occidentale de Saint-Domingue par le traité de Ryswick en 1697, date à laquelle on procéda au premier tracé de la ville - plan en échiquier - qui privilégia la baie appelée alors Petite-Anse, au détriment de l'ancien emplacement du Bas-du-Cap, entièrement détruit par les flammes trois ans auparavant.

Le Cap-Français - c'est alors son nom - devint rapidement la ville la plus prospère et la plus importante de la colonie, en dépit des nombreux incendies et séismes qui la frappèrent. Cette ville et sa région servirent de cadre à des événements majeurs de la guerre d'indépendance : cérémonie de Bois-Caïman, arrivée de Sonthonax, débarquement de l'expédition Leclerc, bataille décisive de Vertières. Ajoutons que Toussaint Louverture fut esclave sur l'habitation Bréda et que le futur roi Henri Christophe travailla dans une auberge du Cap. Quelques années plus tard, il se fit couronner dans cette ville, la rebaptisa Cap-Henry mais lui préféra son palais de Sans-Souci.

Le déclin relatif du Cap peut s'expliquer par le choix que le nouvel Etat haïtien fera en prenant Port-au-Prince pour capitale ainsi que par le tremblement de terre de 1842 qui détruisit la quasi-totalité de la ville et entraîna la mort des deux tiers de ses habitants.

A la fin du XIXe siècle, la ville connaît un bel essor : on construisit un pont la reliant à la plaine du Nord (pont Hyppolite, 1877 - du nom d'un président d'origine capoise), un wharf plus moderne, un marché de fer et de fonte (marché de Cluny, 1897), et l'on transforma les anciennes casernes en hôpital. L'occupation américaine se traduisant dans les campagnes par le rétablissement de la corvée et l'implantation de grosses entreprises agroalimentaires, le Cap dut faire face à un afflux massif de paysans qui vinrent gonfler les quartiers populaires, tandis que la bourgeoisie gagnait les zones du Bel-Air et du Haut-du-Cap.

Que visiter au CAP-HAÏTIEN ?

Organiser son voyage au CAP-HAÏTIEN
Transports
Réservez vos billets d'avions
Location voiture
Taxi et VTC
Location bateaux
Hébergements & séjours
Tourisme responsable
Trouver un hôtel
Location de vacances
Echange de logement
Trouvez votre camping
Services / Sur place
Assurance Voyage
Réservez une table
Activités & visites
Voyage sur mesure

Les circuits touristiques au CAP-HAÏTIEN

Photos du CAP-HAÏTIEN

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

4.95 €
2019-01-23
144 pages
Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un séjour en Auvergne et 2 pass 3 jours pour le Festival Les Nuits de Saint-Jacques !

Profitez d'un week-end festif en pleine nature avec l'Office du Tourisme du Puy-en-Velay