Guide de MUMBAI : Population et langues

Population. L'Inde est probablement le pays où le mélange des populations et des ethnies est le plus grand et Mumbai, avec ses 22 millions d'habitants, est la ville le plus représentative de ce panachage. La population de l'Inde se compose de nombreux et différents groupes ethniques. Aux diverses périodes de la longue histoire du sous-continent, des vagues successives de colons et d'envahisseurs, incluant Arya, Parthes, Grecs et Afghans, populations d'Asie centrale, ont afflué dans le pays et se sont mêlés à la population locale, ce qui explique la diversité de ses types raciaux, de ses cultures et de ses langues. L'Inde est le 2e pays le plus peuplé du monde (1,324 milliard), elle dépassera la Chine en 2020. La population croît d'environ 1,5 % par an. On estime que 72 % de la population vit dans la campagne. Mumbai (Bombay) a la population la plus nombreuse (environ 17 millions, 22 millions si on intègre la périphérie), suivi par Delhi, Kolkata (Calcutta) et Chennai (Madras). L'État le plus densément peuplé est le Bengale occidental, avec 770 personnes/km2, suivi par le Kerala avec 751 personnes/km2. La population s'est accrue de 36 % entre 1991 et 2001. On pense que le taux de croissance va diminuer dans les prochaines décennies, mais avec une population qui va néanmoins continuer à augmenter et devrait dépasser celle de la Chine vers 2020.

Un autre classement de la population est soigneusement tenu à jour par le recensement national : celui concernant les hors castes (intouchables ou dalits) et les " tribus répertoriées " (scheduled tribes).

En 1991, les plus grandes concentrations d'intouchables vivaient dans les États de l'Andhra Pradesh (10,5 millions), du Tamil Nadu (10,7 millions), du Bihar (12,5 millions), du Bengale Occidental (16 millions) et de l'Uttar Pradesh (29,3 millions). Ensemble, ils représentaient environ 139 millions de personnes, soit plus de 16 % de la population totale de l'Inde. Les membres d'une tribu répertoriée représentaient seulement 8 % de la population totale (environ 68 millions). Ils étaient en grand nombre dans l'Odisha (7 millions), le Maharastra (7,3 millions) et le Madhya Pradesh (15,3 millions). En proportion, cependant, les populations des États du nord-est comportaient les plus grandes concentrations de populations tribales. D'autres concentrations importantes existaient au Dadra et au Nagar Haveli, avec 79 % de la population appartenant à une tribu répertoriée, et dans l'archipel des Laquedives, avec 94 %.

Des politiques de discrimination positive permettent cependant aux intouchables et aux populations tribales de bénéficier de sièges réservés dans les parlements, de places dans les universités et d'emplois dans la fonction publique.

Langues. On parle en Inde plus de 1 600 langues et dialectes divisés en plusieurs familles linguistiques. Les plus importantes et reconnues comme officielles sont les langues dravidiennes au sud (Telugu, kannada, tamoul, malayalam), indo-européennes au nord (kashmiri, punjabi, ourdou, hindi, gujarati, rajasthani, bengali, oriya, assamais, bihari, marathi). Les langues dravidiennes sont les langues maternelles d'environ un quart de la population indienne. Bien qu'environ 80 % des locuteurs vivent à l'intérieur des limites de ces quatre États indiens, on a pu également identifier la présence d'un certain nombre de langues dravidiennes dans d'autres parties de l'Asie du Sud.

À Mumbai, on parle principalement le marathi, l'hindi, l'anglais et le Mumbaiyya, une sorte d'argot local, mélange d'hindi, d'anglais, de gujarati, de marathi, de konkani et d'ourdou, très difficile à comprendre pour qui n'est pas natif de la ville. À Goa on parle principalement le konkani mais l'anglais est aussi largement pratiqué.

Adresses Futées de MUMBAI

Où ?
Quoi ?
Avis