Guide de MUMBAI : Argent

Monnaie

L'unité monétaire est la roupie indienne ou rupee (Rs). 1 roupie est divisée en 100 paises. Il existe des billets de 2 000, 500, 100, 50, 20, 10 et 5 Rs (ces derniers étant de plus en plus rares). Les pièces sont de 10, 5, 2 et 1 Rs. Les nouveaux billets de 1 000 roupies devraient être injectés courant 2018.

Les billets en trop mauvais état ou déchirés ne sont pas valables, refusez-les dans la mesure du possible car vous aurez du mal à les écouler. Cependant, la State Bank of India et la Reserve Bank of India, présentes dans les grandes villes, acceptent de les échanger.

Vérifiez la monnaie qui vous est rendue et évitez les grosses coupures, de nombreux faux étant en circulation dans le pays.

Important

L'importation et l'exportation de la monnaie locale sont interdites. Au moment de leur arrivée dans le pays, les voyageurs internationaux peuvent être en possession de moyens de paiement allant jusqu'à 10 000 US$, à condition que la somme d'argent liquide n'excède pas 2 500 US$. Si le montant total dépasse 10 000 US$, la monnaie étrangère devra être déclarée à l'aéroport international. Au moment du change, vous devrez signer un formulaire de déclaration de change et on devra vous délivrer un certificat. Le formulaire et le certificat devront être présentés au moment de votre départ d'Inde afin que vous puissiez de nouveau changer les roupies qui vous restent en monnaie étrangère. Voilà pour la partie théorique car, en réalité, les douanes ne vérifient pas si vous sortez des devises indiennes. Mais vous n'êtes pas à l'abri de tomber sur un inspecteur zélé...
Les commerçants, hôtels ou restaurants locaux n'acceptent pas de monnaie étrangère. Vous devez impérativement régler vos achats en roupies.

Taux de change

1  € = 76,25 Rs (au 1er décembre 2017). Attention, l'inflation est très forte en Inde (plus de 5 % par an).

Coût de la vie

S'il n'est vraiment pas élevé, on remarque que le coût de la vie en Inde augmente de façon assez importante. Il est naturellement plus coûteux de manger et dormir en ville que dans les régions reculées. Les hôtels peuvent également être chers dans des villes moyennes assez peu touristiques. La nourriture est très peu chère, on mange très bien pour 200 Rs en moyenne, mais les prix montent très vite dans les restaurants situés dans les sites touristiques, à Goa notamment. Un thé vaut environ 10 Rs, une boisson gazeuse de 20 Rs à 30 Rs. Une bouteille d'eau (1 litre) coûte 20 Rs, et une bière de 65 cl entre 100 Rs et 150 Rs. L'essence est chère, comparativement au niveau de vie : à peu près 65 Rs le litre.

Le coût de la vie à Bombay est cependant nettement plus chère. Vous trouverez des hôtels relativement bon marché (méfiez-vous cependant de ceux qui facturent moins de 1 000 Rs la chambre), mais il conviendra de réserver à l'avance pour éviter les déconvenues. Pour la nourriture, la fourchette de prix est vaste : du vendeur de rue au restaurant le plus chic, vous trouverez de quoi vous sustenter quel que soit votre budget. Enfin les transports sont très accessibles, avec la palme pour le train local, idéal pour traverser cette mégalopole, dont le billet en 2e classe ne dépasse pas les 30 Rs, même pour les trajets relativement longs (Bombay s'étale sur presque 50 kilomètres !).

Budget

Avec 30 € par jour, vous pourrez séjourner à Bombay mais dans des conditions spartiates : il vous faudra dormir dans les guesthouses les moins chères, dans une petite chambre sans fenêtre et au lit souvent dur comme du bois, voyager dans les bus ou les trains de seconde classe et manger uniquement des plats basiques dans la rue ou dans les restaurants locaux.

Avec 30-60 €, vous pourrez dormir dans des hôtels de catégorie moyenne, aller régulièrement au restaurant, voyager sans compter les kilomètres, prendre des taxis et vous offrir des extras de temps à autre. C'est un budget qui vous permettra de passer un séjour très confortable.

Au-delà de 90 € par jour, vous pourrez descendre dans des hôtels et des restaurants chics et prendre l'avion sur des lignes intérieures.

Les magasins d'artisanat gérés par le gouvernement (les emporiums) sont les plus économiques, les prix étant fixes et la qualité des produits certifiée. Ailleurs, comparez soigneusement les prix dans plusieurs boutiques avant de faire votre choix. Le marchandage est l'indispensable plaisir qui accompagne toute transaction. Lors de vos achats, acceptez l'idée que vous aurez à payer plus que les autochtones. Si possible, faites-vous accompagner par un Indien.

Banques et change

Les banques indiennes sont le plus souvent ouvertes du lundi au vendredi de 10h à 14h, le samedi de 10h à 12h. Les principales banques sont State Bank of India, ICICI, Bank of Baroda, HDFC, Federal Bank.

Les restaurants et les commerces ne sont pas autorisés à être payés en monnaie internationale. Lors des opérations de change, n'oubliez pas de toujours demander un reçu, vous pourriez en besoin quand vous changerez vos roupies au moment de quitter l'Inde.

Mieux vaut s'arranger pour avoir des euros en liquide, maintenant plus populaires que les dollars. Les bureaux de change sont très nombreux, renseignez-vous aussi dans les hôtels qui peuvent souvent vous changer de l'argent et même vous faire des prix sur les chambres si vous avez des euros. Le meilleur taux de change est proposé par les banques du gouvernement, par ailleurs souvent peu efficaces, avec un personnel quelque peu léthargique quand il s'agit de répondre aux demandes du voyageur international. Si vous vous adressez à des changeurs de rue, vous risquez d'être arnaqué. Les petites localités à l'écart des circuits touristiques ne possèdent généralement pas de services de change. Certains bureaux de change dans des villes très touristiques peuvent offrir un taux attractif. Notez également que les frais de change peuvent être multipliés par cinq d'un bureau de change à un autre (ces frais sont souvent déjà inclus dans le taux de change affiché) en France comme à l'étranger. Préférez donc la carte bancaire. Pour les retraits mais aussi les paiements par carte, le taux de change utilisé pour les opérations s'avère généralement plus intéressant que les taux pratiqués dans les bureaux de change. (À ce taux s'ajoutent des frais bancaires.)

Carte bancaire

Si vous disposez d'une carte bancaire (Visa, MasterCard, etc.), inutile d'emporter des sommes importantes en espèces. Dans les cas où la carte n'est pas acceptée par le commerçant, rendez-vous simplement à un distributeur automatique de billets.

En cas de perte ou de vol de votre carte à l'étranger, votre banque vous proposera des solutions adéquates pour que vous poursuiviez votre séjour en toute quiétude. Pour cela, pensez à noter avant de partir le numéro d'assistance indiqué au dos de votre carte bancaire ou disponible sur internet. Ce service est accessible 7j/7 et 24h/24. En cas d'opposition, celle-ci est immédiate et confirmée dès lors que vous pouvez fournir votre numéro de carte bancaire. Sinon, l'opposition est enregistrée mais vous devez confirmer l'annulation à votre banque par fax ou lettre recommandée.

Conseils avant départ. Pensez à prévenir votre conseiller bancaire de votre voyage. Il pourra vérifier avec vous la limitation de votre plafond de paiement et de retrait. Si besoin, demandez une autorisation exceptionnelle de relèvement de ce plafond. Notez que des retraits de 10 000 Rs représentent une somme conséquente en Inde.

Nota Bene

Soyez vigilants quand vous confiez votre carte de crédit à un commerçant. Aussi sympathique et honnête qu'il vous paraisse, ne quittez pas votre carte des yeux. Il y a eu plusieurs cas de fraude récemment, aussi la vigilance est-elle de rigueur.

Pour commencer votre séjour dans le pays, vous seriez bien inspiré de vous arrêter à la réception de votre hôtel et de demander qu'on vous fasse la monnaie de quelques billets de 10 et 20 roupies, pour d'éventuels pourboires...

Gardez des petites coupures et des pièces de monnaie à portée de main afin de payer les transports locaux (bus, rickshaws...) et les menus achats quotidiens, les commerçants étant souvent dépourvus de monnaie. De plus, si vous marchandez, il est assez malvenu ensuite de payer avec un gros billet...

Évitez les grosses liasses de billets. Il est bon d'être discret, non seulement par décence mais aussi pour des raisons de sécurité évidentes. Lorsque vous dormez dans les trains, ayez votre argent sur vous et non dans vos sacs. De façon générale, évitez d'avoir trop d'espèces sur vous. Celles-ci pourraient être perdues ou volées sans recours possible. Préférez payer avec votre carte bancaire quand cela est possible. Les frais sont moindres que pour un retrait à un distributeur et la limite des dépenses permises est souvent plus élevée.

Retrait

Pour commencer votre séjour dans le pays, vous seriez bien inspiré de vous arrêter à la réception de votre hôtel et de demander qu'on vous fasse la monnaie de quelques billets de 10 et 20 roupies. Les petites coupures vous serviront à payer les transports locaux (bus, rickshaws...), d'éventuels pourboires et les menus achats quotidiens, les commerçants étant souvent dépourvus de monnaie. De plus, si vous marchandez, il est assez malvenu ensuite de payer avec un gros billet...

Trouver un distributeur. Les plus grandes banques disposent de distributeurs automatiques juste devant ou dans un centre commercial aux alentours. Présents dans la plupart des villes de l'Inde du Sud, à l'exception des petites bourgades, les distributeurs fonctionnent 24h/24. Pour connaître celui le plus proche, des outils de géolocalisation de distributeurs sont à votre disposition. Rendez-vous sur visa.fr/services-en-ligne/trouver-un-distributeur ou sur mastercard.com/fr/particuliers/trouver-distributeur-banque.html.

Utilisation d'un distributeur anglophone. De manière générale, le mode d'utilisation des distributeurs automatiques de billets (" ATM " en anglais) est identique à la France. Si la langue française n'est pas disponible, sélectionnez l'anglais. " Retrait " se dit alors " withdrawal ". Si l'on vous demande de choisir entre retirer d'un " checking account " (compte courant), d'un " credit account " (compte crédit) ou d'un " saving account " (compte épargne), optez pour " checking account ". Entre une opération de débit ou de crédit, sélectionnez " débit ". (Si toutefois vous vous trompez dans ces différentes options, pas d'inquiétude, le seul risque est que la transaction soit refusée). Indiquez le montant (" amount ") souhaité et validez (" enter "). A la question " Would you like a receipt ? ", répondez " Yes " et conservez soigneusement votre reçu.

Frais de retrait. L'euro n'étant pas la monnaie du pays, une commission est retenue à chaque retrait. Les frais de retrait varient selon les banques et se composent en général d'un frais fixe d'en moyenne 3 euros et d'une commission entre 2 et 3 % du montant retiré. Certaines banques ont des partenariats avec des banques étrangères ou vous font bénéficier de leur réseau et vous proposent des frais avantageux ou même la gratuité des retraits. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire. Notez également que certains distributeurs peuvent appliquer une commission, auquel cas celle-ci sera mentionnée lors du retrait.

Cash advance. Si vous avez atteint votre plafond de retrait ou que votre carte connaît un disfonctionnement, vous pouvez bénéficier d'un cash advance. Proposé dans la plupart des grandes banques, ce service permet de retirer du liquide sur simple présentation de votre carte au guichet d'un établissement bancaire, que ce soit le vôtre ou non. On vous demandera souvent une pièce d'identité. En général, le plafond du cash advance est identique à celui des retraits, et les deux se cumulent (si votre plafond est fixé à 500 €, vous pouvez retirer 1 000 € : 500 € au distributeur, 500 € en cash advance). Quant au coût de l'opération, c'est celui d'un retrait à l'étranger.

Paiement par carte

Notez que lors d'un paiement par carte bancaire, il est possible que vous n'ayez pas à taper votre code PIN (de l'anglais Personal Identification Number). Une signature (parfois électronique) et votre pièce d'identité vous seront néanmoins souvent demandées, même si vous tapez votre PIN.

Acceptation de la carte bancaire. Le paiement par carte bancaire est en expansion dans toute l'Inde. Dans les grandes villes et les grands hôtels, il est accepté et sécurisé. Les détenteurs de cartes de crédit internationales seront rassurés de savoir que la plupart des hôtels, restaurants et autres prestataires de services touristiques (compagnies aériennes, agences de voyages, location de véhicules) acceptent ce mode de paiement.

Frais de paiement par carte. Hors zone Euro, les paiements par carte bancaire sont soumis à des frais bancaires. En fonction des banques, s'appliquent par transaction : un frais fixe entre 0 et 1,2 € par paiement, auquel s'ajoutent de 2 à 3 % du montant payé par carte bancaire. Le coût de l'opération est donc globalement moins élevé que les retraits à l'étranger. Renseignez-vous auprès de votre conseiller bancaire.

Transfert d'argent

Avec ce système, on peut envoyer et recevoir de l'argent de n'importe où dans le monde en quelques minutes. Le principe est simple : un de vos proches se rend dans un point MoneyGram® ou Western Union® (poste, banque, station-service, épicerie...), il donne votre nom et verse une somme à son interlocuteur. De votre côté de la planète, vous vous rendez dans un point de la même filiale. Sur simple présentation d'une pièce d'identité avec photo et la référence du transfert, on vous remettra aussitôt l'argent.

Pourboires, marchandage et taxes

Pourboires. Les grands et moyens hôtels incluent dans leurs prix une taxe qui apparaît sur la note et correspond à l'habituel service de 10 %. Dans les endroits plus modestes, où cette taxe n'est pas comprise, il est d'usage de laisser quelques roupies en pourboire, qui n'a pas à être calculé en fonction de la note. Généralement, les portiers et les garçons d'étage s'attendent à un petit quelque chose allant de 10 à 50 Rs.

L'argent en général et les pourboires en particulier ont la vertu d'accélérer la plupart des processus et de vous faire considérer avec un certain respect. Le bakchich sert davantage à s'assurer la qualité de service d'un employé qu'à le remercier pour un service rendu. Si ce système vous agace, rassurez-vous en pensant que ce n'est pas un "attrape-touristes" comme on pourrait le penser : les Indiens eux-mêmes se plient à cette habitude et donnent toujours un petit pourboire.

Sans pourboire, vous aurez probablement affaire à des portiers/chauffeurs/guides grognons et déprimés... Cela dit, n'oublions pas qu'ici la plupart des gens qui vous servent et vous rendent des services vivent principalement de pain et d'eau, comme on dirait chez nous (ici, c'est plutôt de riz), et que votre contribution sera grandement appréciée, sans jamais vous appauvrir. Aussi, tâchez de récompenser les chauffeurs, les guides et le personnel des hôtels qui se sont donné la peine de rendre votre séjour agréable. Un chauffeur ou un guide qui aura passé une journée à votre service vous sera très reconnaissant pour un petit extra de 200 Rs.

Dans la société indienne, soumise à l'omniprésent système du bakchich, le pourboire apparaît comme une tentative de redistribution des richesses vers les plus bas échelons de la société.

Marchandage. Tous les prix, à l'exception de ceux, officiels, des établissements gérés par le gouvernement, sont susceptibles d'être négociés, d'une façon ou d'une autre. Pratiquement partout, le marchandage est une pratique bien admise et, souvent, selon l'endroit et la marchandise, on peut compter faire baisser un prix d'environ 30 %. Quelquefois, il ne faut pas hésiter à demander, d'entrée de jeu, une réduction de 50 % à 70 % du prix affiché par le commerçant. Quoi qu'il en soit, il est toujours conseillé de faire d'abord un tour et de comparer les prix pratiqués dans le coin. On peut également se renseigner auprès d'autres acheteurs et leur demander combien ils ont payé tel ou tel article. Autre astuce, la première vente de la journée est vécue comme une chance par les commerçants, c'est donc de bon matin que les meilleures affaires seront possibles.

S'il fait partie intégrante des habitudes locales, le marchandage est aussi et avant tout une histoire de bon sens : chercher à faire descendre les prix est normal et même nécessaire à l'adaptation au pays, négocier âprement pour quelques roupies est indécent et mal à propos. Gardez à l'esprit que le marchandage n'est pas une bataille, mais une sorte de jeu social qui se pratique dans la bonne humeur.

Taxes. Les taxes varient selon les États. Elles ne sont jamais appliquées chez les petits commerçants.
Pour une chambre d'hôtel, au-delà d'un certain tarif qui est différent selon les États, une luxury tax s'applique. Elle varie en fonction du prix de la chambre et n'a rien à voir avec le niveau de confort de celle-ci.

Un point sur la mendicité. Si l'on ne peut nier la présence de mendiants en Inde, ne vous attendez pas non plus à être cernés en permanence par des foules implorantes. Pour ce qui est du don, chacun fera selon sa conscience et ce qu'il estime juste. Gardez cependant à l'esprit qu'il est sans doute préférable de donner à une école ou à une association caritative plutôt qu'encourager la mendicité des enfants en leur distribuant de l'argent dans la rue. Dans les temples hindous, les prêtres invitent les gens à leur confier de grosses sommes de cash, en précisant que l'argent ira aux pauvres. Sachez que c'est de l'arnaque et que beaucoup de ces serviteurs du temple ont bâti leur richesse sur l'argent des pauvres.

Duty Free

Puisque votre destination finale est hors de l'Union européenne, vous pouvez bénéficier du Duty Free (achats exonérés de taxes). Attention, si vous faites escale au sein de l'Union européenne, vous en profiterez dans tous les aéroports à l'aller, mais pas au retour. Par exemple, pour un vol aller avec une escale, vous pourrez faire du shopping en Duty Free dans les trois aéroports, mais seulement dans celui de votre lieu de séjour au retour.

Adresses Futées de MUMBAI

Où ?
Quoi ?
Avis