Guide d'ESSAOUIRA : Les personnalités célèbres : Maroc

Si les artistes marocains ne sont pas très bien connus au Maroc, en revanche nombre d'artistes français ou francophones, peintres ou écrivains, se sont intéressés au royaume.

Abdellatif Alami. Cet ancien inspecteur des Finances a créé en 1975 la chaîne Doumia Hôtel. Infatigable entrepreneur, il possède aujourd'hui, outre le Palais des congrès de Marrakech, une agence de voyages, six hôtels, une agence immobilière et un organe de presse, le Maghreb Magazine.

Saïd Aouita. Certainement le plus grand athlète de son époque. Il a détenu pendant plusieurs années tous les records du monde dans les courses de distance allant de 1 000 m à 5 000 m !

Mohammed Bouctta. Homme politique né à Marrakech, il fut l'une des grandes figures de l'indépendance (secrétaire général de l'Istiqlal).

Choumicha. Celle que l'on appelle affectueusement Choumicha est une présentatrice très connue à travers tout le Maroc. Elle anime une émission de cuisine sur la chaîne nationale 2M. Il s'agit d'un voyage gastronomique à travers les différentes régions marocaines que Choumicha sillonne en quête de recettes originales ou oubliées... Depuis peu, elle anime un nouveau show, " ch'hiwate diplomatiques ", au concept plutôt original : Choumicha invite un diplomate en mission au Maroc. Ensemble, ils confectionnent une recette du pays d'origine de l'invité, tout en discutant des us et coutumes de ce même pays. L'ambassadeur des Etats-Unis s'est d'ailleurs prêté au jeu et a fait découvrir aux téléspectateurs le " poulet barbecue " ainsi que la célèbre apple pie. Simple et chaleureuse, Choumicha est une personnalité incontournable au Maroc, les femmes s'arrachent ses recettes et son blog est extrêmement fréquenté. Si les Marocains l'apprécient particulièrement c'est peut-être parce que, se situant à mi-chemin entre tradition et modernité, elle est un peu le reflet de leur pays.

Gad Elmaleh. Gad Elmaleh est né à Casablanca en 1971 où il passe toute sa jeunesse et son adolescence. Passionné dès son plus jeune âge par le spectacle (son père était mime), il décide à 17 ans de quitter son pays pour le Québec et réaliser son grand rêve : devenir artiste. Il y fait ses armes et, 4 ans plus tard, débarque en France. En 1996, après un passage par le cours Florent, c'est le début de la gloire avec son premier one-man-show, Décalages. Depuis, l'artiste enchaîne les spectacles comiques et s'est aussi fait une jolie place au cinéma avec des comédies comme Chouchou, Olé ou Coco.

Edmond Amran El-Maleh. Ecrivain discret, il fait profiter les lecteurs de son amour pour la ville d'Essaouira et raconte à travers des romans et des nouvelles toute la magie de la culture marocaine. Il est décédé le 15 novembre 2010.

Ahmed Essyad. Revenu au Maroc dans la région de Meknès en 1996, cet ancien élève du conservatoire de musique de Rabat est un pionnier du mélange de la musique sérielle et de la tradition berbère. Il a notamment monté avec un franc succès en 2001 l'opéra Héloïse et Abélard au théâtre du Châtelet à Paris.

Mohammed El-Faiz. Cet écrivain, spécialisé en histoire de l'agriculture et de l'hydraulique dans le monde arabe, est une personnalité hors du commun. Il est également professeur d'histoire économique à l'université de droit de Marrakech.

Nadia Farès. L'actrice Nadia Farès est née le 20 décembre 1973 à Marrakech. Très vite, sa famille s'installe définitivement à Nice. On la connaît pour ses rôles dans les films Les Amies de ma femme, Elles n'oublient jamais et surtout Les Rivières pourpres ou L'ex-femme de ma vie.

Abdelkrim Ghallab. Rédacteur en chef du journal Al-Alam et écrivain, auteur du Passé enterré en 1990.

Nas el-Ghinane. Originaire de Marrakech, ce groupe de musique moderne s'est peu à peu imposé comme l'un des grands groupes de musique protestataire au Maroc.

Tahar Ben Jelloun. Né à Fès en 1944, il fit ses études en France. Il a reçu le prix Goncourt en 1987 pour La Nuit sacrée. Ses romans traitent du déracinement, de la double culture, de l'oppression des minorités et des trahisons politiques. Ses autres oeuvres sont Moha le fou, Moha le sage (1978), L'Ecrivain public (1983) et Jour de silence à Tanger (1990). Certainement l'écrivain le plus connu au Maroc, il est lauréat du prix Méditerranée en 1994. Le Racisme expliqué à ma fille a longtemps fait partie du peloton de tête des ventes en France.

Abdel Rafia Jouahri. Avocat de profession, il est également journaliste, poète et écrivain. Il s'est engagé dans la vie politique de son pays en devenant secrétaire général de l'USFP.

Malika Malak. Cette séduisante quadragénaire présente plusieurs émissions à caractère politique sur les chaînes marocaines.

Daout Ouled Siad. Photographe originaire de Marrakech. Ses photos du grand Sud marocain ont fait le tour du monde.

Tamy Tazi. Cette grande dame de la haute couture marocaine est souvent comparée à Yves Saint Laurent. Elle excelle dans la confection d'habits traditionnels en broderies anciennes que les Marocaines s'arrachent pour sortir ou se marier.

Hamid Triki. Spécialiste de l'histoire du Maroc médiéval, il est l'auteur d'un superbe album consacré à la medersa Ben Youssef (medersa de Marrakech) ainsi que d'une passionnante histoire de la mosquée almohade de Tinmel.

Les amoureux du Maroc

Si les artistes marocains ne sont pas très bien connus au Maroc, en revanche nombre d'artistes français ou francophones, peintres ou écrivains, se sont intéressés au royaume.

Ecrivains

Saint Exupéry. Beaucoup d'écrivains français ont écrit sur le Maroc. C'est le cas d'Antoine de Saint Exupéry qui, au début du siècle, après avoir fréquenté les Beaux-Arts, effectue son service militaire dans l'armée de l'air. En 1926, il travaille pour la société Latécoère, qui achemine le courrier aérien entre Paris et Dakar. Les avions font notamment escale à cap Juby, où Saint Exupéry rédige Courrier-Sud, en 1927. Il y évoque la solitude du désert où "  le jour s'écoulait nu et non meublé d'événements  ".

L'explorateur Charles de Foucauld, futur père de Foucauld, parcourut le Maroc entre 1883 et 1884, déguisé en juif, et réussit même à pénétrer dans Chefchaouen, alors cité sacrée coupée du monde et où aucun non-musulman ne pouvait entrer au risque d'être exécuté. De retour en France, il publie Reconnaissance au Maroc, qui dévoile les détails de son exploration. Il meurt à Tamanrasset, en 1916, assassiné par des Senoussis. Il a été béatifié à Rome, le 13 novembre 2005.

Joseph Kessel, le plus étranger des écrivains français, est né en Argentine, dans une famille russe d'origine juive. Il écrit de nombreux récits de voyages, pour lesquels il est récompensé par l'Académie française en 1927. Dans son livre Au grand Socco, il évoque Tanger comme une ville où les vies sont incertaines et où les habitants exercent des petits métiers traditionnels typiquement locaux  : "  Au grand Socco ne se tiennent que les charmeurs de serpents, les lecteurs à haute voix, les écrivains publics, les marchands de khôl, de piment haché ; les vendeurs de pâtisseries gluantes, de fleurs odorantes, de paniers tressés.  "

Jean-Marie Gustave Le Clézio, né en 1940, n'a jamais vécu au Maroc, mais y a effectué plusieurs voyages, notamment dans la ville fortifiée de Taroudant. Dans Désert, qui paraît en 1980, il l'évoque en ces termes  : "  Irréelle, comme suspendue dans la lumière du soleil, la ville semblait attendre les hommes du désert, pour leur offrir refuge.  "

Pierre Loti, Louis Viaud de son vrai nom, naît en France en 1850, mais son métier de marin lui permet d'explorer les différents continents. C'est avec l'ambassade française qu'il se rend à Tanger en 1889, puis visite les villes impériales. En 1890, dans son livre Au Maroc, il parle de Bab el-Mansour, la monumentale porte de Meknès  : "  Cette porte, qui fut celle du sultan Moulay Ismaïl le Cruel, contemporain de Louis XIV, est une gigantesque ogive, supportée par des piliers de marbre et encadrée de festons exquis.  "

Peintres

Parmi les peintres s'étant inspirés du Maroc pour réaliser leurs oeuvres, les deux plus importants sont sans nul doute Matisse et Delacroix.

Eugène Delacroix (1798-1863). Tanger est pour lui une révélation artistique. Ce dernier se met à voyager vers 1825, d'abord à Londres, puis il accompagne le comte de Mornay dans sa mission auprès du sultan du Maroc. Delacroix séjourne six mois en Afrique du Nord, et y prend une multitude de croquis et de notes, qui allaient nourrir son inspiration pendant des années. Ainsi, la cérémonie à laquelle il assista, et au cours de laquelle musulmans et juifs se retrouvaient autour d'un orchestre andalou lui inspira La Noce juive au Maroc, entre 1837 et 1841, et que l'on peut admirer au palais du Luxembourg à Paris. De même, ses séries de scènes de chasse avec le sultan du Maroc (1845) sont restées célèbres. Delacroix contribua certainement à propager la mode de l'exotisme oriental chez les peintres romantiques.

Henri Matisse (1869-1954). Il découvre Tanger en 1912, et est littéralement subjugué par les " splendeurs orientales " dont parle Baudelaire dans L'Invitation au voyage. Il déclare ainsi : " Les voyages au Maroc m'aidèrent à accomplir cette transition et à prendre contact avec la nature mieux que ne le permettrait l'application d'une théorie vivante mais quelque peu limitée comme le fauvisme. " A Tanger, le peintre réalise plus de soixante oeuvres, qui donnent à sa peinture une nouvelle vision de l'harmonie des couleurs. Il peint des personnages (Le Rifain debout), clairement identifiables, ou les laisse deviner dans un océan de bleu, comme dans le Café marocain.

Henri Regnault (1810-1878). Le Français vint s'installer à Tanger en 1868, fasciné par les histoires qu'il avait entendues sur l'Orient. A Tanger, il déclare : " Chaque fois que nous montons sur notre terrasse, nous sommes éblouis par l'éclat de cette ville. Mes yeux, enfin, voient donc l'Orient. " On lui doit des scènes fantastiques, comme l'Exécution sans jugement sous les rois maures de Grenade.

People

Plus récemment, d'autres " people " sont arrivés au Maroc et notamment à Marrakech : Marc Lavoine, Jean-Paul Gautier, Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair, Bernard-Henri Lévy et Arielle Dombasle, Liliane Bettencourt, Yves Rocher, Jean-Louis Borloo, Jean-René Fourtou, Jean-Claude Darmon et Johnny Hallyday.

Adresses Futées d'ESSAOUIRA

Où ?
Quoi ?
Avis