Guide d'ESSAOUIRA : Jeux, loisirs et sports

Activités à faire sur place

4x4. Beaucoup ont découvert les paysages marocains par les images du Paris-Dakar. Le pays reste un lieu privilégié pour les amoureux du 4x4. Il permet de sortir des grands axes touristiques et d'aller à la rencontre des Berbères et autres peuples des régions les plus reculées du pays. L'absence de cartes précises et la difficulté des pistes rendent souvent un guide et/ou un chauffeur indispensables. Les agences que nous indiquons pourront vous conseiller un itinéraire, vous louer un véhicule, vous trouver un chauffeur ou vous organiser votre raid 4x4. Les amateurs (expérimentés) disposent de milliers de kilomètres de pistes tous niveaux. Balades palpitantes avec des buts attrayants et singuliers : moussem des fiançailles d'Imilichil dans le Haut Atlas, lever de soleil dans les dunes de Merzouga, rencontre avec les mouflons dans les gorges du Dadès.

Aéronautisme. Aviation, parachutisme, ULM, vol à voile, deltaplane, parapente et même montgolfière : prendre de la hauteur au Maroc, c'est possible, de nombreux aéro-clubs vous permettront de vous adonner à cet exercice.

Canyoning. Actuellement il y a très peu de canyons aquatiques et équipés au Maroc. Ceux qui le sont se trouvent isolés de tout. Cela ne signifie pas qu'ils manquent d'intérêt mais ils ne sont pas à la portée de tous et leur descente est assez chère. Contactez les agences de trekking spécialisées et ne partez qu'en bonne compagnie.

Chasse. Cailles, tourterelles, bécasses, bécassines, sarcelles, perdrix, perdreaux, faisans, grives, pigeons et même sangliers foisonnent dans d'immenses réserves. La saison de chasse varie selon les espèces : d'octobre à mars pour la plupart du gibier, juin et juillet pour la tourterelle. Attention, renseignez-vous bien à l'office du tourisme marocain sur la législation en vigueur avant de chasser... et sur les espèces protégées tout court !

Equitation. Les chevaux marocains sont superbes, les pur-sang marocains étant des références dans le monde de l'équitation. Les paysages se prêtent idéalement aux promenades à cheval. Laissez-vous aller aux joies des sports équestres dans une nature éblouissante. Galopez le long des plages blanches, parmi les dunes, dans les forêts de chênes séculaires... Vous pouvez aussi disputer des parties de polo, faire du saut d'obstacle, participer à des concours hippiques...

Escalade. Les rochers équipés les plus proches de Marrakech se trouvent à l'Oukaïmeden. Il y a bien sûr d'autres secteurs, mais que vous aimiez la falaise ou le terrain d'aventure, un détour par Todra s'impose. En montagne, de nombreuses voies restent encore à ouvrir.

Golf. Servi par des paysages variés et magnifiques, le golf est à l'honneur au Maroc. Des compétitions de haut niveau réunissent les golfeurs du monde entier. La plus renommée étant le trophée Hassan II qui se déroule dans le fameux parcours rouge du Royal Golf Dar Es-Salam, à Rabat, classé parmi les plus beaux golfs du monde. Près de trente golfs sont répartis dans tout le pays. Certains offrent une vue sur les neiges éternelles de l'Atlas à Marrakech, d'autres ont le parfum des sapins et des cyprès des collines de Tanger. Tous sont ouverts au public, même si leur accès est parfois limité aux joueurs possédant une carte de handicap.

Haute montagne. Courses de neige praticables en hiver dans le massif du Toubkal. Dès les beaux jours, les montagnes offrent bien des voies d'escalade rocheuse encore très peu fréquentées.

Pêche. Attention, cette activité est très réglementée : il faut se renseigner à l'office national du tourisme marocain pour connaître les saisons d'ouverture de la pêche, qui varient en fonction des espèces. Les environs de Marrakech offrent quelques beaux coins de pêche à la truite (notamment vers le lac de Tamda, vers Telouet, à 150 km, ou les lacs du Toubkal, vers Imlil, plus proches mais encore à quelques bonnes heures de marche). La pêche en rivière se pratique dans l'Ourika, à une trentaine de kilomètres de Marrakech, notamment vers Setti Fatma. Tous les oueds des environs de Marrakech regorgent de petits poissons. Enfin, les spécialistes de pêche se rendront dans les lacs du Haut Atlas, vers Bin el-Ouidane, où ils trouveront les plus gros brochets du monde (plus de 20 kg !) et quelques superbes spécimens de sandres et de barbeaux.

Randonnées et trekkings. Ce sont les activités sportives les plus répandues au Maroc, et pour cause ! Elles permettent la découverte d'un Maroc véritablement fabuleux. Tout est envisageable : d'une demi-journée de marche facile à la belle et longue aventure qu'est la grande traversée de l'Atlas marocain (21 jours de marche). Sur certains itinéraires, vous trouverez des gîtes ou des refuges mais, si vous êtes peu nombreux, vous pourrez dormir chez l'habitant (toujours très sympathique) ; enfin, la tente s'imposera si vous faites partie d'un groupe important. Pour vous faciliter la vie en trekking, louez les services d'un muletier, chaque mulet pouvant transporter une charge d'environ 100 kg. Un muletier est rémunéré environ 80 DH par jour (avec sa mule), vous devez le nourrir et lui payer ses journées de retour. Si vous êtes 3 ou 4, un trekking organisé par un guide local vous coûtera environ 300 DH par jour, muletier et nourriture inclus.

Rafting. Possible en saison, c'est-à-dire de fin mars à mai.

Raquettes à neige. Cette activité vient tout juste de faire son apparition dans le pays, mais les possibilités sont nombreuses et intéressantes quand il y a de la neige fraîche !

Ski de randonnée. Un raid à skis au Maroc est une expérience extraordinaire qui exige une autonomie pendant un temps assez long puisqu'il n'existe pas de refuges d'hiver gardés : bivouac dans des bergeries ou sous la tente, très peu d'informations météo aussi, mais des paysages somptueux et déserts.

Ski et snowboard. Il se pratique plusieurs mois par an. Ski de piste sur la poudreuse du Haut Atlas, à l'Oukaïmeden, à 70 km seulement de Marrakech. Vous pouvez également skier à Michliffen dans le Moyen Atlas, aux portes de Meknès et Fès. Ces stations sont équipées de remontées mécaniques. Les mordus du ski de fond n'ont que l'embarras du choix : les massifs du Rif, du Moyen Atlas et du Haut Atlas offrent de superbes itinéraires.

Surf. Rouleaux de l'Atlantique, vents propices de la Méditerranée, vastes lacs, amateurs comme professionnels trouvent leur bonheur dans les nombreux spots marocains. Certains, comme Essaouira ou Dar Bouazza près de Casablanca et surtout Dakhla pour le kitesurf, possèdent une renommée mondiale et sont intégrés aux circuits de grandes compétitions internationales.

Voile, yachting et ski nautique. Gréer son bateau à Al-Hoceima et mettre le cap sur le détroit de Gibraltar, passer les remparts et accoster dans le port d'El-Jadida, déguster des huîtres à Oualidia, mouiller dans une crique sauvage au nord d'Agadir, en profiter pour faire du ski nautique : à voile ou à moteur, infinis sont les plaisirs des 3 000 km de côtes marocaines auxquels s'ajoutent ceux des lacs naturels et artificiels.

VTT. Le Maroc abonde en régions particulièrement indiquées pour la pratique du VTT, comme les immenses plateaux des massifs du Sud.

L'escalade au Maroc

Par Raphaël Kervella, membre de la Fédération française de la montagne et d'escalade.

Le Maroc est une véritable destination de rêve pour les amoureux de grimpe au soleil et de rochers fabuleux, les mois les plus favorables étant ceux d'avril, mai, juin et d'octobre, novembre. Il existerait au Maroc plus de 120 sites d'escalade répertoriés, mais seulement quelques-uns sont équipés, pour les autres c'est coinceurs obligatoires comme dans la région de Taghia. Parmi les sites les plus connus celui des gorges de Todra, près de Tinerhir, est le plus réputé.
Il y a aussi des voies équipées à Imiter, à 4 heures de Todra par la piste (proche de Amellago), ou encore d'innombrables sites de blocs partout où vous pourrez passer, et pour lesquels vous serez sans doute les premiers grimpeurs ! A Tafraoute, les rochers peints en 1984 par un artiste belge (84 t de peinture) vous feront d'inédites photos d'escalade de blocs !
Pas de matériel en location sur place, mieux vaut tout prévoir. Si vous n'êtes pas autonome, de nombreux guides ou moniteurs d'escalade brevetés d'Etat proposent depuis la France des séjours organisés avec grimpe à Todra. A emporter dans vos bagages : quelques plaquettes et maillons, il arrive que l'équipement en place disparaisse (notamment au départ des voies) ou le relais quand il est accessible du haut. Tout ce qui brille serait-il de l'or ?
Pour les topos et la bibliographie, assez peu de choses pour l'instant : quelques articles dans les revues spécialisées, quelques maigres infos à récolter sur le Net.

Guides de haute montagne

Comme en ville, il y a des vrais guides diplômés et des faux guides. Nous vous conseillons vivement de recourir aux services d'un guide diplômé. Sa formation, qui lui a coûté du temps et de l'argent, témoigne de son réel intérêt pour les activités de montagne et garantit sa compétence. Nous vous conseillons cependant la plus grande prudence au cours des activités techniques : escalade, canyoning, ski de randonnée, et ce, même lorsque ces activités sont proposées par des hôtels de standing. Le Maroc organise bien des stages de formation à l'issue desquels les guides reçoivent une qualification supplémentaire pour telle ou telle activité, mais cette qualification n'est, en aucun cas, comparable à celle des guides de haute montagne en Europe. De plus, la quasi-totalité des guides marocains ne pratique jamais l'escalade ou le ski de randonnée autrement que dans le cadre de leur travail. Par conséquent, si vous n'êtes pas vous-même très expérimenté, partir avec eux en raid à skis ou en haute montagne pourrait être dangereux. Si vous envisagez un séjour plus technique, partez avec un guide de haute montagne de votre pays ou réservez un séjour organisé par une agence de voyages sportifs. Un guide est rémunéré entre 200 DH et 250 DH par jour ; un peu plus si vous lui demandez d'organiser votre séjour. Dans tous les cas, vous devez le nourrir et lui payer ses frais de déplacement.

Adresses Futées d'ESSAOUIRA

Où ?
Quoi ?
Avis