Guide d'HÔ CHI MINH-VILLE : Jeux, loisirs et sports

Pour beaucoup de Vietnamiens, le jeu occupe une place importante dans la vie sociale. La jeunesse organise d'innombrables tournois : cerf-volant, badminton, billard de rue, football, combat de coq... Ces jeux traditionnels conservent la faveur des habitants même si, comme partout dans le monde, beaucoup de jeunes semblent désormais préférer l'écran des ordinateurs. Les aînés pratiquent plus volontiers les jeux dits de réflexion - cartes (tam cuc) et échecs (co ou ky) -, notamment durant les fêtes. Ces longues parties donnent souvent lieu à des discussions plus ou moins houleuses, voire franchement viriles lorsque quelques dôngs ont été préalablement pariés.

L'exercice physique : une tradition nationale

De nombreux Vietnamiens pratiquent un sport quotidiennement. Il suffit de se balader le matin de (très) bonne heure ou alors en fin de journée dans les parcs, autour des lacs, pour être témoin de cette vigoureuse activité pratiquée par hommes et femmes, de tous les âges - les plus âgés étant souvent les plus assidus.

ll y en a pour tous les goûts : adeptes de la gymnastique chinoise, joggeurs... Le badminton, le volley-ball sont très pratiqués ; et parmi les sports traditionnels les arts martiaux.

Disciplines nationales
Combats de coqs

" Foule nombreuse comme celle d'une réunion d'un combat de coqs ", affirme un dicton vietnamien. Lors des fêtes villageoises, les combats de coqs sont en effet une attraction fort prisée et l'occasion de paris aux enjeux parfois très élevés. Issus d'espèces spécifiques, les coqs sont nourris et entraînés pour le combat. Les éleveurs utilisent un savoir-faire très ancien (les combats de coqs sont déjà mentionnés dans des textes datant du XIIIe siècle), codifié dans des oeuvres en vers intitulées Les Canons concernant les coqs.

Les combats, qui se déroulent à l'intérieur d'un cercle, sont très violents et il n'est pas rare que l'un des protagonistes y laisse la vie. Le duel a ses soigneurs et au cours des mi-temps les plaies - qui touchent surtout les yeux - sont recousues avant que les coqs ne retournent s'affronter, requinqués d'une rasade d'alcool de riz.

Sur les trottoirs de Hanoi ou de Hô Chi Minh-Ville, il n'est pas rare de croiser ces coqs au plumage noir, au maigre cou dégarni, aux longues cuisses rougeâtres, laissés en liberté surveillée par des propriétaires ravis d'exhiber leur champion.

Échecs vietnamiens (co ou ky)

Même principe que les échecs occidentaux, à deux, trois différences près. Parfois, on y joue en plein air, avec des pions vivants portant sur eux le caractère de la pièce représentée. Dans ce cas, qui ne se produit en général que tous les dix ans - mais les entorses à la tradition sont nombreuses -, le jeu réunit lors du 4e jour de la fête du Têt une large foule accourue de toute la région pour voir se dérouler la partie sur l'esplanade de la maison communale du village. Ce cérémonial est imposant et l'organisation minutieuse. Les pions humains, en général des adolescents, filles et garçons, sont au nombre de 32. Ils sont vêtus de costumes traditionnels, accompagnés du grondement du tambour et du bouffon du jeu, chargé de stimuler les deux joueurs qui décident des déplacements des pions vivants sur l'échiquier. La partie s'étire jusqu'à la fin du jour.

Jeu de tam cuc

Jeu de 32 cartes et qui peut faire intervenir 2, 3 ou 4 joueurs. On y joue souvent en famille, particulièrement pendant les jours de retrouvailles de la fête du Têt (nouvel an lunaire). Par ordre hiérarchique, les cartes se distribuent de la manière suivante : 2 généraux, 4 lettrés, 4 éléphants, 4 chars, 4 canons, 4 chevaux et 10 soldats.

Le jeu est divisé en 2 séries de cartes, rouge et noir ; le rouge l'emporte sur le noir. Les levées appartiennent aux plus hautes combinaisons : seconde majeure (2 généraux), tierce majeure (général-lettré-éléphant ou char-canon-cheval).

Jeu du volant (da câu)

Il suffit d'être deux, mais généralement il se pratique à quatre ou cinq, en cercle. Le jeu consiste à s'envoyer le volant avec le pied, la tête ou le torse.

A l'origine, le volant était constitué d'un rond métallique enveloppé d'étoffe et pourvu au milieu d'une plume de coq. Modernisé, le jeu se pratique avec un volant de plumes et un filet ou une simple corde tendue entre deux arbres, un peu à la manière du volley-ball.

Lutte traditionnelle (dau vat)

Des scènes de lutte sont souvent représentées sur les estampes traditionnelles de Dong Hô (voir " Arts graphiques " dans la rubrique " Arts et culture "). Ce sport a une origine militaire et il aurait déjà été pratiqué sous la dynastie des Trân (XIIIe siècle). Aujourd'hui, des tournois ont lieu lors des fêtes villageoises, en particulier dans la province de Ha Thay (près de Hanoi). Les deux lutteurs sont pratiquement nus, s'affrontent à l'intérieur d'un cercle sablé et doivent s'efforcer de renverser leur adversaire sur le dos ou de lui mettre une épaule à terre.

Activités à faire sur place

Il est dorénavant possible de pratiquer un grand nombre d'activités sportives au Viêt Nam. Beaucoup de grandes villes sont équipées en piscines et en tennis. Mais ce sont plutôt les activités de plein air, qui s'insèrent dans les paysages magnifiques du pays, qui retiennent l'attention.

Arts martiaux

Le viêt vo dao est l'art martial vietnamien. Il séduit chaque année de plus en plus d'adeptes dans le monde entier, dont un nombre croissant vient s'entraîner à la source, dans les écoles de Hô Chi Minh-Ville, ou encore à Huê. Chaque village prétend être dépositaire de la voie authentique, mais c'est la province de Binh Dinh, dans le centre du pays, qui est considérée comme la capitale des arts martiaux vietnamiens. Elle organise régulièrement des festivals d'arts martiaux traditionnels auxquels participent des adeptes venus de nombreux pays.

Deux-roues

Cyclistes et motocyclistes trouveront sur toutes les pistes du pays l'occasion de rencontres et d'aventures mémorables. Prudence cependant du fait des conditions de circulation !

Escalade

La discipline est balbutiante au Viêt Nam, mais elle a ses pionniers qui explorent des sites et tracent des voies. Parmi les spots les plus courus : la baie d'Along (escalade en solo au-dessus de l'eau) et l'île de Cat Ba ; la province de Ninh Binh, à moins de 100 km au sud de Hanoi... Du fait des dangers inhérents à l'escalade, dans des sites qui ne sont pas ou mal équipés, il est bon de s'informer et de nouer des contacts à travers les sites Internet mentionnés plus loin.

Golf

Le golf est apparu au Viêt Nam il y a plus de 70 ans, au début des années 1930, lorsque l'empereur Bao Dai, de retour d'un voyage en France, fit aménager à Dà Lat un parcours de 9-trous. Il fallut attendre le début des années 1990 pour que soient dessinés de nouveaux parcours, le plus souvent à l'initiative d'investisseurs étrangers, coréens, japonais, singapouriens, taïwanais et même suédois. L'aménagement des greens suscite souvent des tensions entre les autorités et la population, du fait des procédures d'expropriation et de la corruption liée aux mesures d'indemnisation. Cela n'entrave pas le développement du golf dans le pays. Pourtant, aujourd'hui, celui-ci semble se heurter à de plus en plus de réticences, du fait de la concurrence qu'il induit avec l'agriculture et des préoccupations environnementales croissantes. Les amateurs trouveront leur bonheur au Viêt Nam, avec des greens répartis dans l'ensemble du pays :

Le King's Island : 18-trous au pied du mont Ba Vi à 45 km à l'ouest de Hanoi, dessiné par l'architecte américain Robert McFarlahd.

Le Chi Linh Star, dans la région de Hanoi.

L'Ocean Dunes Golf Club : 18-trous, à Phan Thiet sur la côte, dessiné par Nick Faldo.

Le Da Lat Palace Golf Club : 18-trous, classé en 2004 n°1 au Viêt Nam par Golf Digest.

Le Viêt Nam Golf and Country Golf dans le parc de Lam Vien, à 15 km à l'est de Hô Chi Minh-Ville, avec deux 18-trous, le East Course, dessiné par le champion américain Lee Trevino et le West Course, dessiné par l'architecte taïwanais Chen King Shih.

Le Paradise, en bord de mer, à Vung Tau.

Le Song Be Golf Resort, inauguré en 1994, à une vingtaine de kilomètres du centre de Hô Chi Minh-Ville.

Bo Chang Dong Nai et Long Thanh, près de Hô Chi Minh-Ville.

Sports nautiques et subaquatiques

Le long des côtes vietnamiennes, il est possible de pratiquer la plongée à Nha Trang, Da Nang ou encore sur la plage de Ca Na, au sud de Phan Rang. La voile et les sports nautiques ne sont pas encore développés à la hauteur des potentialités du pays. La plage de Mui Ne et l'île de Phu Quoc, au sud du delta du Mékong, offrent de belles possibilités. Le canoë-kayak permet de jolies découvertes maritimes à Mui Ne, mais surtout dans la baie d'Along. Elles sont proposées par les cafés et les agences de tourisme de Hanoi.

Treks

Les montagnes, les forêts et les campagnes du pays offrent naturellement la possibilité de splendides balades. Les amateurs de treks trouveront surtout leur bonheur dans le Nord du pays, par exemple autour de Sapa. Les plus courageux tenteront l'ascension du Fan Si Pan (3 143 m). Relativement aisée mais mieux vaut éviter la saison des pluies...

Préparez votre voyage !

transports
  • Vol pas cher
  • Louer une voiture
hebergement
  • Réservez un hôtel
  • Votre logement Airbnb
  • Location de vacances
  • Trouvez votre camping
Séjours
  • Voyagez sur mesure
  • Week-ends en France
Sur place
  • Réservez une table
  • Trouvez une activité
  • Expériences & Boxs

Adresses Futées d'HÔ CHI MINH-VILLE

Avis
Jeu concours

Les jeux concours du moment

Remportez un week-end pour 2 à Caen !

1 week-end découverte de Caen pour 2 personnes avec l'OT Caen la mer .