Fondée en 1814, la capitale de la province, avec près de 100 000 habitants, est surtout réputée pour son (ancien) port. Au XIXe siècle, c'est pour les yeux toujours beaux du commerce que l'on construisit la ligne de chemin de fer entre la Vallée centrale et ce port par lequel transitait le café en direction du Chili. Il y a une trentaine d'années, alors que les touristes n'imaginaient pas encore passer leurs vacances dans les forêts plus au nord, sa proximité avec San José et sa facilité d'accès en firent une station balnéaire à la mode. On venait à Puntarenas pour un week-end ; les Joséfinos y achetaient des maisons et quelques Américains s'y retiraient.

Puntarenas se faisait alors une réputation de cité touristique, mais la construction par les Japonais d'un port moderne à Puerto Caldera (à 20 km au sud) pour débarquer leurs voitures d'importation a commencé à polluer les eaux et les plages. Ce projet a eu raison de l'écotourisme dans cette zone.

Etablie sur une étroite langue de terre parallèle à la côte, Puntarenas - dont le nom signifie " pointe de sable " - paraît petite avec ses quatre cuadras de largeur. De l'avenue centrale qui mène jusqu'au terminal des ferries, on aperçoit la mer à tous les coins de rue. Au sud-ouest, à votre gauche, s'étend la plage, qu'on promet toujours propre. Une ligne de palmiers et de figuiers la sépare du trottoir de ciment où déambulent les familles, les derniers retraités américains et les vendeurs de gadgets. Durant la haute saison (temporada alta), le paseo de los Turistas est quasi bondé les samedi et dimanche, mais, entre mai et octobre, c'est le désert. C'est que Puntarenas n'a pas très bonne réputation dans les guides touristiques. Et il est vrai qu'elle ne bénéficie pas des paysages dont peut se vanter la presque totalité du pays, ni de forêts sensationnelles, ni d'animaux particulièrement exotiques. Si elle perdait ses ferries, la ville serait bien vite oubliée même si, depuis quelques années, les autorités locales tentent de réhabiliter l'ancien port. Des tracteurs ont été achetés pour nettoyer la plage régulièrement et les quais du port sont destinés à accueillir un nouveau complexe touristique (restaurants, bars, magasins de souvenirs...). Pour trouver de belles plages, il faut s'éloigner un peu ou redescendre vers Caldera, au-delà du port bien sûr.

La province de Puntarenas, ou Pacifique central, couvre une grande partie de la côte Pacifique, du Panamá à la péninsule de Nicoya. Avec pratiquement 1 000 km de côte, la province peut se permettre d'offrir quelques-unes des plus belles plages du pays, parfois situées dans des parcs nationaux.

À voir / À faire à PUNTARENAS

Comment partir à PUNTARENAS ? Nos conseils & astuces

Organiser son voyage à PUNTARENAS

Photos de PUNTARENAS

Il n'y a actuellement pas de photos pour cette destination.

COSTA RICA

Guide COSTA RICA

COSTA RICA 2018/2019

13.95 €
2017-11-08
504 pages
Ailleurs sur le web
Avis