Guide de SYDNEY : Survol de Sydney

Climat

Sydney bénéficie d'un climat tempéré et compte, en moyenne, plus de 300 jours de soleil par an. Les saisons sont inversées par rapport à nos latitudes.

Le printemps, de septembre à fin novembre, est magnifique, frais et ensoleillé, avec des températures variant entre 11 °C et 24 °C. C'est la saison la plus sèche.

L'été, de décembre à fin février, parfois étouffant, avec des températures flirtant avec les 30 °C. Des pointes de chaleur à plus de 40 °C sont régulièrement observées depuis quelques années. Les pluies sont fréquentes et se manifestent par des orages brefs en fin d'après-midi.

L'automne, de mars à fin mai, est ensoleillé et doux. Les températures descendent progressivement à des minima de 11 °C et des maxima de 20 °C. Les pics de pluviométries annuels sont habituellement enregistrés en mars et avril.

L'hiver, de juin à fin août, peut être frais avec un fort vent d'ouest venu de l'Antarctique. Au plus fort de cette saison, les températures s'échelonnent de 9 à 16 °C. Il gèle et neige très rarement sur la City, ce qui n'est pas le cas dans les Blue Mountains voisines.

Température de l'eau

En été, l'eau est généralement autour de 22 °C et les températures parfaites pour la baignade à partir du mois de décembre jusque fin avril.

En hiver, la température de l'eau est d'environ 15 °C, certains se baignent néanmoins et les surfeurs en combinaison sont toujours là.

Parcs nationaux

De nombreux parc nationaux sont à proximité directe de la ville. Parmi eux :

Sydney Harbour National Park. Créé en 1975 afin de protéger la zone naturelle de la baie de Sydney. Il est composé de six zones côtières au nord et sud de la baie (Bradleys Head, Georges Head et Middle Head, Dobroyd Head, North Head et Quarantine Head, Nielsen Park, South Head) et de cinq îles principales (Fort Denison, Rodd Island, Goat Island, Shark Island, Clark Island). Plusieurs plages sont réparties sur ces différents sites. Très morcelé, sa superficie totale est de 411 hectares.

Kamay Botany Bay National Park. A 16 km au sud de Sydney, proche de l'aéroport de Mascot. Situé à l'endroit du débarquement des explorateurs James Cook (le 29 avril 1770) et Jean-François de La Pérouse (le 6 janvier 1788). Il ne couvre que 456 hectares et se compose de deux sections : Kurnell Section (au sud) et La Perouse Section (au nord).

Heathcote National Park. A 40 km au sud-est de Sydney et séparé du Royal National Park par la Princes Highway. Ce parc de 2 520 hectares n'est pas aménagé pour la randonnée mais offre quelques aires de pique-nique et camping.

Royal National Park. A 32 km au sud de Sydney. Situé à l'est de la Princes Highway, le Royal National Park prolonge les massifs boisés du Heathcote National Park en direction du littoral. Il couvre 16 000 hectares. Plusieurs hameaux, des plages agréables, une très belle forêt et la traversée de la Grand Pacific Drive, qui relie Sydney à Nowra par la côte, en font un lieu très fréquenté par les Sydneysiders. Une des randonnées les plus populaires du parc est le Coast Track, long de 26 km et qui nécessite deux jours de marche.

Barrington Tops National Park. A 320 km au nord de Sydney : 16 000 hectares de hauts plateaux, gommiers des neiges, rainforest (forêt tropicale), lyrebirds (ménures), bower birds. Activités particulières : bushwalking pour observer les oiseaux, pêche, camping, pique-nique.

Blue Mountains National Park. A 100 km à l'ouest de Sydney : 208 000 hectares de canyons de grès et de forêts d'eucalyptus. Célèbre pour The Three Sisters et d'autres curiosités géologiques. Le parc est très fréquenté entre Katoomba et Blackheath.

Brisbane Waters National Park. A 75 km au nord de Sydney : 17 000 hectares de forêts d'eucalyptus, chutes d'eau, peintures rupestres aborigènes.

Dharug National Park. A 58 km au nord-ouest de Sydney : 15 200 hectares de rochers de grès, riches en faune et flore. Bordé au sud par la Hawkesbury River, il peut être longé entre Wisemans Ferry et Central Mangrove, afin de rejoindre Wollombi et la Hunter Valley. Il est traversé par la Old Great North Road, une route créée par les bagnards et qui fait partie des sites de l'Unesco depuis 2010.

Ku-ring-gai Chase National Park. A 30 km au nord de Sydney : 14 000 hectares de roches de grès sculptées par les rivières et de fleurs sauvages.

Morton National Park. A 140 km au sud-ouest de Sydney : 113 000 hectares de rochers de grès. A ne pas manquer : les Fitzroy et Belmore Falls.

Faune et flore
Faune

Près de 90 % de la faune d'Australie ne se rencontre nulle part ailleurs. Une de ses spécificités est la prédominance des marsupiaux, un groupe de mammifères dont les petits sont portés dans une poche, le marsupium. Les pratiques de gestion et de développement des terres depuis les débuts de la colonisation, la chasse et l'introduction d'espèces étrangères ont causé de nombreuses extinctions. Parmi les principales espèces invasives, on trouve : le lapin (depuis 1788), le dromadaire (depuis 1840), le crapaud buffle (depuis 1935), le renard roux (depuis 1855).

Marsupiaux et autres mammifères

Chauve-souris arboricole ou flying fox (famille des Pteropus). La flying fox (qui se traduit par renard volant), appartient à la famille des roussettes et peut atteindre plus d'1,50 m d'envergure. Sa tête évoque celle d'un renard. Elle ne mange que des fruits et, comme toutes les chauves-souris, vit la nuit. Inoffensive, elle peut toutefois être porteuse de maladies (virus Hendra). Son contact est donc à éviter.

Possum ou phalanger renard (Brushtail possum)C'est un petit marsupial arboricole nocturne à queue préhensile, très présent en milieu urbain. Il est connu pour ses incursions régulières dans les maisons et les bruits nocturnes dont il est la cause.

Echidné (Tachyglossus aculeatus). Ce marsupial couvert d'épines d'environ 45 cm ressemble à un gros hérisson. Le petit échidné, n'ayant ses épines qu'à partir de 2 mois, peut se réfugier durant cette période dans la poche de sa mère sans risque de la blesser. L'échidné se nourrit de fourmis et de termites qu'il attrape avec sa longue langue gluante. Comme l'ornithorynque, il fait partie de l'ordre des monotrèmes et pond des oeufs.

Kangourou. C'est en 1629 qu'un explorateur hollandais en fait sa description pour la première fois. On estime sa population à plus de 40 millions d'individus, répartis en 48 espèces dont la taille varie de celle d'un rat à celle d'un homme. Chacune d'entre elles s'est parfaitement acclimatée à son environnement, certaines s'étant même adaptées à des endroits d'accès inhabituels comme les escarpements rocheux ou les arbres.

Dans les endroits arides, le kangourou peut survivre plusieurs semaines sans eau. Pour éviter de se déshydrater, il transpire peu et limite ses urines. La plupart des kangourous étant nocturnes, c'est à partir de la tombée de la nuit que leur rencontre est la plus fréquente.

Les quatre plus grandes espèces de kangourous, qui, au sens strict, détiennent la véritable appellation de kangourou, sont :

Le kangourou roux (Macropus rufus), il vit exclusivement en Australie continentale. C'est l'espèce la plus répandue et également le plus grand marsupial du monde. Il vit dans les régions arides ou semi-arides du centre. Il peut mesurer jusqu'à 2 m et peser 90 kg. Ses puissantes pattes postérieures lui permettent d'atteindre 70 km/h et de faire des bonds de 9 m.

Le kangourou géant (Macropus giganteus), il ressemble au kangourou gris. Il est très répandu dans l'est et le sud de l'Australie. Malgré son nom, il est plus petit que le kangourou roux. Le poids maximum d'un mâle est de 60 kg.

Le kangourou gris (Macropus fuliginosus), il habite l'est et le sud du continent australien, la Tasmanie et Kangaroo Island, située au large d'Adélaïde. Il a élu domicile dans les landes du littoral, les régions boisées tempérées ou les forêts subtropicales. Il peut mesurer jusqu'à 1,40 m et peser 55 kg.

Le kangourou antilope (Macropus antilopinus), il se trouve dans les régions du nord de l'Australie. C'est le seul kangourou présentant une différence de pelage entre le mâle (roux) et la femelle (gris).

Face à la surpopulation des kangourous, due en partie au développement des zones cultivées et des points d'eau, le gouvernement australien autorise des " prélèvements " pour l'industrie de la peau et de la viande. Les quotas annuels fluctuent entre 15 et 20 % du nombre d'individus.

Koala (Phascolarctos cinereus)Le koala est, comme le kangourou, l'un des principaux symboles de l'Australie. En liberté, ces marsupiaux vivent de dix à vingt ans, somnolant jusqu'à 18 heures par jour. Les koalas ne boivent pas et trouvent l'humidité nécessaire dans les feuilles d'eucalyptus qui constituent leur nourriture exclusive. Bien qu'il existe plus de six cents espèces d'eucalyptus en Australie, les koalas ne se nourrissent que d'une quarantaine d'entre elles. Chaque individu n'en consomme que deux ou trois sortes. Son habitat naturel correspond approximativement à la configuration de la Boomerang Coast. Malheureusement, il s'agit d'une espèce menacée (feux de forêts, accidents de la route, attaques de chien) avec une population en déclin.

Ornithorynque ou platypus (Ornithorhynchus anatinus). Sorte de grosse loutre au nez de canard, aux pattes palmées et à la queue plate, ce marsupial vit près des rivières et des lacs de l'est de l'Australie et en Tasmanie. Il est principalement actif la nuit et se reproduit en pondant des oeufs. Le mâle possède un éperon creux d'approximativement 15 millimètres placé juste au-dessus du talon de chaque patte antérieure. Cet éperon peut être employé pour injecter le poison produit par une glande dans une cuisse. Il peut ainsi causer la mort d'un chien de petite taille et de vives douleurs à un être humain.

Wombat (famille des Vombatidae). Grand marsupial aux allures d'ours menacé d'extinction, le wombat est principalement localisé dans le Queensland, dans l'Epping Forrest National Park mais aussi largement en Tasmanie. Les plus grands wombats peuvent mesurer jusqu'à 1,20 m et peser 39 kg. Le wombat est végétarien et se nourrit de racines d'arbres, d'écorces et d'herbe. Comme pratiquement tous les marsupiaux, il est nocturne.

Oiseaux

L'Australie est riche en oiseaux : 751 espèces y ont été dénombrées, dont 355 sont endémiques. On y trouve plusieurs espèces de perroquets, dont le cacatoès rosalbin et le loriquet arc-en-ciel. Le plus grand oiseau de proie du territoire est l'aigle d'Australie, qui peut atteindre 2,40 m d'envergure. Les plus emblématiques sont les suivants :

Casoar ou cassowary. Cet oiseau de la famille des casuariidés est uniquement présent dans les forêts tropicales de l'Australie et en Nouvelle-Guinée. Il ressemble à une autruche à la tête surmontée d'une crête osseuse. Il mesure entre 1,20 m à 1,80 m et pèse de 35 à 60 kg. Les doigts sont dotés d'un ongle long, droit et acéré, extrêmement dangereux au vu du caractère parfois agressif de l'oiseau.

Émeu (Dromaius novaehollandaiae). Proche cousin de l'autruche, cet oiseau de grande taille, environ 1,75 m et 50 kg, vit partout sur le continent australien, en privilégiant les forêts claires et les plaines semi-arides de l'intérieur.

En certaines circonstances, les émeus peuvent gagner les déserts ou les abords des villes. Cependant, ils ne pénètrent pas dans la forêt pluviale tropicale. Vivant une dizaine d'années, l'émeu privilégie la vie en groupe. Il pond en moyenne de 9 à 12 oeufs et c'est le mâle qui s'occupe de les couver. Si cet animal ne peut voler en raison de la taille réduite de ses ailes, c'est en revanche un très bon coureur. On élève les émeus pour leur viande mais aussi pour leur graisse utilisée dans l'industrie des cosmétiques.

Kookaburra (Dacelo novaeguineae). Oiseau mythique dans la culture aborigène (il aurait créé le soleil), le kookaburra est le plus grand martin-pêcheur au monde. Il se trouve sur la côte Est et en Australie occidentale où il habite dans les zones boisées, à proximité des zones dégagées où il peut chasser. Il ne craint pas la proximité de l'homme. Le chant de cet oiseau ressemble à un rire rauque, souvent repris en coeur par ses congénères.

Les espèces dangereuses pour l’homme

L'exceptionnelle diversité de la faune et le caractère sauvage de la plus grande partie de l'Australie doivent faire prendre conscience au voyageur de l'existence de merveilles de la nature mais aussi de dangers inconnus sous nos latitudes. A savoir que les crocodiles (de mer et d'eau douce) et les méduses ne sont présentes que dans la partie nord et nord-est de l'Australie.

Poissons et mollusques

Blue Ringed Octopus (Hapalochlaena lunulata). La pieuvre à anneaux bleus est une pieuvre venimeuse pouvant être mortelle. Son diamètre, tentacules compris, est d'environ 20 cm. Elle habite les eaux chaudes et les récifs peu profonds des côtes d'Australie. Son venin, d'origine salivaire, agit en quelques minutes et provoque une détresse respiratoire grave.

Premiers soins : immobilisation, désinfection, refroidissement de la blessure, évacuation vers un centre médical.

Poisson-pierre ou Stonefish (Synanceia verrucosa). Le poisson-pierre habite les eaux peu profondes le long de la côte. Ventru et trapu, le poisson adulte mesure entre 30 et 40 cm. Il est d'une couleur blanche à violette difficilement définissable lui permettant de se confondre avec son environnement. Ses épines dorsales empoisonnées et son camouflage le rendent extrêmement dangereux pour l'homme, spécifiquement pour les baigneurs qui marcheraient sur lui.

Premiers soins : la plaie doit être lavée avec de l'eau de mer puis désinfectée avec un antiseptique. Le venin délivré par le poisson étant thermolabile, il peut être détruit par la chaleur. On peut donc plonger le membre atteint dans un bain d'eau chaude. Les bandages et garrots sont déconseillés.

Requins

Sur les 370 espèces recensées dans le monde, 70 se trouvent dans les eaux australiennes. Le nombre d'attaques mortelles par des requins enregistrées en Australie depuis 1992 s'élève à moins d'une trentaine, selon les chiffres officiels.

Malgré le caractère souvent atroce des différentes histoires rapportées, le nombre d'attaques recensées est insignifiant au regard du nombre de plongeurs, surfeurs et baigneurs présents tout au long de l'année dans les eaux australiennes. Nul doute qu'il est nécessaire de faire attention, sans pour autant sombrer dans la psychose.

La plupart des attaques sérieuses qui ont eu lieu en Australie sont attribuées à trois espèces : le Bull Shark (requin bouledogue), le Tiger Shark (requin tigre) et le Great White Shark (grand blanc).

Conseils pour éviter les mauvaises rencontres avec les requins :

- ne vous baignez pas entre la tombée et le lever du jour ;

- ne vous baignez pas après de fortes pluies ;

- évitez les entrées de port et les eaux sans visibilité ;

- n'entrez pas dans l'eau si vous saignez d'une quelconque façon ;

- ne portez pas de maillot de bain ou de combinaison aux couleurs vives et contrastées ;

- si vous faites de la plongée ou de la pêche sous-marine, ne gardez pas à la ceinture les poissons capturés, évitez les objets qui scintillent, restez attentif à un comportement anormal de la part des poissons ;

- quelle que soit l'activité nautique pratiquée, restez près du groupe.

Serpents

Il existe environ 140 types de serpents en Australie, dont 8 font partie des plus venimeux au monde. Parmi les 3 000 morsures de serpents recensées annuellement en Australie, moins de 500 nécessitent un anti-venin.

Conseils : ne jamais marcher dans les herbes hautes sans chaussures ni pantalon, ne pas mettre ses mains dans les trous et crevasses et être vigilant en ramassant des branchages.

Premiers soins : ne pas inciser ni laver la plaie (afin de permettre l'identification du venin). Bander le membre qui a été mordu sans jamais faire de garrot. Appeler les secours. Tenir au calme la victime. Ne pas tenter de la faire marcher et éviter tout mouvement.

Araignées

Huntsman Spider (famille des Sparassidae). La Huntsman Spider est présente partout en Australie du Sud-Est, y compris dans les régions urbaines où elle pénètre à l'intérieur des maisons. Cette grande araignée, qui peut mesurer jusqu'à 15 cm, inquiète souvent ceux qui la rencontrent et peut impressionner par sa taille. Sans être dangereuse, sa morsure peut cependant provoquer un gonflement douloureux.

Premiers soins : une compresse froide peut soulager les symptômes dans l'attente d'une consultation médicale.

Red Back (Latrodectus hasselti). Il s'agit d'une araignée rencontrée dans toute l'Australie, mais principalement dans les régions plus froides, dont la Tasmanie. La femelle est la seule à présenter un danger pour l'homme du fait de sa taille beaucoup plus importante que celle du mâle. La femelle fait à peu près 3 cm de longueur, avec une raie rouge très distincte sur le dos de son abdomen noir. Sa morsure est très douloureuse et affecte généralement la totalité du membre qui a été mordu. Les symptômes sont similaires à ceux provoqués par la Funnel Web (transpiration excessive, hypertension et contractions musculaires) et peuvent empirer pendant les 24 heures suivant la morsure.

Premiers soins : on peut appliquer une compresse de glaçons sur la morsure. Il n'est pas nécessaire d'administrer l'anti-venin si les symptômes ne se manifestent pas avec intensité. Dans tous les cas, il est nécessaire de consulter en milieu médical.

Sydney Funnel Web (Atrax robustus). La Sydney Funnel Web est la plus dangereuse des araignées australiennes. Elle se trouve dans un rayon de 200 kilomètres autour de Sydney. D'une largeur avoisinant les 7 cm, de couleur noire à brun foncé, cette araignée très agressive a des crochets suffisamment puissants pour traverser un épais vêtement. Sa morsure peut tuer un homme si l'anti-venin, qui n'existe que depuis 1981, n'est pas injecté dans les heures qui suivent. Le mâle est légèrement plus petit que la femelle, mais possède un venin cinq fois plus toxique. La morsure est la plupart du temps immédiatement douloureuse. Dès les premières minutes, le sujet va souffrir d'une transpiration excessive, d'hypertension et de contractions musculaires.

Premiers soins : immobiliser la victime et appliquer une compresse froide (et non un garrot) afin de ralentir la circulation du poison dans le sang. Appeler une ambulance ou emmener de toute urgence la victime dans un centre médical capable de lui administrer de l'anti-venin et de la mettre sous respiration artificielle.

Flore

La flore australienne est constituée de plus de 20 000 espèces de plantes vasculaires (dotées de racines, tiges et feuilles), auxquelles s'ajoutent nombre de plantes non vasculaires, de champignons et de lichens. Cette flore est restée similaire à celle du Gondwana (supercontinent dont l'Australie faisait partie il y a environ 65 millions d'année) malgré certaines adaptations rendues nécessaires.

En effet, la colonisation de l'Australie par les Aborigènes, il y a plus de 50 000 ans, puis par les Européens à partir de 1788, a eu un impact significatif sur la flore. La pratique du brûlis des uns, puis l'agriculture et le développement urbain des seconds ont altéré la composition de la plupart des écosystèmes terrestres, conduisant au fil du temps à l'extinction de 61 espèces de plantes et en menaçant plus de 1 000 autres. Il n'est donc pas surprenant de savoir que les types de végétation les plus fréquents en Australie sont ceux adaptés aux conditions arides et aux zones préservées des activités agricoles.

L'immensité du pays permet de voir cohabiter une grande variété d'habitats, formant plusieurs écozones réparties de la façon suivante : les forêts tropicales (rainforests), au nord et à l'est ; les forêts tempérées sur les côtes et à l'intérieur des terres des parties sud et sud-est, y compris la Tasmanie ; la savane et les steppes herbacées, et bien sûr, les déserts dans la partie centrale et du nord-ouest. La Toundra est spécifique à l'île de Macquarie. Excepté dans les forêts tropicales, l'arbre le plus représenté est l'eucalyptus.

Adresses Futées de SYDNEY

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis