Guide de BARCELONE : Mode de vie

Vie sociale

Société. Ville de toutes les libertés (c'est l'une des destinations préférées des homosexuels et des étudiants du programme d'échange Erasmus), Barcelone revendique une identité forte et une personnalité ouverte à la création et à l'innovation. Ce caractère cosmopolite est favorisé par les nombreuses entreprises et start-up qui ont établi leur siège à Barcelone, créant une ambiance très internationale.

Enseignement. La scolarisation est obligatoire et gratuite pour tous les enfants résidant en Espagne, qu'ils soient espagnols ou étrangers, entre 6 et 16 ans. Le système éducatif espagnol est composé de l'éducation préscolaire, de l'éducation scolaire et de l'éducation universitaire. En 2007, le Conseil des ministres approuve le décret de modification du système d'enseignement supérieur. En accord avec l'Espace européen d'éducation supérieure, le système d'enseignement supérieur espagnol est désormais composé de trois niveaux : licence, master et doctorat. En Catalogne, l'enseignement public est dispensé en catalan, et le castillan est enseigné quelques heures par semaine. Une des particularités de Barcelone, et de l'Espagne en général, est le poids très important des écoles privées dans le système éducatif. Ainsi, à Barcelone, 50 % des parents choisissent une école concertada (établissement privé subventionné), contre 50 % qui se dirigent vers l'enseignement public.

Santé. Comme en France, le système de santé catalan est financé par les cotisations salariales et patronales, et est géré par les pouvoirs publics. En Catalogne, CatSalut garantit à tous les résidents en situation légale un accès gratuit aux prestations des services sanitaires publiques. Mais contrairement à la France, le système des mutuelles est peu normalisé. Seules quelques grandes entreprises proposent à leurs employés de s'affilier à une mutuelle. Dans le reste des cas, cette décision n'est en aucun cas obligatoire. Barcelone jouit d'un grand prestige dans le domaine de la reproduction assistée. La qualité des infrastructures et les excellents résultats de certaines cliniques barcelonaises attirent de plus en plus de résidents européens.

Mœurs et faits de société

Femmes et maternité. La plupart d'entre elles vivent relativement tard chez leurs parents, font bien plus d'études que leurs mères et se marient donc plus tard (l'âge moyen du premier mariage est passé de 24 à 32 ans en une génération). Le taux moyen de fécondité est de 1,3 enfant par femme et l'âge moyen pour le premier enfant est de 32 ans (contre 28 ans en 1976). Ces chiffres révèlent que les Espagnols font moins d'enfants, et plus tard que la moyenne européenne. Lorsqu'une femme se marie en Espagne, elle conserve son nom de jeune fille, auquel elle ajoute celui de son mari. A la naissance, l'enfant porte obligatoirement le nom du père et celui de la mère (il prend le premier nom de son père et le premier de sa mère). Les moyens de garde et la politique d'aide à la famille étant assez faibles, la présence des femmes est beaucoup plus rare dans les postes les plus élevés. En revanche, le taux d'activité des femmes continue de progresser, même si l'écart salarial entre hommes et femmes demeure très important (30 % en Espagne).

Homosexualité. Dans ce domaine, l'Espagne fait figure d'exemple. En juillet 2005, l'Espagne devient l'un des premiers pays européens à autoriser le mariage homosexuel ainsi que l'adoption. Barcelone est une destination très prisée des homosexuels. Il existe de nombreux hôtels, bars et clubs gays qui affichent la couleur avec le drapeau arc-en-ciel de la communauté. Ils se concentrent notamment dans le quartier de l'Eixample à Barcelone, surnommé le Gayxample. A quelques kilomètres de Barcelone, la station balnéaire de Sitges est également très prisée de la communauté homosexuelle. Barcelone est également l'une des destinations phares des couples de femmes pour la procréation médicalement assistée (PMA).

La question identitaire. Le sentiment identitaire est très fort en Catalogne. Au-delà de la question de l'indépendance de la région, les Catalans sont très attachés à leur culture, leur langue et leurs traditions. Selon une enquête menée par le Centre d'études d'opinion (CEO) en 2016, près de 25 % se sentent " uniquement catalans ", 23 % " plus catalans qu'espagnols ", 40 % " autant espagnols que catalans ", tandis que seulement 5 % se sentent " seulement espagnols " et 3,6 % " plus espagnols que catalans ".

Religion

Bien que la Constitution de 1978 soit laïque et ne reconnaisse par conséquent aucune religion officielle, l'Espagne demeure un pays encore fortement marqué par la tradition chrétienne catholique. Très présente et très pratiquée jusqu'aux années 1970, la religion est actuellement en perte de vitesse, notamment chez les jeunes citadins. L'Eglise, qui a longtemps bénéficié d'une grande audience, perd aujourd'hui son influence sur la vie quotidienne des fidèles. Elle parvient difficilement à maintenir les vocations sacerdotales et ses membres se font vieux. Les effectifs des ordres monastiques baissent aussi considérablement. La conception de la laïcité espagnole diffère de celle que l'on connaît en France. Citons deux grandes différences : en Espagne, si l'on se marie à l'Eglise, on n'a pas besoin de repasser devant le maire ; et le gouvernement continue à verser des millions d'euros chaque année à l'Eglise catholique, argent qui sert à la rémunération des prêtres et à l'entretien des édifices.
Le vote d'une loi réduisant le poids de la religion dans l'enseignement, en 2006, a marqué une rupture et a rencontré l'opposition de l'Eglise et du PP (Parti populaire), déjà opposés au mariage des homosexuels. Le cours de religion, jusqu'alors obligatoire à l'école et décisif pour l'accès aux classes supérieures et universitaires, devient alors optionnel. Cependant, en 2013, le gouvernement de Mariano Rajoy vote une nouvelle réforme de l'éducation qui replace la religion au centre du débat. Désormais, les élèves doivent choisir entre les cours de religion ou de " valeurs culturelles et sociales ".

Adresses Futées de BARCELONE

Où ?
Quoi ?
Ailleurs sur le web
Avis